Archives mensuelles : juin 2018

L’invention de la céramique

par Laura Battini

Samedi 23, une histoire des femmes (2e partie)

Le Proche-Orient a été le théâtre de nombreux inventions et progrès techniques : l’invention de la céramique, de l’irrigation et donc de l’agriculture, la domestication, l’établissement de lieux pour vivre de manière sédentaires (villages d’abord, villes ensuite), l’invention du verre… Il y a eu aussi de nombreux progrès techniques à l’intérieur de chaque discipline : l’araire pour l’agriculture, le tour de potier pour la céramique, la brique et le bitume pour l’architecture, la roue et la voile pour les transports, l’artisanat en bois, en vannerie, en métal et en pierre, juste pour en citer quelques uns. La céramique fait partie de ces innovations, car avant il y a eu ce qu’on appelle la « vaisselle blanche » en chaux, c’est-à-dire des vases de calcaire calciné, chauffé à très forte température pour le réduire en sels auxquels est ajoutée l’eau (la même technique peut être utilisée pour le plâtre, en utilisant le gypse à la place du calcaire). Cette technique permet de modeler le vase à la main, et donc de façonner des formes faciles et variées, comme à Bouqras, Beidha et Munata (Palestine), et el-Kown (désert syrien). Mais une vaisselle en pierre est lourde, pas facile à manier ni à utiliser pour cuire. C’est pour ça que les hommes ont pensé à utiliser un matériel simple, facile à trouver n’importe où : l’argile, ṭiṭṭum en akkadien et IM en sumérien. On connaît aussi d’autres termes pour l’argile, selon ses fonctions spécifiques (celle utilisée contre un gros mur, celle pour bloquer une porte, etc), ou selon sa qualité ou sa couleur, mais ṭiṭṭum et IM sont les termes le plus généraux et le plus souvent employés. Ces termes font référence à la terre non encore cuite et à façonner. Pour la terre cuite, vase ou autre objet déjà fini, on employait le terme ḫaṣbu. Continuer la lecture

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Petits questionnements sur les “études du genre”

Le rôle des femmes dans l’ancienne religion familiale est une question largement débattue, spécialement en Israël. Car forçant l’interprétation des textes bibliques, de quelques inscriptions, des figurines « piliers » en terre cuite (pillar figurines en anglais), les chercheurs ont restitué une image assez stéréotypée des genres et de la place des femmes dans la société ancienne. Certains insistent sur l’idée que le culte des déesses était particulièrement important pour les femmes. D’autres pensent que les pillar figurines étaient utilisées essentiellement ou exclusivement par les femmes dans leurs activités rituelles. Continuer la lecture

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Nimrud, site en ligne

Depuis moins d’une semaine, Nimrud, une capitale d’Assyrie est accessible à l’adresse: http://archeologie.culture.fr/nimrud/fr/

Disponible dans le volet « Patrimoine du Proche-Orient » de la collection numérique Grands Sites Archéologiques publiée par le Ministère de la culture (archeologie.culture.fr), ce lien est l’aboutissement d’un long travail réalisé dans le cadre du programme de recherche « NimRod : de Nimrud à Rome, Découverte des bibliothèques de l’Antiquité » dirigé par Philippe Clancier, avec la collaboration de Gaëlle Coqueugniot (CNRS) et financé par le LabEx Les Passés dans le Présent. A part une introduction historique et de la ville assyrienne ainsi que de l’archéologue qui plus contribua à sa découverte, Max Mallowan, le deuxième mari d’Agatha Christie, le site internet offre la restitution de l’Ezida, le temple de Nabu, dieu de l’écriture et de la sagesse, où une riche bibliothèque a été retrouvée.

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Colloque sur la Diyala

Un colloque international réunira à Paris les 25 et 26 juin 2018 une quinzaine de chercheurs qui entre d’autres s’occupent de la Diyala. Titre du colloque :

THE OLD BABYLONIAN DIYALA:
RESEARCH SINCE THE 1930s AND PROSPECTS 

Organisé par C. Ali (IEA de Paris / Université de Strasbourg), C. Gonçalves (IEA de Paris / Universidade de São Paulo), et C. Michel (CNRS, UMR 7041, le colloque sera hébergé par l’Institut d’Etudes Avancées de Paris (17 Quai d’Anjou, 75004 Paris). Il est nécessaire de s’inscrire (https://www.paris-iea.fr/fr/evenements/the-old-babylonian-diyala-research-since-the-1930s-and-prospects) pour pouvoir assister aux débats.

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Les transports par l’eau

NB : le jour de publication des articles est désormais le samedi

Un autre moyen de transport (pour le transport par terre voir l’article du 30/04/2018) est représenté par l’eau, fluviale et marine. Dans un pays, comme l’ancienne Mésopotamie, marqué si profondément par deux fleuves — Tigre et Euphrate — et leurs
affluents et par tout le réseau des canaux, le transport fluvial permet d’arriver partout. Les textes nous montrent un trafic intense et varié. Continuer la lecture

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts