Archives quotidiennes :

Les portes urbaines : entre stratégie militaire et nécessités quotidiennes

Les premières portes urbaines connues de Mésopotamie remontent à l’époque protodynastique (IIIème mill. av. J.-C.). Fouillées surtout dans le sud de la Mésopotamie et dans la Diyala, elles se présentent comme un simple passage (fig. 1) protégé par de puissantes tours d’entrée et rarement de sortie.

Fig. 1. Porte-passage (ici portes d'Uruk, IIIe mill. av. J.-C. d’après Lenzen 1936, fig. 1)

Fig. 1. Porte-passage (ici portes d’Uruk, IIIe mill. av. J.-C. d’après Lenzen 1936, fig. 1)

Les portes ont une largeur et une profondeur différentes d’un site à l’autre : la largeur peut aller de 1 m à 3,5 m; la profondeur de 2,9 m jusqu’à 5,5m-7,8 m. De même, les tours ont des dimensions assez peu constantes dans les différents sites, mais elles sont en rapport avec la largeur du passage (Battini 2016: 224-225): aux tours les plus grandes correspond un passage plus large. Ce rapport entre dimensions des tours et largeur du passage de la porte s’explique en partie en raison de contraintes militaires: plus large est le passage, ce qui est d’ailleurs indispensable au trafic urbain, plus facilement les ennemis peuvent entrer dans la ville, ce qui fait que les portes nécessitent une défense accrue. Les portes urbaines en effet sont un élément important autant de la topographie et de l’organisation de la vie urbaine que du système de fortifications.

Continuer la lecture

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts