Archives de catégorie : technique

L’archéologie sous-marine en Israël

Les côtes méridionales du Levant sont une pépinière de civilisations  depuis le néolithique pré-céramique. Les premiers systèmes de subsistance agro-pastorale-marins, appelés “villages de pêcheurs méditerranéens”, sont apparus sur ces côtes au cours du IXe millénaire av J-C.

Carte des sites pré-historiques autour du Carmel (© Hanay, CC-BY-SA 3.0)

Carte des sites pré-historiques autour du Carmel ( © Hanay, CC-BY-SA 3.0)

Au cours des périodes historiques, la côte israélienne est un carrefour et une voie commerciale animée pour de nombreuses civilisations. Des milliers d’années de commerce, de pêche, de navigation maritime et de guerre navale ont laissé une profusion de vestiges et d’objets archéologiques sur les côtes et les fonds marins de la Méditerranée, la mer de Galilée1, la mer Morte2 et la mer Rouge.   Les fouilles et les prospections marines ont révélé un peu partout l’existence de ports enfouis et des sites d’ancrage, d’installations côtières, d’agglomérations préhistoriques submergées par la mer, d’épaves de navires et leurs cargaisons.

Continuer la lecture

  1. Lac d’eau douce dans le nord d’Israël. []
  2. Lac désertique hyper salé situé dans le sud d’Israël. []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Une affaire de terre : l’architecture mésopotamienne

En Mésopotamie l’architecture est toujours en terre : briques crues, briques cuites ou pisé, avec un soubassement ou des fondations en pierre- mais seulement dans le Nord de la Mésopotamie, la région que l’on appelle Assyrie-. La conservation des restes des activités humaines est donc limitée : les bâtiments nous arrivent endommagés, tronqués, mutilés… De là le travail de l’archéologue est une minutieuse recherche de la forme originaire des structures trouvées, de leur changement dans le temps, pour suivre la “vie” de ces bâtiments. Ainsi, on peut proposer des restitutions, toutes ne sont pas pareilles, mais chacune essaie de s’approcher de la réalité ancienne. Certains archéologues évitent les restitutions, par peur de se tromper, ou plus rarement par manque d’intérêt ou de temps, malgré l’existence depuis quelques années de l’informatique qui permet de simuler de manière très parlante plusieurs restitutions. Car avec cette nouvelle méthode, on redonne une troisième dimension à l’architecture, une dimension qui selon les plus fameux spécialistes est l’essence même de cette discipline, le volume. Nous bougeons dans un espace tripartite, non dans un plan bipartite. Continuer la lecture

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Le nez en archéologie : une histoire de parfums

« Celui qui maîtrise les odeurs,
maîtrise le coeur des hommes »
(Patrick Süskind, Le Parfum)

Depuis ses débuts l’archéologie a utilisé essentiellement deux sens: la vue et le toucher. Depuis une trentaine d’années, grâce au développement des investigations et à l’interconnexion avec d’autres disciplines dans une tendance de plus en plus marquée vers la pluridisciplinarité, elle a retrouvé les 3 autres sens: l’ouïe, le goût et l’odorat. Bien que de manière partielle (on ne peut pas tout reconstituer et vraisemblablement on ne le pourra jamais), ces nouvelles approches enrichissent notre compréhension des sociétés anciennes. Comme on va le voir avec cette petite introduction aux parfums.

Continuer la lecture

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

L’invention de la céramique

par Laura Battini

Samedi 23, une histoire des femmes (2e partie)

Le Proche-Orient a été le théâtre de nombreux inventions et progrès techniques : l’invention de la céramique, de l’irrigation et donc de l’agriculture, la domestication, l’établissement de lieux pour vivre de manière sédentaires (villages d’abord, villes ensuite), l’invention du verre… Il y a eu aussi de nombreux progrès techniques à l’intérieur de chaque discipline : l’araire pour l’agriculture, le tour de potier pour la céramique, la brique et le bitume pour l’architecture, la roue et la voile pour les transports, l’artisanat en bois, en vannerie, en métal et en pierre, juste pour en citer quelques uns. La céramique fait partie de ces innovations, car avant il y a eu ce qu’on appelle la « vaisselle blanche » en chaux, c’est-à-dire des vases de calcaire calciné, chauffé à très forte température pour le réduire en sels auxquels est ajoutée l’eau (la même technique peut être utilisée pour le plâtre, en utilisant le gypse à la place du calcaire). Cette technique permet de modeler le vase à la main, et donc de façonner des formes faciles et variées, comme à Bouqras, Beidha et Munata (Palestine), et el-Kown (désert syrien). Mais une vaisselle en pierre est lourde, pas facile à manier ni à utiliser pour cuire. C’est pour ça que les hommes ont pensé à utiliser un matériel simple, facile à trouver n’importe où : l’argile, ṭiṭṭum en akkadien et IM en sumérien. On connaît aussi d’autres termes pour l’argile, selon ses fonctions spécifiques (celle utilisée contre un gros mur, celle pour bloquer une porte, etc), ou selon sa qualité ou sa couleur, mais ṭiṭṭum et IM sont les termes le plus généraux et le plus souvent employés. Ces termes font référence à la terre non encore cuite et à façonner. Pour la terre cuite, vase ou autre objet déjà fini, on employait le terme ḫaṣbu. Continuer la lecture

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Les transports par l’eau

NB : le jour de publication des articles est désormais le samedi

Un autre moyen de transport (pour le transport par terre voir l’article du 30/04/2018) est représenté par l’eau, fluviale et marine. Dans un pays, comme l’ancienne Mésopotamie, marqué si profondément par deux fleuves — Tigre et Euphrate — et leurs
affluents et par tout le réseau des canaux, le transport fluvial permet d’arriver partout. Les textes nous montrent un trafic intense et varié. Continuer la lecture

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts