Archives par mot-clé : médio-assyrien

L’époque d’El-Amarna

 

Le site d’El-Amarna, en Moyenne Égypte, donc à 312 km au sud du Caire et à 402 km au nord de Luxor, sur la rive est du Nile, n’est pas seulement important pour les égyptologues mais aussi pour les spécialistes du Proche-Orient ancien. Comme souvent, la découverte est due au hasard: en 1887, travaillant dans les champs, des paysans égyptiens découvrirent des tablettes cunéiformes, ce qui poussa les archéologues anglais, français et allemands à mener des fouilles sur le site. D’autres tablettes furent trouvées ainsi que des palais, des temples, les résidences des fonctionnaires, les tombes des nobles et d’une partie de la famille royale, une ville et un quartier habité par les ouvriers qui construisirent cette capitale éphémère.

Continuer la lecture de L’époque d’El-Amarna

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

La musique en Mésopotamie

À ce 21 Juin 2020
privé de musique…

Dans la société mésopotamienne la musique avait une importance certaine: des berceuses que les mamans fredonnaient à leurs bébés, aux chants des fêtes religieuses, à la musique qui accompagnait le banquet, aux épopées qui étaient chantées1, à la célébration des victoires militaires… La musique est présente à toute époque, dans

Hochet retrouvé à Ur, époque paléo-babylonienne (BM 11 6869). Depuis Dumbrill 2015: fig. 60.
Hochet retrouvé à Ur, époque paléo-babylonienne (BM 116869). Depuis Dumbrill 2015: fig. 60.

tous les niveaux sociaux et dans toutes les phases de la vie humaine: du hochet du nourrisson (ci-contre) à la harpe du cimetière royal d’Ur (ci-dessous).
Textes, représentations iconographiques et découvertes archéologiques d’instruments anciens convergent à montrer l’importance de la musique qui a été occultée par la perte de la majeure partie des instruments et par le nombre réduit de partitions musicales.
Comme disait Platon, la musique est l’une des composantes de l’expérience du beau. Selon les récentes études des neuroscientifiques, la musique arrive à communiquer directement des émotions à notre cerveau, sans explication et sans demander des auditeurs une quelconque formation musicale.

Continuer la lecture de La musique en Mésopotamie

  1. un bon nombre des textes littéraires était destiné à être chanté []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Le cheval, 2e partie

Le statut spécial du cheval, qui n’est pas domestique tout au plus domestiqué, en constitue aussi un attrait, qui uni à ses qualités et à sa prestance en on permis l’adoption rapide dans le cœur des hommes.
Cela est démontré par les tombes de chevaux, qui jusqu’à maintenant ont rarement suscité de l’attention de la part des archéologues. Pourtant en Mésopotamie on a retrouvé une dizaine des tombes de squelettes entiers de chevaux (et d’autres de chiens) soit isolés, soit à côté des hommes.

Tombes d'Umm el Marra (Schwartz et alii 2012)
Tombes d’Umm el Marra (Schwartz et alii 2012)

A partir du milieu du IIIe mill. av. J.-C., donc à la même époque que les premières et consistantes images d’équidés, une partie des tombes probablement royales de Kish, d’Abu Salabikh, d’Umm el Marra restituent plusieurs squelettes de chevaux. La raison de cette sépulture, pourtant, ne réside pas dans un sentiment d’affection ou d’amitié pour l’animal.

Continuer la lecture de Le cheval, 2e partie

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts