Archives de catégorie : urbanisme

Le système d’alimentation en eau de la maison mamelouke al-Saqqā ’Amīnī à Damas (XIVe-XVe siècle)

 Aujourd’hui je vous propose de faire un tour dans les vielles demeures
de Damas, sujet passionnant dont Imane Fayyad est le spécialiste.
Voici son article:

Située à l’intérieur de la muraille de Damas, la demeure al-Saqqā ’Amīnī qui se trouve dans la circonscription al-ʻAmārah al-Ǧawwāniyya sur la parcelle actuelle inventoriée comme n° 293/3, présente un élément qui la démarque des autres demeures qui lui sont contemporaines.

Continuer la lecture de Le système d’alimentation en eau de la maison mamelouke al-Saqqā ’Amīnī à Damas (XIVe-XVe siècle)

Dur Sharrukin, la ville idéale

Dur Sharrukin (« la forteresse de Sargon ») est la capitale de Sargon II d’Assyrie, le roi qui a repris dans son nom son illustre aïleul, le roi Sargon d’Akkad. C’est une ville nouvelle, c’est-à-dire fondée ex nihilo sur un terrain vierge ou quasiment vierge1, fondée donc en suivant un plan bien précis, décidé en grande partie par le roi lui même. Si on a la chance d’avoir 110 tablettes (1/10 de la correspondance passive de Sargon II, dont on a env. 1300 lettres) relatant la réalisation des travaux gigantesques mis en œuvre pour compléter rapidement (une douzaine d’années) la nouvelle capitale, ce sont les analyses archéologiques qui ont découvert la symbolique de cette construction.

Continuer la lecture de Dur Sharrukin, la ville idéale

  1. il y avait un petit village, Maganuba, exproprié pour la construction de la nouvelle capitale []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

La mystérieuse dynastie de la mer

Les cinq années de fouilles anglaises à Tell Khaiber, dans le Sud de l’Irak, à quelques km. à peine de la ville d’Ur, ont mis au jour pour la 1re fois des textes écrits par la dynastie de la mer. Cette dynastie, qui a régné dans le Sud de la Mésopotamie pour au moins trois siècles (1730-1460 av. J.-C.), était jusque là connue seulement par quelques citations des rois qui dominaient les autres villes mésopotamiennes. Et ces rois citent les rois de la dynastie de la mer comme des dirigeants locaux rebelles qui en profitant de la faiblesse de Babylone tentent de s’emparer de la zone des marais du sud et de plusieurs grandes villes comme Ur.

Continuer la lecture de La mystérieuse dynastie de la mer

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Le plan hippodamien au Proche-Orient ancien

Encore aujourd’hui beaucoup de gens, spécialistes et non, pensent que le plan hippodamien est une invention grecque, de la côte de la Turquie, plus particulièrement une invention de l’architecte grec Hippodame de Milète, dont le plan tire son nom. Connu aussi sous le nom de « milétusien » en honneur de la ville d’où Hippodame était originaire, ou moins fréquemment «damier» en raison des lignes qui font penser au plateau de jeu, ce plan présente une structure géométrique du fait que les rues se croisent de manière orthogonale pour former des bloques de maisons réguliers, de forme carrée ou rectangulaire. Sa structure géométrique est souvent considérée comme une preuve de la rationalité grecque au contraire des villes « chaotiques » du Proche-Orient ancien où les rues seraient étroites, tortueuses et « irrationnelles ».

Continuer la lecture de Le plan hippodamien au Proche-Orient ancien

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Une affaire de terre : l’architecture mésopotamienne

En Mésopotamie l’architecture est toujours en terre : briques crues, briques cuites ou pisé, avec un soubassement ou des fondations en pierre- mais seulement dans le Nord de la Mésopotamie, la région que l’on appelle Assyrie-. La conservation des restes des activités humaines est donc limitée : les bâtiments nous arrivent endommagés, tronqués, mutilés… De là le travail de l’archéologue est une minutieuse recherche de la forme originaire des structures trouvées, de leur changement dans le temps, pour suivre la « vie » de ces bâtiments. Ainsi, on peut proposer des restitutions, toutes ne sont pas pareilles, mais chacune essaie de s’approcher de la réalité ancienne. Certains archéologues évitent les restitutions, par peur de se tromper, ou plus rarement par manque d’intérêt ou de temps, malgré l’existence depuis quelques années de l’informatique qui permet de simuler de manière très parlante plusieurs restitutions. Car avec cette nouvelle méthode, on redonne une troisième dimension à l’architecture, une dimension qui selon les plus fameux spécialistes est l’essence même de cette discipline, le volume. Nous bougeons dans un espace tripartite, non dans un plan bipartite. Continuer la lecture de Une affaire de terre : l’architecture mésopotamienne

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts