Archives par étiquette : briques

La ville neuve

En répétant l’action constructive des dieux, la construction d’une ville entière permettait au roi de prétendre sa proximité avec les dieux. Mais elle lui permettait surtout de se glorifier, de célébrer sa grandeur, son pouvoir, son règne. Enfin, en construisant une ville nouvelle, le roi avait la possibilité de ne pas faire tomber dans l’oubli son propre nom. En effet, fonder une ville signifie lui donner un nom, et comme acte royal, il était aussi présent et relaté dans les inscriptions royales.

Continuer la lecture

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Techniques et vocabulaire de la construction dans la maison traditionnelle à Damas

L’architecture des villes de Syrie offre des visages contrastés à l’image des conditions géographiques et environnementales qui les caractérisent : le littorale maritime, les zones semi-désertiques, les plaines alluviales, etc. Les matériaux de construction varient aussi selon l’environnement dans lequel la ville se trouve. La situation de Damas au milieu de l’oasis Ġūṭa1 permettait jadis de se procurer quatre types de matériaux de construction sans avoir recours à des modes de transport couteux : la pierre, l’argile (brique), le bois et la chaux (Pascual 1990: 387-388).

Continuer la lecture

  1. La  Ġūṭa (l’Oasis de Damas) -ce nom signifie « la terre basse » – est une vaste oasis au pied de l’Anti-Liban. Elle s’étend aussi loin que les eaux courantes et les eaux d’infiltration du Baradā permettent d’entretenir une végétation arbustive. C’est une zone verdoyante entre la montagne décharnée et la steppe chauve qui s’étend vers l’est jusqu’à l’Euphrate (Tresse1929 : 463). []

La tombe de la reine Puabi dans le cimetière royal d’Ur

 

Une découverte qui fit grande sensation au début du XXe s. fut le cimetière royal d’Ur. Leonard Woolley popularisa ses découvertes avec des conférences, l’écriture de livres et articles et une exposition qui se tint au USA en 1931, lorsque les fouilles d’Ur continuaient encore. L’une des tombes les plus spectaculaires fut celle de la reine Puabi, qui depuis sa découverte en 1927 a enthousiasmé l’imagination du public.

Continuer la lecture

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts