Archives par mot-clé : Nippur

La peinture 2ème partie

Entre la fin du IVe mill. et le IIIe mill. BC, quand apparaissent les premières villes, on retrouve la peinture essentiellement dans les temples: à Tell Uqair, au nord-est de Babylone (et à 80 km au sud de Bagdad), le ‘Painted Temple’ présentait plusieurs pièces ornées de peintures dont seulement des fragments subsistent. Les deux vestibules portaient un décor de personnages humains, dans un cas accompagnés d’un quadrupède, insérés dans des ‘métopes’ qui sont composées de motifs géométriques.

Continuer la lecture de La peinture 2ème partie

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Dur Sharrukin, la ville idéale

Dur Sharrukin (« la forteresse de Sargon ») est la capitale de Sargon II d’Assyrie, le roi qui a repris dans son nom son illustre aïleul, le roi Sargon d’Akkad. C’est une ville nouvelle, c’est-à-dire fondée ex nihilo sur un terrain vierge ou quasiment vierge1, fondée donc en suivant un plan bien précis, décidé en grande partie par le roi lui même. Si on a la chance d’avoir 110 tablettes (1/10 de la correspondance passive de Sargon II, dont on a env. 1300 lettres) relatant la réalisation des travaux gigantesques mis en œuvre pour compléter rapidement (une douzaine d’années) la nouvelle capitale, ce sont les analyses archéologiques qui ont découvert la symbolique de cette construction.

Continuer la lecture de Dur Sharrukin, la ville idéale

  1. il y avait un petit village, Maganuba, exproprié pour la construction de la nouvelle capitale []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Une histoire de femmes (2e partie)

Sceau de Zamena, nourrice à la cour d'Urkish, fin du IIIe mill. av. J-C.
Sceau de Zamena, nourrice à la cour d’Urkish, fin du IIIe mill. av. J-C.

Bien que les sources concernent plus souvent les femmes de l’élite, reines ou prêtresses, elles n’oublient pas pour autant les femmes des autres milieux sociaux. Ainsi, nous pouvons connaître la vie des femmes qui travaillaient pour d’autres ou des femmes qui participaient à une entreprise familiale. Depuis leur apparition, en effet, les listes de personnes qui travaillaient dans les palais ou les temples, citent souvent des femmes dans différents secteurs : nourrices, fileuses, musiciennes, cabaretières , qui côtoyaient des femmes travaillant dans des secteurs plus “masculins”, comme l’écriture et la construction. On connaît ainsi des femmes chargées de transporter les briques dont toute construction mésopotamienne nécessite une grande quantité et qui étaient faites à l’avance. Continuer la lecture de Une histoire de femmes (2e partie)

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Une histoire des femmes (première partie)

Nouvelles informations sur les collections
des  musées en ligne (voir la page “Bibliographie”)

Depuis les années 60 la recherche féministe, insistant sur le besoin de « chercher des femmes » dans l’histoire, a élargi la compréhension historique. Ces études, arrivées il y a une vingtaine d’années chez les spécialistes du Proche-Orient ancien, ont profondément transformé notre vision des femmes mésopotamiennes.

Les sources — textuelles ou iconographiques — sont toujours plus bavardes sur les gens de l’élite, détenteurs du pouvoir économique, politique et social. Il en va de même pour les femmes. Continuer la lecture de Une histoire des femmes (première partie)

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts