Babylone dans la BD

La Mésopotamie n’est pas un sujet très traité dans la BD. Même dans celles encyclopédiques et didactiques, encore aujourd’hui on remarque une absence inquiétante. Par exemple, dans les BD concernant l’histoire on peut passer de la préhistoire à l’Égypte ou à la Grèce en sautant complètement la Mésopotamie. Et quand on en parle  c’est toujours de manière très sommaire et partiale. Ainsi, en suivant les cours d’école ou l’actualité culturelle (exposition, colloque, sortie de livres) ou politique, on va citer la ville d’Ur ou de Babylone, ou l’histoire des Hébreux, mais on sautera la majeure partie des inventions qui produites en Mésopotamie ont forgé notre propre vie, autant en Orient qu’en Occident (agriculture, domestication des animaux, ville, systèmes politiques, religions, écriture, art, pensée “philosophique”…). Certes, mieux vaut en parler que pas du tout (même des grandes maisons d’édition comme Gallimard peuvent faire l’impasse sur le sujet : voir la collection “Les yeux de la découverte”). Mais comment se fait-il que la connaissance du Proche Orient soit encore si restreinte ? Et si les enfants des années 2010-2018 ne sont pas encore sollicités à s’intéresser à la Mésopotamie, ils ne le seront pas adultes, ce qui va retarder ce que le spécialiste de la discipline pense déjà acquis… L’écart des connaissances est nuisible et c’est avec regret que tout spécialiste le voit s’accroître. Continuer la lecture de Babylone dans la BD

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts