Archives de catégorie : urbanisme

Le plan hippodamien au Proche-Orient ancien

Encore aujourd’hui beaucoup de gens, spécialistes et non, pensent que le plan hippodamien est une invention grecque, de la côte de la Turquie, plus particulièrement une invention de l’architecte grec Hippodame de Milète, dont le plan tire son nom. Connu aussi sous le nom de « milétusien » en honneur de la ville d’où Hippodame était originaire, ou moins fréquemment «damier» en raison des lignes qui font penser au plateau de jeu, ce plan présente une structure géométrique du fait que les rues se croisent de manière orthogonale pour former des bloques de maisons réguliers, de forme carrée ou rectangulaire. Sa structure géométrique est souvent considérée comme une preuve de la rationalité grecque au contraire des villes « chaotiques » du Proche-Orient ancien où les rues seraient étroites, tortueuses et « irrationnelles ».

Continuer la lecture

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Une affaire de terre : l’architecture mésopotamienne

En Mésopotamie l’architecture est toujours en terre : briques crues, briques cuites ou pisé, avec un soubassement ou des fondations en pierre- mais seulement dans le Nord de la Mésopotamie, la région que l’on appelle Assyrie-. La conservation des restes des activités humaines est donc limitée : les bâtiments nous arrivent endommagés, tronqués, mutilés… De là le travail de l’archéologue est une minutieuse recherche de la forme originaire des structures trouvées, de leur changement dans le temps, pour suivre la “vie” de ces bâtiments. Ainsi, on peut proposer des restitutions, toutes ne sont pas pareilles, mais chacune essaie de s’approcher de la réalité ancienne. Certains archéologues évitent les restitutions, par peur de se tromper, ou plus rarement par manque d’intérêt ou de temps, malgré l’existence depuis quelques années de l’informatique qui permet de simuler de manière très parlante plusieurs restitutions. Car avec cette nouvelle méthode, on redonne une troisième dimension à l’architecture, une dimension qui selon les plus fameux spécialistes est l’essence même de cette discipline, le volume. Nous bougeons dans un espace tripartite, non dans un plan bipartite. Continuer la lecture

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Les portes urbaines : entre stratégie militaire et nécessités quotidiennes (troisième partie)

par Laura Battini

Les portes ne sont pas que des bâtiments militaires. Leurs fonctions sont nombreuses: elles constituaient une part active de la vie urbaine, en autorisant le transit des gens, des animaux, des marchandises et des idées. Les textes indiquent souvent l’utilisation des portes comme lieux de justice. Un texte du IIe mill. av. J.-C. demande l’ouverture d’une porte urbaine pour y faire asseoir les juges: « Ouvre la porte de Shamash, laisse les juges s’asseoir là et ils ne seront pas insouciants en veillant sur la porte » À Assur au début du IIe mill., sept juges s’asseyaient à la porte urbaine pour écouter les complaintes. C’est ici que les témoins sont menés pendant les procès. D’autres textes, dont des textes de sagesse, citent le tribunal de la porte urbaine. Plusieurs livres de la Bible conservent la coutume d’utiliser les portes comme lieu de justice.

Porte urbaine de Dur-Sharrukin

Porte urbaine de Dur-Sharrukin

Continuer la lecture

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Les portes urbaines : entre stratégie militaire et nécessités quotidiennes (deuxième partie)

Dans la construction des portes urbaines, on peut mettre en lumière la présence de caractères qui s’expliquent par des raisons militaires, alors que d’autres sont plus ou moins contraires à la logique militaire. Les tours d’entrée et de sortie ont été conçues pour retarder l’entrée de l’ennemi, et offrir une surface d’action en élévation, d’où il est plus facile attaquer l’ennemi. De même, il est plus prudent de placer les pièces dont se compose la porte derrière la ligne urbaine, car ainsi c’est l’enceinte qui offre une protection supplémentaire aux portes (fig. 1).

Fig. 1: Porte d’Ischaeli (d’après Hill, Jacobsen, Delougaz 1990, pl. 98)

Fig. 1: Porte d’Ischaeli (d’après Hill, Jacobsen, Delougaz 1990, pl. 98)

Un autre dispositif, plus rarement attesté, rentre aussi dans une logique militaire: le renforcement du côté droit de la porte a été pensé pour offrir une importante surface d’action aux défenseurs, car ce côté correspondait au côté gauche de l’ennemi qui n’était pas protégé par le bouclier (Assur), les droitiers étant plus nombreux que les gauchers (caractère régressif).

Continuer la lecture

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Les portes urbaines : entre stratégie militaire et nécessités quotidiennes

Les premières portes urbaines connues de Mésopotamie remontent à l’époque protodynastique (IIIème mill. av. J.-C.). Fouillées surtout dans le sud de la Mésopotamie et dans la Diyala, elles se présentent comme un simple passage (fig. 1) protégé par de puissantes tours d’entrée et rarement de sortie.

Fig. 1. Porte-passage (ici portes d'Uruk, IIIe mill. av. J.-C. d’après Lenzen 1936, fig. 1)

Fig. 1. Porte-passage (ici portes d’Uruk, IIIe mill. av. J.-C. d’après Lenzen 1936, fig. 1)

Les portes ont une largeur et une profondeur différentes d’un site à l’autre : la largeur peut aller de 1 m à 3,5 m; la profondeur de 2,9 m jusqu’à 5,5m-7,8 m. De même, les tours ont des dimensions assez peu constantes dans les différents sites, mais elles sont en rapport avec la largeur du passage (Battini 2016: 224-225): aux tours les plus grandes correspond un passage plus large. Ce rapport entre dimensions des tours et largeur du passage de la porte s’explique en partie en raison de contraintes militaires: plus large est le passage, ce qui est d’ailleurs indispensable au trafic urbain, plus facilement les ennemis peuvent entrer dans la ville, ce qui fait que les portes nécessitent une défense accrue. Les portes urbaines en effet sont un élément important autant de la topographie et de l’organisation de la vie urbaine que du système de fortifications.

Continuer la lecture

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts