Archives de catégorie : épigraphie

La musique en Mésopotamie

À ce 21 Juin 2020
privé de musique…

Dans la société mésopotamienne la musique avait une importance certaine: des berceuses que les mamans fredonnaient à leurs bébés, aux chants des fêtes religieuses, à la musique qui accompagnait le banquet, aux épopées qui étaient chantées1, à la célébration des victoires militaires… La musique est présente à toute époque, dans

Hochet retrouvé à Ur, époque paléo-babylonienne (BM 11 6869). Depuis Dumbrill 2015: fig. 60.
Hochet retrouvé à Ur, époque paléo-babylonienne (BM 116869). Depuis Dumbrill 2015: fig. 60.

tous les niveaux sociaux et dans toutes les phases de la vie humaine: du hochet du nourrisson (ci-contre) à la harpe du cimetière royal d’Ur (ci-dessous).
Textes, représentations iconographiques et découvertes archéologiques d’instruments anciens convergent à montrer l’importance de la musique qui a été occultée par la perte de la majeure partie des instruments et par le nombre réduit de partitions musicales.
Comme disait Platon, la musique est l’une des composantes de l’expérience du beau. Selon les récentes études des neuroscientifiques, la musique arrive à communiquer directement des émotions à notre cerveau, sans explication et sans demander des auditeurs une quelconque formation musicale.

Continuer la lecture de La musique en Mésopotamie

  1. un bon nombre des textes littéraires était destiné à être chanté []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Les remèdes magiques

Des nouveaux textes dans le volet correspondant:
bonne lecture!

Pour guérir d’une maladie, se protéger contre des influences néfastes ou améliorer sa situation personnelle, les Mésopotamiens avaient recours à des pratiques que l’on pourrait définir « magiques ». La magie est l’ensemble des actes qui  sans recours aux dieux et sans rapport rationnel avec une situation donnée visent à agir sur cette dernière pour la faire évoluer dans le sens attendu. En général on distingue la magie noire, à effet négatif, servant pour lancer des sorts, faire tomber malade quelqu’un, ou empirer sa situation, de la magie blanche, à effet « thérapeutique » lato sensu1.

Continuer la lecture de Les remèdes magiques

  1. guérir toutes les souffrances, pas seulement les maladies []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Les démons ou…. aux sources du mal

Pour les Mésopotamiens, la vie est toujours incertaine, remplie de multiples dangers et maux. Ils peuvent être d’origine naturelle -comme les crues, la sécheresse – ou surnaturelle, quelle soit divine ou démoniaque, comme les souffrances physiques ou psychologiques, les épidémies… Mais mêmes les maux d’origine naturelle peuvent avoir en dernière analyse une origine surnaturelle. Car tout pour les Mésopotamiens est rempli d’une présence « autre », ce qui aide à expliquer l’origine du mal.

Continuer la lecture de Les démons ou…. aux sources du mal

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Les épidémies à Mari

Une nouvelle biographie vous attend: JANE DIEULAFOY.
Bonne lecture!

« La maison de Bahlu-Gawum, ton serviteur, a disparu toute entière , lors de l’épidémie. Tous ses fils sont morts et il n’y a plus personne pour se tenir à sa tête ». (ARM V: 87)

 

La documentation de Mari offre une occasion inespérée de connaître des cas d’épidémies. En effet, les documents épistolaires confirment ce que les documents administratifs semblaient déjà indiquer: le royaume, surtout sa périphérie, a connu maintes épidémies au début du IIe millénaire av. J.-C. Une fois c’est la région de Halébiyé qui est durement frappée, une autre la région de Terqa, une autre encore la région de Saggaratum… Dans la lettre suivante, un haut fonctionnaire de Yasmah-Addu, roi de Mari, reporte au roi la situation d’une épidémie qui a frappé plusieurs villes de la région de Halébiyé (Tuttul, Dunnum, Mubân …):
Continuer la lecture de Les épidémies à Mari

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

NOUVELLE PARUTION: NABU 2020/1

Un nouveau numéro du journal Notes Assyriologiques Brèves et Utilitaires (=NABU) vient de paraître. Il s’agit du premier numéro de 2020. Pour l’acheter, aller sur le site de la SEPOA (=) à l’adresse: https://sepoa.fr/?page_id=14.
Pour le télécharger gratuitement, cliquer ici.

La revue N.A.B.U. publie des notes brèves concernant essentiellement l’épigraphie proche-orientale. L’adresse pour envoyer les manuscrits (sous forme Word ou RTF et PDF) est la suivante: nabu@sepoa.fr.
La SÉPOA, Société pour l’étude du Proche-Orient ancien, est une association 1901. Elle publie depuis 1987 la revue NABU et plusieurs collections de livres, par ex. les Mémoires de NABU, la série MTT (Matériaux pour l’étude de la Toponymie et de la Topographie).

 

 

 

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts