Textes mésopotamiens


Voici quelques textes en traduction, textes de sagesse, poésies d’amour, inscriptions royales, édits… Bonne lecture !

 

◎ ◉ ◎

◉ ◎ ◉

Inscription royale de Shamshi- Adad I sur une tablette en pierre trouvée dans le temple d’Assur. Le souverain raconte comment le temple avait été abandonné et nécessitait des restaurations et comment il a bien purifié le sol (résine de cèdre, huile, pierre précieuses) avant de reconstruire les murs. Noter que dans ce texte, par influence de Babylone, le temple d’Assur est appelé “temple d’Enlil” qui à l’époque était encore le chef du panthéon babylonien (par la suite supplanté par Marduk).
La construction de l’inscription est classique: d’abord louanges du roi qui va restaurer le temple abandonné, puis récit des travaux de construction, puis prière à tout roi qui entreprendra de nouveaux travaux de restauration de remettre en place ses inscriptions et  enfin malédictions contre tout descendant ou roi qui ternira ses inscriptions!

“1-17) Samsi-Adad, roi de l’univers, bâtisseur du temple du dieu Assur, pacificateur du pays situé entre le Tigre et l’Euphrate, par l’ordre du dieu Assur qui l’aime, celui que les dieux Anu et Enlil ont appelé par nom à cause de sa grandeur par rapport aux rois qui l’ont précédé.
18-58) Le temple du dieu Enlil construit par Erisum, fils d’Ilu-summa, était devenu délabré et je l’avais abandonné. J’ai construit le temple du dieu Enlil, mon seigneur, j’ai fais méthodiquement construire le dais craintif, la grande chapelle, le siège du dieu Enlil, mon seigneur, par le travail habile de  ma ville, Assur. J’ai couvert le toit du temple avec des poutres de cèdre. J’ai érigé dans les chambres des portes en cèdre avec des étoiles d’argent et d’or. Sous les murs du temple j’ai mis de l’argent, de l’or, du lapis lazuli, et de la cornaline; j’ai mélangé au mortier la résine de cèdre, la meilleure huile, le miel et le ghee, . J’ai méthodiquement fait le temple du dieu Enlil, mon seigneur, et l’ai appelé Eamkurkurra, ‘Le Temple le Taureau Sauvage des Terres’, le temple du dieu Enlil, mon seigneur, dans ma ville, Assur.
59-72) Quand j’ai construit le temple du dieu Enlil, mon seigneur, les prix pratiqués dans ma ville, Assur, étaient les suivants: 440 litres d’orge pouvaient être achetés pour un sicle d’argent; quinze mines de laine pour un sicle d’argent; et 15 litres d’huile pour un sicle d’argent, selon les prix de ma ville, Assur.
73-87) A cette époque, j’ai reçu le tribut des rois de Tukris et du roi de la Haute-Terre, dans ma ville, Assur. J’ai érigé mon grand nom et mon inscription monumentale dans la terre libanaise au bord de la Grande Mer.
88-98) Quand le temple deviendra délabré: que quiconque parmi les rois, mes fils, rénove le temple, oigne mes inscriptions en argile et en pierre avec de l’huile, offre un sacrifice et remette les inscriptions à leur place.
99-135) Celui qui n’oigne pas mes inscriptions en argile et mes inscriptions monumentales avec de l’huile qui ne fasse pas de sacrifice, qui ne remette pas à leur place mes inscriptions, mais en revanche modifie mes inscriptions monumentales, supprime mon nom et écrit son propre nom à la place ou encore cache les inscriptions monumentales  ou les jette dans l’eau: que les dieux Shamash, Enlil, Adad et Sarru-matim arrachent les descendants de ce roi; que lui et son armée ne l’emportent pas devant un roi qui s’oppose à lui; que le dieu Nergal enlève violamment son trésor et le trésor de son pays; que la déesse Ishtar, seigneure de la bataille, brise son arme et les armes de son armée; que le dieu Sîn, «dieu de ma tête», soit pour lui un démon diabolique pour toujours.”

◎ ◉ ◎

Lettres néo-assyriennes de fonctionnaires au roi
L’époque néo-assyrienne est bien connue grâce aux très nombreuses inscriptions royales et aux lettres envoyées par les hauts fonctionnaires au roi ou viceversa. Ici de suite sont reproduites plusieurs de ces lettres selon leur sujet principal:

-litige sur les rations pour les chevaux
“Au roi mon seigneur: ton serviteur Bel-liq-bi. Bonne santé au roi mon seigneur! Le contrôle du désert est serré, le roi mon seigneur peut être content.
Le roi mon seigneur m’a ordonné de donner à manger aux troupes de chars. Or, quand leur responsable est arrivé, il m’a dit ‘Le roi m’a donné des ordres et je prendrai donc des approvisionnements correspondants à deux mois’. Et moi je n’étais pas d’accord avec lui. Et lui alors il est allé vers les réserves, les a ouvertes et a pris ce qu’il voulait.
Je suis allé le voir pour le sermonner, en lui disant: ‘Pourquoi as-tu ouvert les greniers sans ma permission, la permission du gouverneur du roi?’.  Sans me regarder dans les yeux, il m’a répondu:’les réserves d’herbe diminuent à Nisan et mes chevaux continuent à venir vers moi. Je ne peux pas faire autrement’.”

Ramassage d’orge pour le palais
“Au roi mon seigneur; ton serviteur Tariba-Issar. Bonne santé au roi mon seigneur!
Je suis resté sur la route du roi mon seigneur,  en face des jardins, mais le roi n’a pas fait attention à moi, il parlait à Rasappai. Je suis allé à la ville d’Adian et j’ai parlé avec l’officier rab mugi mais personne n’est venue me saluer et alors j’ai commencé à m’affoler.
(…) Or, j’ai collecté 100 000 litres d’orge dans la ville de Kilizi, et je voudrais les livrer. Si le roi mon seigneur commande ‘collecte de l’orge en quantité suffisante pour trois palais’, je le prendrai aussi à Adian et Arbèle (… cassure)”.

 

◉ ◎ ◉

Lettres néo-assyriennes d’un fonctionnaire au roi
L’une des lettres néo-assyriennes adressées au roi et reproduite ici de suite, relate la célébration une fête religieuse et l’installation d’énormes taureaux ailés androcéphales à l’une des portes du palais royal.

“Au roi, mon seigneur, ton serviteur Marduk-remanni. Excellente santé au roi,mon seigneur!
La fête a été célébrée, le dieu est sorti et est rentré en paix. Puissent les dieux Nabu et Marduk bénir le roi!
Concernant les taureaux colossaux, à propos desquels le roi mon seigneur m’avait écrit, j’ai mis au point leur position à (…) du palais et ils sont en train de les sculpter. Nous pouvons placer les taureaux sculptés en face du palais. Sculpteront les plus grands taureaux et nous pourrions les placer à la porte du milieu.
Concernant les taureaux en pierre à propos desquels j’avais écrit au roi mon seigneur, ils les modifieront et les transformeront en taureaux colossaux. et nous pourrions les placer devant la porte du milieu.
Peut-être que mon seigneur dira ‘c’est un travail difficile’ (… interruption de la tablette)”

 

◎ ◉ ◎

Copie d’une inscription votive sur tablette
Comme exercice scolaire, les apprentis scribes devaient recopier des textes. C’est ainsi que une partie des inscriptions royales nous est parvenue. Cette inscription rappelle la dédicace d’un chien ‘roux’ au dieu Nanna/Sin. Mis dans les fondations ou sous les seuils, ces figures de chien servaient à protéger les bâtiments, maisons ou palais (fonction apotropaïque). Et ils recevaient en général un nom, soulignant cette fonction.

Pour Nanna, le   taurillon   fougueux   d’An, le seigneur, le fils ainé d’Enlil, son maitre, Ibbi-Sin, le dieu de son pays, le roi fort, le roi d’Ur, le roi des quatre régions, façonna et, pour sa vie, lui voua une image du chien roux de Meluhha que, de Marhasi, on lui avait apporté comme tribut. Le nom de ce chien roux est ‘Qu’il attrape !’,

 

◉ ◎ ◉

Copie de deux inscriptions sumériennes
Une tablette en argile conserve deux inscriptions du roi Ibbi-Sin (2028- 2004 av. J.-C.) , cinquième et dernier roi de la Troisième Dynastie d’Ur. Toutes les deux  relatent la création d’une oeuvre magnifique vouée au dieu Nanna (dieu akkadien Sin), dieu Lune et patron de la ville d’Ur. Remarquez les termes soulignant la beauté et rareté d’une telle création artistique. Il était coutume  de dédier un ouvrage aux dieux à la suite d’une victoire militaire, comme dans ce cas. La deuxième inscription insiste plus que la première sur les qualités intellectuelles et artistiques du roi et termine avec une malédiction pour celui qui voudrait voler le dieu.

-Pour Nanna, lumière qui s’étend sur son peuple, seigneur qui seul croît en splendeur, son maitre, Ibbï-Sin, le dieu  de son  pays, le roi fort, le roi d’Ur, le roi des quatre régions, lorsqu’il eut déferlé comme un ouragan sur Suse,  Adamdun et le pays d’Awan, les eut soumis en un seul jour et eut capturé leurs seigneurs, façonna et pour sa vie, lui voua une vasque  d’or, – une œuvre d’art de premier ordre, ornée de bisons et de serpents, de représentations de pluies nocturnes effrayantes, dont la décoration est un émerveillement sans fin, – qui ne cessera pas de … dans son …  pour le grand festival, le nouvel an (et) les ablutions de Nanna

-Pour Nanna, le seigneur, le grand lion du ciel et de la terre, son maitre,  Ibbï-Sin, le dieu de son pays, le prince instruit dans l’art d’exécuter correctement tous les rites, le roi fort, le roi d’Ur, le roi des quatre régions, lorsqu’il eut déferlé comme un ouragan sur Suse, Adamdun et le pays d’Awan, les eut soumis en un seul jour et eut capturé leurs seigneurs; parce que Nanna les avait livrés à sa grande puissance, avec l’or …. qu’il avait pris, Ibbï-Sin, le prince à la haute et terrifiante puissance, à la vaste intelligence, façonna et, pour sa vie, lui voua un vase d’or à sept mamelons qui ne cessera de multiplier …. pour le jouvenceau Sin.
Celui qui agirait en malfaiteur (et) violerait le podium, la chapelle et le réfectoire de Nanna, que les grands dieux du ciel et de la terre règlent son sort!

◎ ◉ ◎

Code d’Hammurabi
Continuons avec les lois d’héritage qui sont aussi complexes que celles des moeurs sexuels et desquelles elles dépendent. Le partage des biens après la mort du paterfamilias en effet varie selon le nombre des mariages, le status de ses femmes, celui de ses enfants….: enfants de l’épouse principale, enfants de l’esclave, enfants reconnus ou non, l’épouse, l’esclave, l’épouse libre d’un esclave, la veuve, bref…beaucoup des possibilités!

§166. Si un homme a prise des épouses pour le_s fils qu’il a eus, mais si pour son fils cadet n’a pas pris d’épouse, après que le père sera aile au   destin,   lorsque   les   frères   partageront, des biens de la maison paternelle, pour leur frère cadet qui n’a pas pris épouse, ils mettront un supplément à sa part, représentant l’argent de la terhatum; ainsi ils lui permettront de prendre épouse.
§ 167. Si un homme a pris une épouse et si elle lui a mis au monde des enfants, si cette femme est allée au destin, si après sa mort il a pris en mariage une autre femme et si elle lui a mis au monde des enfants, après que le père sera allé au destin, en ce qui concerne les mères les enfants ne partageront pas globalement, mais ils prendront la dot chacun de sa mere et, quant au bien de la maison paternelle, ils le partageront à égalité.
§168. Si un homme s’est proposé de déshériter son fils, et s’il a dit aux juges« je veux déshériter mon fils >>, les juges enquêteront à   son   sujet ; et si le fils n’a pas commis une faute suffisamment lourde pour être exclu de l’héritage, le père ne pourra pas exclure son fils de l’héritage.
§169. S’il a commis contre son père une faute suffisamment lourde pour être exclu de l’héritage, pour une fois on lui pardonnera ; s’il a commis une lourde faute pour la deuxième fois, le père pourra exclure son fils de l’héritage
§170. Soit’ un homme à qui son épouse initial a mis au monde des enfants et son esclave a mis au monde des enfants ; si le père a dit de son vivant aux enfants que l’esclave lui a mis au monde “vous êtes mes enfants” et s’il les a comptés avec les enfants de l’épouse initiale, après que le. père sera allé au destin, des biens de la maison paternelle les enfants de l’épouse initiale et les enfants de l’esclave feront le partage à égalité, Mais c’est l’héritier, enfant de l’épouse initiale, qui choisit dans le partage ce qu’il veut prendre.
§171. Mais si le père n’a pas dit de son vivant aux enfants que l’esclave lui a mis au monde « vous êtes mes enfants », après que le père sera allé au destin, des biens de la maison paternelle les enfants de l’esclave ne feront pas le partage·avec les enfants de l’épouse initiale. La libération de l’esclave et de ses enfants interviendra; les enfants de l’épouse initiale ne revendiqueront pas les enfants de l’esclave pour la servitude. L’épouse initiale reprendra sa dot ainsi que le douaire que son mari lui a accordé et inscrit pour elle sur une tablette, et, dans la demeure de son mari, elle résidera ; sa vie durant elle en jouira; elle ne pourra pas les vendre; sa succession reviendra à ses enfants exclusivement.
§172. Si son mari ne lui a pas accordé de douaire, on lui reconstituera sa dot et, des biens de la maison de son mari, elle prendra une part comme un héritier. Si ses enfants la maltraitent pour (la) faire sortir de la maison, les juges enquêteront à son sujet; s’ils mettent la faute sur les enfants, cette femme ne sortira pas de la maison de son mari. Si cette femme s’est résolue à sortir de la maison, elle laissera à ses enfants le douaire que son mari lui avait accordé, mais elle prendra la dote de sa maison paternelle. Alors le mari qui lui plaira pourra la prendre en mariage.
§173. Si cette femme, là où elle est entrée, a mis au monde des enfants pour son second mari, si ensuite cette femme est morte, sa dot ses enfants du premier lit et ceux du second la partageront.
§174. Si elle n’a pas mis d’enfants au monde pour son second mari, sa dot ce seront les enfants de son mari initial qui la prendront.
§175. Si un esclave du palais ou un esclave de muskenum a pris en mariage une fille d’homme libre et si elle a mis au monde des enfants, le propriétaire de l’esclave ne pourra pas reven­diquer pour l’esclavage les enfants de la fille d’homme libre.
§ 176.   En outre, si un esclave du palais ou un esclave de muskenum a pris en mariage une fille d’homme libre, et si, lorsqu’il l’a prise, elle est entrée dans la maison de l’esclave du palais ou de l’esclave de muskenum avec une dot de la maison de son père, et si, depuis qu’ils se sont unis, ils ont fondé une maison et acquis des biens meubles, si dans la suite, l’esclave du palais ou l’esclave de muskenum est allé au destin, la fille de l’homme libre reprendra sa dot; d’autre part,   chaque  chose  que son mari et elle-même ont acquise depuis qu’ils se sont unis, on partagera en deux, et, une moitié c’est le propriétaire de l’esclave qui la prendra, l’autre moitié c’est la fille de l’homme libre qui la prendra pour ses enfants. Si la fille de l’homme libre n’avait pas de dot, chaque chose que son mari et elle-même ont acquise depuis qu’ils se sont unis, on partagera en deux, et, une moitié c’est le propriétaire de l’esclave qui la prendra, l’autre moitié c’est la fille de l’homme libre qui la prendra pour ses enfants.
§ 177.  Si une veuve dont les enfants sont petits s’est proposé d’entrer dans la maison d’un autre, elle ne pourra pas y entrer sans l’autorisation des juges. Quand elle sera autorisée à entrer dans la maison d’un autre, les juges dresseront l’inventaire de la maison de son premier mari, puis la maison de son premier mari ils la confieront à son second mari et à cette femme et ils leur feront délivrer une tablette. Ils auront la garde de la maison et ils élèveront les petits enfants; ils ne pourront pas vendre les meubles. L’acheteur qui achète les meubles des enfants d’une veuve sera dépossédé de son argent; le bien retournera à son propriétaire

 

◉ ◎ ◉

Lettre paléo-babylonienne de Mari concernant la confection de la statue de la déesse šala
Les lettres de Mari concernent la confection de produits de luxe, comme de la vaisselle en métal, des ex-votos de plus extraordinaires (serpent, trône divin, lion), des armes en argent. La lettre ici  présentée concerne la confection d’une statue divine, celle de la parèdre (épouse) du puissant dieu Dagan:
“Dis à mon Seigneur: ainsi parle Kibrî-Dagan, ton serviteur. A propos de la confection de la déesse Sala, mission que mon Seigneur m’avait donné, le métallurgiste Eres.sum. Mâtum m’a tenu ces propos: ‘Il me faut prendre l’or de Sala afin que je puisse faire le travail de la façon dont mon Seigneur m’a donné mission.’ Voilà ce qu’il m’a dit mais comme, moi-même je n’étais pas au courant d’instructions particulières de mon Seigneur, pour cette raison je n’ai rien donné en fait d’or de la déesse à cet individu. Maintenant, mon Seigneur doit m’écrire ce qu’il en est, afin que je puisse donner l’or s’il faut le donner et qu’il fasse le travail comme mon Seigneur lui en a donné mission”
(Durand, Documents épistolaires du palais de Mari I: 231)

 

◎ ◉ ◎

Un habit de luxe
La documentation mariote est très riche en textes concernant les textiles, certains desquels présentent des termes inédits, originaux et complètement inconnus dans d’autres régions du Proche-Orient ancien.  La lettre dont la traduction est ici présentée concerne un habit de luxe. Notez que l’on répète le terme “élégant” et que l’on demande une attention particulière à l’exécution de l’habit :

“Dis à Mukannišum: ainsi parle ton Seigneur.
A propos de l’habit à applications, objet d’une lettre de moi, il doit être pourvu d’une frange pour être élégant. La longueur de cette dernière doit être de 6 doigts, à condition que, lorsqu’on l’étire, elle soit de 6doigts environ, mais que lorsqu’on la relâche, elle revienne à 3 doigts afin qu’on lui fasse prendre une fronce, de façon élégante, et, comme pour un tissage-halû, sa frange devra être amovible.
Mets toute ton attention à cet habit.”
(Durand, Documents épistolaires du palais de Mari I: 271)

D’autres lettres concerne des habits, comme les suivantes:
-“Dis à Mukannišum: ainsi parle ton Seigneur. Je t’avais donné des instructions pour fabriquer un habit avec des applications. (…) Donne des ordres en bonne et due forme aux tailleurs et tisseuses.Il faut que cet habit soit tissé et noué de façon soignée de chaîne et de trame et que son intérieur soit vraiment comme une feuille d’argent. Cet habit se verra mettre des ourlets à la mode de Yamkhad et comme une étoffe-huššûm, on lui appliquera du sirpum. Il ne faudrait pas que lorsqu’on installera ensemble chaîne et trame les ornements ne soient trop lourds au moment où on les infiler et que l’habit ne se déchire. Donne des ordres strictes et que l’on fasse très attention à cet habit.Il sera exposé aux yeux de toute la population. Fais en sorte qu’il ne se produise pas quelque chose qui cloche dans cet habit.”
(Durand, Documents épistolaires du palais de Mari I: 273-4)

-“Dis à Mukannišum: ainsi parle Dâriš-lîbûr.
Fais apporter rapidement chez le roi:
1 habit massilâtum de luxe;
2 écharpes à attache de grande taille;
2 bandes –šusippum de mains;
1 bande –hîrum en lin pour genoux;
1 casque yamkadéen de luxe;
1 casque akkadien de luxe.”
(Durand, Documents épistolaires du palais de Mari I: 278)

◉ ◎ ◉

Proverbes
Plusieurs collections de proverbes nous sont arrivées, spécialement datant de l’époque paléo-babylonienne (2000-1600 av. J.-C.). Il s’agit d’un genre littéraire mésopotamien caractérisé par le format réduit et la pertinence et sagacité des observations. On peut dire que ce sont des courtes remarques sur la vie, qui se fondent sur une pertinente analyse des différents aspects de la vie  et du comportement humains.

-L’amitié dure un jour, les liens commerciaux toujours.

-Un étranger résident dans une  ville qui n’est pas la sienne c’est un esclave.

-Entre collègues il y a disputes, mais entre prêtres il y a médisances!

-Le feu est en train d’attaquer un aristocrate, le prolétarien ne demande pas où se trouve l’aristocrate!

-Quand on s’échappe on rassemble à un taureau sauvage, mais quand on est capturé, on flatte comme un chien.

-Une longue vie engendre un sens de satisfaction. Cacher quelque chose provoque inquiétude sans sommeil; et la prospérité induit le respect.

-Tu es allé détruire le territoire ennemi, l’ennemi est venu et t’a détruit ton territoire.

-L’ennemi ne s’éloigne pas de la porte d’une ville dont les armes sont faibles.

-ils m’ont jeté à l’eau et ont mis en danger ma vie. Je n’ai pêché aucun poisson et j’ai perdu mes vêtements.

-Comme pour le vieux four, il est difficile de te remplacer!

-Si je savais que j’irai mourir, je deviendrais extravagant, si je savais que je survivrai, je serais économe.

-Quand on est dans un fleuve, l’eau autour nous paraît puer; quand on est in une plantation, même les dattes sont fiel!

 

 

◎ ◉ ◎

Fables sumériennes
Ces courtes histoires font partie des textes de sagesse mésopotamiens. Mettant souvent les animaux en action pour fustiger les comportements des hommes, elles constituent un antécédent important aux Fables d’Ésope,  et par là à celles de Marie de France et de  La Fontaine.

Un lion et la chèvre
Un lion avait capturé une chèvre. Elle lui dit:”Relâche-moi; je te donnerai une brebis une compagne à moi bien grasse!” Le lion dit:”si je dois te relâcher, dis-moi d’abord ton nom!”. La chèvre répond au lion: “Tu ne connais pas mon nom? Mon nom est Umum-mu-e-da-ak-e.”1 Lorsque le lion , plus tard, parvient à l’enclos, il rugit: “Je t’ai relâchée!”. Elle lui répond de là et lui dit: “Tu m’as relâchée; tu t’es montré avisé. Tu pensais aux moutons… ils n’habitent pas ici!”
Le chien au banquet
Un chien vint au banquet. Quand il eut vu les os qui restaient, il poursuivit son chemin, en disant: “Là où je m’en vais, j’aurai plus à manger qu’ici!”
Une chienne met en garde ses chiots
Une chienne avertit ses chiots: “Il ne faut pas manger du pain offert aux morts: l’homme qui l’a apporté le mangera bien lui-même!”

 

◉ ◎ ◉

Devinette sumérienne
Datées du début du IIe mill., quelques devinettes en langue sumérienne se sont conservées jusqu’à nous, comme la suivante:

“Une maison appuyé comme le ciel sur des fondements, une maison recouverte de lin comme un étui de tablette tout propre, une maison qui se dresse sr un socle comme un canard; on yentre les yeux non ouverts, on en sort les yeux ouverts.
Solution c’est la maison des scribes”.

 

◎ ◉ ◎

Dialogue entre le renard, le loup et le chien
Cette tablette trouvée à Assur, malheureusement mutilée, datant de 800 av. J.-C. env, rapporte un genre typique de la littérature akkadienne, celui de la “tenzone”, c’est-à-dire un débat entre deux ou plusieurs interlocuteurs qui exposent des points de vue différents. Ici c’est le chien qui a la meilleur part.

(menacés par une forte tempête, le renard, le loup et le chien se réfugient dans la tanière. C’es le chien qui commence à parler):
“Je surpasse en force la serre d’Anzu, la jointure du lion; mes genoux sont plus rapides que les oiseaux ailés. A mon terrible aboiement montagnes et fleuves se dessèchent. Je suis assis, courbé, devant les moutons; comme aux bergers et aux gardiens, leur vie m’est confiée. Pour la steppe, l’abreuvage quotidien et la route, je n’ai pas de pareil; je franchis l’enclos; par les cliquetis de mes armes redoutables je fais sortir le plus fort! A mon aboiement se terraient panthère, tigre, lion et chat, aucun oiseau ne s’approchait ni ne traçait son vol. Dans mon enclos aucun brigand ne volait du bétail;et pourtant le loup m’a méprisé, il a amené le renard perfide. Je vais les massacrer, effacer leur vie” Le loup entendit les paroles du chien; angoissé fut son coeur. “Toi, le fort qui répands la terreur, le vigoureux, rapide à la course,tu viens à bout de tous. Tu es vêtu, comme un dieu, d’épouvante et de colère; l’épouvante terrible que tu inspires, je la connais, elle ne m’a pas laissé en paix, elle que redoutent partout les petits de ma maison, et la crainte devant toi me saisit, par devant comme par derrière”. Le renard répondit et pleura amèrement, le coeur brûlé d’émotion, baigné de larmes. Et il leur dit: “toi, loup, tu es le type même de la violence, qui fais le mal, qui égorges ton compagnon. Tu laisse le chien faire ce q’il veut; alors il me fait la guerre. C’est là une volonté divine; c’est pourquoi le chien peut exercer sa méchanceté, il peut déchirer l’enemi et le tuer avec ses armes. Pourquoi me blesses-tu si amèrement, moi qui ne suis le fils de personne?”

 

◉ ◎ ◉

Lettre paléo-babylonienne de demande d’aide.
Cette lettre de Zababa-qarrad est une demande de soutien financier en échange de bon grain. Comme quoi, la vie présente souvent les mêmes problèmes… (NB: la différence entre “argent scellé” et argent “libre” réside dans la garantie du poids -et donc de la valeur- de l’argent: l’argent pesé avait été pesé et enfermé dans un sac  scellé et qui portait indication de la valeur, tandis que l’argent libre n’avait pas été pesé).

“Dis à Lumur-gimil-Šamaš : ainsi (parle) Zababa-qarrad. Que les dieux Šamaš et Marduk te fassent vivre ! Je ne t’ai jamais écrit sur aucun sujet, mais j’ai un besoin de 10 sicles d’argent scellé et c’est pourquoi je t’écris. Fais-moi porter 10 sicles d’argent scellé et pour ces 10 sicles d’argent scellé que tu me feras porter, on te livrera, à la maison, à la fenêtre, du grain de qualité d’une quantité équivalente à 10 sicles d’argent. Je t’envoie donc Awil-Adad : ne lui refuse pas cet argent, fais-le moi porter ! J’en ai un besoin urgent. Ne me fais pas porter de l’argent « libre », fais-moi porter de l’argent scellé”
(D. Charpin, La vie méconnue des temples mésopotamiens, p. 95)

 

◎ ◉ ◎

Extraits de deux lettres néo-assyriennes de Mār Ištar concernant le “substitut” royal
Une pratique de l’ancienne Mésopotamie prévoyait le choix d’un roi “substitut” en l’occasion de présages néfastes: le mal ainsi détourné du vrai roi finissait par frapper le roi substitut. Notez, à la fin, la manière d’accomplir les rites (“à la perfection”) car autrement ils n’auraient pas fonctionné.

“Le roi substitut qui le 14 du mois a pris place sur le trône à Niniveh et a passé la nuit du 15 dans le palais du roi et pour le compte de qui l’éclipse a eu lieu, est entré dans la ville d’Akkad sans encombre la nuit du 20 et s’est assis su le trône. Je lui ai fait réciter les litanies des présages devant Samas; il a pris tous les présages terrestres et célestes sur lui et a gouverné sur tous les pays. Le roi mon seigneur doit le savoir”.
“Damqî, le fils du prélat d’Akkad, qui a régné sur l’Assyrie, la Babylonie et tous les pays, est mort avec sa reine dans la nuit du ??? comme substitut du roi, mon seigneur, et pour le bénéfice de la vie de Šamaš-šumu-ukin. Il est mort pour leur rédemption. Nous avons préparé la chambre funéraire. Lui et sa reine furent décorés, soignés, exposés, enterrés et pleurés. L’offrande avec le feu a été faite,  tous les présages ont été annulés, et des nombreux rituels apotropaïques et les cérémonies Bīt rimki et Bīt salā’mê, les rites exorcistes, le psaumes pénitentiels et les litanies de présage ont tous été exécutés à la perfection. Le roi, mon seigneur, doit le savoir”.

 

◉ ◎ ◉

La poésie d’amour pour Shu-Sin
Cette lyrique est une poésie d’amour mais aussi une part d’un rituel dédié à la déesse de l’amour, Inanna. C’est probablement la plus ancienne poésie d’amour jamais retrouvée sur Terre.

“Chéri de mon coeur, mon bien aimé, tes tentations sont douces, plus douces que le miel. Chéri de mon coeur, mon bien aimé, tes tentations sont douces, plus douces que le miel.
Tu m’as captivée, je me tiens tremblante devant toi. Chéri, conduis-moi dans la chambre à coucher, tu m’as captivée, je me tiens tremblante devant toi. Chéri, conduis-moi dans la chambre à coucher! Chéri, laisse-moi faire les plus douces choses! La crevasse que tu vas caresser est bien plus douce que le miel! Dans la chambre à coucher, le miel d’amour dégoulinant, laisse-nous profiter de la chose la plus douce, laisse-moi te faire les plus belles choses! La crevasse que tu vas caresser est bien plus douce que le miel!
Époux, tu auras ton plaisir avec moi, dis-le à ma mère, elle te récompensera, dis-le à mon père, il te donnera des cadeaux. Je sais comment donner plaisir à ton corps,  alors dors facilement mon chéri, jusqu’à ce que le soleil se lève.

Pour prouver que tu m’aimes, donne-moi  tes caresses, mon seigneur dieu, mon ange gardien protecteur, mon Shu-Sin, qui réjouit le cœur d’Enlil, donne moi  tes caresses. Ma place est bien comme du miel collant, touche-la avec ta main, place ta main dessus comme un couvercle de pot de miel, tasse ta main dessus comme une coupe de miel.

C’est une chanson balbale d’Inanna”

 

◎ ◉ ◎

Code d’Hammurabi
Continuons avec la suite des lois de ‘mœurs’ sexuels: inceste, adultère et autre….

&154. Si un homme a connu charnellement sa fille, cet homme on le bannira de la ville.
&155. Si un homme a choisi une fiancée pour son fils et si son fils l’a connue charnellement, si lui-même, par la suite, s’est couché sur son sein et si on l’a surpris, cet homme on le ligotera et on le jettera à l’eau.
& 156.  Si un homme a choisi une fiancée pour son fils et si son fils n’a pas eu commerce avec elle, mais si lui-même s’est couché su son sein’, il lui pèsera une demi -mine d’argent et, en outre, il lui reconstituera chaque chose qu’elle a apportée de la maison de son père ; puis, le mari qui lui plaira pourra la prendre en mariage.
157. Si un homme, après la mort de son père, s’est couché sur le sein de sa mère, on les brûlera tous les deux.
158. Si un homme, après la mort de son père, a été surpris sur le sein de son épouse principale qui a mis au monde des enfants, cet homme on l’exclura de la maison paternelle
&.159. Si un homme qui a fait porter le présent à la maison de son beau-père et a remis la terhatum, s’est laissé entrainer vers une autre femme et(s’) il a dit à son beau-père ‘je ne prendrai pas ta fille’, le père de la fille. emportera en toute propriété chaque chose qui lui a été apportée
& 160. Si un homme a fait porter le présent à la maison de son beau-père, s’ il a remis la terhatum, et si le père de la fille a dit ‘’je ne te donnerai pas ma fille”, il restituera au double tout ce qui lui a été apporté.
§ 161. Si un homme a fait porter le présent à la maison de son beau-père, il a remis la terhatum, puis si son ami l’a calomnié, si son beau-père a dit au propriétaire de l’épouse ‘’tu ne prendras pas ma fille’’, il restituera au double b tout ce qui lui a été apporté ; en outre, son ami ne pourra pas prendre en mariage son épouse.
& 162. Si un homme a pris une épouse, si elle lui a mis au monde des enfants, puis si cette femme est allée au destin, son père ne pourra pas revendiquer sa dote; sa dote appartient exclusivement à ses enfants.
& 163. Si un homme a pris une épouse et si elle ne lui a pas procuré d’enfants, si cette femme est allée au destin, si la terhatum que cet homme avait portée à la maison de son beau-père, son beau-père la lui a restituée, son mari ne pourra pas revendiquer la dot de cette femme; sa dot appartient exclusivement à  la maison de son père à elle.
& 164. Si son beau-père ne lui a pas restitué la terhatum, il déduira de sa dot la totalité de sa terhalum et il restituera sa dot à la maison de son père à elle.
& 165. Si un homme a donné à son héritier qu’il voit d’un bon œil un terrain, un verger ou une maison, s’il lui a rédigé un document scellé, après que le père sera allé au destin, lorsque les frères partageront, il prendra le don que le père lui a accordé, et, pour le surplus, des biens de la maison paternelle, ils partageront à égalité.

 

◉ ◎ ◉

Description d’Ishtar
Un hymne dédié à Ishtar la présente sous des multiples aspects…:

“Je suis Ishtar, sage fille de Sin, bien-aimée sœur de Shamash,
je suis la Puissante à Borsippa;
je suis l’Hiérodule à Uruk, j’ai une lourde poitrine à Daduni,
j’ai une barbe à Babylone, mais je suis (en fait) Nanaya”.

 

◎ ◉ ◎

Code d’Hammurabi
Continuons avec la suite des lois de ‘mœurs’ relatives au mariage et aux enfants…très instructif! Bonne lecture

137. Si un homme s’est proposé de répudier une prêtresse šugētum qui lui avait mis au monde des enfants, ou une prêtresse nadītum qui lui avait procuré des enfants, à cette femme on lui restituera sa dot et on lui remettra la moitié du terrain, du verger et des biens meubles; ainsi elle pourra élever ses enfants. Lorsqu’elle aura élevé ses enfants, de tout ce qui lui avait été remis pour ses enfants, on lui remettra une part comme celle d’un héritier et le mari qui lui plaira pourra la prendre en mariage.
§ 138. Si un homme veut répudier son épouse initiale qui ne lui a pas mis d’enfants au monde, il lui remettra de l’argent à concurrence du montant de sa terhatum; en outre, il lui reconstituera la dot qu’elle avait apportée de la maison de son père. Alors il pourra la répudier.
§ 139. S’il n’y avait pas de terhatum, il lui remettra 1 mine d’argent comme indemnité de répudiation.
§ 140. S’il s’agit d’un muskenum, il lui remettra un tiers de mine d’argent.
§ 141. Si l’épouse d’un homme, qui demeure dans la maison de l’homme s’est proposé de sortir et si elle se constitue un pécule, dilapide sa maison, discrédite son mari, on l’en convaincra. Alors, si son mari a déclaré qu’il voulait la répudier, il pourra la répudier; il ne lui remettra rien ni pour ses frais de route, ni pour son indemnité de répudiation. Si son mari a déclaré qu’il ne voulait pas la répudier, son mari pourra prendre en mariage une autre femme; quant a cette première femme, elle demeurera comme esclave dans la maison de son mari.
§ 142. Si une femme a pris son mari en aversion et a dit “tu ne m’éteindras plus”, une enquête sera menée à son sujet dans son quartier. Alors, si elle prend garde à soi et n’a pas de faute et si d’autre part son mari est sorteur et la discrédite grandement, cette femme n’est pas coupable; elle reprendra sa dot et s’en ira à la maison de son père.
§ 143. Si elle ne prend pas garde à soi et est sorteuse, dilapide sa maison, discrédite son mari, cette femme on la jettera à l’eau.
§ 144. Si un homme a pris en mariage une prêtresse nadītum et si cette nadītum a livré une esclave à son mari et lui a produit des enfants, si cet homme s’est proposé de prendre en mariage une prêtresse šugētum, on n’y autorisera pas cet homme; il ne pourra pas prendre en mariage une šugētum.
§ 145. Si un homme a pris en mariage une prêtresse nadītum et si elle ne lui a pas procuré d’enfants et s’il s’est proposé de prendre en mariage une prêtresse šugētum cet homme pourra prendre en mariage une šugētum; il pourra la faire entrer dans sa maison. Cette šugētum ne se tiendra pas sur un pied d’égalité avec la nadītum.
§ 146. Si un homme a pris en mariage une prêtresse nadītum et si elle a livré une esclave à son mari et si celle-ci a mis au monde des enfants, si dans la suite cette esclave a voulu se tenir sur un pied d’égalité avec sa maitresste, comme ile a mis au monde des enfants, sa maîtresse ne pourra pas la vendre; elle lui réimposera la marque de servilité et la comptera avec les esclaves.
§ 147. Si elle n’a pas mis d’enfants au monde, sa maitresse pourra la vendre.
§ 148. Si un homme a_pris une épouse et si une fièvre maligne l’a saisie, s’il s’est proposé d’en prendre une autre en mariage, il pourra la prendre; mais son épouse qu’une fievre maligne a saisie, il ne pourra pas la répudier. Elle demeurera dans la maison qu’ils ont fondée et aussi long­ temps qu’elle vivra, il devra l’entretenir.
§ 149.Si cette femme n’a pas accepté de demeurer dans la maison de son mari, il lui reconstituera sa dot qu’elle a apportée de la maison de son père et elle s’en ira.
§ 150. Si un homme a donné à son épouse un terrain, un verger, une maison ou un bien meuble et s’il lui a délivré un document scellé, après la mort de son mari ses enfants ne pourront pas les lui revendiquer. La mère peut laisser son héritage à son enfant préféré; elle ne peut pas le remettre à un étranger.
§ 151. Si une femme qui demeure dans la maison d’un homme a obligé son mari à lui délivrer une tablette pour qu’un créancier de son mari ne puisse pas la saisir, si cet homme avait une dette avant qu’il ne prenne cette femme en mariage, son créancier ne pourra en aucune manière saisir son épouse; en revanche, si cette femme avait une dette avant qu’elle n’entre dans la maison de l’homme, son créancier ne pourra en aucune manière saisir son époux.
§ 152. Si depuis que cette femme est entrée dans la maison de l’homme, ils ont contracté une dette, tous les deux devront rembourser le marchand.
§ 153. Si l’épouse d’un homme, à cause d’un autre mâle, a fait tuer son mari (ce qu’on pourrait appeler « divorce à l’italienne »), cette femme on l’empalera.

◉ ◎ ◉

Code d’Hammurabi
Ici quelques lois relatives aux ‘moeurs’: adultères, viols, accusations mensongères, validité ou invalidité du mariage… Pour une présentation du Code et d’autres lois, voir en peu plus bas, dans cette même page.

& 127. Si quelqu’un a fait montrer du doigt une prêtresse enlum ou l’épouse d’un homme libre, sans apporter de preuve, cette personne on la flagellera, devant les juges et on lui rasera sa moitié de chevelure.
& 128. Si un homme a pris une épouse, mais n’a pas dressé son contrat, cette femme n’est pas épouse.
& 129.  Si l’épouse d’un homme a été surprise alors qu’elle couchait avec un autre mâle, on les liera et on les jettera à l’eau. Si le mari et maître de la femme lui fait grâce, alors le roi graciera aussi son serviteur.
& 130. Si un homme a pris de force l’épouse vierge d’un autre homme qui demeure dans la maison de son père, et s’est couché sur son sein, et si on l’a surpris, cet homme sera tué; quant à cette femme elle sera tenue quitte.
& 131. Si l’épouse d’un homme, son mari l’a mise en cause, mais si elle n’a pas été surprise alors qu’elle couchait avec un autre mâle, elle prononcera le serment par le dieu et elle retournera à sa maison.
& 132.  Si l’épouse d’un homme a été montrée du doigt à cause d’un autre mâle, mais si elle n’a pas été surprise lors qu’elle couchait avec un autre mâle, pour son mari, elle devra plonger dans le Fleuve (=ordalie par l’eau).
& 133. Si un homme s’en est allé en laissant dans sa maison de quoi manger, son épouse tiendra sa maison et prendra garde à soi; dans la maison d’un autre elle n’entrera pas. Mais si cette femme n’a pas pris garde à soi et si elle est entrée dans la maison d’un autre, cette femme on la convaincra et on la jettera à l’eau.
& 134. Si un homme s’en est allé sans laisser de quoi manger dans sa maison, son épouse pourra entrer dans la maison d’un autre; cette femme n’est pas coupable. (SIC! Paragraphes 133-134, délit de fuite du mari: la femme doit rester fidèle tant qu’elle peut survivre. Après, elle s’arrange comme elle peut. Et il y avait déjà des cas d’hommes qui quittaient le domicile familiale, comme quoi nous n’avons pas trop changé….)
& 135. Si un homme s’en est allé sans laisser de quoi manger dans sa maison, si avant son retour, son épouse est entrée dans la maison d’un autre et y a mis au monde des enfants, si dans la suite, son mari est revenu et a regagné sa ville, cette femme retournera chez son époux initial; les enfants suivront chacun son père.
& 136. Si un homme a abandonné sa ville et s’est enfui, et si après sa défection, son épouse est entrée dans la maison d’un autre, si cet homme est revenu et a voulu reprendre son épouse, puisqu’il a eu de l‘aversion pour sa ville et s’est enfui, l’épouse du fuyard ne retournera pas à son mari.

◎ ◉ ◎

Lettre de Lamassī à son mari Pūšu-kēn
Parti vendre ses marchandises en Anatolie vers 1900-1800 av. J.-C., Pūšu-kēn a dû recevoir cette lettre que sa femme Lamassī, restée à Assur pour garder les enfants et superviser l’entreprise familiale des textiles, lui a écrit. Cela donne un aperçu de la vie de tant des femmes qui à la même époque comme Lamassī sont restées gérer le patrimoine familial et qui par force des choses se sont en partie affranchies de la position subalterne  réservée traditionnellement aux femmes.

“Dis à Pūšu-kēn, ainsi parle Lamassī: Kulumaya est en train de t’amener 9 textiles, Iddin-Sin 3 autres… Je t’en prie, mon seigneur, ne te fache pas parce que je ne t’ai pas envoyé tous les textiles que tu m’avais demandé par lettre.  Tu sais, notre petit a tellement grandi et j’ai dû lui faire une paire de couvertures pour son berceau. Tu sais, j’étais juste en train de faire des choses pour la maison et pour la famille, c’est pour ça que je ne t’ai pas envoyé tous les tissus. Ok, je te les enverrai avec la prochaine caravane, tous les tissus que j’arriverai à faire!
A propos de la maison d’Abum-ilī, Ikuppīya a construit ses murs sur les tiens et quand j’ai protesté il a juste dit: ‘Ainsi un mur commun a été créé’. Mais non, aucun mur commun ne doit pas être ainsi construit! Alors, toi, dis-lui pourquoi a-il construit ses murs sur les tiens? Agis comme un vrai seigneur et protecteur !
Pour le pain et la bière dont tu m’as écrit, rassure-toi, ils sont faits et prêts. Ta petite fille a grandi tellement! Prends la route, viens la placer dans les entrailles d’Assur et baise les pieds de ton dieu!”
(A. Karmel Thomason, 2013: 93).

◉ ◎ ◉

Ishtar et Gilgamesh
Dans le long texte concernant les aventures de Gilgamesh, à un certain moment on raconte comment Ishtar, la déesse de l’amour, est séduite par la beauté du roi qui se déshabille et se lave après un combat ; et comment elle lui propose de devenir son amant. Mais Gilgamesh, qui connait le sort réservé aux amants de la déesse, n’est guère enchanté et refuse d’une manière très directe et presque impolie :

« Gilgamesh lava sa tignasse, nettoya son bandeau, secoua sa chevelure sur son dos, jeta ses habits sales, en revêtit de propres, s’enveloppa d’un manteau et ceignit une écharpe. Quand Gilgamesh eut coiffé son turban, la noble Ishtar leva les yeux sur la beauté de Gilgamesh:

“Viens Gilgamesh, sois mon amant, donne-moi, oh ! Donne-moi les fruits de ton amour : toi, tu seras mon mari, moi, je serai ta femme”

“Que l’ombre du mur… soit ta place, que ton corps ne revête plus de vêtement ! Non, je ne te prendrai pas pour épouse. Tu n’es qu’un brasier qui s’éteint dans la glace, une porte incomplète qui ne retient ni vent ni brise, un palais qui crève les yeux du guerrier, une souris qui mange ce qui la recouvre, du bitume qui poisse celui qui le
porte, une outre qui mouille celui qui la porte, un bloc de fondation qui fait s’écrouler le mur de pierre, un bélier qui ne détruit pas les fortifications du pays ennemi, un soulier qui mord les pieds de son propriétaire.
Tu as aussi aimé Ishullanu, le jardinier de ton père. Il t’offrait sans cesse des corbeilles de dattes et chaque jour, il faisait resplendir sa table. Sur lui tu as levé les yeux, tu es allée vers lui. “Mon Ishullanu, viens, jouissons de ta vigueur, sors ta main et touche ma vulve”
Ishullanu t’a répondu : “Que veux-tu de moi ? Ma mère n’a-t-elle pas mis au four, et moi, n’ai-je pas déjà mangé, que je doive manger des pains de honte et de malédiction et que l’hiver venu, j’aie des joncs pour couverture ?” En entendant ces paroles, toi, tu l’as frappé et changé en crapaud, tu l’as fait demeurer au centre du jardin, il ne monte plus le limon, il ne descend plus le seau. Et moi, si tu m’aimes, tu me traiteras comme eux ! »

◎ ◉ ◎

Élégie d’une femme morte en couches
La naissance est un moment d’une grande joie aujourd’hui, quand les risques de mort sont extrêmement réduits. Mais dans l’antiquité et jusqu’au XIXe s. ap. J-C, la mort des femmes pendant l’accouchement ou des suites de celui-ci est une fatalité largement répandue. Ce texte mésopotamien du IIe mill. av. J.-C. relate la joie et la douleur, la naissance et la mort, moments intimement liés dans la littérature jusqu’au siècle dernier.

« Le jour où mon fruit était mûr, ah, combien j’étais contente ! Ah, combien j’étais contente ! Et mon mari aussi !
Le jour où le travail a commencé, mon visage est devenu sombre, le jour où j’ai commencé à donner la vie mes yeux se sont brouillés. J’ai prié à mains ouvertes la Dame des dieux, “tu es la mère de celles qui ont porté un enfant, sauve ma vie !”
En entendant cela, la Dame des dieux voila son regard: “Pourquoi continues-tu à me prier ?”
Mon mari, qui m’aimait, poussa un cri: “Pourquoi veux-tu me prendre la femme qui m’est si chère ?”
…(cassure du texte)… Tous ces nombreux jours j’étais avec mon mari, j’ai vécu avec lui qui était mon amour. La mort est venue rampant dans ma chambre, elle m’a conduite loin de ma maison, elle m’a arrachée à mon mari »
(K. R. Nemet-Nejat, Daily Life : 129-130)

◉ ◎ ◉

SAA 4, 129: Demande oraculaire à Šamaš
« Šamaš, grand seigneur, donne-moi une réponse arrêtée et positive à ce que je suis en train de te demander! Quel que soit que Esarhaddon, roi d’Assyrie, a écrit sur cette tablette posée devant toi, grand dieu, devrait-il le roi agir selon ce document? Cela t’es agréable, à toi, grand dieu? Ta grande divinité peut l’accepter? A été-il décrété et confirmé comme favorable par ordre de votre grande divinité, Šamaš, grand seigneur? Celui qui peut voir, le verra-t-il? Celui qui peut l’entendre, l’entendra-t-il?
Néglie/Méprisant/ Ne fait pas attention à la formulation de cas, d’aujourd’hui, que ce soit bon ou mauvais. Ne fait pas attention à qu’une personne pure ou une personne impure a touché le mouton sacrificiel, ou bloqué le chemin du mouton sacrificiel. Ne fait pas attention au fait qu’un homme ou une femme impures s’est approché du lieu de l’extispicine et l’a rendu impur.  Ne fait pas attention au fait qu’une personne impure a pratiqué l’extispicine ici. Ne fait pas attention au fait qu’un bélier offert à votre grande divinité pour l’exécution de l’extispicine n’a pas pu donner de résultat.
Exécuté dans l’ekal-mašarti
Ne fait pas attention au fait que celui qui a touché la tête du mouton est vêtu de ses vêtements souillés ordinaires, a mangé, a bu ou s’est oint de quelque chose d’impure, ou a altéré ou modifié  la procédure.
Ne fait pas attention au fait que moi, ton haruspice, ton serviteur,  je suis vêtu de mes vêtements ordinaires souillés,  j’ai vu la peur et la terreur la nuit,  j’ai brouillé l’oracle dans ma bouche.
Laisse toutes ces choses, mets-les de côté!
Je te demande, Šamaš, grand seigneur, si n’importe quoi Esarhaddon, roi d’Assyria, a écrit sur sur ce papyrus et a mis devant toi, grande divinité, il devrait faire selon ce document, si cela plaît à votre grande divinité,si c’est acceptable pour votre grande divinité.
Marduk-šumu-uṣur, Naṣiru, Bel-ušallim, Aqaraya, [NN], Be[l-iq]iša, [NN], […]…[…] »

◎ ◉ ◎

Inscription sumérienne sur perles

• Sur une perle en agate et or par l’une des femmes du roi Šü­-Sin :
« Ti’âmat-bâsti, concubine bien-aimée de Šü­-Sin, roi d’Ur »
(Sollberger et Kupper 1971: 156)

• Sur une perle en agate par le roi Ibbi-Sin :
« A Nanna, son maitre, Ibbi-Suen, le dieu de son pays, le roi fort, le roi d’Ur, le roi des quatre régions, a, pour sa vie, voué (cette perle). »
(Sollberger et Kupper 1971: 159)

◉ ◎ ◉

Inscription royale de Šu-Sin probablement sur un monument érigé à Nippur et ensuite copiée par un scribe sur deux tablettes avec d’autres inscriptions, notamment une de Kudur-Mabuk, père des rois Ward-Sin et Rim-Sin de Larsa

« …avec l’or qu’il emporta comme butin, il façonna sa statue et (la) voua à Enlil, son maitre, pour sa vie.
 Celui qui écartera cette inscription, que les dieux Enlil et Ninliltum arrachent sa racine et lui enlèvent sa descendance !
Inscription d’Indasu, gouver­neur de Zabšali, dans l’E-gula du temple de Ninlil »
(Sollberger et Kupper 1971: 154)

◎ ◉ ◎

Le Cantique des Cantiques
Le Cantique des cantiques est un ensemble de poèmes célébrant l’amour charnel. Les différents poèmes se présentent comme un dialogue entre deux amants, qui malgré certaines difficultés (il ne manque pas pour autant le τοπος de l’amour comme un tourment) sont pleins de désir l’un pour l’autre et célèbrent la beauté respective, le plaisir sexuel, les joies charnelles. Le Cantique se conclut par un hymne à l’amour qui donne du sens à la vie humaine face à la mort. Attribué traditionnellement à Salomon, ce qui en souligne aussi l’importance, le Cantique a vraisemblablement été rédigé entre le IVe et le IIIe s. av. J-C mais il reprend toute une tradition de poésie amoureuse mésopotamienne (notamment, l’amour entre Nabu et Tashmetu).

« Chapitre 1
Cantique des cantiques, de Salomon.
Qu’il me baise des baisers de sa bouche! Car ton amour vaut mieux que le vin,
Tes parfums ont une odeur suave; Ton nom est un parfum qui se répand; C’est pourquoi les jeunes filles t’aiment.
Entraîne-moi après toi! Nous courrons! Le roi m’introduit dans ses appartements… Nous nous égaierons, nous nous réjouirons à cause de toi; Nous célébrerons ton amour plus que le vin. C’est avec raison que l’on t’aime.
Je suis noire, mais je suis belle, filles de Jérusalem, Comme les tentes de Kédar, comme les pavillons de Salomon.
Ne prenez pas garde à mon teint noir: C’est le soleil qui m’a brûlée. Les fils de ma mère se sont irrités contre moi, Ils m’ont faite gardienne des vignes. Ma vigne, à moi, je ne l’ai pas gardée.
Dis-moi, ô toi que mon coeur aime, Où tu fais paître tes brebis, Où tu les fais reposer à midi; Car pourquoi serais-je comme une égarée Près des troupeaux de tes compagnons? –
Si tu ne le sais pas, ô la plus belle des femmes, Sors sur les traces des brebis, Et fais paître tes chevreaux Près des demeures des bergers. –
A ma jument qu’on attelle aux chars de Pharaon Je te compare, ô mon amie.
Tes joues sont belles au milieu des colliers, Ton cou est beau au milieu des rangées de perles.
Nous te ferons des colliers d’or, Avec des points d’argent. –
Tandis que le roi est dans son entourage, Mon nard exhale son parfum.
Mon bien-aimé est pour moi un bouquet de myrrhe, Qui repose entre mes seins.
Mon bien-aimé est pour moi une grappe de troëne Des vignes d’En Guédi. –
Que tu es belle, mon amie, que tu es belle! Tes yeux sont des colombes. –
Que tu es beau, mon bien-aimé, que tu es aimable! Notre lit, c’est la verdure. –
Les solives de nos maisons sont des cèdres, Nos lambris sont des cyprès.

Chapitre 2
Je suis un narcisse de Saron, Un lis des vallées. –
Comme un lis au milieu des épines, Telle est mon amie parmi les jeunes filles. –
Comme un pommier au milieu des arbres de la forêt, Tel est mon bien-aimé parmi les jeunes hommes. J’ai désiré m’asseoir à son ombre, Et son fruit est doux à mon palais.
Il m’a fait entrer dans la maison du vin; Et la bannière qu’il déploie sur moi, c’est l’amour.
Soutenez-moi avec des gâteaux de raisins, Fortifiez-moi avec des pommes; Car je suis malade d’amour.
Que sa main gauche soit sous ma tête, Et que sa droite m’embrasse!-
Je vous en conjure, filles de Jérusalem, Par les gazelles et les biches des champs, Ne réveillez pas, ne réveillez pas l’amour, Avant qu’elle le veuille. –
C’est la voix de mon bien-aimé! Le voici, il vient, Sautant sur les montagnes, Bondissant sur les collines.
Mon bien-aimé est semblable à la gazelle Ou au faon des biches. Le voici, il est derrière notre mur, Il regarde par la fenêtre, Il regarde par le treillis.
Mon bien-aimé parle et me dit: Lève-toi, mon amie, ma belle, et viens!
Car voici, l’hiver est passé; La pluie a cessé, elle s’en est allée.
Les fleurs paraissent sur la terre, Le temps de chanter est arrivé, Et la voix de la tourterelle se fait entendre dans nos campagnes.
Le figuier embaume ses fruits, Et les vignes en fleur exhalent leur parfum. Lève-toi, mon amie, ma belle, et viens!
Ma colombe, qui te tiens dans les fentes du rocher, Qui te caches dans les parois escarpées, Fais-moi voir ta figure, Fais-moi entendre ta voix; Car ta voix est douce, et ta figure est agréable.
Prenez-nous les renards, Les petits renards qui ravagent les vignes; Car nos vignes sont en fleur.
Mon bien-aimé est à moi, et je suis à lui; Il fait paître son troupeau parmi les lis.
Avant que le jour se rafraîchisse, Et que les ombres fuient, Reviens!… sois semblable, mon bien-aimé, A la gazelle ou au faon des biches, Sur les montagnes qui nous séparent. »

 ◉ ◎ ◉

Quelques lois du Code d’Hammurabi
Le Code d’Hammurabi est un ensemble de prescriptions juridiques gravées sur une stèle en basalte haute de 2,25 m. Elle fut érigée par le roi Hammurabi de Babylone (1792-1750 av. J.-C.) probablement à Sippar, la ville du dieu-soleil Shamash, dieu de la Justice.

« Paragraphe 110: Si une prêtresse naditum ou une prêtresse entum qui ne séjourne pas dans le cloître a ouvert la porte d’un cabaret, ou y est entrée pour prendre de la bière, cette dame on la brûlera
Paragraphe 113: Si un créancier doit récupérer d’un homme de l’orge ou de l’argent, et si, sans l’accord du débiteur, il lui a pris de l’orge dans la resserre ou sur l’aire, cet homme on le confondra et il rendra tout ce qu’il a pris d’orge ; en outre, il perdra quoi que ce soit qu’il a livré.
Paragraphe117: Si un homme a été contraint par une obligation  à vendre son épouse, son fils ou sa fille, ou bien s’il a dû livrer l’un ou l’autre en sujétion, pendant 3 ans ils travailleront dans la maison de leur acheteur ou de leur assujettissant mais la quatrième année leur libération interviendra.
Paragraphe 118: Si c’est un esclave ou une esclave qu’il a livré en sujétion, s’il laisse le marchand dépasser le délai, ce dernier pourra vendre l’esclave ; et il n’y aura pas de revendication.
Paragraphe 119: Mais si un homme a été contraint par une obligation à vendre une esclave qui lui avait mis au monde des enfants, il pourra toujours la récupérer (sans limitation de durée) en payant le prix qu’il en avait reçu.
Paragraphe 122: Si quelqu’un veut remettre  en dépôt à un homme de l’argent, de l’or ou quoi que ce soit, tout ce qu’il veut remettre il le montrera à des témoins (et) il dressera un contrat; alors seulement il le remettra en dépôt.
Paragraphe 123: S’il l’a remis en dépôt sans témoins ni contrat, et si on lui a fait des contestations là où il l’a remis, cette affaire n’entraine pas réparation.
Paragraphe 124: Si quelqu’un devant témoins a remis en dépôt à un homme soit de l’argent, de l’or ou quoi que ce soit d’autre et si cet homme lui a contesté le dépôt, on le confondra et il remettra le double de chaque chose qu’il aura contestée.
Paragraphe 125: Si quelqu’un a remis en dépôt quelque chose lui appartenant et si, là où il l’a remise, soit par suite d’une effraction, soit par suite d’un effondrement, sa chose à lui a disparu en même temps que quelque chose du propriétaire de la maison, le propriétaire de la maison, puisqu’il a été négligent, reconstituera la chose qu’on lui avait donnée en dépôt et qu’il a laissé perdre, et il la rendra au propriétaire du bien. Quant au propriétaire de la maison, il cherchera sans trêve sa chose disparue et il la reprendra à son voleur.
Paragraphe 126: Si quelqu’un, alors que quelque chose lui appartenant n’a pas disparu,  a déclaré  faussement ”quelque chose à moi a disparu” et s’il a mis en cause son quartier, son quartier lui déclarera officiellement, en présence du dieu, que sa chose n’a pas disparu, et il remettra en double, à son quartier, la chose qu’il réclamait. »

◎ ◉ ◎

Continuation du prologue du Code d’Hammurabi
Le Code d’Hammurabi est un ensemble de prescriptions juridiques gravées sur une stèle en basalte haute de 2,25 m. Elle fut érigée par le roi Hammurabi de Babylone (1792-1750 av. J.-C.) probablement à Sippar, la ville du dieu-soleil Šamaš , dieu de la Justice.

« Je suis le seigneur qui fait vivre la ville d’Uruk, qui assigne à ses gens les eaux de l’opulence, qui a haussé la tête de l’Eanna, qui accumule l’abondance pour Anum et Istar. Abri du pays, (je suis) celui qui a rassemblé les gens dispersés d’Isin, celui qui fait regorger d’opulence le temple Egalma!
Dragon des rois, jumeau de Zababa, (je suis) celui qui a solidement assis l’établissement de la ville de Kis, celui qui entoure d’éclat l’Emeteursag, celui qui a conçu l’ordonnance des grands rites d’Ištar,  celui  qui   prend  soin  du  temple Hursagkalama.
Filet des ennemis, je suis celui à  qui Erra, son compagnon, fait atteindre ce qu’il désire, celui qui a épanoui la ville de Kutha,  qui dispense largement toute chose au Meslam.
Aurochs indomptable qui encorne les ennemis, favori de utu, (je suis celui qui fait jubiler la ville de Borsippa, je suis le pieux qui ne chôme pas pour I’Ezida.
Dieu des rois, je suis celui qui connait la sagesse, celui qui étend les cultures de Dilbat, celui qui emplit les silos’ pour Ninurta le preux.
Seigneur, gloire du sceptre et de la couronne, dont la très sage Marna l’a parfait, je suis celui qui a fixé les plans de la ville de Kes, celui qui procure en abondance de pures nourritures à la déesse Nintu. »
(Finet 2002: 35-38)

◉ ◎ ◉

Poésie érotique

« Lève-toi et laisse moi te faire l’amour. Dans tes douces cuisses, celles où je me réveille, comment est doux ton amour, tes fruits sont abondants !De l’encens est mon lit, l’odeur de la plante ballukku. Oh les couronnes de nos têtes, les anneaux de nos oreilles, les collines de nos épaules, l’attraction de nos poitrines, le ‘spadix’ ( ?) de nos mains, la ‘grenouille’ (?) de notre taille ! Allonge ta main gauche et touche ma vulve! Joue avec mes seins! Entre, j’ai ouvert mes cuisses ! »
(Wasserman 2016 )

◎ ◉ ◎

Inscription d’Adad-Nirari I
Ceci est la conclusion de la majeure partie des inscriptions de fondation du roi Adad-Nirari I d’Assur. C’est une menace contre celui qui effacera le nom du roi :

« Celui qui effacera l’inscription de mon nom pour la remplacer avec le sien, ou qui jette mes inscriptions monumentales, qui les détruit, qui les abandonne à l’oubli, les couvre de terre, les brûle, les jette à l’eau, ou les met dans une maison tabou où il n’y a pas de lumière; ou si cette personne à cause de mes malédictions incite un étranger, quelqu’un de dehors, un ennemi malveillant, un homme qui parle une autre langue, ou n’importe qui d’autre à faire l’une de ces actions, ou conçoit et exécute quelque chose d’injurieux, puisse le dieu Assur, l’illustre dieu, qui habite dans l’Ehursagkurkurra, et puissent les dieux Anu, Enlil, Ea et Ninmah, les grands dieux, les Igigi du Ciel, les Annunaki de l’Au-delà, puissent tous ensemble le regarder avec colère, et dans leur colère lui infliger une malédiction maléfique. Puissent détruire son nom, sa descendance, son clan, et ses parents. Puisse la dispersion de ses terres, puisse la destruction de son peuple et de ses héritiers être proclamées par leur puissante volonté. Puisse le dieu Adad le couvrir avec une terrible inondation. Puissent déluges, tempêtes, insurrections, confusions, vents violents, besoins, famines, faims tomber sur sa terre. »
(RIMA 1: 134).

 ◉ ◎ ◉

Lettre de Mari
Nouvelles concernant l’envoi par flottage de poutres en bois et l’utilisation de roseaux pour le toit.

« Dis à mon Seigneur: ainsi parle Kibrî-Dagan, ton serviteur. Mon Seigneur m’a envoyé une lettre, au sujet des poutres de 3 cannes et des roseaux dont a besoin le palais à envoyer à Mari par flottage. Voilà que je viens d’envoyer par flottage 50 poutres que je conservais pour la couverture du bâtiment de la cour à la terrasse. D’autre part, j’ai fait des recherches mais il n’y avait absolument plus de roseaux. Tout ce qu’il y avait à ma disposition en fait de roseaux pour la couverture en roseaux de cette de­meure, j’en ai fait les couches en même temps que j’ai ins­tallé les briques. »
(J.-M. Durand,  Documents épistolaires du palais, n.199, p.330.)

◎ ◉ ◎

Prologue du Code d’Hammurabi
Le Code d’Hammurabi est un ensemble de prescriptions juridiques gravées sur une stèle en basalte haute de 2,25 m. Elle fut érigée par le roi Hammurabi de Babylone (1792-1750 av. J.-C.) probablement à Sippar, la ville du dieu-soleil Šamaš, dieu de la Justice.

« Lorsque le sublime Anum, le roi des Anunnaki, (et) Enlil, le maître des cieux et de la terre, celui qui fixe les destins du Pays, eurent assigné à Marduk, le  fils ainé d’Ea, la toute-puissance sur la totalité des gens, (lorsqu’) ils l’eurent magnifié parmi les lgigi, (lorsqu’) ils eurent prononcé le nom sublime de Babylone ( et) l’eurent rendue prépondérante aux quatre coins du monde, (lorsqu’) ils eurent établi pour lui (Marduk), au milieu d’elle, une éternelle royauté dont les fondements sont aussi définitivement assurés que ceux des cieux et de la terre, alors, c’est mon nom à moi, Hammu-rabi, le prince pieux qui vénère les dieux, que, pour proclamer le droit dans le Pays, pour éliminer le mauvais et le  pervers, pour que le fort n’opprime pas le faible, pour paraître sur les populations comme le Soleil et illuminer le Pays, (c’est mon nom à moi qu’) ont prononcé Anum et Enlil pour assurer le bonheur des gens.
Je suis Hammu-rabi, le pasteur, l’élu d’Enlil; (je suis) celui qui entasse opulence et prospérité, celui qui parfait toute chose pour la ville de Nippur, ‘Jonction du ciel et de la terre’, le pieux pourvoyeur de l’Ekur.
(Je suis) le puissant roi qui a restauré en son endroit la ville d’Eridu, qui a purifié la liturgie de l’Eabzu.
Tempête aux quatre coins du monde, (je suis) celui qui magnifie le nom de Babylone, celui qui contente le cœur de Marduk, son seigneur, qui se tient tous les jours dans l’Esagil.
Semence de royauté, qu’a créée le dieu Sin, (je suis) celui qui apporte l’abondance à la ville d’Ur, l’humble et fervent suppliant qui amène la prospérité à l’Ekisnugal.
Roi d’intelligence, obéissant à Šamaš, (je suis) le fort, celui qui a consolidé les fondements de Sippar, celui qui habille de verdure la chapelle d’Aya, celui qui a réglé les rites du temple Ebabbar qui est comme la demeure des cieux. »
(Finet 2002: 31-34)

◉ ◎ ◉

SAA 4 133 Demande oraculaire néo-assyrienne
Ce texte est une demande posée à Šamaš, dieu de la justice, mais aussi dieu-soleil qui a donc la capacité à voir tout, après l’insuccès d’une observation des viscères d’un bélier.

« […] Sera-t-il exécuté de façon satisfaisante? Votre grande divinité le sait-elle? Est-il décrété et confirmé dans un cas favorable, par le commandement de votre grande divinité, Šamaš, grand seigneur? Celui qui peut le voir, le verra-t-il? Est-ce que celui qui peut entendre entend? Ignorez que le bélier offert à votre divinité pour la performance de l’extispicine est déficient ou défectueux.

(Pause)  

Soyez présents dans ce bélier, placez-y une réponse ferme et positive, des desseins favorables, des présages favorables et propices par l’autorité oraculaire de votre grande divinité, et puisse-je les voir.
Puisse cette requête aller à votre grande divinité, oh Šamaš, grand seigneur, et qu’un oracle soit donné comme réponse. »

◎ ◉ ◎

Inscription royale de Šu-ilušu
Successeur du roi Išbi-Erra, il aurait regné 10 ans selon la Liste royale sumérienne

« Pour le dieu Nanna, suprême et fier, l’un des dieux Anuna, son Seigneur, Šu-ilušu, roi puissant, roi d’Ur, à l’époque où il a fait retourner la statue du dieu Nanna d’Ansan à Ur, il a construit le Dublamah, le lieu du jugement.
Il a mis en place pour lui une porte…aux couleurs brillantes et l’a dédiée à sa vie.
Si un homme donne l’ordre de faire du mal contre cette porte, ou la mène dans un entrepôt  (ou) en raison de cette malédiction incite un autre à le faire, 26-31) que le dieu Nanna, mon seigneur, (et) le la déesse Ningal, ma dame, maudissent cet homme. »
(RIME 4: 16).

◉ ◎ ◉

Inscription royale de Šu-ilušu
« La septième année de règne de Šu-ilušu commémore la construction de l’enceinte défensive d’Isin.
Šu-ilušu, roi puissant, roi du pays de Sumer et Akkad, à cause du grand amour pour la déesse Ninisina, afin d’installer dans leur lieu de résidence autour d’Isin les gens dispersées des terres supérieures et inférieures, il a construit la grande muraille dans l’ombre de laquelle personne fait du bruit Le nom de cette muraille est  “Šu-ilušu est le bien-aimé de (la déesse) Ištar. »
(RIME 4: 19)

◎ ◉ ◎

Recettes de cuisine
Quelques recettes de cuisine conservées à la Yale Babylonian Collection.

« Bouillon de chevrette. Tête, pattes et/ou queue seront passés-à-la­ flamme. Il y a de la viande; tu disposes de l’eau; tu y mets de la graisse; oignon et samidu; poireau et ail, que tu/il additionnes de sang … . Tu presses le tout avec(?) du kisimmu. A proportion, du sub,utinnû au naturel »

« Bouillon de cerf. Il n’y a pas de viande; tu disposes de l’eau; tu y mets de la graisse; cuscute(?), selon broiement; eau; sel, au jugé; oignon et samidu; poireau (et) a[il   ]à?/en, sel-en-grains, sans calculer; tourteau-égrené(?) … ;oignon et? samidu; cumin(?); coriandre(?); poireau, ail et Zurumu. . . . [      ]. Après avoir détrempé ta viande dans le reste de son sang, tu rassembles le tout en la marmite. »

« Bouillon d’oiseaux-tarru. Il y a du “gigot”(?) [f]rais; tu disposes de l’eau; tu y mets de la graisse; tu pares(?) les tarru … (?); sel-en-grains, au jugé; tourteau­ égrené(?); oignon et samidu; poireau et ail, avec du lait, … (?). Après avoir dépecé les tarru, tu les m[ê]les au bouillon de la [mar]mite, avant qu’ils cuisent au chaudron [… (?)]; puis tu les remets en la mar­mite. A présenter au couteau. »

◉ ◎ ◉

Document de fondation de Rim-Sin (1822-1763 av. J-C) pour le «Temple empli de graisse» (é-ì-gara₂-sù) du dieu-berger Dumuzi à Larsa

«Pour le dieu Dumuzi, le dieu des offrandes, époux bien-aimé de la déesse Inanna, berger de la vaste steppe, qui sait parfaitement prendre soin (de toutes les créatures), son seigneur, Rim-Sin, le prince qui respecte Nippur, pourvoyeur d’Ur, roi de Larsa, roi de Sumer et d’Akkad, a bâti pour toujours l’Egarasu, la demeure qu’il aime, qui convient à sa résidence, pour sa vie et la vie de Kudur-Mabuk, le père qui l’a engendré. Que pour cela le dieu Dumuzi, son seigneur, se réjouisse à son sujet et qu’il multiplie pour lui bovins et ovins dans les étables et bergeries ! »

◎ ◉ ◎

Colophon  d’une tablette néo-assyrienne:
« J’ai écrit sur des tablettes, vérifié et collationné la sagesse d’Ea, la science de l’exorciste, le secret des sages, qui convient parfaitement pour apaiser le cœur des grands dieux, d’après des exemplaires d’Assyrie et de Babylonie et je les ai déposées dans la
bibliothèque (girginakku) de l’Ezida, temple du dieu Nabu, mon seigneur, à l’intérieur de Ninive. Ô Nabu, roi de la totalité du ciel et de la terre, regarde donc favorablement cette bibliothèque et donne chaque jour ta bénédiction à Assurbanipal, ton serviteur qui
révère ta divinité, afin que je loue sans cesse ta divinité. »

 

◉ ◎ ◉

Hymne au dieu-soleil Shamash/Utu trouvé à Tell Haddad/Meturan

« …debout sur un magnifique… …digne parure de… …aimé de Ninlil.
Seigneur… pasteur des têtes noires.
Puissant champion… preux sans rival.
Utu, grand expert en toutes choses (?)… au service des ordres divins.
Utu est le juge suprême de l’univers, dont la parole est irrévocable.
Quand il se tient dans sa splendeur à l’horizon, c’est une tornade qui couvre tous les pays.
Éclatant luminaire de l’univers… les êtres vivants…
Les enfers, dont nul ne connaît l’intérieur, tu les [éclaires (?)]
La mer… c’est toi qui [en fait scintiller (?)] la surface.
Tu assistes (?)] les Anunna, les grands dieux, pour déterminer les destins. L’exorciste, sans toi, ne prend pas de décision…
Preux [Utu, sans toi, le cœur du dieu (?)] n’est pas apaisé, le malade (?) ne se relève pas de sa maladie mortelle.
[Preux Utu, sans toi…] le juste qui cherche à obtenir un oracle…
[Preux Utu, sans toi…] le méchant, le mauvais…
[Preux Utu, le malade…], c’est toi qui le remets entre les mains bienveillantes de son dieu. »

◎ ◉ ◎

Lettres de Mari
Les archives retrouvées dans le palais de Mari sont en grande partie formées par des  lettres envoyées au souverain, comme celles-ci :

« Dis à mon Seigneur : ainsi (parle) Kibri-Dagan, ton serviteur.
Je suis arrivé à Terqa, il y a 3 jours. (lacune)
D’autre part, mon Seigneur m’a parlé au sujet des statues des dieux et de leurs perruques. Le métallurgiste n’est pas (encore) arrivé. Que mon Seigneur m’écrive ce qu’il doit en être. »

« Dis à notre Seigneur: ainsi parlent Abumêkim et Lâ’ûm, tes serviteurs.
Je suis arrivé à Babylone et j’ai exposé toute l’affaire devant Hammu-rabi. Je l’ai entrepris au sujet d’un engagement solennel, mais en ce qui concerne Hît, il y a eu totale obstruction. Il a voulu me réfuter à force de paroles. Mais, moi, pas d’accord, j’ai mani­gancé l’affaire comme il convenait: en lui tenant tête, je l’ai amené à résipiscence. Hît ne fait (donc) plus partie du litige.
(…)
En attendant que j’arrive et que j’expose tous détails à mon Seigneur concernant (la façon dont s’est passé) le serment par les dieux, je tiens à attirer l’attention de mon Seigneur sur le fait qu’il ne doit pas s’engager solen­nellement! » (Durand, LAPO, p.448)

« Dis à mon Seigneur: ainsi parle Kibrî-Dagan, ton serviteur.
En ce qui concerne les 20 solives  et les poutres, besoin dont faisait état une lettre de mon Seigneur, j’ai envoyé tantôt des gens à Halabît mais tous les troncs qu’ils ont pris ne suffi­saient point aux besoins du palais.
Voilà que maintenant je me suis dépêché d’envoyer par flot­tage 30 solives et 20 poutres de 2 cannes chaque ainsi que 120 poutres de 10 coudées, tout ce que j’avais en ma possession. »

◉ ◎ ◉

Extraits de la liste royale sumérienne
La liste royale sumérienne est un texte à contenu historique, visant à donner les noms des rois qui ont régné dans le Sud de l’Irak.  Il est connu par plusieurs exemplaires, dont celui date de 1800 env.  av. J.-C.

« Quand la royauté descendit du ciel, la royauté fut à Eridu. A Eridu, Aluim fut roi ; il régna 28.000 ans. Alalgar régna 36.000 ans ; au total deux rois régnèrent 64.800 ans. Eridu tomba, sa royauté fut transférée à Bad-Tibira. A Bad-Tibira, Enmenluanna régna 43.200 ans ; Enmengalanna régna 28.000 ans ; Dumuzi, le pasteur, régna 36.000 ans ; (au total) 3 rois régnèrent 108.000 ans. Bad Tibirra tomba, sa royauté fut transférée à Larak… »

◎ ◉ ◎

Devinettes sumériennes
Quelques devinettes en langue sumérienne du début du IIe mill. ont survécu, comme les deux suivantes:

« Petit, je suis l’enfant d’un parterre ;
adulte, je suis le corps d’un dieu ;
vieux, je suis le médecin du pays de Sumer.
Solution : c’est le lin. »

« Une maison ouverte, une maison fermée.
On la voit, et pourtant elle reste fermée.
Solution : un sourd. »

◉ ◎ ◉

Proverbes
On a trouvé des proverbes sur plus de 700 tablettes, entières ou fragmentaires. Ils restent très parlant encore aujourd’hui.

« Prendre femme, c’est l’affaire des hommes,
mais avoir des enfants, cela dépend de dieu. »

« Que mon bien demeure intact ; c’est ton bien que je veux consommer ! »

« C’est manquer de savoir-vivre que de porter à la bouche des mains non lavées ! »

« Le cheval éjecte son cavalier, puis il dit : “si celui-ci reste sur mon dos, je vais m’affaiblir !” »

◎ ◉ ◎

Le Déluge universel expliqué à Gilgamesh

« Gilgamesh, je vais te révéler un mystère,
Je vais te confier un secret des dieux !
Tu connais la ville de Shuruppak, sise [sur le bord] de l’Euphrate,
Vieille cité, et que les dieux hantaient.
C’est là que prit aux grands-dieux l’envie de provoquer le Déluge :
[Les instiga]teurs en étaient Anu, leur père ;
Enlil -le-preux, leur souverain ;
Leur préfet, Ninurta, et Ennugi, leur contremaître.
Or, bien qu’ayant juré avec eux le secret,
Ea-le-prince (?) répéta leur propos à la palissade d’Uta-napishtîm :
« Palissade ! ô palissade ! Paroi ! Paroi !Écoute, palissade ! Rappelle-toi, paroi !
Ô roi de Shuruppak, fils d’Ubar-Tutu,
Démolis ta maison pour te faire un bateau ;
Renonce à tes richesses pour te sauver la vie ;
Détourne-toi de tes biens pour te garder sain et sauf !
Mais embarque avec toi des spécimens de tous êtres-vivants !
Le bateau que tu dois fabriquer sera une construction équilatérale :
A largeur et longueur identiques. Tu le toitureras [com]me l’Apsû ! »

 

◉ ◎ ◉

L’art d’écrire….
Ce texte est connu dans 4 tablettes bilingues (sumérien/akkadien),  difficiles à traduire:

« L’art d’écrire est la mère de l’orateur, le père de l’artiste;
l’art d’écrire est splendide, de son abondance jamais on ne se lasse;
l’art d’écrire ne s’apprend pas aisément, mais celui qui l’a appris n’a plus à s’en préoccuper.
Quand tu te seras appliqué à l’art d’écrire, il t’apportera du profit;
quand tu te seras voué à l’art d’écrire, il te fera obtenir la richesse;
pour l’art d’écrire, ne sois pas négligent ni inactif (…) »

◎ ◉ ◎

Gilgamesh pleure la mort d’Enkidu
Tablette VIII

« Aux premières lueurs du matin, Gilgamesh dit à son ami: ‘Enkidu, mon ami, (…) que les chemin vers la Forêt des cèdres sans jamais se taire, jour et nuit, te pleurent; que viennent aussi te pleurer les Anciens dans les larges rues d’Uruk, (…) que te pleurent les sommets des montagnes et des monts que tous les deux nous avons gravi; que se lamentent les champs comme le ferait ta propre mère; que te pleure la résine des cèdres (…); que te pleurent ours, hyène, léopard, guépard, cerf et chacal, lion buffle, daim, bouquetin, la harde et les bêtes de la steppe; (…) que te pleure le pur Euphrate où nous avons souvent puisé en libation l’eau de nos outres; que viennent te pleurer les jeunes gens d’Uruk qui ont vu nos hauts faits, nous qui avons tué le Taureau céleste; (…) que les frères te pleurent comme des soeurs. Moi, qui ai été pour toi ta mère et ton père, moi je te pleure… »

◉ ◎ ◉

Amours divins
Cet extrait est tiré de l’ensemble de textes connu sous le nom d’Enlil et Ninlil, qui forment le récit de la naissance des amours entre Enlil, alors dieux suprême du panthéon et Ninlil, sa parèdre.

« Le long de la limpide voie d’eau, Ninlil se promena ; et Enlil, le seigneur au regard luisant jeta les yeux sur elle ! Le vénérable Enlil au regard luisant jeta les yeux sur elle ! Le Pasteur qui arrête les destinées, au regard luisant, jeta les yeux sur elle !
‘Je veux te pénétrer!’ lui disait le seigneur. Mais elle refusait. ‘Je veux te baiser !’ lui déclarait Enlil. Mais elle refusait. Enlil s’adressa donc à son page, Nuska : —‘Nuska ! Mon page !’ —‘Oui, à tes ordres !’ —‘Cette jouvencelle si avenante, si rayonnante, cette Ninlil si avenante, si rayonnante, nul ne l’a encore pénétrée, nul ne l’a baisée !’  Le page alors procura à son maître une barque et là Enlil pénétra et baisa Ninlil, sa main toucha ce dont on a tant envie, et il la pénétra et baisa et il déversa dans son sein sa semence. »

  1. ce nom est peut-être un jeu de mots, mais sa signification exacte ,’est pas claire []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Histoire et archéologie des sociétés antiques, ISSN 2606-7587