Les prophètes dans la Bible et au Proche-Orient ancien

Une nouvelle biographie vous attend:
Sir Max Mallowan

La deuxième partie de la Bible hébraïque, qui se situe entre la Tora, « la loi », et les Écrits (Ketûbim)1, est connue sous le nom de Nebi’im / Nevi’im, les Prophètes. Il s’agit d’un recueil de plusieurs livres attribués aux prophètes, comme Samuel, Esaïe, Jérémie, Ezéchiel, Amos, Osée, Zacharie… Un prophète est un homme (parfois une femme, comme par ex. Miryam, sœur d’Aaron, prophétesse dans Exode 15,20) par la bouche duquel un dieu choisit de parler, pour s’adresser à une tierce personne. Le dieu parle avec le langage humain (donc non par signes comme dans la divination), mais son message peut être obscur et nécessiter donc une interprétation. Le message peut concerner le présent, le passé ou le futur. En effet, l’un des caractères principaux de la prophétie biblique est qu’elle n’est pas toujours une prédiction. Dans ce sens, elle est un rappel à une tradition qui s’est endormie et qu’elle tente de ressusciter.

Continuer la lecture de Les prophètes dans la Bible et au Proche-Orient ancien

  1. l’ensemble est ainsi appelé parfois TaNaK, d’après les initiales des trois parties []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

La maladie… ou comment survivre au mal…

Des nouveaux textes sont disponibles
dans le volet « Textes mésopotamiens »:
BONNE LECTURE!

 

En ce temps de confinement et de maladie, je me suis posée la question de comment faisaient les gens à faire face à une maladie qui se propageait à un grand nombre d’entre eux. C’est depuis Louis Pasteur, donc à peine un siècle et demi, que l’importance de se laver les mains pour éviter la contagion a été comprise. Et avant?

Continuer la lecture de La maladie… ou comment survivre au mal…

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Some words about the possible ancient Near Eastern origin of M. Bulgakov’s Hella (Gella)

  by Vladimir Sazonov*  and Sirje Kupp-Sazonov**

* Senior Research Fellow in ANE Studies, Centre for Oriental Studies, University of Tartu, sazonov@ut.ee
** Lecturer in Russian Language and Translation Studies, College of Foreign Languages and Cultures, University of Tartu, sirje.kupp-sazonov@ut.ee

 

M. Bulgakov, one of the most prominent Russian writers of the 20th c., began writing his most famous novel The Master and Margarita (M&M) in 1928 and continued to work on it until his death in 1940. The author destroyed the first manuscript in 1930 and tried for many years to find a suitable title. He finally decided on the current title in 1937. In 1966 the first part of the novel, heavily censored, was published in the monthly magazine Moskva; the second part appeared the following year. It has been said that approximately 12% of the text was left out of these first publications. The first uncensored version in Russian was published in Paris in 1967 and in Frankfurt in 1969. In the Soviet Union the first uncensored version was only published in 1973 (Kupp-Sazonov 2017: 224–225).
Since 196667 this novel has been translated into many foreign languages. There exist several English translations of this text and critics have very different opinions about those versions (May 1998). In our article examples from Glenny’s translation (1992) will be used.

Continuer la lecture de Some words about the possible ancient Near Eastern origin of M. Bulgakov’s Hella (Gella)