Une affaire de terre : l’architecture mésopotamienne

En Mésopotamie l’architecture est toujours en terre : briques crues, briques cuites ou pisé, avec un soubassement ou des fondations en pierre- mais seulement dans le Nord de la Mésopotamie, la région que l’on appelle Assyrie-. La conservation des restes des activités humaines est donc limitée : les bâtiments nous arrivent endommagés, tronqués, mutilés… De là le travail de l’archéologue est une minutieuse recherche de la forme originaire des structures trouvées, de leur changement dans le temps, pour suivre la “vie” de ces bâtiments. Ainsi, on peut proposer des restitutions, toutes ne sont pas pareilles, mais chacune essaie de s’approcher de la réalité ancienne. Certains archéologues évitent les restitutions, par peur de se tromper, ou plus rarement par manque d’intérêt ou de temps, malgré l’existence depuis quelques années de l’informatique qui permet de simuler de manière très parlante plusieurs restitutions. Car avec cette nouvelle méthode, on redonne une troisième dimension à l’architecture, une dimension qui selon les plus fameux spécialistes est l’essence même de cette discipline, le volume. Nous bougeons dans un espace tripartite, non dans un plan bipartite. Continuer la lecture de Une affaire de terre : l’architecture mésopotamienne

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts