La cohabitation génétique des Mechta-Afalou et des Proto-Méditerranéens d’Algérie.

Des réponses ont été apportées à l’une des préoccupations des organisateurs de la Journée scientifique de l’IRN Decapan, qui s’est déroulée à la MAE de Nanterre sur le thème Populations en mouvement au Maghreb et dans les îles alentours à l’holocène, biologie et culture.  Quels sont les peuplements représentés et quelles sont leurs influences ? Quels sont les morphotypes humains holocènes et leurs métissages représentés dans les sites littoraux, atlasiques et sahariens (Mechtoïdes, capsiens, négroïdes) ? Quels sont les apports génétiques et leur métissage (ADN mitochondrial, chromosomes x et y) ? quelle est l’importance de la dérive génétique des Mechtoïdes à l’ouest de l’Algérie, au Maroc et dans les 7 îles qui composent l’archipel des Canaries ?

Continuer la lecture de La cohabitation génétique des Mechta-Afalou et des Proto-Méditerranéens d’Algérie.

Les archives d’Ilu-kân

Les éditions SEPOA, Paris, annoncent la publication du numéro XV de la série Florilegium marianum : Grégory Chambon, Les archives d’Ilu-kân – gestion et comptabilité du grain dans le palais de Mari, Mémoires de N.A.B.U. 19, Paris, 2018. 215 p., ISBN 978-2-9538653-9-4.

Le livre comprend la publication de 205 textes dont 74 inédits. Prix : 40 euros + frais de port. Commande et paiement possibles sur la boutique en ligne.

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Le mystère du diadème de la reine Puabi

Une des tombes les plus impressionnantes du cimetière royal d’Ur est celle de Puabi (PG 800). C’est l’une des plus riches, la quantité et la qualité des objets ensevelis sont remarquables : coupes, plats, poignards, ustensiles en or et argent, bijoux en lapis-lazuli, cornaline et or, harpe ornée d’une tête de taureau incrustée d’or et de lapis-lazuli et un char orné de têtes léonines en argent.

Figure 1 : Les tombes royales d'Ur
Figure 1 : Les tombes royales d’Ur


Et c’est aussi l’une des plus “remplies” : avec cette importante femme, probablement une reine, morte vers la quarantaine, furent ensevelis 52 autres personnes, sa “suite” princière, pour la plupart composée de femmes.1

Figure 2 : Restitution d'une partie des bijoux de Puabi
Figure 2 : Restitution d’une partie des bijoux de Puabi

La reine, qui mesurait 1.45-1.5m de hauteur, fut ensevelie avec une riche parure de bijoux : une bague autour de chaque doigt, une petite chaîne autour du genou, une coiffure complexe et une cape de perles sur le haut du corps, toutes composées de pierres précieuses. A côté de la tête de Puabi, Woolley trouva une pile de perles et d’amulettes en or sur une surface en bois. C’est cette pile  que l’on appelle les diadèmes de la reine Puabi et qui depuis le temps de leurs découvertes suscitent des restitutions contraires.

La pile se compose de plus de mille petites perles en lapis-lazuli et de dizaines de pendentifs en or en forme d’animaux, de végétaux, de fils torsadés et de rosettes. Deux raisons principales expliquent les difficultés de connaître la disposition originale des perles et des pendentifs : l’effondrement du toit de la chambre de la tombe de Puabi et la désintégration des cordes au fil du temps ont provoqué la perte de la composition originaire de cet ensemble . Et puis, au début Woolley avait identifié l’objet comme une «couronne d’or». Ce n’est que lorsqu’il découvrit une autre  sépulture  (PG 1618), contenant un ensemble similaire, qu’il a conclu que la pile de Puabi devait plutôt être un «diadème».

Figure 3 : Restitution de Woolley
Figure 3 : Restitution de Woolley

Woolley a imaginé que ce diadème était un objet unique cousu sur une feuille de tissu ou de cuir (Figure 3). Mais en 1998, préparant une  exposition itinérante concernant  les tombes royales d’Ur, les conservateurs Richard Zettler, Donald Hansen et Holly Pittman ont réétudié le matériel qui ferait partie de l’exposition. Et ils se sont aperçu que l’arrangement de Woolley devait être repensé.

Les trois chercheurs ont d’abord compris, en partant de la forme des boucles de suspension,  que les pendentifs appartenaient à plusieurs diadèmes. Puis, que les éléments végétaux dorés étaient placés à l’envers sur le fond de perles, peut-être puisque Woolley a voulu rester fidèle à la façon dont il a observé ces perles  lors de leur  découverte, comme le montrent les orientations du dessin que Woolley a réalisé sur le terrain.

Figure 4 : Nouvelle restitution du diadème de Puabi
Figure 4 : Nouvelle restitution du diadème de Puabi


Ainsi les pendentifs ont été regroupés en fonction de leur forme et de la ‘bonne’ orientation, ce qui a donné sept diadèmes individuels (Figure 4).  Le septième diadème, composé de rosettes en or, apparait comme un bijou séparé, mais il est présenté avec l’ensemble, car il a été trouvé dans le même tas.

Les éléments végétaux ont aussi été réévalués :  ce que Woolley avait identifié comme “des épis de maïs” a été maintenant identifié  avec l’inflorescence du palmier dattier mâle, ce qui pour Woolley était les “branches d’arbustes en or avec des gousses d’or et de cornaline” a été reconnu comme les dattes femelles sur leur tige et ce qui avait été identifié par Woolley comme des “grenades” a été identifié avec des pommes. Il ne s’agit simplement de bien identifier l’espèce végétale : les fruits, les fleurs ainsi que les animaux sont liés aux dieux et ont une signification symbolique précise.  Pommes et dattes,par exemple,  sont toutes les deux associées à la déesse Inanna, déesse centrale de la religion mésopotamienne, déesse de l’amour et de la fécondité , ce qui pourrait éclairer le symbolisme derrière ces pendentifs. Les pendentifs des animaux avaient été correctement identifiés par Woolley comme étant des béliers, des cerfs, des gazelles et des taureaux. Et ils ont aussi une signification symbolique qui renvoie à l’abondance et à la fertilité.
La reine Puabi, donc, portait sur la tête l’augure d’abondance, de multiplication, ce qui encore au IIIe mill. av. J.-C. était essentiel pour les hommes de Mésopotamie dont la vie était beaucoup plus courte et souffrante (sans médecin, sans médicament, sans antibiotique, sans vaccin) que la nôtre.

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Le mystère du diadème de la reine Puabi”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 17/02/2019, https://ane.hypotheses.org/6808. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Le mystère du diadème de la reine Puabi,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 17/02/2019, https://ane.hypotheses.org/6808.

Pour aller plus loin
Miller, N. F. 2013. Symbols of Fertility and Abundance in the Royal Cemetery at Ur, Iraq. American Journal of Archaeology 117: 127-133.
Pittman, H. and Miller, N. F. 2015. Puabi’s Diadem(s): The deconstruction of a Mesopotamian icon. In J. Y. Chi and P. Azara (eds), From Ancient to Modern: Archaeology and Aesthetics: 106-130. New York, Institute for the Study of the Ancient World, 
Woolley, L. 1949. Ur en Chaldée . Paris, Bibliothèque Historique Payot.
Zettler, R. L., & Horne, L. (eds). 1998. Treasures from the Royal Tombs of Ur. Philadelphia, University of Pennsylvania Museum of Archaeology and Anthropology.

 

  1. Aujourd’hui on a retrouvé des indices d’une mort violente, par poinçon du crâne, véritable “sacrifice” humain… []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

“Tu es de mon sang !” – Les alliances dans le Proche-Orient ancien

Vient de paraître aux éditions Les Belles Lettres/Collège de France le livre de Dominique Charpin, Professeur de la chaire d’Assyriologie au Collège de France :
“Tu es de mon sang !” Les alliances dans le Proche-Orient ancien,
Docet omnia 4, Paris, 2019.

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts