Archives de catégorie : histoire

Les tombes royales néo-assyriennes

En 1989, pendant les travaux de restauration de la ville et du palais de Nimrud, la première des nouvelles capitales assyriennes du Ier mil. BCE,  une mission irakienne trouva plusieurs tombes royales. Ce fut une découverte exceptionnelle puisqu’elles n’avaient pas été pillées. Mais les événements politiques internationaux des années 1990 ont fait passer presque inaperçue cette découverte.

Continuer la lecture de Les tombes royales néo-assyriennes

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

La paléogénomique

 

En 1984, grâce aux développements de la biologie moléculaire, un cheval empaillé et une momie égyptienne ont été les premiers êtres vivants morts à donner les premières séquences d’ADN: la paléogénétique était née. Cette nouvelle discipline s’occupe donc d’analyser l’ADN d’hommes, animaux, végétaux et microrganismes ayant vécu dans le passé. On part de l’ADN contenu dans les ossements, les dents, les poils, ou les tissus de momies. Les résultats contribuent à l’avancée significative des connaissances en archéologie, paléontologie, paléopathologie et paléoécologie.

Continuer la lecture de La paléogénomique

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Une nouvelle compréhension de l’évolution humaine: la génétique des populations

 

La génétique des populations1 est une discipline récente qui à travers la multidisciplinarité de disciplines comme la biologie, l’archéologie, la paléontologie, la paléoanthropologie, la linguistique tente de comprendre l’évolution humaine. Elle permet d’élargir le point de vue archéologique et historique sur l’évolution humaine, en montrant qu’au delà des évolutions culturelles et technologiques, il ne faut pas oublier les facteurs biologiques et plus particulièrement génétiques.

Continuer la lecture de Une nouvelle compréhension de l’évolution humaine: la génétique des populations

  1. les images de cet article sont reprises du Prof. Quintana-Murci par gentille permission []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Détruire les monuments, effacer la mémoire?

 

Après les destructions des Buddas de Bâmyân, des temples de Palmyre (Syrie), d’une partie des capitales assyriennes (Nimrud, Khorsabad) et de la ville parthe d’Hatra, on pourrait penser que la destruction de monuments soit un phénomène moderne. Mais depuis qu’il existe des formations étatiques d’envergure, il y a eu des destructions de monuments officiels, c’est-à-dire d’oeuvres faites sur commande du pouvoir politique et religieux. Quel est la signification de ces actes? Et le phénomène récent a-t-il des bases communes avec les destructions anciennes?

Continuer la lecture de Détruire les monuments, effacer la mémoire?

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Les enfants en Mésopotamie

DES NOUVEAUX TEXTES SONT DISPONIBLES:
BONNE LECTURE!

 

Dans la société mésopotamienne les enfants étaient tellement importants que la stérilité, considérée essentiellement un problème féminin, était cause de rupture de mariage…. Il n’était pas seulement important avoir des enfants, mais il était préférable en avoir un grand nombre. Un célèbre passage de l’épopée de Gilgamesh, quand le héros demande à Enkidu de lui décrire la vie dans l’Au-delà, énumère les bienfaits d’un grand nombre d’enfants : Continuer la lecture de Les enfants en Mésopotamie

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts