La ville neuve

En répétant l’action constructive des dieux, la construction d’une ville entière permettait au roi de prétendre sa proximité avec les dieux. Mais elle lui permettait surtout de se glorifier, de célébrer sa grandeur, son pouvoir, son règne. Enfin, en construisant une ville nouvelle, le roi avait la possibilité de ne pas faire tomber dans l’oubli son propre nom. En effet, fonder une ville signifie lui donner un nom, et comme acte royal, il était aussi présent et relaté dans les inscriptions royales.

Continuer la lecture

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Reprise d’une publication à rythme plus régulier

Après huit mois d’activité très intense, qui m’a obligée à publier mon blog  de manière très erratique, ce dont je m’excuse avec mes lecteurs, je reviens à un rythme de publication plus régulier. Je me suis en effet rendue compte que ce rythme frénétique ne diminue pas, au contraire! Mais j’ai très envie de partager avec vous ma passion pour le passé! Alors, peut-être mes articles seront plus courts, coupés en parties, mais ils seront là tous les Samedis. Je reprends aussi la publication des biographies: un lundi sur deux. Les articles de collègues désirant partager avec nous tous, en anglais ou en français, une découverte, une idée, une connaissance sont très bienvenus !!

Enfin, Pierre Villard, Professeur d’assyriologie et d’histoire ancienne à Clermont-Ferrand, a accepté d’épauler la rédaction qui jusqu’à maintenant se composait de Jean-Michel Roynard, responsable éditorial à l’Institut des Civilisations (CNRS-Collège de France) et moi-même (CNRS, historienne et archéologue).

ALORS, À VOS LUNETTES !

 

RAPPEL du rythme de publication SOUHAITÉ :
• un nouveau “billet” tous les SAMEDIS ;
• une nouvelle biographie un LUNDI sur deux.
• traductions françaises de textes anciens  à rythme variable (PLUS OU MOINS un lundi sur deux).
• explication des oeuvres et des objets de la culture matérielle à rythme variable (PLUS OU MOINS un lundi sur deux)

Rédaction:
Rédactrice en chef : Laura Battini
Équipe de rédaction : Pierre Villard, Jean-Michel Roynard.

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Repas quotidiens et repas de fêtes en Mésopotamie (2)

UNE NOUVELLE BIOGRAPHIE
EST DISPONIBLE DANS LE VOLET
CORRESPONDANT: ELIZABETH DOUGLAS VAN BUREN

PRÉPARATION DES ALIMENTS
Pour préparer les divers aliments, il fallait un système de cuisson et un minimum d’ustensiles. Les bédouins utilisaient un matériel portable, de même que les soldats en campagne comme le montre un bas-relief assyrien représentant la préparation du repas sous la tente [Figure 1].

Figure 1: Préparation du repas par des soldats en campagne, règne d'Assurbanipal

Figure 1: Préparation du repas par des soldats en campagne, règne d’Assurbanipal

Continuer la lecture

Pierre Villard

Professeur d'histoire ancienne. Université Clermont Auvergne. Spécialiste de l'empire néo-assyrien.

More Posts

First conference on the Archaeology and History of the Halilroud Cultural Basin


On February 12-13, 2022 the University of Jiroft (Kerman province) hosts the first conference on the archaeology and history of the Halilroud cultural basin. Apart from the interest in discussing a region  that begins only to emerge, the conference allows for those exchanges with colleagues that are essential for research, which have been missing since the beginning of the pandemic.

 

Conference contact information
Tel: 03443233000
Postall Address: دانشگاه جیرفت، کیلومتر ۸ بزرگراه خلیج فارس
Email: conf.halil.ujiroft@gmail.com
Website: https://conf.halil.ujiroft.ac.ir/Home/Index

 

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Une façade mamelouke (XVe siècle) dans le vieux Damas: le cas de la maison al-ʻAǧlānī

 

Située à l’est de la Mosquée des Omeyyades, la demeure al-ʻAǧlānī n’a fait l’objet d’aucune étude détaillée si l’on en excepte celle de l’architecte R. al-Ḥāğğ en 2014 lors de son projet de restauration de la maison (al-Ḥāğğ 2014 : 11-12). En 2011, frappé par sa façade extérieure nord, qui donne sur la rue et qui possède un grand portail (Figure 1), j’ai procédé à des relevés de la partie la plus ancienne.

Continuer la lecture