Archives par mot-clé : cheval

Le cheval, 2e partie

Le statut spécial du cheval, qui n’est pas domestique tout au plus domestiqué, en constitue aussi un attrait, qui uni à ses qualités et à sa prestance en on permis l’adoption rapide dans le cœur des hommes.
Cela est démontré par les tombes de chevaux, qui jusqu’à maintenant ont rarement suscité de l’attention de la part des archéologues. Pourtant en Mésopotamie on a retrouvé une dizaine des tombes de squelettes entiers de chevaux (et d’autres de chiens) soit isolés, soit à côté des hommes.

Tombes d'Umm el Marra (Schwartz et alii 2012)
Tombes d’Umm el Marra (Schwartz et alii 2012)

A partir du milieu du IIIe mill. av. J.-C., donc à la même époque que les premières et consistantes images d’équidés, une partie des tombes probablement royales de Kish, d’Abu Salabikh, d’Umm el Marra restituent plusieurs squelettes de chevaux. La raison de cette sépulture, pourtant, ne réside pas dans un sentiment d’affection ou d’amitié pour l’animal.

Continuer la lecture de Le cheval, 2e partie

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Animaux en guerre : le cheval

Alla memoria dell’amatissima
Anna Carta Manchia
(17/09/1939- 21/11/2018), detta “Scendete bambine!”

Le cheval est l’animal le plus évident quand on pense aux guerres avant les véhicules à moteur. Il a servi depuis le début essentiellement pour le transport, d’abord des chariots, puis – vers le milieu du IIe mill – des hommes.

Détail de l'étendard d'Ur (British Museum)
Détail de l’étendard d’Ur (British Museum)

Dans les premières représentations figurées (étendard d’Ur, Stèle des vautours), qui remontent au IIIe mill., quand encore son identification exacte (onagre, âne domestique, cheval)((L’idéogramme sumérien pour cheval signifie littéralement: “âne des montagnes”.)) nous échappe, il est attelé à un char aux roues solides, difficile à manier. En plus, le joug, dérivé de celui inventé pour les boeufs, est mal adapté à l’équidé, qui a dû souffrir, spécialement de l’anneau au nez1. De même, l’absence de fers aux sabots a dû entraîner des sérieuses lésions aux membres. Mais depuis son apparition, le cheval est d’emblée lié à la guerre. Et déjà ici, au IIIe mill. av. J.-C., se trouvent les racines d’un topos littéraire autant qu’artistique, celui du char royal. Continuer la lecture de Animaux en guerre : le cheval

  1. Voir ici l’article sur le cheval : https://ane.hypotheses.org/4764. []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Le cheval au Proche-Orient ancien (première partie)

Dans la série lexicale HAR-ra=hubullu, qui traite de l’existant1, les ânes terminent la tablette XIII, celle des animaux domestiques. Le cheval, « âne des montagnes » selon l’idéogramme sumérien2, n’est pas, pour autant, un animal facile à classer : il peut s’habituer à l’homme mais il ne sera jamais complétement domestiqué.

Cheval au galop (㏄ BY NC SA)
Cheval au galop (㏄ BY NC SA)

Ce statut spécial de l’animal, qui en constitue aussi un attrait, uni à ses qualités, qui en on favorisé l’adoption rapide dans la guerre, permettent en partie d’expliquer la richesse de représentations symboliques du cheval dans les textes et dans les images. Souvent lié aux dieux et aux rois, il devient un des plus importants animaux de prestige, l’un des 2 seuls animaux a avoir droit à un rite humain, la sépulture, l’un des animaux rattaché à la royauté et l’un des peu nombreux animaux à être transformé en créature hybride avec buste humain. Continuer la lecture de Le cheval au Proche-Orient ancien (première partie)

  1. voir article Les animaux du Proche-Orient ancien, première partie []
  2. comme le dromadaire appelé « âne des pays de la mer » selon l’idéogramme sumérien []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts