Archives par mot-clé : Chypre

Les Grecs en Orient

Au Bronze récent, la Méditerranée connait un remarquable essor du trafic maritime, comme l’attestent les produits circulant entre les différentes régions. Dans l’épave d’Uluburun (XIVe-XIIIe s. av. J.-C.), par ex.,1, étaient transportés des produits de Chypre, du Levant, de l’Égypte, de la Crète et de la Grèce continentale.

Continuer la lecture de Les Grecs en Orient

  1. voir l’article “Le naufrage d’Uluburun”:  https://ane.hypotheses.org/7055 []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Le naufrage d’Uluburun

Nouvelle biographie : Paul-Émile Botta. Bonne lecture !

En 1982, dans une plongée le long de la côte turque à la hauteur des villes de Kas et de Bodrum, Mehmet Cakir, un jeune pêcheur d’éponges turc, découvre des objets en forme de peau de bœuf qui furent vite reconnus pour être des lingots de cuivre datant de l’Âge du bronze récent. Plusieurs spécialistes des épaves et de l’archéologie subaquatique, comme le turc Cemal Pulak et l’américain Georges Baas, participèrent aux fouilles. Et une dizaine de campagnes de fouilles entre 1984 et 1994 furent nécessaires pour répertorier et reporter à la surface les objets.

Continuer la lecture de Le naufrage d’Uluburun

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Les Phéniciens, ces inconnus ? (première partie)

C’est par convention que on parle de Phéniciens, du grec Phoinikes, terme qui nous a été légué par les Grecs. Dans l’Iliade et l’Odyssée, les Phéniciens sont présentés comme des commerçants et des artisans habiles, producteurs de splendides robes pourpres d’où viendrait leur nom, et d’objets en bronze très appréciés :

« Puis Hékabè entra dans sa chambre nuptiale parfumée où étaient des péplos diversement peints, ouvrage des femmes Sidoniennes que le divin Alexandros avait ramenées de Sidôn, dans sa navigation sur la haute mer par où il avait conduit Hélènè née d’un père divin. Et, pour l’offrir à Athènè, Hékabè en prit un, le plus beau, le plus varié et le plus grand ; et il brillait comme une étoile et il était placé le dernier. » (Iliade, Chant VI, 289-295).

« Alors le Pèléide déposa les prix de la course : un très beau kratère d’argent contenant six mesures. Et il surpassait par sa beauté tous ceux qui étaient sur la terre. Les habiles Sidônes l’avaient admirablement travaillé ; et des Phéniciens l’avaient amené, à travers la mer bleue ; et, arrivés au port, ils l’avaient donné à Thoas ». (Iliade, Chant XXIII, 740-745)

Bateau phénicien représenté dans un bas-relief néo-assyrien, Ninive, Palais de Sennachérib.
Bateau phénicien représenté dans un bas-relief néo-assyrien, Ninive, Palais de Sennachérib.

Les rois assyriens aimaient aussi les butins rapportés des guerres contre les cités phéniciennes : dans leurs annales sont cités les objets en bronze et ivoire, les tissus colorés de pourpre et aussi les animaux exotiques qui ont été rapportés en Assyrie. Pour transformer les butins en tributs annuels, et donc jouir constamment des biens produits par les Phéniciens, ces derniers furent à la fin annexés à l’empire.

Mais comment s’appelaient eux mêmes ? Et surtout avaient-ils l’idée d’appartenir à une même communauté culturelle sinon politique ou ethnique ?

Continuer la lecture de Les Phéniciens, ces inconnus ? (première partie)

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts