Nouvelle biographie : Halet Çambel

Une nouvelle biographie est disponible dans la fenêtre correspondante, celle de Halet Çambel, femme et archéologue turque.

« En archéologie, on observe toujours ce qui est sous la terre. Mais il y a aussi le dessus. En général les archéologues ne font pas cas de cela. Halet a appris et aimé ce qui est sur terre autant qu’un être humain pouvait le faire. Elle a aussi appris à ceux qui voulaient l’apprendre, comment comprendre, aimer le monde »  (Yaşar Kemal, 2011).

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Archéo-cuisine : expérimenter des recettes anciennes

Une équipe conjointe des universités de Yale et de Harvard a relevé le défi lancé par l’université de New-York (An Appetite for the Past), département d’études anciennes et département de nutrition, pour préparer 3 plats babyloniens. C’était une intéressante occasion pour d’un côté tester nos connaissances sur la terminologie de la cuisine et de l’autre avoir une petite idée à quoi ressemblait les plats.

Continuer la lecture de Archéo-cuisine : expérimenter des recettes anciennes

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Babylone dans la BD

La Mésopotamie n’est pas un sujet très traité dans la BD. Même dans celles encyclopédiques et didactiques, encore aujourd’hui on remarque une absence inquiétante. Par exemple, dans les BD concernant l’histoire on peut passer de la préhistoire à l’Égypte ou à la Grèce en sautant complètement la Mésopotamie. Et quand on en parle  c’est toujours de manière très sommaire et partiale. Ainsi, en suivant les cours d’école ou l’actualité culturelle (exposition, colloque, sortie de livres) ou politique, on va citer la ville d’Ur ou de Babylone, ou l’histoire des Hébreux, mais on sautera la majeure partie des inventions qui produites en Mésopotamie ont forgé notre propre vie, autant en Orient qu’en Occident (agriculture, domestication des animaux, ville, systèmes politiques, religions, écriture, art, pensée “philosophique”…). Certes, mieux vaut en parler que pas du tout (même des grandes maisons d’édition comme Gallimard peuvent faire l’impasse sur le sujet : voir la collection “Les yeux de la découverte”). Mais comment se fait-il que la connaissance du Proche Orient soit encore si restreinte ? Et si les enfants des années 2010-2018 ne sont pas encore sollicités à s’intéresser à la Mésopotamie, ils ne le seront pas adultes, ce qui va retarder ce que le spécialiste de la discipline pense déjà acquis… L’écart des connaissances est nuisible et c’est avec regret que tout spécialiste le voit s’accroître. Continuer la lecture de Babylone dans la BD

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Une affaire de terre : l’architecture mésopotamienne

En Mésopotamie l’architecture est toujours en terre : briques crues, briques cuites ou pisé, avec un soubassement ou des fondations en pierre- mais seulement dans le Nord de la Mésopotamie, la région que l’on appelle Assyrie-. La conservation des restes des activités humaines est donc limitée : les bâtiments nous arrivent endommagés, tronqués, mutilés… De là le travail de l’archéologue est une minutieuse recherche de la forme originaire des structures trouvées, de leur changement dans le temps, pour suivre la “vie” de ces bâtiments. Ainsi, on peut proposer des restitutions, toutes ne sont pas pareilles, mais chacune essaie de s’approcher de la réalité ancienne. Certains archéologues évitent les restitutions, par peur de se tromper, ou plus rarement par manque d’intérêt ou de temps, malgré l’existence depuis quelques années de l’informatique qui permet de simuler de manière très parlante plusieurs restitutions. Car avec cette nouvelle méthode, on redonne une troisième dimension à l’architecture, une dimension qui selon les plus fameux spécialistes est l’essence même de cette discipline, le volume. Nous bougeons dans un espace tripartite, non dans un plan bipartite. Continuer la lecture de Une affaire de terre : l’architecture mésopotamienne

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Du présage à l’horoscope : précis d’astrologie mésopotamienne

En Mésopotamie l’astrologie faisait partie de la divination et concernait seulement le roi et l’état. On pensait probablement que les mouvements des astres sur la voûte céleste, visibles des hommes, devaient annoncer des décisions divines affectant des communautés entières. Donc l’astrologie est liée à l’astronomie et l’intérêt pour ces deux disciplines était déjà important chez les Sumériens. Beaucoup d’étoiles et de constellations, en effet, ont des noms sumériens.

Continuer la lecture de Du présage à l’horoscope : précis d’astrologie mésopotamienne

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts