Archives de catégorie : Billets

Repas quotidiens et repas de fêtes en Mésopotamie (1)

 

Les sources disponibles sur la façon de s’alimenter en Mésopotamie privilégient sans surprise les pratiques des élites. Les banquets royaux sont assez bien documentés, à la fois par des inscriptions des souverains et par quelques bas-reliefs néo-assyriens [Figure 1].

Assurbanipal banquetant avec son épouse (bas relief de Ninive, VIIe s av JC)
Assurbanipal banquetant avec son épouse (bas relief de Ninive, VIIe s av JC)

Continuer la lecture de Repas quotidiens et repas de fêtes en Mésopotamie (1)

Pierre Villard

Professeur d'histoire ancienne. Université Clermont Auvergne. Spécialiste de l'empire néo-assyrien.

More Posts

Un nouveau type humain?

Des nouveaux textes sont disponibles
dans le volet correspondant, bonne lecture!

Des chercheurs travaillant en Israël près de la ville de Ramla ont trouvé les restes d’une partie du crâne et de la mâchoire d’un individu qui a vécu il y a 140 000 ans BPE. Ils pensent pouvoir identifier ces restes avec un nouveau type d’humain inconnu jusqu’à maintenant1.

Continuer la lecture de Un nouveau type humain?

  1. Hershkovitz et alii 2021: 1424-1428 []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Techniques et vocabulaire de la construction dans la maison traditionnelle à Damas

L’architecture des villes de Syrie offre des visages contrastés à l’image des conditions géographiques et environnementales qui les caractérisent : le littorale maritime, les zones semi-désertiques, les plaines alluviales, etc. Les matériaux de construction varient aussi selon l’environnement dans lequel la ville se trouve. La situation de Damas au milieu de l’oasis Ġūṭa1 permettait jadis de se procurer quatre types de matériaux de construction sans avoir recours à des modes de transport couteux : la pierre, l’argile (brique), le bois et la chaux (Pascual 1990: 387-388).

Continuer la lecture de Techniques et vocabulaire de la construction dans la maison traditionnelle à Damas

  1. La  Ġūṭa (l’Oasis de Damas) -ce nom signifie « la terre basse » – est une vaste oasis au pied de l’Anti-Liban. Elle s’étend aussi loin que les eaux courantes et les eaux d’infiltration du Baradā permettent d’entretenir une végétation arbustive. C’est une zone verdoyante entre la montagne décharnée et la steppe chauve qui s’étend vers l’est jusqu’à l’Euphrate (Tresse1929 : 463). []

La malédiction d’Ištar

La malédiction d’Ištar – une malédiction en effet !

Poussé par la curiosité, je viens de regarder le récent téléfilm de Sam Yates La Malédiction d’Ishtar que me proposait la médiathèque de ma ville (en VO, Agatha and the curse of Ishtar). Le résumé indiquait : « Durant l’hiver de l’année 1928, Agatha Christie souffre de son récent divorce et de sa soudaine célébrité. Elle décide de faire un voyage en Irak, où des fouilles archéologiques ont lieu. Bien malgré elle, la romancière se retrouve mêlée à des histoires d’amour, et à une série de meurtres… »

Continuer la lecture de La malédiction d’Ištar

La tombe de la reine Puabi dans le cimetière royal d’Ur

 

Une découverte qui fit grande sensation au début du XXe s. fut le cimetière royal d’Ur. Leonard Woolley popularisa ses découvertes avec des conférences, l’écriture de livres et articles et une exposition qui se tint au USA en 1931, lorsque les fouilles d’Ur continuaient encore. L’une des tombes les plus spectaculaires fut celle de la reine Puabi, qui depuis sa découverte en 1927 a enthousiasmé l’imagination du public.

Continuer la lecture de La tombe de la reine Puabi dans le cimetière royal d’Ur

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts