Archives quotidiennes :

Les portes urbaines : entre stratégie militaire et nécessités quotidiennes (deuxième partie)

Dans la construction des portes urbaines, on peut mettre en lumière la présence de caractères qui s’expliquent par des raisons militaires, alors que d’autres sont plus ou moins contraires à la logique militaire. Les tours d’entrée et de sortie ont été conçues pour retarder l’entrée de l’ennemi, et offrir une surface d’action en élévation, d’où il est plus facile attaquer l’ennemi. De même, il est plus prudent de placer les pièces dont se compose la porte derrière la ligne urbaine, car ainsi c’est l’enceinte qui offre une protection supplémentaire aux portes (fig. 1).

Fig. 1: Porte d’Ischaeli (d’après Hill, Jacobsen, Delougaz 1990, pl. 98)

Fig. 1: Porte d’Ischaeli (d’après Hill, Jacobsen, Delougaz 1990, pl. 98)

Un autre dispositif, plus rarement attesté, rentre aussi dans une logique militaire: le renforcement du côté droit de la porte a été pensé pour offrir une importante surface d’action aux défenseurs, car ce côté correspondait au côté gauche de l’ennemi qui n’était pas protégé par le bouclier (Assur), les droitiers étant plus nombreux que les gauchers (caractère régressif).

Continuer la lecture

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts