Archives par mot-clé : Néo-Assyrien

La musique en Mésopotamie

À ce 21 Juin 2020
privé de musique…

Dans la société mésopotamienne la musique avait une importance certaine: des berceuses que les mamans fredonnaient à leurs bébés, aux chants des fêtes religieuses, à la musique qui accompagnait le banquet, aux épopées qui étaient chantées1, à la célébration des victoires militaires… La musique est présente à toute époque, dans

Hochet retrouvé à Ur, époque paléo-babylonienne (BM 11 6869). Depuis Dumbrill 2015: fig. 60.
Hochet retrouvé à Ur, époque paléo-babylonienne (BM 116869). Depuis Dumbrill 2015: fig. 60.

tous les niveaux sociaux et dans toutes les phases de la vie humaine: du hochet du nourrisson (ci-contre) à la harpe du cimetière royal d’Ur (ci-dessous).
Textes, représentations iconographiques et découvertes archéologiques d’instruments anciens convergent à montrer l’importance de la musique qui a été occultée par la perte de la majeure partie des instruments et par le nombre réduit de partitions musicales.
Comme disait Platon, la musique est l’une des composantes de l’expérience du beau. Selon les récentes études des neuroscientifiques, la musique arrive à communiquer directement des émotions à notre cerveau, sans explication et sans demander des auditeurs une quelconque formation musicale.

Continuer la lecture de La musique en Mésopotamie

  1. un bon nombre des textes littéraires était destiné à être chanté []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Animaux en guerre : le cheval

Alla memoria dell’amatissima
Anna Carta Manchia
(17/09/1939- 21/11/2018), detta “Scendete bambine!”

Le cheval est l’animal le plus évident quand on pense aux guerres avant les véhicules à moteur. Il a servi depuis le début essentiellement pour le transport, d’abord des chariots, puis – vers le milieu du IIe mill – des hommes.

Détail de l'étendard d'Ur (British Museum)
Détail de l’étendard d’Ur (British Museum)

Dans les premières représentations figurées (étendard d’Ur, Stèle des vautours), qui remontent au IIIe mill., quand encore son identification exacte (onagre, âne domestique, cheval)((L’idéogramme sumérien pour cheval signifie littéralement: “âne des montagnes”.)) nous échappe, il est attelé à un char aux roues solides, difficile à manier. En plus, le joug, dérivé de celui inventé pour les boeufs, est mal adapté à l’équidé, qui a dû souffrir, spécialement de l’anneau au nez1. De même, l’absence de fers aux sabots a dû entraîner des sérieuses lésions aux membres. Mais depuis son apparition, le cheval est d’emblée lié à la guerre. Et déjà ici, au IIIe mill. av. J.-C., se trouvent les racines d’un topos littéraire autant qu’artistique, celui du char royal. Continuer la lecture de Animaux en guerre : le cheval

  1. Voir ici l’article sur le cheval : https://ane.hypotheses.org/4764. []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Animaux en guerre : le chien

Parmi les nombreuses représentations mésopotamiennes d’animaux, certaines les montrent intervenant dans la guerre. Ils peuvent intervenir sur invitation de l’homme (chiens, équidés,((On appelle ainsi les animaux appartenant à la famille Equidae dont l’identification exacte – cheval, âne domestique, âne sauvage, mule, bardot – n’est pas assurée.)) dromadaires) ou pas (animaux charognards).

Continuer la lecture de Animaux en guerre : le chien

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts