Archives de catégorie : religion

Les prophètes dans la Bible et au Proche-Orient ancien

Une nouvelle biographie vous attend:
Sir Max Mallowan

La deuxième partie de la Bible hébraïque, qui se situe entre la Tora, « la loi », et les Écrits (Ketûbim)1, est connue sous le nom de Nebi’im / Nevi’im, les Prophètes. Il s’agit d’un recueil de plusieurs livres attribués aux prophètes, comme Samuel, Esaïe, Jérémie, Ezéchiel, Amos, Osée, Zacharie… Un prophète est un homme (parfois une femme, comme par ex. Miryam, sœur d’Aaron, prophétesse dans Exode 15,20) par la bouche duquel un dieu choisit de parler, pour s’adresser à une tierce personne. Le dieu parle avec le langage humain (donc non par signes comme dans la divination), mais son message peut être obscur et nécessiter donc une interprétation. Le message peut concerner le présent, le passé ou le futur. En effet, l’un des caractères principaux de la prophétie biblique est qu’elle n’est pas toujours une prédiction. Dans ce sens, elle est un rappel à une tradition qui s’est endormie et qu’elle tente de ressusciter.

Continuer la lecture de Les prophètes dans la Bible et au Proche-Orient ancien

  1. l’ensemble est ainsi appelé parfois TaNaK, d’après les initiales des trois parties []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Le mystère des “mains d’argile”

Dans le palais du roi Assurnasirpal (883-859), à Nimrud, on a trouvé des curieux objets en argile en forme de mains. D’autres villes assyriennes ont en rendu d’autres exemplaires, pour un total d’au moins 170 objets. Les archéologues anglais leur ont donné le nom de “mains d’Ishtar” mais il n’y a aucune connexion entre les mains et le culte d’Ishtar. Et en réalité, la fonction de ces objets reste énigmatique. Continuer la lecture de Le mystère des “mains d’argile”

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

La splendeur divine

Les divinités mésopotamiennes ont des caractères distinctes selon leur fonction, leur origine, leurs aventures, le domaine auquel elles font référence, leur apparence physique… Mais il y a un élément qui leur est commun : la splendeur. Appelée de différentes manières, la splendeur divine est éclat, éblouissement, crainte… Elle est aussi ambiguë : elle peut fasciner par son éclat qui renvoie à la vitalité (melammû – ce terme s’oppose aux images de torpeur, de sommeil, de silence), mais elle peut être insoutenable à l’œil  humain et susciter l’effroi (puluhtu). Elle est l’attribut mais aussi l’instrument du pouvoir et de la royauté.

Continuer la lecture de La splendeur divine

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

La déesse Ištar

DÉDIÉ À TOUTES LES FEMMES,
8 Mars 2019

La divinité féminine la plus importante du panthéon mésopotamien est Ištar, déesse de la fertilité, de l’amour et de la guerre. Elle est probablement  la plus complexe :  dans un hymne, c’est ainsi que la déesse est décrite «Sage fille de Sin, bien-aimée sœur de Shamash, je suis la Puissante à Borsippa ; je suis l’Hiérodule à Uruk, j’ai une lourde poitrine à Daduni, j’ai une barbe à Babylone, mais je suis (en fait) Nanaya Ishtar».

Continuer la lecture de La déesse Ištar

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Les Phéniciens, ces inconnus ? (première partie)

C’est par convention que on parle de Phéniciens, du grec Phoinikes, terme qui nous a été légué par les Grecs. Dans l’Iliade et l’Odyssée, les Phéniciens sont présentés comme des commerçants et des artisans habiles, producteurs de splendides robes pourpres d’où viendrait leur nom, et d’objets en bronze très appréciés :

« Puis Hékabè entra dans sa chambre nuptiale parfumée où étaient des péplos diversement peints, ouvrage des femmes Sidoniennes que le divin Alexandros avait ramenées de Sidôn, dans sa navigation sur la haute mer par où il avait conduit Hélènè née d’un père divin. Et, pour l’offrir à Athènè, Hékabè en prit un, le plus beau, le plus varié et le plus grand ; et il brillait comme une étoile et il était placé le dernier. » (Iliade, Chant VI, 289-295).

« Alors le Pèléide déposa les prix de la course : un très beau kratère d’argent contenant six mesures. Et il surpassait par sa beauté tous ceux qui étaient sur la terre. Les habiles Sidônes l’avaient admirablement travaillé ; et des Phéniciens l’avaient amené, à travers la mer bleue ; et, arrivés au port, ils l’avaient donné à Thoas ». (Iliade, Chant XXIII, 740-745)

Bateau phénicien représenté dans un bas-relief néo-assyrien, Ninive, Palais de Sennachérib.
Bateau phénicien représenté dans un bas-relief néo-assyrien, Ninive, Palais de Sennachérib.

Les rois assyriens aimaient aussi les butins rapportés des guerres contre les cités phéniciennes : dans leurs annales sont cités les objets en bronze et ivoire, les tissus colorés de pourpre et aussi les animaux exotiques qui ont été rapportés en Assyrie. Pour transformer les butins en tributs annuels, et donc jouir constamment des biens produits par les Phéniciens, ces derniers furent à la fin annexés à l’empire.

Mais comment s’appelaient eux mêmes ? Et surtout avaient-ils l’idée d’appartenir à une même communauté culturelle sinon politique ou ethnique ?

Continuer la lecture de Les Phéniciens, ces inconnus ? (première partie)

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts