Archives de catégorie : Billets

La Mésopotamie vue par les romanciers : Juliette Benzoni

Quand les romanciers s’intéressent à la Mésopotamie, ça signifie que notre discipline commence à avoir une certaine reconnaissance. Les buts des romanciers sont bien différents des spécialistes qui se consacrent tout le temps à l’Orient ancien. Alors, voici un petit extrait du livre Dans le lit des rois. Nuits de noces de Juliette Benzoni qui ne nécessite aucun commentaire, plutôt un grand merci pour avoir contribué à faire connaître Babylone, Ninive, Kalkhu, Shamash, Ishtar, Marduk, Nabu…

« Les rayons brûlants de Shamash, le dieu-soleil, s’apaisaient peu à peu sur Babylone, emportant avec eux la trop grande chaleur du jour. Mais la capitale de Nabuchodonosor restait folle, depuis douze jours, et sa folie allait atteindre, cette nuit, son paroxysme car on était au dernier jour des grandes fêtes de l’année nouvelle que l’on célébrait chaque printemps au mois de Nisan.

Continuer la lecture

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Babylone : ville idéale ou idéal de ville ? (deuxième partie)

Dans les sources classiques (cf. Hérodote) comme proches-orientales, Babylone est la ville mythique par excellence: c’est la capitale d’un vaste empire, siège d’érudition et de science, lieu de mort du mythique Alexandre le Grand…. Dans la Bible elle est le lieu de différenciation des langues. Ce n’est pas un hasard si elle devient le siège de deux des sept Merveilles du Monde, la tour de Babel et ses murailles. Cette Babylone mythique continue encore à être évoquée aujourd’hui dans l’art, la musique et la production cinématographique (Finkel et Seymour 2009), jusqu’à devenir un lieu commun de la culture populaire: restaurants, métros, rues au nom de cette ville.

Continuer la lecture

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Du technicien au conseiller royal : à propos de l’évolution sémantique du terme ummânu

Parmi les listes royales mésopotamiennes, certaines présentent la particularité d’associer aux noms de quelques souverains fameux ceux de leurs ummânu. Une liste synchronique provenant de la ville d’Aššur (Weidner 1926), est ainsi résumée dans sa rubrique finale : « 82 rois d’Assyrie, depuis Erišu, fils d’Ilušumma, jusqu’à Assurbanipal, fils d’Assarhaddon ; 98 rois du pays d’Akkad depuis Sumu-la-El jusqu’à Kandalānu. » Alors que la colonne i ne comprend que des noms royaux, la colonne iv donne les noms des ummânu des derniers rois néo-assyriens : Nabû-apla-iddina, puis Bēl-upahhir et Kalbu pour Sennachérib, Nabû-zēru-lēšir et Ištar-šumu-ēreš pour Assarhaddon, Ištar-šumu-ēreš pour Assurbanipal. Les colonnes ii et iii sont bien plus mal conservées : E. Weidner estimait cependant que des noms d’ummânu, quoique illisibles, apparaissaient dès le règne de Tukulti-Ninurta I.

Continuer la lecture

Pierre Villard

Professeur d'histoire ancienne. Université Clermont Auvergne. Spécialiste de l'empire néo-assyrien.

More Posts

Babylone, ville idéale ou idéal de ville ? (première partie)

Babylone ne cesse pas de fasciner : la dernière exposition en Europe date de 2008-2009 et a réuni les trois plus grands musées des antiquités de France, Angleterre et Allemagne. Une exposition s’est tenue jusqu’en mai 2016 à Jérusalem sur la captivité des Juifs exilés à Babylone (« By the River of Babylon »). Des colloques internationaux sur la ville de Babylone ont eu lieu régulièrement ces dernières cinquante années. C’est encore d’elle que s’est inspiré Constant Anton Nieuwenhuys dans les années ’60-’70 pour repenser complètement la ville et la vie des hommes à l’intérieur d’un espace urbain humain et solidaire. Mais une Babylone antihumaine est chantée dans le 1er album du groupe français Tryo en 1998, selon une longue tradition du reggae. Continuer la lecture

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

A New Glance at the Old Babylonian Letter-Writing Practice through Digital Technologies.

Conférence donnée le 18 nov. 2017 lors du congrès ASOR 2017 (Boston)

En Mésopotamie, l’écriture fut inventée et longtemps maîtrisée par un groupe restreint d’individus au service du temple ou du palais. Or, les données archéologiques et épigraphiques témoignent d’une intensification et d’une généralisation du recours à l’écrit après l’effondrement de l’empire sumérien d’Ur III (en 2002 av. J.-C.). À travers mes recherches, j’étudie les impacts de cette révolution culturelle sur la pratique épistolaire de la période amorrite (2002-1595 av. J.-C.). Environ 7000 lettres datées de cette époque, rédigées en paléo-babylonien (un dialecte de l’akkadien), ont pour l’heure été éditées, mais ce chiffre n’est pas représentatif de la production totale : des milliers d’autres lettres sont encore en cours d’édition. Continuer la lecture