Présentation des oeuvres

Cette section est dédiée à la présentation de quelques objets de la culture matérielle et de la production officielle du Proche-Orient ancien

Amulettes en forme d’animaux
Bas-relief perforé AO 31015
Bélier dressé
Crâne surmodelé de Tell Aswad
Déesse nue debout sur un croissant
L’Étendard d’Ur
Fragment de jeu
Harpiste d’Eshnunna
Inscription de fondation cunéiforme en vieux perse
Lettre de Biridiya
Objets en or retrouvés dans les tombes “royales” d’Ur
Œil en onyx inscrit d’époque cassite
Plaquette en plomb représentant une scène érotique
Pazuzu
Petits chiens en argent
Pièce aux archives
Plateau de jeu en bois incrusté de nacre
Prisme F du roi Assurbanipal
Récipient à trois pieds de l’époque médio-assyrienne
Reine de la Nuit
Relief du palais d’Ashurnasirpal
Relief votif d’Ur-Nanshe
Restitution tridimensionnelle de la porte d’Ishtar de Babylone
Sceau appartenant à Ibni-Sharrum
Scènes de guerre en marbre
Singe en calcaire rouge
Statue de Gudea
Stèle de Mesha
Stèle de victoire de Naram-Sin
Table en bronze
Tablette en éblaïte
Tête de femme en marbre
Trois êtres apotropaïques
Vase d’Uruk en albâtre
Vase en forme de lion
Vase iranien de la “civilisation Jiroft”

⦿◎◉

Lettre de Biridiya, prince de Megiddo, au pharaon d’Egypte
Musée du Louvre, AO 7098.
Milieu du XIVe siècle avant J.-C., El-Amarna (Egypte).

Les “lettres d’Amarna” sont des tablettes cunéiformes retrouvées dans la nouvelle capitale construite par le roi Aménophis IV, devenu d’Akhénaton (1365-1349), le mari de la célèbre Néfertiti. Les tablettes sont inscrites en akkadien, la langue diplomatique du temps, et contiennent la correspondance officielle adressée au pharaon par les petits rois de Syrie et de Palestine ainsi que par les ‘grands rois’ de Babylonie et Assyrie. Les lettres palestiniennes sont envoyées par les gouverneurs mis en place par le Pharaon sur le territoire que les Égyptiens contrôlent alors directement : Biridiya, gouverneur de Megiddo, est connu par d’autres documents.
Voici le texte de la missive: Dis au roi mon seigneur et mon soleil : message de Biridiya, le serviteur loyal du roi. Je tombe aux pieds du roi, mon seigneur et mon soleil, sept fois et sept fois. Que le roi mon seigneur ait souci de son serviteur et de sa ville. En fait, moi seul je cultive : ah-ri-shu dans Shunamma et moi seul je fournis les hommes de corvée. Mais vois les maires qui sont près de moi. Ils n’agissent pas comme moi. Ils ne cultivent pas dans Shunamma ils ne fournissent pas des hommes de corvée. Moi seul ia-hu-du-un-ni moi tout seul je fournis des hommes de corvée. Ils viennent de Jaffa parmi les hommes qui y sont disponibles et de Nuribad. Et que le roi mon seigneur ait souci de sa ville.” ☝︎

◉◎⦿

Singe en calcaire rouge
Musée du Louvre, Sb 5884 Suse,
Fouilles R. de Mecquenem. Fin du IIIe millénaire av. J.-C.

La représentation de
singes n’est pas très développée à Suse, ni en Mésopotamie : le singe n’y a pas son  milieu naturel, c’est un animal exotique mais si sympathique que il est toujours représenté avec bienveillance et parfois même humour. En revanche, il est originaire de nombreuses contrées d’Asie orientale (Indus, notamment la région d’Harappa) et du bassin méditerranéen (en Égypte). Représenté assis, on lui donnait facilement des attitudes humaines: dans un sceau mésopotamien il est en train de jouer la flute ! ☝︎

⦿◎◉

Petits chiens en argent, provenant de Bactriane
Musée du Louvre, AO 28057 et  AO 28058, achetés en 1983.

Probablement utilisés comme élément de parure, les deux chiens montrent toute l’habilité des artisans de cette  région qui appréciait tout particulièrement l’argent. D’ici en effet proviennent de beaux exemples d’objets de parure, de trompettes miniatures, de vases décorés au repoussé ou de cachets compartimentés. Mais c’est aussi une région à la forte tradition animalière : des animaux sauvages (rapaces, singes, chameaux et sangliers) ou fantastiques (dragons par ex.) ornent vases, armes,  outils et objets de parure. ☝︎

◉◎⦿

Table en bronze, ornée de serpents et de porteurs de vases aux eaux jaillissantes.
Sb 185, Musée du Louvre.  Suse, Tell de l’Acropole.
Fouilles J. de Morgan, 1898.
Bordée par deux serpents, et soutenue sur trois côtés par cinq personnages, dont seuls le torse et les bras nous sont parvenus, cette table devait servir à des rituels liquides, peut-être sang ou eau. l’eau est un symbole puissant au Proche-Orient, liée à la fécondité et à la vie. Elle jouait un rôle important dans l’exercice du culte. On pense que l’eau s’écoulait vraiment des vases portés par les personnages humains. ☝︎

⦿◎◉

Vase iranien de la “civilisation Jiroft”
Sb 2829, Musée du Louvre.  Chlorite.
Fouilles J. de Morgan, R. de Mecquenem

D’une forme rare, puisque composé de deux parties cylindriques symétriques , ce vase est décoré de motifs typiques de la civilisation de Jiroft : motifs architecturaux, vannerie, motifs décoratifs comme  boucles,  nattes,  écailles ou  torsades. Il fait partie d’une riche production qui exécutée en Iran sud-est, dans la province de Kerman, a été retrouvée dans plusieurs des grands sites mésopotamien, signe de son succès. ☝︎

◉◎⦿

Pièce aux archives L2769, palais d’Ebla

La  découverte du palais royal d’Ebla fin années 60/début années 70 a été marquée par la mise à jour des archives du palais. Dans la pièce L 2769  le Prof. Paolo Matthiae et son équipe (Université La Sapienza, Rome) ont trouvé plus de 14 700 tablettes ou fragments de tablettes, dont 2000 entières ou presque. Le nombre originel devait arriver à 4000. La majeure partie des tablettes sont des documents administratifs économiques, mais il y a aussi quelques lettres et documents juridiques, ainsi qu’une importante collection de textes lexicaux, hymnes et poèmes.

Restitution de l'archivage, Palais royal d'Ebla, env. ca. 2300-2250 av. J.-C.
Restitution de l’archivage, Palais royal d’Ebla, env. ca. 2300-2250 av. J.-C.

Les traces laissées dans la pièce ont permis de restituer la manière dans laquelle les tablettes étaient originairement archivées: la majeure partie se trouvait sur des étagères en bois, à l’exception des tablettes plus grandes qui étaient posées directement sur le sol. Les exemplaires lenticulaires étaient, quant à eux, conservés dans des paniers. ☝︎

⦿◎◉

Tablette en éblaïte
env. 2300-2250 av. J-C, palais royal d’Ebla

Les tablettes retrouvés dans le palais d’Ebla, à part leur importance pour restituer l’histoire, les cultes et les traditions de la Syrie intérieure au IIIe mill. BCE, ont provoqué une vive émotion car elles étaient écrites en éblaïte. Plus exactement, l’écriture est cunéiforme et du point de vue paléographique  elle est égale à l’écriture de Farah, ancienne Shuruppak (Sud Irak) ; mais la langue utilisée ici est l’éblaïte, une langue sémitique, la plus ancienne attestée avec l’akkadien. ☝︎

◉◎⦿

Statue de Gudea
Musée du Louvre,
AO 3293 (tête, fouille de De Sarzec, 1877  ) et
AO 4108 (corps, fouilles de G. Cros, 1903).
Hauteur 46 cm, largeur 33 cm, profondeur 22,50 cm.
On a retrouvé une vingtaine de statues de ce roi, assis ou début, de grandeur nature ou plus petites, presque toutes en diorite, une pierre noire très dure qui à l’époque venait d’Oman ou d’Iran  et toutes incomplètes: soit la tête manque, soit il ne reste que la tête. Celle-ci est la seule statue entière qui d’ailleurs a permis d’identifier le personnage représenté grâce à la longue inscription incise sur le  vêtement du roi. L’inscription est une dédicace au dieu personnel du roi, Ningishzida, et une liste des temples que Gudea a fait ériger pendant son règne. Gudea n’était pas le roi de toute la Mésopotamie, était juste l’un des rois à la tête d’une ville et de son hinterland après la fragmentation politique qui suivit la fin de la dynastie d’Akkad. Et si un petit roi s’est fait faire autant des représentations, on peut s’attendre pour les rois des empires du Ier mill. à un nombre impressionnant ! ☝︎

⦿◎◉

Bas-relief perforé
AO 31015,
Musée du Louvre.
Acquis en 1997 la plaque est similaire à toute une série d’objets réalisés au milieu du
IIIe mill. av. J.-C. en pierre et décorés de scènes disposées en registres.  L’une des scènes les plus communes est le banquet, ici figuré au registre le plus haut. La signification exacte de ce motif – rituel, de victoire, célébratif, commémoratif ? – nous échappe, mais il est présent à la même époque sur d’autres supports (sceaux cylindres par ex.) et dans des contextes variés (tombes, palais, temples…). La provenance reste le moyen le plus fiable pour comprendre le motif du banquet, qui a certainement marqué es moments différents de la vie sociale. La particularité de cet exemplaire du Louve est la scène d registre inférieur: un personnage important, transporté en barque, lève aussi une coupe.Cette scène est la seule entière actuellement connue.☝︎

◉◎⦿

Fragment de jeu
AO 20158
Musée du Louvre
l. : 6,20 cm. ; L. : 6,20 cm. ; Pr. : 2,90 cm.
Ras el-Aîn (Syrie), fin VIIIe-début VIIe s. av. J.-C.☝︎

 

 

◉⦿◎

Inscription de fondation cunéiforme en vieux perse
Sb 2789, Musée du Louvre.
Trouvée pendant les fouilles de J. de Morgan et R. de Mecquenem en 1911 .
Cette tablette écrite en vieux perse en utilisant des signes cunéiformes  (qui ont servi aussi à d’autres langues) est la charte de fondation du palais de Suse de Darius I. Enterrée sous une des portes de l’Apadana, elle donne les titres de Darius et raconte la construction de son palais.☝︎

⦿◎◉

Restitution tridimensionnelle de la porte d’Ishtar à Babylone

La ville de Babylone, avec ses plus de 900 hectares, une vraie mégalopole de l’antiquité, disposait de 8 portes sur l’enceinte intérieure. Seulement 4 ont été fouillées, et la plus célèbre est celle d’Ishtar. La porte qui comprenait deux parties puisque l’enceinte intérieure fortifiée se composait de deux murs à hauteur différente, était ornée de taureaux et de dragons mushkhushu (animaux hybrides :  queue et  corps de serpent, pattes arrière en serres d’aigle). Les premiers sont le symbole du dieu de l’orage Adad, les seconds le symbole du dieu Marduk, qui est le dieu tutélaire de Babylone et le chef du panthéon.
Une inscription de Nabuchodonosor II complète la porte, qui explique les détails de la construction et qui surtout lie de façon éternelle la porte au roi.☝︎

⦿◎◉

Amulettes en forme d’animaux
(taureau, oiseau, poisson, chien) en pierres de couleurs différentes
Pennsylvania Museum of Archaeology and Anthropology,
Philadelphia.
Bien qu’il soit difficile d’en trouver la signification, le choix de la pierre (et aussi de la couleur) et du sujet sont à mettre en relation avec la fonction apotropaïque de ces petits objets qui comme montre clairement leur trou de suspension, pouvaient être utilisés suspendus au cou. Les textes rappellent en effet que il faut porter des pierres de tel ou telle autre couleur pour contraster les puissances du mal.☝︎

⦿◎◉

Plaque Burney,
aussi appelée Queen of the Night (“Reine de la Nuit”)
British Museum
Hauteur : 49,5 cm;  largeur : 37 cm ; épaisseur : 4,8 cm. Terre cuite.
Cette grande plaque en terre cuite, originairement peinte en rouge, date du début du IIe mill. BCE. Sans provenance connue, à part une possible origine dans le Sud de l’Irak, selon quant affirmait l’antiquaire qui l’a ramenée en Europe, cette plaquette est tellement étonnante que l’on a même supposé qu’elle était fausse. Au contraire, c’est un objet authentique mais unique et qui renvoie à un monde imaginaire que aujourd’hui nous arrivons à entrevoir mais pas à comprendre pleinement. Certes, on peut dire que c’est une représentation d’Ishtar car certains détails la rappellent sans hésitation: la nudité, les ailes, le rapport avec les lions, les insignes du pouvoir (l’anneau et le bâton)… Mais malgré la fascination qu’elle exerce, son charme et la qualité de son exécution, cette plaque reste très énigmatique: sa taille est inusuelle par rapport à presque toutes les plaquettes en ce matériel. Mais surtout sa signification exacte nous échappe. Certes, la nudité et la frontalité souligne un sex-appeal indubitable, mais cette explication est trop facile et n’explique pas les pieds d’oiseaux, ni l’association avec des chouettes, ni les doubles symboles du pouvoir (un dans chaque main).☝︎

⦿◉◎

Harpiste d’Eshnunna (actuelle Tell Asmar)
Musée du Louvre, AO 12454.
Hauteur : 8.4 cm ; Largeur : 8.9 cm ; épaisseur : 1.4cm.
Cette plaquette en terre cuite, de dimensions habituelles  pour ce genre d’oeuvres, représente un harpiste. Son instrument est bien dessiné, on y voit toutes les cordes. Le harpiste, assis sur un tabouret sans dossier porte une jupe longue et un chapeau à calotte, signe de son range élevé, probablement royal.  La musique est une composante essentielle de la vie en Mésopotamie, au moins celle religieuse mais aussi probablement celle domestique. Les musiciens étaient des professionnels liés au palais ou aux temples, même si ici la plaquette représente vraisemblablement un roi. Car selon les anciens, un bon roi était celui qui était éduqué et versé en tout domaine de la connaissance… pas comme la majeure partie des hommes politiques d’aujourd’hui !☝︎

◉◎⦿

Relief votif d’Ur-Nanshe, roi de Lagash,
vers 2550 – 2500 av. J.-C. Tello, ancienne Girsu
Musée du Louvre, AO 2344.
Calcaire, H. : 39 cm. ; L. : 46,50 cm. ; Pr. : 6,50 cm.
Parmi les réalisations typiques de l’art du IIIe mill.  figurent plus d’une centaine de ces plaques sculptées en bas-relief dans une pierre tendre (telle que le calcaire) et perforées en leur centre peut-être pour être fixées au mur à l’aide d’une cheville. Le motif narratif sculpté, organisé en registres superposés, est varié, souvent des banquets ou des actes rituels en face d’une divinité, accompagnés de scènes de lutte, de bateau, d’animaux … Celui-ci est l’un des plus connus, car inscrit et hautement symbolique: le roi y est présenté comme le bon constructeur, un panier rempli de briques sur sa tête, (un motif qui même dans les textes cunéiformes est une constante) et aussi participant à une scène de banquet, une coupe à la main. Assis (banquet) ou début (constructeur), le roi a la taille nettement la plus grande des autres personnages qui suivent la règle de l’isocéphalie, sauf le personnage qui est directement en vis-à-vis du roi. Les personnages sont chacun identifié par son nom inscrit sur sa jupe. L’inscription rappelle la construction de plusieurs temples et même le bois que Ur-Nanshe a fait venir de Dilmun (l’actuelle Bahreïn), un des centres des échanges internationaux.☝︎

⦿◉◎

Stèle de Mesha
Musée du Louvre, AO 5066.
basalte, H. 1,15m, largeur 0,60m, 800 BCE env.

Retrouvée à Dhiban (la biblique Dibon), sur la rive gauche de la Mer Morte, au milieu du XIXe siècle, la stèle fut brisée par les villageois et ensuite les différents morceaux arrivèrent sur le marché antiquaire
de Jérusalem. C’est là que l’orientaliste Charles Clermont-Ganneau, qui avant la destruction de la stèle en avait fait faire une copie schématique, en récupéra les morceaux principaux et les donna au Louvre. Les autres fragments, acquis par  le capitaine anglais Warren, par la société de la Palestine Exploration Fund, et par le professeur Schlottmann, de la société orientale germanique (Deutsches Morgenlandisches Geselleschaft) arrivèrent quelques années plus tard au Louvre par donations.
Construite selon la tradition des stèles votives (forme cintrée) et le langage littéraire des inscriptions royales, la stèle est un unicum car aniconique (= sans images). Elle ne contient que du texte : 34 lignes raccontent la victoire du roi de Moab sur le royaume d’Israël au temps d’Achab, descendant d’Omri. La mention écrite d’Israël est l’une des plus anciennes connues. La stèle est aussi importante pour connaître un peu plus le royaume de Moab, ses divinités (dont Kamosh est le principal, probablement un dieu de l’orage) et les entreprises de ses rois. Mais vus l’érosion de la surface de la stèle et sa reconstruction de plusieurs morceaux, certains passages restitués avec des conjectures sont hypothétiques et suscitent des controverses, notamment la supposée citation de David.☝︎

◉◎⦿

Stèle de victoire se Naram-Sin, roi d’Akkad
(fin IIIe mill. BCE : 2250 av. J-C. env.),
Musée du Louvre, Sb 4
calcaire rose, H. 2m, largeur 1,5m.

Cette stèle racconte la victoire du roi d’Akkad contre les Lullubi,  un peuple des montagnes du Zagros. La description est hiérarchique et idéologique : en bas les soldats akkadiens qui avancent sans hésitation et sans effort au contraire des Lullubi qui sont représentés blessés, en train de mourir ou morts, et en haut le roi -qui est la figure la plus haute et isolé sur le fond non décoré- et les symboles divins. Représenté avec la tiare à cornes des divinités (dans les inscriptions le nom de Naram-Sin est précédé par le déterminatif divin), le roi marche sur les corps des ennemis morts, un topos qui se retrouve dans d’autres stèles de victoire entre le IIIe t le IIe mill. et même dans les sceaux du début du IIe mill.
Retrouvée à Suse (en Iran), où elle avait été amenée au XIIe siècle av. J.-C. par le roi élamite Shutruk-Nahhunte pendant sa campagne victorieuse contre la Babylonie,  la stèle devient ainsi le symbole d’une autre victoire. C’est ainsi que le roi élamite ajouta son inscription à celle du roi akkkadien.☝︎

⦿◎◉

Œil en onyx inscrit d’époque cassite
trouvé à Assur (Nord de la Mésopotamie).
Vorderasiatisches Museum VA 05290.
Diamètre 2.9 cm, épaisseur 1.1 cm et masse 10 g.

L’inscription est dédiée à Enlil de la part de Kurigalzu (mais on ne sait pas si le Ier ou le IIe), roi de Babylonie (Mésopotamie du Sud).
Il devait faire part d’une sculpture plus grande, probablement en matériaux différents. Sa découverte à Assur (Nord) peut signifier qu’un roi du Sud l’ait ici dédiée ou bien qu’elle avait été prise comme butin pendant l’une de guerres qui divisa le Nord et le Sud de la Mésopotamie.☝︎

⦿◎◉

Prisme F  du roi Assurbanipal,
646 ou 645 avant J.-C.
Musée du Louvre AO 19939.
Ce prisme en terre cuite est entièrement  couvert sur
toutes ses faces par le récit des campagnes militaires du roi néo-assyrien, en commençant par sa dernière, celle contre l’Égypte. Mais la part la plus importante concerne le sac de Suse: le souverain se vante d’avoir détruit la ziggourat de cette ville, ainsi que tous les temples et mêmes les tombeaux des rois susiens. Il se vante aussi d’avoir pillé toutes les richesses et d’avoir déporté les élamites en Assyrie. Ce prisme, comme tant d’autres, servait comme document de fondation, enfoui dans les fondations des bâtiments officiels et était adressé aux dieux et aux générations futures.☝︎

⦿◉◎

Récipient à trois pieds
de l’époque médio-assyrienne (XIVe-XIe s av. J-C), en fritte,
trouvé à Assur (moderne Qal’at Scherqat), dans le Nord Irak
Vorderasiatisches Museum VA 05909,
H. 6.2cm, diamètre 10,4 cm, masse 120 g.

Ce récipient, peut-être un verre à boire, est très sophistiqué, offrant un décor en trois registres sur la panse et un appui sur trois pieds qui font penser à des jambes humaines. La fritte est un matériel typique de la seconde moitié du IIe mill. av. J.-C., entre céramique et verre, une pâte d’argile mélangée à de la silice et à des colorants, cuite à basse température et utilisée pour la création de petits objets.☝︎

◎⦿◉

Vase en forme de lion
XIXe-XVIIIe s. av. J.-C
Kültepe, ancienne Kanesh (Turquie).
H. : 20,50 cm. ; L. : 21,50 cm.
Musée du Louvre AM 1517.

Ce rython zoomorphe en forme de lion en terre cuite peinte devait probablement servir pendant des cérémonies religieuses de libation, vu qu’il a un goulot sur le dos et une autre ouverture par la bouche.☝︎

◉◎⦿

Déesse nue
Minet el Beida, Syrie (port d’Ugarit/Ras Shamra).
Musée du Louvre AO 14.716.
9.2 cm (h.) x 3.7 cm (largeur).

Pendentif  en or représentant une déesse nue debout sur un croissant, la tête couverte d’un chapeau hathorien, les mains probablement portant quelque chose (une paire d’animaux). En Syrie, comme en Mésopotamie, les bijoux ne sont pas seulement un ornement, ni une manière de montrer sa richesse : ils sont porteurs d’une symbolique complexe liée à la fertilité et à l’abondance, surtout lorsqu’ils sont déposés dans les tombes, comme c’est le cas de ce pendentif.☝︎

⦿◉◎

Plaquette en plomb représentant une scène érotique,
retrouvée dans le temple d’Ishtar à Assur.
4.8 cm (h) x 4.2 cm (larg), épaisseur 0.3cm.
Vorderasiatisches Museum VA Ass 04244.

Considérée comme preuve du lien entre prostitution sacrée et temples, spécialement ceux d’Ishtar, cette scène datable de l’époque médio-assyrienne (1247-1207 av. J.-C.), est pourtant l’une des images de couples faisant l’amour qui ont été représentées sur les cachets, les sceaux -cylindres, les plaquettes en terre cuite depuis l’époque Obeid (VIe mill. av J-C) et qui se retrouvent dans les maisons et dans les tombes outre que dans les temples. Donc, il n’est pas sûr le rapport avec la prostitution sacrée. En revanche, ces images jouaient probablement une valeur de talismans (susciter la reproduction et l’abondance) mais elles étaient peut-être aussi  apotropaïques (éloigner le mal, la famine, les fausses couches, la stérilité).☝︎

◎⦿◉

Sceau de scribe
Musée  du Louvre AO 22303.

Ce sceau appartenait à Ibni-Sharrum, scribe du roi akkadien Sharkali-Sharri, fils et successeur du grand Naram-Sin. Il représente deux acolytes du dieu Ea/Enki qui dans une
composition savante basée sur une parfaite symétrie offrent à boire à deux buffles, animaux encore exotiques en Mésopotamie au 3e mill. av. J.-C. Entre les cornes des deux animaux, représentées vues du dessus, se trouve l’inscription du scribe. L’eau, symbole de la vie et de la fertilité, surtout dans un pays comme la Mésopotamie, donne à ce sceau une fonction de talisman.☝︎

◉⦿◎

Plateau de jeu en bois incrusté de nacre de coquille, cornaline et lapis-lazuli, 30 x 11 cm. British Museum
BM 120834. Retrouvé dans
le cimetière royale de la ville d’Ur, le plateau compte 20 cases, deux séries de 7 jetons de pierre de couleur différente utilisés comme pions, et 3 dés tétraédriques en pierre. Les règles exactes du jeu du troisième millénaire ne sont pas connues, mais une tablette beaucoup plus récente, datée du IIe s.  av. J.-C. permet de les reconstituer en partie.☝︎

◉◎⦿

Vase d’Uruk en albâtre,
h. 105 cm, diamètre 36 cm. Musée de Bagdad
Découvert dans la zone sacrée de la déesse Inanna (plus tard appelée Ishtar), ce vase reproduit en trois registres toute la vie terrestre en ordre d’importance.  En partant du bas, on trouve un premier registre qui regroupe l’eau (ligne ondulée), les  végétaux (cultivés) et les animaux domestiqués (moutons). Dans le registre médian les hommes nus (car purs) portent des paniers remplis d’offrandes. Enfin, le dernier registre est réservé à la divinité et au pouvoir politique qui se présente donc comme seul garant d’une bonne relation avec le divin. Déjà à cette époque (Uruk III, vers 3.000 av. J-C), le roi utilise l’art pour justifier son pouvoir !☝︎

◎⦿◉

Objets en or (armes, bol, gobelets, mais aussi bijoux, petits coffrets) retrouvés dans les tombes “royales” d’Ur. Musées de Bagdad, de Philadelphie, et de Londres (British Museum).
Ils témoignent certes de la richesse, mais ils symbolisent aussi le divin et l’espoir d’une vie après la mort. Car l’or est le seul métal qui conserve toujours son éclat, même après des siècles d’enfouissement.☝︎

◉⦿◎

Tête de femme en marbre
h. 20 cm.
Musée de Bagdad IM 45434.
Retrouvée à Uruk, cette tête presque de grandeur naturelle montre seulement la partie antérieur du visage, bien polie. L’intérieur -creux- en revanche n’est pas travaillé et la partie postérieure de la tête soit a disparu, soit était couverte par des cheveux en autre matériel. En effet les sourcils et les yeux avaient des incrustations qui se sont perdues. Et le rendu très schématique des cheveux sur le front et la partie haute de la tête laisse penser que un autre matériel les couvrait. Même les oreilles, qui présentent des perforations, devaient être enrichies de boucles. Le résultat devait être assez impressionnant, On ignore si la tête pouvait être portée comme un masque (il y a des trous de fixation dans l’intérieur creux), ou fixée sur une statue ou encore être accrochée à un mur. Sa nature humaine ou divine est discutée, mais l’utilisation de plusieurs matériaux et les dimensions naturelles penchent plutôt pour une figure divine.☝︎

◉◎⦿

Bélier dressé, les pattes
antérieures sur une plante en fleurs.  Musée de Philadelphie et British Museum.
Dans l’exemplaire du British Museum il y a deux fleurs, dans l’exemplaire de Philadelphie trois, et des feuilles pus grandes. En or, argent, lapis-lazuli et coquille.
Retrouvés dans la tombe appelée “Puits de la Mort” par L. Woolley, l’archéologue anglais qui travailla à Ur une douzaine d’années, ces deux béliers représentent l’une des plus belles réalisations de cette époque (protodynastique III, env. 2500 av. J.-C.). La représentation très naturelle de l’animal est surprenante lorsque l’on considère la manière de sa réalisation, ce qui implique une technique bien rodée et bien maitrisée. Couleurs et matières premières renvoient symboliquement à la pureté, au divin, à la continuité de la vie exprimée dans la constance des matériaux employés.☝︎

◎⦿◉

Scènes de guerre en marbre (h. 14-15 cm)
retrouvées dans le palais G d’Ebla (2500-2300 av. J.-C.).
Musée d’Idlib, Syrie.

Disposées probablement en rangées sur un support de bois ou directement sur le mur, ces scènes très violentes (voir la tête des ennemis morts transportée à la main par un soldat d’Ebla), alternées à des scènes mythologiques,  illustrent des victoires éblaïtes. Mais leur insertion  dans un contexte  mythologique servait implicitement à leur donner une reconnaissance divine et permettait ainsi de justifier la guerre comme acte qui garantit l’ordre voulu par les dieux. Car dans une société où tout est déterminé par les dieux, la guerre est une sorte d’ordalie où les ‘méchants’ reçoivent la juste punition.☝︎

⦿◉◎

Relief du palais d’Ashurnasirpal à Nimrud (865-860 av. J.-C.)
BM 124543

Il représente des hommes nageant à l’aide des ancêtres des bouées, des peaux gonflées d’air.☝︎

◉◎⦿

Pazuzu
H : 15 cm.
Musée du Louvre MNB 467

Pazuzu est un démon maléfique, représenté tétraptère, créature au corps d’homme, tête
grimaçante d’animal, pattes de rapaces et queue de scorpion. L’inscription au dos dit: “Je suis Pazuzu, fils de Hanpa. Le roi des mauvais esprits de l’air qui sort violemment des montagnes en faisant rage, c’est moi !” Par son origine, Pazuzu donnait les malheurs aux gens mais il était considéré capable aussi de protéger ceux qui s’appelaient à lui. Ce médaillon en bronze devait être suspendu (voir bélière au sommet) à l’intérieur des bâtiments, plus difficilement au cou (la queue derrière fait une boucle gênante).☝︎

◎⦿◉

Crâne surmodelé de Tell Aswad (PPNB, vers 8200 av. J-C.)

Le crâne surmodelé définit un traitement qui consiste à remodeler la partie faciale d’un vrai crâne humain avec du plâtre ou plus rarement avec du collagène obtenu à partir d’os d’animaux. Ce traitement typique du PPNA -B (=PrePotteryNeolithic A-B) est largement attesté (plus de 80 crânes retrouvés) d’Israël à la Jordanie, à la Syrie, à la Turquie et au Nord Irak. Bien que plusieurs explications aient été avancées pour expliquer cette pratique, ce dont ces crânes témoignent est une réflexion sur la vie et la mort et une forme de respect pour ceux qui nous ont précédé sur terre.☝︎

◎⦿◉

Bas-relief néo-assyrien représentant  trois êtres apotropaïques
Gypse, British Museum BM 118918

Sculptés à côté de  l’entrée de l’une des chambres du palais royal d’Assurbanipal, (669-631 av. J.-C.) à Ninive, les trois figures servaient à protéger l’entrée, considérée comme dangereuse puisque point de passage. Ils ont été identifiés avec le lahmu (à gauche), l’ugallu (au centre) et “dieu de la maison” ou le dieu qui châtie (à droite) . Dans cet exemplaire l’ugallu a des traces de peinture rouge sur la crinière léonine :

☝︎

⦿◎◉

L’Étendard d’Ur,
2500 av. J.-C., BM 121201

Décoré sur les quatre côtés, il se compose  d’une mosaïque de coquillages, de calcaire rouge et de lapis-lazuli, fixés sur une armature en bois par du bitume. Tous les côtés sont divisés en trois registres qui se lisent de bas en haut. Les deux grands côtés montrent une scène de guerre et une de paix successive à la fin de la guerre quand les butins arrivent chez le vainqueur et un banquet est préparé pour célébrer la victoire. Les petits côtés, qui ont plus souffert de l’écrasement du coffre, représentent des scènes symboliques. Si l’on ignore la fonction de cet objet, la richesse des matériaux utilisés (la coquille de l’Océan indien, le lapis lazuli d’Afghanistan), l’habilité technique et artisanale (petites dimensions des figures, taillées dans des matériaux durs), le lieu de sa découverte (la tombe royale PG 779), et même les images choisies (célébration d’une victoire militaire) en font un objet de luxe qui, pourtant, dans son goût pour la polychromie et dans le respect des  canons artistiques sumériens (registres superposés, absence de perspective, principe d’isocéphalie… ) est typique de son époque.☝︎

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Histoire et archéologie des sociétés antiques, ISSN 2606-7587