Archives mensuelles : juillet 2018

64e RAI – 12e Symposium MELAMMU

Du lundi 16 au vendredi 20 juillet 2018 se tiendra à Innsbruck, Autriche, la 64e RAI (Rencontre Assyriologique Internationale) qui a lieu tous les ans dans une ville différente et qui réunit tous les spécialistes du Proche-Orient, qu’ils soient épigraphistes, archéologues ou historiens.

12 Melammu

Cette année, la RAI sera aussi le lieu du 12e Symposium Melammu, puisque le thème général choisi coïncide avec les buts des rencontres MELAMMU. En effet, chaque RAI choisit un thème général et laisse la place à plusieurs ateliers sur d’autres sujets. Cette année le thème général est l’héritage intellectuel du Proche-Orient jusqu’à aujourd’hui. Les thèmes des ateliers sont variés : rapports hommes/animaux,  rituel et religion, histoire de la transmission de sens dans les textes cunéiformes, études prosopographiques, médecine et magie…
Le programme

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

La paléo-pathologie

Vertèbre thoracique avec des petits orifices, probable signe de tuberculose (P. Tavares 2004: fig.9)

Vertèbre thoracique avec des petits orifices, probable signe de tuberculose (P. Tavares 2004: fig.9)

La paléo-pathologie (du grec παλαιός (= palaios) “vieux, ancien”, πάθος (= pathos) “souffrance” et λόγος (= logos) “discours, science”) est une branche de la médecine qui à la confluence d’intérêts pathologiques, anthropologiques, historiques et archéologiques s’occupe de détecter les maladies anciennes sur la base des restes osseux (notamment leur variations), des restes organiques (tissus), de l’ADN et accessoirement des représentations iconographiques. Si l’archéologue, tout comme l’historien, voit dans la paléo-pathologie un moyen de mieux comprendre les conditions de vie des hommes du passé, le médecin arrive à connaître mieux les maladies en étudiant leur histoire naturelle.

Continuer la lecture

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Les temps des archéologues

Le temps en archéologie est une notion fondamentale, l’archéologie est définie souvent comme la science qui étudie les civilisations anciennes, ce qui implique d’en connaître au moins approximativement la chronologie. Mais au tout début de l’archéologie, il y a 200 ans environ, les archéologues n’étaient pas autant intéressés au temps, plutôt à la découverte d’objets et de restes immobiliers des civilisations passées1.

Depuis les années 1960, les réflexions sur l’archéologie et les nouvelles théorisations ont concerné aussi la chronologie tandis que les avancées scientifiques mettaient au point plusieurs méthodes de datation scientifique (C14, thermoluminescence, dendrochronologie, et le dernier né : l’OSL, la luminescence optiquement stimulée). Ces méthodes sont certes les signes d’une démarche scientifique mais aussi une preuve de l’influence de la société actuelle sur les archéologues : le temps devient une notion essentielle en archéologie (comme depuis longtemps en philosophie…). Mais quel est le temps des archéologues ?

Continuer la lecture

  1. J. Evin, “Le temps et la chronométrie en archéologie”, Histoire & Mesure 9/3 (1994) : 239-257 []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Registration for The Connected Past Oxford 2018 is open now

A two-day international inter-disciplinary conference featuring 46 talks about network research on a wide variety of topics including Archaeology, Physics, History and Computer Science.
Registration: https://connectedpast.net/registration-2/
Programme: https://connectedpast.net/other-events/oxford-2018/programme/

When? 6-7 December 2018
Where? University of Oxford, United Kingdom
Keynotes? Dr. Nathalie Riche (Microsoft Research) and Dr. Matthew Peeples (Arizona State University)
How do social networks evolve over huge time-scales? How did geography constrain or enhance the development of past social networks? These are fundamental questions in both the study of the human past and network research, yet our ability to answer them is severely hampered by the limited development of spatiotemporal network methods. PastNet is an inter-disciplinary network that aims to stimulate the development and application of such methods through networking meetings, a conference and a workshop.
Network research is also becoming more common in disciplines concerned with the study of past human behaviour: archaeology, classics and history. These disciplines have a strong tradition in exploring long-term human behavioural change and spatial phenomena, despite being forced to use fragmentary textual and material sources as indirect evidence of such phenomena.
By bringing together network researchers from archaeology, classics, computer science, digital humanities, history, mathematics, network science, oriental studies, physics, psychology, and sociology, The Connected Past 2018 conference in Oxford aims to foster cross-disciplinary exchange to push network research further. The historical disciplines will contribute new spatiotemporal approaches and datasets to network research, whereas the traditional network research disciplines will further stimulate the critical application of network approaches to the study of the human past.
Topics might include, but are not limited to:
– Spatial networks
– Temporal networks
– Archaeological network research
– Historical network research
– Missing and incomplete data in archaeological and historical networks
– What kinds of data can archaeologists and historians use to reconstruct past networks and what kinds of issues ensue?
– Formal network analysis vs qualitative network approaches: pros, cons, potential, limitations

Jean-Michel Roynard

Chargé d'édition à l' UMS 2409 du CNRS, Collège de France - Institut des Civilisations

More Posts

NimRoD : de Nimrud à Rome, Découverte des bibliothèques antiques

L’atlas des bibliothèques antiques est en ligne !

http://nimrod.huma-num.fr/

Le site a été réalisé sous la direction de Philippe Clancier et Gaëlle Coqueugniot, dans le cadre du programme de recherche NimRod : de
Nimrud à Rome, Découverte des bibliothèques de l’Antiquité
  financé par le LabEx Les Passés dans le Présent et hébergé par la TGIR Huma-Num. Le site est en cours d’enrichissement. On peut y trouver dès à présent (en français et pour certains sites aussi en anglais) :

  • Athènes hellénistique
  • Rhodes hellénistique
  • Cos hellénistique et romaine
  • Tauromenion hellénistique
  • Delphes romaine
  • Patras romaine

En effet, les efforts se sont concentrés au début sur la présentation synthétique et normalisée des bibliothèques antiques attestées par des sources textuelles ou matérielles et les sites sur lesquelles elles se trouvaient (partie atlas de la plateforme).

Dans une phase ultérieure sera également développée une partie encyclopédie, qui permet de faire des rapprochements entre certaines bibliothèques antiques ou, au contraire, d’étudier des cas particuliers remarquables.

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts