Archives par mot-clé : Assurbanipal

La musique en Mésopotamie

À ce 21 Juin 2020
privé de musique…

Dans la société mésopotamienne la musique avait une importance certaine: des berceuses que les mamans fredonnaient à leurs bébés, aux chants des fêtes religieuses, à la musique qui accompagnait le banquet, aux épopées qui étaient chantées1, à la célébration des victoires militaires… La musique est présente à toute époque, dans

Hochet retrouvé à Ur, époque paléo-babylonienne (BM 11 6869). Depuis Dumbrill 2015: fig. 60.
Hochet retrouvé à Ur, époque paléo-babylonienne (BM 116869). Depuis Dumbrill 2015: fig. 60.

tous les niveaux sociaux et dans toutes les phases de la vie humaine: du hochet du nourrisson (ci-contre) à la harpe du cimetière royal d’Ur (ci-dessous).
Textes, représentations iconographiques et découvertes archéologiques d’instruments anciens convergent à montrer l’importance de la musique qui a été occultée par la perte de la majeure partie des instruments et par le nombre réduit de partitions musicales.
Comme disait Platon, la musique est l’une des composantes de l’expérience du beau. Selon les récentes études des neuroscientifiques, la musique arrive à communiquer directement des émotions à notre cerveau, sans explication et sans demander des auditeurs une quelconque formation musicale.

Continuer la lecture de La musique en Mésopotamie

  1. un bon nombre des textes littéraires était destiné à être chanté []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

L’éducation littéraire des princesses mésopotamiennes

Nouvelle biographie: Knut Leonard Tallqvist,
un orientaliste aux pays scandinaves

 

L’éducation des filles mésopotamiennes est, faute d’une documentation abondante, un sujet largement méconnu. On peut seulement supposer que pour beaucoup d’entre elles, cette éducation, était principalement axée sur l’apprentissage de tâches pratiques variées, les préparant à leur rôle de procréatrices et aussi à tenir leur place dans la maisonnée de leur futur époux. Tout cela se faisant dans un cadre familial plus ou moins élargi, nous échappe de ce fait largement.

Continuer la lecture de L’éducation littéraire des princesses mésopotamiennes

Animaux en guerre : le cheval

Alla memoria dell’amatissima
Anna Carta Manchia
(17/09/1939- 21/11/2018), detta “Scendete bambine!”

Le cheval est l’animal le plus évident quand on pense aux guerres avant les véhicules à moteur. Il a servi depuis le début essentiellement pour le transport, d’abord des chariots, puis – vers le milieu du IIe mill – des hommes.

Détail de l'étendard d'Ur (British Museum)
Détail de l’étendard d’Ur (British Museum)

Dans les premières représentations figurées (étendard d’Ur, Stèle des vautours), qui remontent au IIIe mill., quand encore son identification exacte (onagre, âne domestique, cheval)((L’idéogramme sumérien pour cheval signifie littéralement: “âne des montagnes”.)) nous échappe, il est attelé à un char aux roues solides, difficile à manier. En plus, le joug, dérivé de celui inventé pour les boeufs, est mal adapté à l’équidé, qui a dû souffrir, spécialement de l’anneau au nez1. De même, l’absence de fers aux sabots a dû entraîner des sérieuses lésions aux membres. Mais depuis son apparition, le cheval est d’emblée lié à la guerre. Et déjà ici, au IIIe mill. av. J.-C., se trouvent les racines d’un topos littéraire autant qu’artistique, celui du char royal. Continuer la lecture de Animaux en guerre : le cheval

  1. Voir ici l’article sur le cheval : https://ane.hypotheses.org/4764. []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Violence in Mesopotamia

Version française

Violence is becoming an important matter for historians as well as archaeologists since recent time. New researches are now changing our appreciation of the extending of violence in the ancient Near East, although gender’s, family’s and work’s violence still remains more often silent.

Charnier, Tell Brak, IVth millenium

Continuer la lecture de Violence in Mesopotamia

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts