Archives par étiquette : sceau cylindre

Sceaux et comptabilité

Depuis leur apparition l’une des fonctions principales des sceaux est liée à la propriété et à la comptabilité. Qu’il soit figuré ou écrit ou figuré et écrit, le sceau devient un signe personnel d’autorité et propriété. Les premiers sceaux du Proche-Orient ancien, qui étaient des cachets en pierre1, datent de l’époque néolithique acéramique B (dite PPNB, fin du VIIIe mill BCE). Ils ont été retrouvés à Bouqras (sur Moyen Euphrate) et à El Kown (steppe syrienne). Dotés d’un décor géométrique, ils sont apposés sur des plaquettes qui servaient à fermer des petits récipients. En absence de serrure et de clé, la seule manière de fermer un objet ou une porte était le scellé.

Continuer la lecture

  1. parfois même en jadéite et albâtre. Pour les différences entre cachets et sceaux-cylindres, voir l’article Amulettes, cachets et sceaux cylindres. Voir aussi: Sceaux mésopotamiens et répétition []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Amulettes, cachets et sceaux cylindres

Depuis l’époque néolithique acéramique et jusqu’à la dynastie sassanide, la Mésopotamie restitue des petits objets, le plus souvent en pierre, le plus souvent hauts de 2-3 cm et larges de 0.5-2 cm, ayant un dessin incisé en “intaille” (c’est à dire en creux, à l’envers de comment il doit apparaître). Ce sont des sceaux, qui se présentent sous deux formes: 1) cachet ; 2) sceau-cylindre.

Exemple de sceau-cylindre, moitié du IIIe mill.

Exemple de sceau-cylindre, moitié du IIIe mill.

 

Continuer la lecture

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Le cheval, 2e partie

Le statut spécial du cheval, qui n’est pas domestique tout au plus domestiqué, en constitue aussi un attrait, qui uni à ses qualités et à sa prestance en on permis l’adoption rapide dans le cœur des hommes.
Cela est démontré par les tombes de chevaux, qui jusqu’à maintenant ont rarement suscité de l’attention de la part des archéologues. Pourtant en Mésopotamie on a retrouvé une dizaine des tombes de squelettes entiers de chevaux (et d’autres de chiens) soit isolés, soit à côté des hommes.

Tombes d'Umm el Marra (Schwartz et alii 2012)

Tombes d’Umm el Marra (Schwartz et alii 2012)

A partir du milieu du IIIe mill. av. J.-C., donc à la même époque que les premières et consistantes images d’équidés, une partie des tombes probablement royales de Kish, d’Abu Salabikh, d’Umm el Marra restituent plusieurs squelettes de chevaux. La raison de cette sépulture, pourtant, ne réside pas dans un sentiment d’affection ou d’amitié pour l’animal.

Continuer la lecture

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts