Archives par mot-clé : Assyrie

L’éducation littéraire des princesses mésopotamiennes

Nouvelle biographie: Knut Leonard Tallqvist,
un orientaliste aux pays scandinaves

 

L’éducation des filles mésopotamiennes est, faute d’une documentation abondante, un sujet largement méconnu. On peut seulement supposer que pour beaucoup d’entre elles, cette éducation, était principalement axée sur l’apprentissage de tâches pratiques variées, les préparant à leur rôle de procréatrices et aussi à tenir leur place dans la maisonnée de leur futur époux. Tout cela se faisant dans un cadre familial plus ou moins élargi, nous échappe de ce fait largement.

Continuer la lecture de L’éducation littéraire des princesses mésopotamiennes

Pierre Villard

Professeur d'histoire ancienne. Université Clermont Auvergne. Spécialiste de l'empire néo-assyrien.

More Posts

Les Grecs en Orient

Au Bronze récent, la Méditerranée connait un remarquable essor du trafic maritime, comme l’attestent les produits circulant entre les différentes régions. Dans l’épave d’Uluburun (XIVe-XIIIe s. av. J.-C.), par ex.,1, étaient transportés des produits de Chypre, du Levant, de l’Égypte, de la Crète et de la Grèce continentale.

Continuer la lecture de Les Grecs en Orient

  1. voir l’article “Le naufrage d’Uluburun”:  https://ane.hypotheses.org/7055 []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Les Phéniciens, ces inconnus ? (première partie)

C’est par convention que on parle de Phéniciens, du grec Phoinikes, terme qui nous a été légué par les Grecs. Dans l’Iliade et l’Odyssée, les Phéniciens sont présentés comme des commerçants et des artisans habiles, producteurs de splendides robes pourpres d’où viendrait leur nom, et d’objets en bronze très appréciés :

« Puis Hékabè entra dans sa chambre nuptiale parfumée où étaient des péplos diversement peints, ouvrage des femmes Sidoniennes que le divin Alexandros avait ramenées de Sidôn, dans sa navigation sur la haute mer par où il avait conduit Hélènè née d’un père divin. Et, pour l’offrir à Athènè, Hékabè en prit un, le plus beau, le plus varié et le plus grand ; et il brillait comme une étoile et il était placé le dernier. » (Iliade, Chant VI, 289-295).

« Alors le Pèléide déposa les prix de la course : un très beau kratère d’argent contenant six mesures. Et il surpassait par sa beauté tous ceux qui étaient sur la terre. Les habiles Sidônes l’avaient admirablement travaillé ; et des Phéniciens l’avaient amené, à travers la mer bleue ; et, arrivés au port, ils l’avaient donné à Thoas ». (Iliade, Chant XXIII, 740-745)

Bateau phénicien représenté dans un bas-relief néo-assyrien, Ninive, Palais de Sennachérib.
Bateau phénicien représenté dans un bas-relief néo-assyrien, Ninive, Palais de Sennachérib.

Les rois assyriens aimaient aussi les butins rapportés des guerres contre les cités phéniciennes : dans leurs annales sont cités les objets en bronze et ivoire, les tissus colorés de pourpre et aussi les animaux exotiques qui ont été rapportés en Assyrie. Pour transformer les butins en tributs annuels, et donc jouir constamment des biens produits par les Phéniciens, ces derniers furent à la fin annexés à l’empire.

Mais comment s’appelaient eux mêmes ? Et surtout avaient-ils l’idée d’appartenir à une même communauté culturelle sinon politique ou ethnique ?

Continuer la lecture de Les Phéniciens, ces inconnus ? (première partie)

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Nimrud, site en ligne

Depuis moins d’une semaine, Nimrud, une capitale d’Assyrie est accessible à l’adresse: http://archeologie.culture.fr/nimrud/fr/

Disponible dans le volet « Patrimoine du Proche-Orient » de la collection numérique Grands Sites Archéologiques publiée par le Ministère de la culture (archeologie.culture.fr), ce lien est l’aboutissement d’un long travail réalisé dans le cadre du programme de recherche « NimRod : de Nimrud à Rome, Découverte des bibliothèques de l’Antiquité » dirigé par Philippe Clancier, avec la collaboration de Gaëlle Coqueugniot (CNRS) et financé par le LabEx Les Passés dans le Présent. A part une introduction historique et de la ville assyrienne ainsi que de l’archéologue qui plus contribua à sa découverte, Max Mallowan, le deuxième mari d’Agatha Christie, le site internet offre la restitution de l’Ezida, le temple de Nabu, dieu de l’écriture et de la sagesse, où une riche bibliothèque a été retrouvée.

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Violence in Mesopotamia

Version française

Violence is becoming an important matter for historians as well as archaeologists since recent time. New researches are now changing our appreciation of the extending of violence in the ancient Near East, although gender’s, family’s and work’s violence still remains more often silent.

Charnier, Tell Brak, IVth millenium

Continuer la lecture de Violence in Mesopotamia

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts