Archives par étiquette : Assur

La ville neuve

En répétant l’action constructive des dieux, la construction d’une ville entière permettait au roi de prétendre sa proximité avec les dieux. Mais elle lui permettait surtout de se glorifier, de célébrer sa grandeur, son pouvoir, son règne. Enfin, en construisant une ville nouvelle, le roi avait la possibilité de ne pas faire tomber dans l’oubli son propre nom. En effet, fonder une ville signifie lui donner un nom, et comme acte royal, il était aussi présent et relaté dans les inscriptions royales.

Continuer la lecture

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Repas quotidiens et repas de fêtes en Mésopotamie (2)

UNE NOUVELLE BIOGRAPHIE
EST DISPONIBLE DANS LE VOLET
CORRESPONDANT: ELIZABETH DOUGLAS VAN BUREN

PRÉPARATION DES ALIMENTS
Pour préparer les divers aliments, il fallait un système de cuisson et un minimum d’ustensiles. Les bédouins utilisaient un matériel portable, de même que les soldats en campagne comme le montre un bas-relief assyrien représentant la préparation du repas sous la tente [Figure 1].

Figure 1: Préparation du repas par des soldats en campagne, règne d'Assurbanipal

Figure 1: Préparation du repas par des soldats en campagne, règne d’Assurbanipal

Continuer la lecture

Pierre Villard

Professeur d'histoire ancienne. Université Clermont Auvergne. Spécialiste de l'empire néo-assyrien.

More Posts

Les démons ou…. aux sources du mal

Pour les Mésopotamiens, la vie est toujours incertaine, remplie de multiples dangers et maux. Ils peuvent être d’origine naturelle -comme les crues, la sécheresse – ou surnaturelle, quelle soit divine ou démoniaque, comme les souffrances physiques ou psychologiques, les épidémies… Mais mêmes les maux d’origine naturelle peuvent avoir en dernière analyse une origine surnaturelle. Car tout pour les Mésopotamiens est rempli d’une présence “autre”, ce qui aide à expliquer l’origine du mal.

Continuer la lecture

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Dur Sharrukin, la ville idéale

Dur Sharrukin (“la forteresse de Sargon”) est la capitale de Sargon II d’Assyrie, le roi qui a repris dans son nom son illustre aïleul, le roi Sargon d’Akkad. C’est une ville nouvelle, c’est-à-dire fondée ex nihilo sur un terrain vierge ou quasiment vierge1, fondée donc en suivant un plan bien précis, décidé en grande partie par le roi lui même. Si on a la chance d’avoir 110 tablettes (1/10 de la correspondance passive de Sargon II, dont on a env. 1300 lettres) relatant la réalisation des travaux gigantesques mis en œuvre pour compléter rapidement (une douzaine d’années) la nouvelle capitale, ce sont les analyses archéologiques qui ont découvert la symbolique de cette construction.

Continuer la lecture

  1. il y avait un petit village, Maganuba, exproprié pour la construction de la nouvelle capitale []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts