Le suicide au Proche-Orient ancien et dans la Bible

“La vie est un grand mystère, et tu ne t’autorises pas à croire en quoi que ce soit.
Tu es bourré de doutes. Tu devrais te faire opérer dans une clinique :
— Bonjour , messieurs les chirurgiens, je suis venu pour que vous m’enleviez
mes doutes. Ne riez pas, je vous en prie, si vous ne me les enlevez pas,
je risque de mourir.”
(Enrico Remmert, Rossenotti).

Pour comprendre une société, c’est-à-dire des êtres humains vivant ensemble selon des normes communes et des croyances communes, il est indispensable aussi d’analyser des situations limites, comme le suicide. Cet acte concerne la manière d’être au monde, et pose des questions philosophiques et sociologiques sur la signification de la vie. Le suicide,  très d’actualité aujourd’hui, est un phénomène universel, présent à tous les époques.  Mais l’attitude d’une société à l’égard de ce geste extrême varie considérablement: de l’interdiction à la profanation, ce n’est que aujourd’hui qu’ il est plus toléré (à part la société japonaise où le suicide est même exigé dans certaines conditions : du seppuku  au kamikaze). Selon les biologistes, l’homme est le seul animal à se suicider d’une manière violente (par les armes, par pendaison, par noyade, par poison…).1. Le suicide et les différentes manières dont la société traite le suicide sont au centre de débats actuels non seulement dans la société, mais également chez les philosophes, les psychologues, les médecins et les anthropologues. Mais la question n’avait jamais été affrontée pour le Proche-Orient ancien d’une manière approfondie jusqu’en 2009 et 2016 quand respectivement un article et livre sont dédiés à la question  (Yael Shemesh 2009, Jan Dietrich 2016).

Alors, existe-t-il le suicide au Proche-Orient ancien?

Continuer la lecture de Le suicide au Proche-Orient ancien et dans la Bible

  1. Selon certains biologistes, l’animal ne pourrait pas se suicider puisque pour le faire il faudrait qu’il ait des capacités cognitives très complexes, dont la présence chez les animaux est incertaine. Pourtant, d’autres chercheurs ont observé des comportements suicidaires chez les animaux, soit pour défendre leur groupe soit suite à la mort de leur compagnon ou de leur propriétaire. Dans ce cas, l’animal arrête de se nourrir, c’est donc une mort sans violence…  Mais il y a eu des cas de noyades volontaires de chiens et de canards tristes pour la mort d’un proche []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Preserving the Cultural Heritage of Iraq: the Contribution of the Italian Archaeological Missions

Version française : voir infra.

    In September the exhibition “Preserving the cultural heritage of Iraq: the contribution of the Italian archaeological missions” opened in Baghdad, at the Italian-Iraqi Institute of Archaeological Sciences, directed by Carlo Lippolis, Professeur of Ancient Near Eastern Archaeology at Torino. This exhibition is the first event of the program “Italy, Cultures, the Mediterranean” which includes film screenings, musical performances, history and literature events.  The relaunch of cultural events in Iraq after 15 years is a driver of sustainable development and of human and social rebirth.

Italy is particularly committed to the preservation of cultural heritage: it is thanks to Carlo Lippolis that the reconstruction and the new set-up of the Baghdad Museum have been managed since 2004. The presence of military troops between 2003 and 2006 was accompanied by cultural mission in the hope to preserve Iraqi cultural heritage. The Italian-Iraqi mission at Abu Tbeirah (Prof. Franco D’Agostino) starting work in 2010 is the first in South Iraq after the Gulf wars. Thanks to Italians, other archaeological missions came back in Iraq, Iraqi people felt more concerned with their past, the protection of the great Iraq’s cultural heritage has been relaunched. Italy intends to participate also in the rebuilding of museums, recover archaeological sites and combat the illegal trafficking of archaeological finds.
 

L’exposition « Préserver le patrimoine culturel de l’Irak : la contribution des missions archéologiques italiennes » s’est ouverte en Septembre à Bagdad, à l’Institut des sciences archéologiques italo-irakien, dirigé par Carlo Lippolis, professeur d’archéologie du Proche-Orient à Turin. Cette exposition est la première manifestation du programme « Italie, cultures, Méditerranée », qui comprend des projections de films, des performances musicales, des événements historiques et littéraires. La relance des manifestations culturelles en Irak après 15 ans est un moteur du développement durable et de la renaissance humaine et sociale. L’Italie est particulièrement engagée dans la préservation du patrimoine culturel : c’est grâce à Carlo Lippolis que la reconstruction et la nouvelle implantation du musée de Bagdad ont été achevées. La présence de troupes militaires entre 2003 et 2006 s’est accompagnée d’une mission culturelle dans l’espoir de préserver le patrimoine culturel irakien. La mission italo-irakienne à Abou Tbeirah (Professeur Franco D’Agostino) qui a débuté ses travaux en 2010 est la première dans le sud de l’Irak après les guerres du Golfe. Grâce aux Italiens, d’autres missions archéologiques sont revenues en Irak, le peuple irakien se sent plus concerné par son passé, la protection du grand patrimoine culturel irakien a été relancée. L’Italie a l’intention de participer également à la reconstruction de musées, à la récupération de sites archéologiques et à la lutte contre le trafic illicite de matériaux archéologiques.

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Les déportations des Judéens à Babylone

Depuis la publication des archives de la famille Murashu à Nippur (Cardascia 1951), la publication d’autres lots d’archives des époques néo-babyloniennes et perses ont enrichi notre compréhension de l’exile à Babylone des Judéens 1. Au même moment, des nouvelles réflexions et analyses des fouilles anciennes ainsi que les nouvelles découvertes archéologiques permettent de mieux comprendre un phénomène complexe, aux multiples conséquences sociales, politiques, économiques et identitaires comme c’est la déportation forcée. Il y a aussi des raisons contemporaines :  cette pratique est largement utilisée encore aujourd’hui, l’a été de manière terrible pendant la IIe Guerre Mondiale et tout au long de l’histoire. A se demander si l’homme n’est pas anthropologiquement constitué de telle manière qu’il ne puisse se passer de la violence envers ses semblables (“le crime est normal parce qu’une société qui en serait exempte est tout à fait impossible” : Durkheim 1984: 45).

Continuer la lecture de Les déportations des Judéens à Babylone

  1. avec ce termes on désigne les habitants de la région connue comme “Judée” à une époque où il serait anachronique de les appeler “Juifs” []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Interview de Jean-Claude Margueron

Dimanche 23/09 sur France Culture à 20h30 dans l’émission “Carbone 14” animée par Vincent Charpentier a été diffusée l’interview de Jean-Claude Margueron pour son dernier livre : Le temple d’Ishtar revisité, Madrid, Presse du CSIC, 2018.

L’exposition Voués à Ishtar (2014, Paris, Institut du monde arabe), commémorant le 80e anniversaire de la découverte de Mari, a mis en évidence la nécessité d’un réexamen de certains résultats anciens. Ainsi est né Le temple d’Ishtar revisité, dans lequel est présentée une nouvelle analyse du temple, essentiellement basée sur la stratigraphie et sur les connaissances renouvelées de l’architecture à partir des recherches récentes.

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts