Archives de catégorie : épigraphie

SENSATIONNEL! UN NOUVEAU DÉCHIFFREMENT!

 

Il y a quelques jours à peine, on annonçait le déchiffrement de l’élamite linéaire, une écriture utilisée en Iran entre la fin du IIIe mill. av. J-C et le début du IIe mill. av. J-C. et notant la langue élamite. Découverte en 1901 sur le site de Suse, cette langue n’avait pas pu être traduite. C’est un français, François Desset, professeur à l’Université de Téhéran et membre du laboratoire Archéorient de Lyon, qui est arrivé à déchiffrer cette langue, après une douzaine d’années de travail, en collaboration lors de ces deux dernières années avec trois autres chercheurs: Kambiz Tabibzadeh, Mattheiu Kervran et Gian-Pietro Basello.

Continuer la lecture de SENSATIONNEL! UN NOUVEAU DÉCHIFFREMENT!

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

L’époque d’El-Amarna

 

Le site d’El-Amarna, en Moyenne Égypte, donc à 312 km au sud du Caire et à 402 km au nord de Luxor, sur la rive est du Nile, n’est pas seulement important pour les égyptologues mais aussi pour les spécialistes du Proche-Orient ancien. Comme souvent, la découverte est due au hasard: en 1887, travaillant dans les champs, des paysans égyptiens découvrirent des tablettes cunéiformes, ce qui poussa les archéologues anglais, français et allemands à mener des fouilles sur le site. D’autres tablettes furent trouvées ainsi que des palais, des temples, les résidences des fonctionnaires, les tombes des nobles et d’une partie de la famille royale, une ville et un quartier habité par les ouvriers qui construisirent cette capitale éphémère.

Continuer la lecture de L’époque d’El-Amarna

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Messages codés : entre ésotérisme et services secrets

 

Nous n’avons pas inventé les messages codés, ni Jules César qui pourtant les a abondamment utilisés. Depuis qu’il existe un système de communication écrit, il existe également des systèmes de codage des messages, qu’on les aient déjà compris comme en Mésopotamie, Égypte, Grèce et Rome, ou pas encore comme chez les Maya. Je dirais même que depuis qu’il existe, l’homme a senti la nécessité de pouvoir communiquer des informations de manière sécurisée sans les rendre accessibles à tous, surtout pendant les guerres. La cryptographie est la science qui étudie ces communications sécurisées.

Continuer la lecture de Messages codés : entre ésotérisme et services secrets

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

La musique en Mésopotamie

À ce 21 Juin 2020
privé de musique…

Dans la société mésopotamienne la musique avait une importance certaine: des berceuses que les mamans fredonnaient à leurs bébés, aux chants des fêtes religieuses, à la musique qui accompagnait le banquet, aux épopées qui étaient chantées1, à la célébration des victoires militaires… La musique est présente à toute époque, dans

Hochet retrouvé à Ur, époque paléo-babylonienne (BM 11 6869). Depuis Dumbrill 2015: fig. 60.
Hochet retrouvé à Ur, époque paléo-babylonienne (BM 116869). Depuis Dumbrill 2015: fig. 60.

tous les niveaux sociaux et dans toutes les phases de la vie humaine: du hochet du nourrisson (ci-contre) à la harpe du cimetière royal d’Ur (ci-dessous).
Textes, représentations iconographiques et découvertes archéologiques d’instruments anciens convergent à montrer l’importance de la musique qui a été occultée par la perte de la majeure partie des instruments et par le nombre réduit de partitions musicales.
Comme disait Platon, la musique est l’une des composantes de l’expérience du beau. Selon les récentes études des neuroscientifiques, la musique arrive à communiquer directement des émotions à notre cerveau, sans explication et sans demander des auditeurs une quelconque formation musicale.

Continuer la lecture de La musique en Mésopotamie

  1. un bon nombre des textes littéraires était destiné à être chanté []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Les remèdes magiques

Des nouveaux textes dans le volet correspondant:
bonne lecture!

Pour guérir d’une maladie, se protéger contre des influences néfastes ou améliorer sa situation personnelle, les Mésopotamiens avaient recours à des pratiques que l’on pourrait définir « magiques ». La magie est l’ensemble des actes qui  sans recours aux dieux et sans rapport rationnel avec une situation donnée visent à agir sur cette dernière pour la faire évoluer dans le sens attendu. En général on distingue la magie noire, à effet négatif, servant pour lancer des sorts, faire tomber malade quelqu’un, ou empirer sa situation, de la magie blanche, à effet « thérapeutique » lato sensu1.

Continuer la lecture de Les remèdes magiques

  1. guérir toutes les souffrances, pas seulement les maladies []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts