Mémoires volées

Ce week-end s’est tenu à la Fondation Hugot (Paris) un atelier très intéressant sur la mémoire historique à l’âge du Fer (1ère moitié du Ier millénaire av. J.-C. ), organisé par l’Université de Tel Aviv (Ido Koch) et le Collège de France (Thomas Römer). Mémoire biologique, mémoire sociale, mémoire collective, mémoire aliénée, mémoire déformée, mémoire récupérée… Ce qui disparaît et ce qui se fixe, pourquoi, quand et comment cela arrive. Identité sociale, identité collective, qui se forment par la réécriture du passé. Ces questionnements qui surgissent de l’étude des sociétés antiques sont très actuels en ce début du IIIème millénaire : quand les fanatiques détruisent les monuments anciens, c’est la mémoire collective qu’ils veulent frapper. Au-delà de la perte d’un monument appartenant à toute l’humanité, c’est surtout la mémoire historique et à travers elle l’identité sociale qui sont les cibles des attaques. Continuer la lecture de Mémoires volées

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

De hier à aujourd’hui : les listes des « merveilles » du monde

Depuis l’antiquité, l’homme a voulu établir une liste des œuvres les plus exceptionnelles qu’il avait créées. Les œuvres retenues se distinguent par leurs dimensions, les matériaux utilisés et leur originalité. Et il a limité cette liste à sept éléments – sept est un nombre magique – et il les a appelé θεαματα, « merveilles », mot grec indiquant l’étonnement, l’admiration. Les sept merveilles sont tellement connues que l’expression est désormais devenue proverbiale.

Continuer la lecture de De hier à aujourd’hui : les listes des « merveilles » du monde

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

La ville de Babylone par Hérodote

La description de Babylone que l’on retrouve dans les Histoires d’Hérodote est très riche en détails que l’archéologie a confirmés (double muraille, présence d’un fossé, forme géométrique plus rectangulaire que carrée, ziqqurat à plusieurs étages… ). On est donc très tenté d’en retrouver d’autres qui ne peuvent pas être confirmés par les données archéologiques. Par ex. la présence de 3 ou 4 étages par maison est malheureusement non vérifiable à cause de la hauteur restreinte de conservation des murs en terre crue. Et l’existence d’une statue d’or (ou du moins plaquée d’or) de Marduk est probable mais sans aucune preuve car l’habitude des anciens à recycler les matériaux en aurait fait disparaître toute trace. D’autres éléments sont clairement faux (l’obligation pour toute jeune fille pubère de s’unir une fois avec un étranger), d’autres résultent d’erreurs qui devaient être déjà largement répandues à l’extérieur de la Mésopotamie vers le VIe-Ve siècle (confusion entre Assyrie et Babylonie). Alors, il est intéressant de se replonger dans la lecture d’Hérodote (livre I, 178-187) car Babylone est pour lui « si magnifique, que nous n’en connaissons pas une qu’on puisse lui comparer » : Continuer la lecture de La ville de Babylone par Hérodote

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Les animaux du Proche-Orient ancien, deuxième partie. Une signification complexe…

L’iconographie mésopotamienne fournit un répertoire très riche sur les animaux, même si on ne peut pas prétendre d’une image donnée une grande précision zoologique. D’ailleurs, la taille des images des animaux est souvent réduite, comme le montrent par ex. les figurines en terre cuite (entre 5 cm et 10 cm). On peut même dire que, à l’exception des statues gardant les portes des temples et des palais, les animaux sont représentés en dimensions restreintes et souvent comme sujet « accessoire » à un thème majeur. Le cas le plus emblématique est celui des sceaux cylindres, hauts de 2 à 3 cm en moyenne. Sur ces objets, les animaux peuvent n’être haut que de 0,5 cm… Cela explique en partie pourquoi on n’arrive pas toujours à distinguer entre mâle et femelle et pourquoi les identifications des animaux ne sont pas toujours les mêmes d’un auteur à l’autre. Là où un chercheur voit un cheval, un autre voit un onagre. Ce qui pour certains est une « antilope » pour d’autres est un « capridé ». Et pour les oiseaux, les difficultés d’interprétation sont encore plus nombreuses. En effet, à part la taille réduite, les images dont nous disposons manquent de couleur, un des éléments déterminants pour l’identification, surtout des oiseaux (Porter et Aspinall 2004). En Egypte, en revanche, la couleur a permis une identification assez précise.1.

Continuer la lecture de Les animaux du Proche-Orient ancien, deuxième partie. Une signification complexe…

  1. Voir en dernier Bailleul-le Suer 2012, richement illustré []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts