Archives par mot-clé : sceaux-cylindres

La musique en Mésopotamie

À ce 21 Juin 2020
privé de musique…

Dans la société mésopotamienne la musique avait une importance certaine: des berceuses que les mamans fredonnaient à leurs bébés, aux chants des fêtes religieuses, à la musique qui accompagnait le banquet, aux épopées qui étaient chantées1, à la célébration des victoires militaires… La musique est présente à toute époque, dans

Hochet retrouvé à Ur, époque paléo-babylonienne (BM 11 6869). Depuis Dumbrill 2015: fig. 60.
Hochet retrouvé à Ur, époque paléo-babylonienne (BM 116869). Depuis Dumbrill 2015: fig. 60.

tous les niveaux sociaux et dans toutes les phases de la vie humaine: du hochet du nourrisson (ci-contre) à la harpe du cimetière royal d’Ur (ci-dessous).
Textes, représentations iconographiques et découvertes archéologiques d’instruments anciens convergent à montrer l’importance de la musique qui a été occultée par la perte de la majeure partie des instruments et par le nombre réduit de partitions musicales.
Comme disait Platon, la musique est l’une des composantes de l’expérience du beau. Selon les récentes études des neuroscientifiques, la musique arrive à communiquer directement des émotions à notre cerveau, sans explication et sans demander des auditeurs une quelconque formation musicale.

Continuer la lecture de La musique en Mésopotamie

  1. un bon nombre des textes littéraires était destiné à être chanté []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Le Musée de Bagdad: histoire d’une passion

À tous les Irakiens

 

Le Musée de Bagdad voit le jour en 1922  grâce à l’action de Gertrude Bell, voyageuse ‘hors norme’, femme politique et militaire qui joua un rôle important dans la politique britannique au Proche-Orient entre 1915 et 1925.  À une époque qui ne se soucie pas des peuples locaux et qui continue à penser que les oeuvres du passé restituées dans ces contrées éloignées d’Europe doivent être envoyées en Europe pour y être conservées1, Gertrude se bat pour créer un musée sur place. Jugée souvent trop proche des ‘Arabes’, ce n’est pas sans difficulté qu’elle arrive à faire ouvrir les portes de son musée pour la 1ère fois en 1926.

Continuer la lecture de Le Musée de Bagdad: histoire d’une passion

  1. car patrimoine mondiale de l’humanité et à cause de la supposée « indifférence » des locaux vis-à-vis de leur patrimoine []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts