Archives par étiquette : sceau

Sceaux et comptabilité

Depuis leur apparition l’une des fonctions principales des sceaux est liée à la propriété et à la comptabilité. Qu’il soit figuré ou écrit ou figuré et écrit, le sceau devient un signe personnel d’autorité et propriété. Les premiers sceaux du Proche-Orient ancien, qui étaient des cachets en pierre1, datent de l’époque néolithique acéramique B (dite PPNB, fin du VIIIe mill BCE). Ils ont été retrouvés à Bouqras (sur Moyen Euphrate) et à El Kown (steppe syrienne). Dotés d’un décor géométrique, ils sont apposés sur des plaquettes qui servaient à fermer des petits récipients. En absence de serrure et de clé, la seule manière de fermer un objet ou une porte était le scellé.

Continuer la lecture

  1. parfois même en jadéite et albâtre. Pour les différences entre cachets et sceaux-cylindres, voir l’article Amulettes, cachets et sceaux cylindres. Voir aussi: Sceaux mésopotamiens et répétition []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Une histoire de femmes (2e partie)

Sceau de Zamena, nourrice à la cour d'Urkish, fin du IIIe mill. av. J-C.

Sceau de Zamena, nourrice à la cour d’Urkish, fin du IIIe mill. av. J-C.

Bien que les sources concernent plus souvent les femmes de l’élite, reines ou prêtresses, elles n’oublient pas pour autant les femmes des autres milieux sociaux. Ainsi, nous pouvons connaître la vie des femmes qui travaillaient pour d’autres ou des femmes qui participaient à une entreprise familiale. Depuis leur apparition, en effet, les listes de personnes qui travaillaient dans les palais ou les temples, citent souvent des femmes dans différents secteurs : nourrices, fileuses, musiciennes, cabaretières , qui côtoyaient des femmes travaillant dans des secteurs plus “masculins”, comme l’écriture et la construction. On connaît ainsi des femmes chargées de transporter les briques dont toute construction mésopotamienne nécessite une grande quantité et qui étaient faites à l’avance. Continuer la lecture

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts