Archives par mot-clé : Ea

Messages codés : entre ésotérisme et services secrets

 

Nous n’avons pas inventé les messages codés, ni Jules César qui pourtant les a abondamment utilisés. Depuis qu’il existe un système de communication écrit, il existe également des systèmes de codage des messages, qu’on les aient déjà compris comme en Mésopotamie, Égypte, Grèce et Rome, ou pas encore comme chez les Maya. Je dirais même que depuis qu’il existe, l’homme a senti la nécessité de pouvoir communiquer des informations de manière sécurisée sans les rendre accessibles à tous, surtout pendant les guerres. La cryptographie est la science qui étudie ces communications sécurisées.

Continuer la lecture de Messages codés : entre ésotérisme et services secrets

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Dur Sharrukin, la ville idéale

Dur Sharrukin (« la forteresse de Sargon ») est la capitale de Sargon II d’Assyrie, le roi qui a repris dans son nom son illustre aïleul, le roi Sargon d’Akkad. C’est une ville nouvelle, c’est-à-dire fondée ex nihilo sur un terrain vierge ou quasiment vierge1, fondée donc en suivant un plan bien précis, décidé en grande partie par le roi lui même. Si on a la chance d’avoir 110 tablettes (1/10 de la correspondance passive de Sargon II, dont on a env. 1300 lettres) relatant la réalisation des travaux gigantesques mis en œuvre pour compléter rapidement (une douzaine d’années) la nouvelle capitale, ce sont les analyses archéologiques qui ont découvert la symbolique de cette construction.

Continuer la lecture de Dur Sharrukin, la ville idéale

  1. il y avait un petit village, Maganuba, exproprié pour la construction de la nouvelle capitale []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

La déesse Ištar

DÉDIÉ À TOUTES LES FEMMES,
8 Mars 2019

La divinité féminine la plus importante du panthéon mésopotamien est Ištar, déesse de la fertilité, de l’amour et de la guerre. Elle est probablement  la plus complexe :  dans un hymne, c’est ainsi que la déesse est décrite «Sage fille de Sin, bien-aimée sœur de Shamash, je suis la Puissante à Borsippa ; je suis l’Hiérodule à Uruk, j’ai une lourde poitrine à Daduni, j’ai une barbe à Babylone, mais je suis (en fait) Nanaya Ishtar».

Continuer la lecture de La déesse Ištar

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts