Archives de catégorie : iconographie

Les enfants en Mésopotamie

DES NOUVEAUX TEXTES SONT DISPONIBLES:
BONNE LECTURE!

 

Dans la société mésopotamienne les enfants étaient tellement importants que la stérilité, considérée essentiellement un problème féminin, était cause de rupture de mariage…. Il n’était pas seulement important avoir des enfants, mais il était préférable en avoir un grand nombre. Un célèbre passage de l’épopée de Gilgamesh, quand le héros demande à Enkidu de lui décrire la vie dans l’Au-delà, énumère les bienfaits d’un grand nombre d’enfants : Continuer la lecture de Les enfants en Mésopotamie

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

La naissance

 

Dans ces temps de Noël, voici un petit texte sur la naissance en Mésopotamie. Comme dans toute société ancienne, la naissance est un moment fondamental et particulier: elle transforme le couple en parents et élargit la famille. C’est un moment festif qui réunit toutes les générations, un espoir renouvelé, la vie va continuer….  Mais dans les sociétés anciennes, qui n’ont pas des grandes connaissances en médecine, la naissance est aussi un moment très dangereux, pour la mère comme pour l’enfant.

Continuer la lecture de La naissance

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Messages codés : entre ésotérisme et services secrets

 

Nous n’avons pas inventé les messages codés, ni Jules César qui pourtant les a abondamment utilisés. Depuis qu’il existe un système de communication écrit, il existe également des systèmes de codage des messages, qu’on les aient déjà compris comme en Mésopotamie, Égypte, Grèce et Rome, ou pas encore comme chez les Maya. Je dirais même que depuis qu’il existe, l’homme a senti la nécessité de pouvoir communiquer des informations de manière sécurisée sans les rendre accessibles à tous, surtout pendant les guerres. La cryptographie est la science qui étudie ces communications sécurisées.

Continuer la lecture de Messages codés : entre ésotérisme et services secrets

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

La musique en Mésopotamie

À ce 21 Juin 2020
privé de musique…

Dans la société mésopotamienne la musique avait une importance certaine: des berceuses que les mamans fredonnaient à leurs bébés, aux chants des fêtes religieuses, à la musique qui accompagnait le banquet, aux épopées qui étaient chantées1, à la célébration des victoires militaires… La musique est présente à toute époque, dans

Hochet retrouvé à Ur, époque paléo-babylonienne (BM 11 6869). Depuis Dumbrill 2015: fig. 60.
Hochet retrouvé à Ur, époque paléo-babylonienne (BM 116869). Depuis Dumbrill 2015: fig. 60.

tous les niveaux sociaux et dans toutes les phases de la vie humaine: du hochet du nourrisson (ci-contre) à la harpe du cimetière royal d’Ur (ci-dessous).
Textes, représentations iconographiques et découvertes archéologiques d’instruments anciens convergent à montrer l’importance de la musique qui a été occultée par la perte de la majeure partie des instruments et par le nombre réduit de partitions musicales.
Comme disait Platon, la musique est l’une des composantes de l’expérience du beau. Selon les récentes études des neuroscientifiques, la musique arrive à communiquer directement des émotions à notre cerveau, sans explication et sans demander des auditeurs une quelconque formation musicale.

Continuer la lecture de La musique en Mésopotamie

  1. un bon nombre des textes littéraires était destiné à être chanté []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Les démons ou…. aux sources du mal

Pour les Mésopotamiens, la vie est toujours incertaine, remplie de multiples dangers et maux. Ils peuvent être d’origine naturelle -comme les crues, la sécheresse – ou surnaturelle, quelle soit divine ou démoniaque, comme les souffrances physiques ou psychologiques, les épidémies… Mais mêmes les maux d’origine naturelle peuvent avoir en dernière analyse une origine surnaturelle. Car tout pour les Mésopotamiens est rempli d’une présence « autre », ce qui aide à expliquer l’origine du mal.

Continuer la lecture de Les démons ou…. aux sources du mal

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts