Archives par mot-clé : Mari

La musique en Mésopotamie

À ce 21 Juin 2020
privé de musique…

Dans la société mésopotamienne la musique avait une importance certaine: des berceuses que les mamans fredonnaient à leurs bébés, aux chants des fêtes religieuses, à la musique qui accompagnait le banquet, aux épopées qui étaient chantées1, à la célébration des victoires militaires… La musique est présente à toute époque, dans

Hochet retrouvé à Ur, époque paléo-babylonienne (BM 11 6869). Depuis Dumbrill 2015: fig. 60.
Hochet retrouvé à Ur, époque paléo-babylonienne (BM 116869). Depuis Dumbrill 2015: fig. 60.

tous les niveaux sociaux et dans toutes les phases de la vie humaine: du hochet du nourrisson (ci-contre) à la harpe du cimetière royal d’Ur (ci-dessous).
Textes, représentations iconographiques et découvertes archéologiques d’instruments anciens convergent à montrer l’importance de la musique qui a été occultée par la perte de la majeure partie des instruments et par le nombre réduit de partitions musicales.
Comme disait Platon, la musique est l’une des composantes de l’expérience du beau. Selon les récentes études des neuroscientifiques, la musique arrive à communiquer directement des émotions à notre cerveau, sans explication et sans demander des auditeurs une quelconque formation musicale.

Continuer la lecture de La musique en Mésopotamie

  1. un bon nombre des textes littéraires était destiné à être chanté []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Les épidémies à Mari

Une nouvelle biographie vous attend: JANE DIEULAFOY.
Bonne lecture!

« La maison de Bahlu-Gawum, ton serviteur, a disparu toute entière , lors de l’épidémie. Tous ses fils sont morts et il n’y a plus personne pour se tenir à sa tête ». (ARM V: 87)

 

La documentation de Mari offre une occasion inespérée de connaître des cas d’épidémies. En effet, les documents épistolaires confirment ce que les documents administratifs semblaient déjà indiquer: le royaume, surtout sa périphérie, a connu maintes épidémies au début du IIe millénaire av. J.-C. Une fois c’est la région de Halébiyé qui est durement frappée, une autre la région de Terqa, une autre encore la région de Saggaratum… Dans la lettre suivante, un haut fonctionnaire de Yasmah-Addu, roi de Mari, reporte au roi la situation d’une épidémie qui a frappé plusieurs villes de la région de Halébiyé (Tuttul, Dunnum, Mubân …):
Continuer la lecture de Les épidémies à Mari

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Les prophètes dans la Bible et au Proche-Orient ancien

Une nouvelle biographie vous attend:
Sir Max Mallowan

La deuxième partie de la Bible hébraïque, qui se situe entre la Tora, « la loi », et les Écrits (Ketûbim)1, est connue sous le nom de Nebi’im / Nevi’im, les Prophètes. Il s’agit d’un recueil de plusieurs livres attribués aux prophètes, comme Samuel, Esaïe, Jérémie, Ezéchiel, Amos, Osée, Zacharie… Un prophète est un homme (parfois une femme, comme par ex. Miryam, sœur d’Aaron, prophétesse dans Exode 15,20) par la bouche duquel un dieu choisit de parler, pour s’adresser à une tierce personne. Le dieu parle avec le langage humain (donc non par signes comme dans la divination), mais son message peut être obscur et nécessiter donc une interprétation. Le message peut concerner le présent, le passé ou le futur. En effet, l’un des caractères principaux de la prophétie biblique est qu’elle n’est pas toujours une prédiction. Dans ce sens, elle est un rappel à une tradition qui s’est endormie et qu’elle tente de ressusciter.

Continuer la lecture de Les prophètes dans la Bible et au Proche-Orient ancien

  1. l’ensemble est ainsi appelé parfois TaNaK, d’après les initiales des trois parties []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

La peinture 2ème partie

Entre la fin du IVe mill. et le IIIe mill. BC, quand apparaissent les premières villes, on retrouve la peinture essentiellement dans les temples: à Tell Uqair, au nord-est de Babylone (et à 80 km au sud de Bagdad), le ‘Painted Temple’ présentait plusieurs pièces ornées de peintures dont seulement des fragments subsistent. Les deux vestibules portaient un décor de personnages humains, dans un cas accompagnés d’un quadrupède, insérés dans des ‘métopes’ qui sont composées de motifs géométriques.

Continuer la lecture de La peinture 2ème partie

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Les archives d’Ilu-kân

Les éditions SEPOA, Paris, annoncent la publication du numéro XV de la série Florilegium marianum : Grégory Chambon, Les archives d’Ilu-kân – gestion et comptabilité du grain dans le palais de Mari, Mémoires de N.A.B.U. 19, Paris, 2018. 215 p., ISBN 978-2-9538653-9-4.

Le livre comprend la publication de 205 textes dont 74 inédits. Prix : 40 euros + frais de port. Commande et paiement possibles sur la boutique en ligne.

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts