Archives de catégorie : Billets

Gilgamesh

Dialogue entre Gilgamesh et Ut-napirshtim
-Gilgamesh: « Portant le drame d’Enkidu, mon ami, j’ai longuement vagabondé par la steppe! Comment me taire? Comment rester coi? Mon ami que je chérissait est redevenu argile! (…) Si l’on pouvait fermer la porte à l’angoisse! Si l’on pouvait l’obturer au bitume, à l’asphalte! Mais le Destin m’a déchiré, malheureux que je suis! »
-Ut-napirstim: « Pourquoi donc Gilgamesh exagérer ton désespoir? (…) Qu’as-tu gagné à te perturber de la sorte? Tu t’es seulement épuisé, saturant tes muscles de lassitude et reprochant ta fin lointaine! Comme un roseau de la cannaie, l’humanité doit être brisée! La Mort, que personne n’a jamais vue, dont nul n’a aperçu le visage, ni entendu la voix, la Mort cruelle brise les hommes! Tout à coup, il ne reste plus rien! L’homme, depuis ses origines, est prisonnier de la Mort, depuis que, devant les Grands dieux rassemblés, Mammitu, la faiseuse du Destin, a arrêté les destinés avec eux. Ils nous ont imposé la mort comme la vie, nous laissant seulement ignorer le moment de la mort »

Continuer la lecture

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Les noms des portes urbaines

Les portes urbaines constituent un élément topographique important: le seul plan d’une ville qui est connu (plan de Nippur, Bronze récent), insère les portes urbaines parmi les points topographiques indispensables, avec les temples les plus importants et les cours d’eau, fleuve ou canaux. De même, les quelques textes topographiques qui se sont conservés citent souvent les noms des portes urbaines, élément fondamental pour comprendre l’idéologie politique qui en est la base.

Continuer la lecture

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Les portes urbaines : entre stratégie militaire et nécessités quotidiennes (troisième partie)

par Laura Battini

Les portes ne sont pas que des bâtiments militaires. Leurs fonctions sont nombreuses: elles constituaient une part active de la vie urbaine, en autorisant le transit des gens, des animaux, des marchandises et des idées. Les textes indiquent souvent l’utilisation des portes comme lieux de justice. Un texte du IIe mill. av. J.-C. demande l’ouverture d’une porte urbaine pour y faire asseoir les juges: « Ouvre la porte de Shamash, laisse les juges s’asseoir là et ils ne seront pas insouciants en veillant sur la porte » À Assur au début du IIe mill., sept juges s’asseyaient à la porte urbaine pour écouter les complaintes. C’est ici que les témoins sont menés pendant les procès. D’autres textes, dont des textes de sagesse, citent le tribunal de la porte urbaine. Plusieurs livres de la Bible conservent la coutume d’utiliser les portes comme lieu de justice.

Porte urbaine de Dur-Sharrukin

Porte urbaine de Dur-Sharrukin

Continuer la lecture

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Les portes urbaines : entre stratégie militaire et nécessités quotidiennes (deuxième partie)

Dans la construction des portes urbaines, on peut mettre en lumière la présence de caractères qui s’expliquent par des raisons militaires, alors que d’autres sont plus ou moins contraires à la logique militaire. Les tours d’entrée et de sortie ont été conçues pour retarder l’entrée de l’ennemi, et offrir une surface d’action en élévation, d’où il est plus facile attaquer l’ennemi. De même, il est plus prudent de placer les pièces dont se compose la porte derrière la ligne urbaine, car ainsi c’est l’enceinte qui offre une protection supplémentaire aux portes (fig. 1).

Fig. 1: Porte d’Ischaeli (d’après Hill, Jacobsen, Delougaz 1990, pl. 98)

Fig. 1: Porte d’Ischaeli (d’après Hill, Jacobsen, Delougaz 1990, pl. 98)

Un autre dispositif, plus rarement attesté, rentre aussi dans une logique militaire: le renforcement du côté droit de la porte a été pensé pour offrir une importante surface d’action aux défenseurs, car ce côté correspondait au côté gauche de l’ennemi qui n’était pas protégé par le bouclier (Assur), les droitiers étant plus nombreux que les gauchers (caractère régressif).

Continuer la lecture

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Les portes urbaines : entre stratégie militaire et nécessités quotidiennes

Les premières portes urbaines connues de Mésopotamie remontent à l’époque protodynastique (IIIème mill. av. J.-C.). Fouillées surtout dans le sud de la Mésopotamie et dans la Diyala, elles se présentent comme un simple passage (fig. 1) protégé par de puissantes tours d’entrée et rarement de sortie.

Fig. 1. Porte-passage (ici portes d'Uruk, IIIe mill. av. J.-C. d’après Lenzen 1936, fig. 1)

Fig. 1. Porte-passage (ici portes d’Uruk, IIIe mill. av. J.-C. d’après Lenzen 1936, fig. 1)

Les portes ont une largeur et une profondeur différentes d’un site à l’autre : la largeur peut aller de 1 m à 3,5 m; la profondeur de 2,9 m jusqu’à 5,5m-7,8 m. De même, les tours ont des dimensions assez peu constantes dans les différents sites, mais elles sont en rapport avec la largeur du passage (Battini 2016: 224-225): aux tours les plus grandes correspond un passage plus large. Ce rapport entre dimensions des tours et largeur du passage de la porte s’explique en partie en raison de contraintes militaires: plus large est le passage, ce qui est d’ailleurs indispensable au trafic urbain, plus facilement les ennemis peuvent entrer dans la ville, ce qui fait que les portes nécessitent une défense accrue. Les portes urbaines en effet sont un élément important autant de la topographie et de l’organisation de la vie urbaine que du système de fortifications.

Continuer la lecture

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts