Archives quotidiennes :

Du « bon » usage des termes en “paléo-iconologie” (histoire de l’art ancien)

Dans les études iconographiques concernant l’antiquité, les historiens de l’art ont utilisé et utilisent les catégories, les concepts et les définitions que l’esthétique a élaborés au fil des siècles. Pourtant, à de nombreux égards, cet héritage, qui a le mérite d’être compris de tous, révèle ses limites lorsqu’on l’applique aux productions du Proche-Orient ancien. Il ne s’agit pas seulement de définitions modernes qui ont du mal à être utilisées pour les œuvres de l’antiquité. C’est surtout la manière de concevoir et d’étudier ces œuvres qui est ainsi fragilisée. Des expressions telles que « art officiel versus art populaire » ou « art majeur versus art mineur » (Court 2002, de Maison Rouge 2002, Makravis 2002, Talon-Hugon 2008) sont imprécises (Roque 2000) et ne correspondent pas à la réalité antique. Et la révolution opérée par une partie de l’historiographie récente sur les concepts artistiques à la suite des réalisations de l’art contemporain, qui a chaviré et continue à basculer les normes établies, n’a que rarement touché les historiens de l’art antique.

Continuer la lecture

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts