Archives de catégorie : technique

La Dame d'Uruk

La ‘Dame’ d’Uruk

PLAN D'URUK

PLAN D’URUK

Considérée comme l’exemple le plus réussi de la statuaire d’époque uruk, cette tête en marbre, conservée au musée de Baghdad sous le numéro IM 45434, a été retrouvée en 1938 à Uruk, le site connu pour être la première « ville » de l’histoire. Elle fut trouvée dans une cachette du temple Eanna qui se trouve au centre d’Uruk et a une longue durée de vie.
La tête n’était donc pas en position primaire, mais secondaire : la tête n’avait pas été créée pour être enterrée dans la cachette, elle avait d’abord servi dans le temple pour enfin rejoindre la cachette au terme de sa vie. En tout temps de l’histoire mésopotamienne, en effet, les objets reliés au temple et endommagés ne sont pas jetés n’importe où mais cachés dans des fosses. La raison en est simple : étant remplis de la présence divine, ils ne peuvent être abandonnés dans la nature. Cette pièce qui reste unique à l’état actuel de nos connaissances, constitue le point de départ de la sculpture monumentale.

Continuer la lecture

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Une nouvelle compréhension de l’évolution humaine: la génétique des populations

 

La génétique des populations1 est une discipline récente qui à travers la multidisciplinarité de disciplines comme la biologie, l’archéologie, la paléontologie, la paléoanthropologie, la linguistique tente de comprendre l’évolution humaine. Elle permet d’élargir le point de vue archéologique et historique sur l’évolution humaine, en montrant qu’au delà des évolutions culturelles et technologiques, il ne faut pas oublier les facteurs biologiques et plus particulièrement génétiques.

Continuer la lecture

  1. les images de cet article sont reprises du Prof. Quintana-Murci par gentille permission []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

L’archéologie: une science humaine en devenir

 

On dit souvent que l’archéologie n’est pas une discipline scientifique, puisqu’elle détruit dans la fouille l’objet de ses recherches. Au contraire, en effet, des “sciences dures”, l’expérimentation est impossible pour les fouilles: on ne peut pas répéter la fouille de ce qui a été déjà fouillé! Mais depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, les archéologues ont tenté et tentent de rendre leur discipline moins subjective et correspondant davantage aux normes scientifiques. Les progrès dans d’autres disciplines (surtout chimie, physique, biologie) ont servi aussi aux archéologues.

Continuer la lecture

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Ninive, la capitale de Sennacherib

A la mort tragique de son père en 705, Sennacherib, qui avait été déjà associé au pouvoir par Sargon II, accède au trône.  Abandonnant l’éphémère capitale de Dur-Sharrukin, toute construite à la gloire de son père, Sennacherib choisit comme nouvelle capitale un nouveau site, pourtant chargé d’histoire, Ninive.

Tête en bronze découverte à Ninive en 1931, attribuée à Sargon d'Akkad

Tête en bronze découverte à Ninive en 1931, attribuée à Sargon d’Akkad

Le site, qui avait été habité depuis l’époque Hassuna (VIe mill av. J-C),  devient un centre cultuel important au moins pendant le IIIe mill. av. J-C,probablement en raison de sa position géographique appropriée qui la mettait au carrefour de plusieurs routes commerciales. En plus la ville était le siège de l’Emashmash, le temple de la déesse hurrite Shaushka, plus tard assimilée à Ishtar. Les rois akkadiens (fin du IIIe mill. av. J-C) construisirent ou reconstruisirent ce temple et y dédièrent des  statues, comme le prouve la fameuse tête en bronze attribuée à Sargon d’Akkad1 ou moins souvent à son petit-fils Naram-Sin. Mais Ninive n’avait été jamais une capitale avant Sennacherib.

Continuer la lecture

  1. à ne pas confondre avec Sargon II, le père de Sennacherib []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

A Wonder to Behold

Mercredi 6 Novemre s’est ouverte à New York, à l’Institute for the Study of the Ancient World (ISAW: 15 East 84th St., New York NY 10028) l’exposition A Wonder to Behold: Craftsmanship and the Creation of Babylon’s Ishtar Gate, organisée par Anastasia Amrhein (University of Pennsylvania) et Elizabeth Knott (University of New York, ISAW). Hébergée au RdC de l’ISAW, cette exposition, qui durera jusqu’au 24 Mai 2020, est la première à s’intéresser à la matérialité des objets.

Continuer la lecture

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts