Archives par étiquette : Ishtar

Repas quotidiens et repas de fêtes en Mésopotamie (2)

UNE NOUVELLE BIOGRAPHIE
EST DISPONIBLE DANS LE VOLET
CORRESPONDANT: ELIZABETH DOUGLAS VAN BUREN

PRÉPARATION DES ALIMENTS
Pour préparer les divers aliments, il fallait un système de cuisson et un minimum d’ustensiles. Les bédouins utilisaient un matériel portable, de même que les soldats en campagne comme le montre un bas-relief assyrien représentant la préparation du repas sous la tente [Figure 1].

Figure 1: Préparation du repas par des soldats en campagne, règne d'Assurbanipal

Figure 1: Préparation du repas par des soldats en campagne, règne d’Assurbanipal

Continuer la lecture

Pierre Villard

Professeur d'histoire ancienne. Université Clermont Auvergne. Spécialiste de l'empire néo-assyrien.

More Posts

Messages codés : entre ésotérisme et services secrets

 

Nous n’avons pas inventé les messages codés, ni Jules César qui pourtant les a abondamment utilisés. Depuis qu’il existe un système de communication écrit, il existe également des systèmes de codage des messages, qu’on les aient déjà compris comme en Mésopotamie, Égypte, Grèce et Rome, ou pas encore comme chez les Maya. Je dirais même que depuis qu’il existe, l’homme a senti la nécessité de pouvoir communiquer des informations de manière sécurisée sans les rendre accessibles à tous, surtout pendant les guerres. La cryptographie est la science qui étudie ces communications sécurisées.

Continuer la lecture

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

La peinture 2ème partie

Entre la fin du IVe mill. et le IIIe mill. BC, quand apparaissent les premières villes, on retrouve la peinture essentiellement dans les temples: à Tell Uqair, au nord-est de Babylone (et à 80 km au sud de Bagdad), le ‘Painted Temple’ présentait plusieurs pièces ornées de peintures dont seulement des fragments subsistent. Les deux vestibules portaient un décor de personnages humains, dans un cas accompagnés d’un quadrupède, insérés dans des ‘métopes’ qui sont composées de motifs géométriques.

Continuer la lecture

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Ninive, la capitale de Sennacherib

A la mort tragique de son père en 705, Sennacherib, qui avait été déjà associé au pouvoir par Sargon II, accède au trône.  Abandonnant l’éphémère capitale de Dur-Sharrukin, toute construite à la gloire de son père, Sennacherib choisit comme nouvelle capitale un nouveau site, pourtant chargé d’histoire, Ninive.

Tête en bronze découverte à Ninive en 1931, attribuée à Sargon d'Akkad

Tête en bronze découverte à Ninive en 1931, attribuée à Sargon d’Akkad

Le site, qui avait été habité depuis l’époque Hassuna (VIe mill av. J-C),  devient un centre cultuel important au moins pendant le IIIe mill. av. J-C,probablement en raison de sa position géographique appropriée qui la mettait au carrefour de plusieurs routes commerciales. En plus la ville était le siège de l’Emashmash, le temple de la déesse hurrite Shaushka, plus tard assimilée à Ishtar. Les rois akkadiens (fin du IIIe mill. av. J-C) construisirent ou reconstruisirent ce temple et y dédièrent des  statues, comme le prouve la fameuse tête en bronze attribuée à Sargon d’Akkad1 ou moins souvent à son petit-fils Naram-Sin. Mais Ninive n’avait été jamais une capitale avant Sennacherib.

Continuer la lecture

  1. à ne pas confondre avec Sargon II, le père de Sennacherib []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Dur Sharrukin, la ville idéale

Dur Sharrukin (“la forteresse de Sargon”) est la capitale de Sargon II d’Assyrie, le roi qui a repris dans son nom son illustre aïleul, le roi Sargon d’Akkad. C’est une ville nouvelle, c’est-à-dire fondée ex nihilo sur un terrain vierge ou quasiment vierge1, fondée donc en suivant un plan bien précis, décidé en grande partie par le roi lui même. Si on a la chance d’avoir 110 tablettes (1/10 de la correspondance passive de Sargon II, dont on a env. 1300 lettres) relatant la réalisation des travaux gigantesques mis en œuvre pour compléter rapidement (une douzaine d’années) la nouvelle capitale, ce sont les analyses archéologiques qui ont découvert la symbolique de cette construction.

Continuer la lecture

  1. il y avait un petit village, Maganuba, exproprié pour la construction de la nouvelle capitale []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts