Archives quotidiennes :

Les animaux du Proche-Orient ancien, deuxième partie. Une signification complexe…

L’iconographie mésopotamienne fournit un répertoire très riche sur les animaux, même si on ne peut pas prétendre d’une image donnée une grande précision zoologique. D’ailleurs, la taille des images des animaux est souvent réduite, comme le montrent par ex. les figurines en terre cuite (entre 5 cm et 10 cm). On peut même dire que, à l’exception des statues gardant les portes des temples et des palais, les animaux sont représentés en dimensions restreintes et souvent comme sujet « accessoire » à un thème majeur. Le cas le plus emblématique est celui des sceaux cylindres, hauts de 2 à 3 cm en moyenne. Sur ces objets, les animaux peuvent n’être haut que de 0,5 cm… Cela explique en partie pourquoi on n’arrive pas toujours à distinguer entre mâle et femelle et pourquoi les identifications des animaux ne sont pas toujours les mêmes d’un auteur à l’autre. Là où un chercheur voit un cheval, un autre voit un onagre. Ce qui pour certains est une « antilope » pour d’autres est un « capridé ». Et pour les oiseaux, les difficultés d’interprétation sont encore plus nombreuses. En effet, à part la taille réduite, les images dont nous disposons manquent de couleur, un des éléments déterminants pour l’identification, surtout des oiseaux (Porter et Aspinall 2004). En Egypte, en revanche, la couleur a permis une identification assez précise.1.

Continuer la lecture

  1. Voir en dernier Bailleul-le Suer 2012, richement illustré []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts