Les portes urbaines : entre stratégie militaire et nécessités quotidiennes (troisième partie)

par Laura Battini

Les portes ne sont pas que des bâtiments militaires. Leurs fonctions sont nombreuses: elles constituaient une part active de la vie urbaine, en autorisant le transit des gens, des animaux, des marchandises et des idées. Les textes indiquent souvent l’utilisation des portes comme lieux de justice. Un texte du IIe mill. av. J.-C. demande l’ouverture d’une porte urbaine pour y faire asseoir les juges: « Ouvre la porte de Shamash, laisse les juges s’asseoir là et ils ne seront pas insouciants en veillant sur la porte » À Assur au début du IIe mill., sept juges s’asseyaient à la porte urbaine pour écouter les complaintes. C’est ici que les témoins sont menés pendant les procès. D’autres textes, dont des textes de sagesse, citent le tribunal de la porte urbaine. Plusieurs livres de la Bible conservent la coutume d’utiliser les portes comme lieu de justice.

Porte urbaine de Dur-Sharrukin
Porte urbaine de Dur-Sharrukin

Continuer la lecture de Les portes urbaines : entre stratégie militaire et nécessités quotidiennes (troisième partie)

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Le projet MAP (cartographie des polythéismes anciens)

Le projet MAP, d’une durée de 5 ans (octobre 2017 – septembre 2022), approche les religions de l’Antiquité à travers les épithètes utilisées pour caractériser divers aspects des dieux. Il vise à répertorier, dans les sources épigraphiques, papyrologiques et littéraires, à enregistrer dans une base de données, à traiter au moyen d’outils issus de l’analyse de réseaux et de la cartographie, et à analyser en fonction des contextes les épithètes divines en tant qu’éléments donnant accès aux modes de représentation, de structuration et de déclinaison du divin, ainsi qu’aux stratégies de communication entre les hommes et les dieux dans une multitude de contextes historiques. L’approche comparative, qui se concentrera sur les mondes grec et sémitique, entre 1000 av. et 500 ap. J.-C., permettra aussi d’affronter les questions de transferts, traductions, adaptation des épithètes, ainsi que leur mise en images et en récits.

https://hal.archives-ouvertes.fr/MAP-ERC/hal-01700653v1

Jean-Michel Roynard

Chargé d'édition à l' UMS 2409 du CNRS, Collège de France - Institut des Civilisations

More Posts

Les portes urbaines : entre stratégie militaire et nécessités quotidiennes (deuxième partie)

Dans la construction des portes urbaines, on peut mettre en lumière la présence de caractères qui s’expliquent par des raisons militaires, alors que d’autres sont plus ou moins contraires à la logique militaire. Les tours d’entrée et de sortie ont été conçues pour retarder l’entrée de l’ennemi, et offrir une surface d’action en élévation, d’où il est plus facile attaquer l’ennemi. De même, il est plus prudent de placer les pièces dont se compose la porte derrière la ligne urbaine, car ainsi c’est l’enceinte qui offre une protection supplémentaire aux portes (fig. 1).

Fig. 1: Porte d’Ischaeli (d’après Hill, Jacobsen, Delougaz 1990, pl. 98)
Fig. 1: Porte d’Ischaeli (d’après Hill, Jacobsen, Delougaz 1990, pl. 98)

Un autre dispositif, plus rarement attesté, rentre aussi dans une logique militaire: le renforcement du côté droit de la porte a été pensé pour offrir une importante surface d’action aux défenseurs, car ce côté correspondait au côté gauche de l’ennemi qui n’était pas protégé par le bouclier (Assur), les droitiers étant plus nombreux que les gauchers (caractère régressif).

Continuer la lecture de Les portes urbaines : entre stratégie militaire et nécessités quotidiennes (deuxième partie)

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Les portes urbaines : entre stratégie militaire et nécessités quotidiennes

Les premières portes urbaines connues de Mésopotamie remontent à l’époque protodynastique (IIIème mill. av. J.-C.). Fouillées surtout dans le sud de la Mésopotamie et dans la Diyala, elles se présentent comme un simple passage (fig. 1) protégé par de puissantes tours d’entrée et rarement de sortie.

Fig. 1. Porte-passage (ici portes d'Uruk, IIIe mill. av. J.-C. d’après Lenzen 1936, fig. 1)
Fig. 1. Porte-passage (ici portes d’Uruk, IIIe mill. av. J.-C. d’après Lenzen 1936, fig. 1)

Les portes ont une largeur et une profondeur différentes d’un site à l’autre : la largeur peut aller de 1 m à 3,5 m; la profondeur de 2,9 m jusqu’à 5,5m-7,8 m. De même, les tours ont des dimensions assez peu constantes dans les différents sites, mais elles sont en rapport avec la largeur du passage (Battini 2016: 224-225): aux tours les plus grandes correspond un passage plus large. Ce rapport entre dimensions des tours et largeur du passage de la porte s’explique en partie en raison de contraintes militaires: plus large est le passage, ce qui est d’ailleurs indispensable au trafic urbain, plus facilement les ennemis peuvent entrer dans la ville, ce qui fait que les portes nécessitent une défense accrue. Les portes urbaines en effet sont un élément important autant de la topographie et de l’organisation de la vie urbaine que du système de fortifications.

Continuer la lecture de Les portes urbaines : entre stratégie militaire et nécessités quotidiennes

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Hérodote et les confins du monde (III, 106-116)

Quand Hérodote décrit les limites du monde connu (l’Inde à l’est, l’Arabie au Sud, contrées éloignées à l’ouest et au nord), son récit prend des accents de légende. Selon l’idée que « les extrémités de la terre possèdent ce que nous estimons de plus beau et de plus rare », Hérodote raconte les « extravagances » de ces contrées éloignées, parmi lesquelles figurent aussi les contrées bizarres au nord et à l’ouest de l’Europe. Il n’est pas allé partout, il a parfois seulement écouté les récits transmis de bouche en bouche, et cela explique ces histoires vraiment fabuleuses…

P.S. : la description du coton (« arbres porteurs de laine ») est identique à celle des néo-assyriens… Continuer la lecture de Hérodote et les confins du monde (III, 106-116)

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts