La musique en Mésopotamie

À ce 21 Juin 2020
privé de musique…

Dans la société mésopotamienne la musique avait une importance certaine: des berceuses que les mamans fredonnaient à leurs bébés, aux chants des fêtes religieuses, à la musique qui accompagnait le banquet, aux épopées qui étaient chantées1, à la célébration des victoires militaires… La musique est présente à toute époque, dans

Hochet retrouvé à Ur, époque paléo-babylonienne (BM 11 6869). Depuis Dumbrill 2015: fig. 60.
Hochet retrouvé à Ur, époque paléo-babylonienne (BM 116869). Depuis Dumbrill 2015: fig. 60.

tous les niveaux sociaux et dans toutes les phases de la vie humaine: du hochet du nourrisson (ci-contre) à la harpe du cimetière royal d’Ur (ci-dessous).
Textes, représentations iconographiques et découvertes archéologiques d’instruments anciens convergent à montrer l’importance de la musique qui a été occultée par la perte de la majeure partie des instruments et par le nombre réduit de partitions musicales.
Comme disait Platon, la musique est l’une des composantes de l’expérience du beau. Selon les récentes études des neuroscientifiques, la musique arrive à communiquer directement des émotions à notre cerveau, sans explication et sans demander des auditeurs une quelconque formation musicale.

Continuer la lecture de La musique en Mésopotamie

  1. un bon nombre des textes littéraires était destiné à être chanté []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Les âges de la vie humaine

 

 

Depuis qu’il est sur terre, l’homme a remarqué l’existence de plusieurs âges de la vie humaine et il en a aussi vécu certains, le plus souvent au moins deux sinon trois: l’enfance, l’âge adulte, la vieillesse. Et il les a aussi représentés parfois ensemble (comme ici le tableau de Hans Baldung, Les Trois Âges et la Mort, daté vers 1510; ou l’image d’ouverture, le tableau de Tiziano Les trois âges de l’homme, vers 1512); parfois séparément, surtout dans l’antiquité classique qui aime représenter des corps jeunes et beaux -selon l’idéal grec du καλὸς κἀγαθός- mais qui peut aussi représenter l’âge sénile (image ci-dessous).

Continuer la lecture de Les âges de la vie humaine

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Otto Emil Ravn, le père de l’assyriologie au Danemark

Une nouvelle biographie vous attend dans le volet correspondant: Otto Emil Ravn, assyriologue danois, considéré comme le père des études assyriologiques au Danemark. J’ai eu du mal à trouver des informations sur cet éminent assyriologue que pourtant je connaissais car j’avais lu son Catalogue of Oriental Cylinder Seals and Seal Impressions in the Danish National Museum. Il n’existe même pas dans Wikipédia français, ni anglais… Mais justement ces biographies sont faites dans l’intention de faire souvenir des hommes et femmes plus ou moins connus, certains presque oubliés, et qui pourtant ont beaucoup aimé le Proche-Orient ancien. Et l’autre but est de montrer que, au delà des pays plus engagés au Proche Orient car plus riches, chaque pays a son histoire de l’affirmation des études sur le Proche Orient ancien. Et dans chaque pays, les vicissitudes de la discipline sont liées à la capacité économique de la nation, parfois aussi à la religion… Efforts plus consistants pour arriver là où d’autres nations plus riches n’avaient eu aucun souci… et cela grâce au travail acharné d’êtres humains passionnés.

Bonne lecture !

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Les remèdes magiques

Des nouveaux textes dans le volet correspondant:
bonne lecture!

Pour guérir d’une maladie, se protéger contre des influences néfastes ou améliorer sa situation personnelle, les Mésopotamiens avaient recours à des pratiques que l’on pourrait définir « magiques ». La magie est l’ensemble des actes qui  sans recours aux dieux et sans rapport rationnel avec une situation donnée visent à agir sur cette dernière pour la faire évoluer dans le sens attendu. En général on distingue la magie noire, à effet négatif, servant pour lancer des sorts, faire tomber malade quelqu’un, ou empirer sa situation, de la magie blanche, à effet « thérapeutique » lato sensu1.

Continuer la lecture de Les remèdes magiques

  1. guérir toutes les souffrances, pas seulement les maladies []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts