Archives de catégorie : iconographie

Vient de paraître…

IMAGE AND IDENTITY IN THE ANCIENT NEAR EAST: PAPERS IN MEMEORIAM PIERRE AMIET

Ce livre, édité par Laura Battini, est le résultat d’un colloque tenu en 2016 à Lyon en l’honneur de Pierre Amiet, retardé par le surmenage des participants, et d’articles issus de collègues qui ont voulu rendre un dernier hommage à Pierre Amiet, conservateur du Département des Antiquités Orientales au Louvre et fin connaisseur des expressions artistiques lato sensu de Mésopotamie, Iran et Syrie. Avec Pierre Amiet et quelques mois plus tard Agnès Spycket, c’est l’une des dernières mémoires de l’archéologie et assyriologie du XXe s. qui disparaît.

Publié par Archaeopress à Oxford, le livre contient 209 pages (204 de texte, plus 4 pages d’introduction et 1 de table des matières), 119 figures, et coûte 38£ (version papier+ pdf), ou 16 £ (version pdf).

Paperback: 9781803271224

Digital: 9781803271231

Pour le commander, cliquer sur cette adresse.

Table des matières:

 

Première Partie : Persona et le corps

Rita Dolce, “Personae” and Human Images. “Different Bodies” and the Power of Visual Communication. 1
Laura Battini, Corps ou persona ? L’enfant à l’époque néo-assyrienne 11
Rita Dolce, Real Human Bodies, Images of Bodies and the Time Factor in the Early Cultures of Mesopotamia and Syria 27
Agnes Garcia-Ventura, The Cultural Construction of the Gendered Body in Ancient Near Eastern Studies: A Historiographical Approach 38
Silvana Di Paolo, Validating the Imprinting through Presence and Properties in Old Babylonian Period 48
Rita Dolce, Souvenir de Pierre Amiet 55
Alice Mouton, Altérations corporelles en Anatolie hittite 56
Véronique Van der Stede, As-tu vu celui dont le corps est abandonné dans le désert ? Je l’ai vu, son eṭemmu ne se repose pas aux Enfers… Le devenir du corps par-delà la mort en Mésopotamie 65
 

Deuxième partie : Les autres pistes de recherche

Jean-Claude Margueron, Aux origines du premier urbanisme: Approche méthodologique des conditions de sa naissance 79
Margaret Cool-Root, The Arc of the Horn Part I: Ibexes as Icons of Cultural Imperative in Early Iranian Glyptic 94
Astrid Nunn, Couleurs et lumière sur les statues mésopotamiennes 101
Pierre Villard, Les orfèvres dans les sources écrites néo-assyriennes 115
Laura Battini, Reprise de motifs akkadiens en Assyrie : de la porte « habitée » à l’arbre de vie 125

 

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

La Dame d'Uruk

La ‘Dame’ d’Uruk

PLAN D'URUK

PLAN D’URUK

Considérée comme l’exemple le plus réussi de la statuaire d’époque uruk, cette tête en marbre, conservée au musée de Baghdad sous le numéro IM 45434, a été retrouvée en 1938 à Uruk, le site connu pour être la première « ville » de l’histoire. Elle fut trouvée dans une cachette du temple Eanna qui se trouve au centre d’Uruk et a une longue durée de vie.
La tête n’était donc pas en position primaire, mais secondaire : la tête n’avait pas été créée pour être enterrée dans la cachette, elle avait d’abord servi dans le temple pour enfin rejoindre la cachette au terme de sa vie. En tout temps de l’histoire mésopotamienne, en effet, les objets reliés au temple et endommagés ne sont pas jetés n’importe où mais cachés dans des fosses. La raison en est simple : étant remplis de la présence divine, ils ne peuvent être abandonnés dans la nature. Cette pièce qui reste unique à l’état actuel de nos connaissances, constitue le point de départ de la sculpture monumentale.

Continuer la lecture

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Sceaux et comptabilité

Depuis leur apparition l’une des fonctions principales des sceaux est liée à la propriété et à la comptabilité. Qu’il soit figuré ou écrit ou figuré et écrit, le sceau devient un signe personnel d’autorité et propriété. Les premiers sceaux du Proche-Orient ancien, qui étaient des cachets en pierre1, datent de l’époque néolithique acéramique B (dite PPNB, fin du VIIIe mill BCE). Ils ont été retrouvés à Bouqras (sur Moyen Euphrate) et à El Kown (steppe syrienne). Dotés d’un décor géométrique, ils sont apposés sur des plaquettes qui servaient à fermer des petits récipients. En absence de serrure et de clé, la seule manière de fermer un objet ou une porte était le scellé.

Continuer la lecture

  1. parfois même en jadéite et albâtre. Pour les différences entre cachets et sceaux-cylindres, voir l’article Amulettes, cachets et sceaux cylindres. Voir aussi: Sceaux mésopotamiens et répétition []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Les statues d’Ain Ghazal, ou la naissance d’une pensée collective

En 1983, 25 statues furent trouvé à Ain Ghazal pendant les fouilles d’un site menacé par la construction d’une route, 13 grandeur nature et 12 bustes dans une fosse §(“Cache I”). Puis, deux ans plus tard, 7 autres statues furent retrouvées dans une autre fosse, dite “Cache II”. Pourquoi cette découverte est exceptionnelle?

Continuer la lecture

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

La tombe de la reine Puabi dans le cimetière royal d’Ur

 

Une découverte qui fit grande sensation au début du XXe s. fut le cimetière royal d’Ur. Leonard Woolley popularisa ses découvertes avec des conférences, l’écriture de livres et articles et une exposition qui se tint au USA en 1931, lorsque les fouilles d’Ur continuaient encore. L’une des tombes les plus spectaculaires fut celle de la reine Puabi, qui depuis sa découverte en 1927 a enthousiasmé l’imagination du public.

Continuer la lecture

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts