Le cheval au Proche-Orient ancien (première partie)

Dans la série lexicale HAR-ra=hubullu, qui traite de l’existant1, les ânes terminent la tablette XIII, celle des animaux domestiques. Le cheval, « âne des montagnes » selon l’idéogramme sumérien2, n’est pas, pour autant, un animal facile à classer : il peut s’habituer à l’homme mais il ne sera jamais complétement domestiqué.

Cheval au galop (㏄ BY NC SA)
Cheval au galop (㏄ BY NC SA)

Ce statut spécial de l’animal, qui en constitue aussi un attrait, uni à ses qualités, qui en on favorisé l’adoption rapide dans la guerre, permettent en partie d’expliquer la richesse de représentations symboliques du cheval dans les textes et dans les images. Souvent lié aux dieux et aux rois, il devient un des plus importants animaux de prestige, l’un des 2 seuls animaux a avoir droit à un rite humain, la sépulture, l’un des animaux rattaché à la royauté et l’un des peu nombreux animaux à être transformé en créature hybride avec buste humain. Continuer la lecture de Le cheval au Proche-Orient ancien (première partie)

  1. voir article Les animaux du Proche-Orient ancien, première partie []
  2. comme le dromadaire appelé « âne des pays de la mer » selon l’idéogramme sumérien []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts