La mission anglo-américaine d’Ur en 1928-1929

Biographies

La vie des hommes et femmes passionnés par l’Orient qui ont contribué à la découverte du passé oublié… archéologues, épigraphistes, historiens, voyageurs…

“Parce qu’un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir” (F. Foch)

Bonne lecture !

Ruth Amiran
Naji Al-Asil
‘Adnan ibn Rafiq al-Bounni
Walter Andrae
Gertrude Bell
Kurt Bittel
Paul Émile Botta
Robert Braidwood
Halet Cambel
Maurice Chéhab
Honor Frost
Léon Alexandre Heuzey
Kathleen Kenyon
Sabatino Moscati
Karsten Niebuhr
Tahsin Ozgüc
André Parrot
Claude Schaeffer
Victor Scheil
Leonard Woolley
Yigael Yadin

 

❍ ❍ ❍

Honor Frost (Nicosie, Chypre, 28/10/1917-Londres, 12/09/2010)
par Laura Battini

L’une des rares femmes pionnières de l’archéologie sous-marine, Honor nait à Chypre de parents écossais. Ayant perdu ses parents très tôt, elle devient la pupille de l’avocat londonien Wilfred Evill qui la pousse vers des études artistiques, d’abord à Londres (Central School of Art), puis à Oxford (Ruskin School of Art).
Dans les années ’40 elle travaille comme designer pour le Ballet Rambert, devient directrice des publications à la Tate Gallery et sur une musique de Sibelius elle conçoit un ballet, Khadra qui est porté en scène par le Sadler’s Wells Theatre Ballet.

Dans les années ’50, pourtant, la découverte de la plongée va changer sa vie. Elle s’entraîne au sein du club Alpin Sous-Marin à Cannes, connaît l’archéologue Frédéric Dumas, le découvreur de l’épave d’un navire romain à Anthor, rejoint Kathleen Kenyon à Jéricho en tant que dessinatrice pour les fouilles de 1957, ce qui lui permet de se spécialiser en archéologie.

Laissant la Kenyon à Jérico, elle passe au Liban, riche en ports et épaves anciennes1 en travaillant avec l’Institut Français d’Archéologie à Beirut. Ainsi elle explore les ports de Byblos, Sidon et Tyr. En 1959 et 1960 elle est l’une de peu nombreux archéologues à participer à la 1ère fouille sous-marine scientifique, celle de  l’épave  de Gelidonya au large des côtes de la Turquie. C’est en effet dans cette fouille que se mettent un place un procédé standard de fouille par des techniques systématiques. En 1968 l’UNESCO fait appel à elle pour le projet  du phare d’Alexandrie: ses recherches montrent la présence de plusieurs morceaux immergés du phare. Au cours des années 1970 et pour plusieurs années de suite, een collaboration avec les autorités siciliennes et la British School de Rome, Honor dirige près de Marsala (Sicile) les fouilles  d’une épave punique  du IIIe siècle av.  qui après restauration a fini pour être présenté au public.

Honor Frost (Licence creative commons)
Honor Frost (Licence creative commons)

Honor a essayé de promouvoir l’archéologie sous-marine en plusieurs manières: après avoir contribué à fonder le Conseil d’archéologie nautique, elle a joué un rôle important dans l’établissement du Journal international d’archéologie nautique en 1972. En 1969 sa ntoriété lui ouvre les portes de la prestigieuse Society of Antiquaries. Ayant hérité de l’avocat londonien Wilfred Evill une demeure londonien et la riche collection des tableaux, elle décida de créer une fondation dédiée à l’archéologie sous-marine (https://honorfrostfoundation.org/) qui a  comme fonds l’argent de la vente de cette riche collection d’art vendue à Sotheby’s en juin 2011, quelques mois après sa mort .

 

❍ ❍ ❍

Ruth Amiran
(Yavneel, 8/12/1914 -Jérusalem, 14/12/2005).
par Laura Battini

Ruth Amiran, née Brandshteter est l’une des fondatrices de l’archéologie israélienne. Née à Yavneel, dans la Palestine ottomane, en 1914, diplômée à Haifa, elle obtient ensuite une maîtrise d’archéologie à l’Université hébraïque de Jérusalem en 1939. Mariée à David Amiran, un professeur de géographie de l’Université de Jérusalem, elle s’engage dans les fouilles de Tel Gerisa, sous la direction de E. L. Sukenik, et à ‘Ai, sous la direction de Judith Marquet-Krause.
En 1940, elle commence à travailler pour le département d’archéologie de l’université hébraïque et un peu plus tard, pour le Rockefeller Museum de Jérusalem qui était encore sous mandat britannique.

Ruth Amiran in the Jezreel Valley circa 1939
Ruth Amiran in the Jezreel Valley circa 1939

A la création de l’État d’Israël (en 1948), elle rejoint le Département des antiquités d’Israël en qualité d’inspecteur des antiquités de Galilée, et donc aussi des musées régionaux.
À ce poste, elle a joué un rôle important dans la conception des expositions archéologiques et a dirigé des surveys et des fouilles archéologiques en Galilée, dans le Néguev et dans d’autres régions du pays, tout particulièrement à Jérusalem, Tel Kisioun, Tel Nagilah, Tel Malhata, Rosh ha-Ayin, Jaffa, Tivon, Susita, Akko et Rosh Haniqra. De 1955 à 1959, elle est membre de l’expédition archéologique à Tel Hazor, sous la direction de Yigal Yadin qui a profondément influencé sa manière de fouiller et d’étudier le matériel exhumé dans les fouilles.
En 1965, Ruth aide à préparer le projet de création du musée d’Israël: nommée conservatrice, elle a contribué à la conception et planification du musée, et elle a conservé cette charge jusqu’à sa retraite.

Le summum de la carrière de Ruth été la découverte de l’ancienne Arad, qui date du Bronze Ancien. La fouille du site est un exemple par méthode et scientificité, réalisée avec la plus grande patience et le plus grand professionnalisme. Elle a révélé un grand centre urbain fortifié par une muraille dotée de tours semi-circulaires. La ville contenait un grand réseau de réservoirs, un réseau de routes et des espaces de vie privés dans lesquels Amiran identifia la maison typique d’Arad de cette période, l’appelant «la maison d’Arad». Ce terme («maison d’Arad») est devenu un élément essentiel de l’archéologie israélienne. Le site contenait également des bâtiments publics, un palais et des temples. C’est le centre urbain le plus important dans le sud du pays et sa découverte a amené Ruth à se concentrer sur d’autres thèmes majeurs de l’archéologie israélienne, comme par exemple le début de l’urbanisation à Canaan, les relations entre Israël et l’Égypte pendant la période d’urbanisation du début de l’âge du bronze, la signification des colonies du Bronze Ancien au Sinaï, les typologies céramiques, etc.

 

Ruth Amiran a aussi énormément publié: plus de 150 publications scientifiques en hébreu et en anglais, dont beaucoup ont eu un impact majeur sur l’étude de l’archéologie israélienne à ses débuts. Si un grand nombre concernent le site d’Arad, d’autres ont eu un impact aussi fondamental sur les archéologues. Un des ses ouvrages (Ancient Pottery of the Holy Land: From Its Beginnings in the Neolithic Period to the End of the Iron Age, Jérusalem, Massada Press, 1969) reste encore aujourd’hui un outil essentiel pour les spécialistes de l’archéologie israélienne. Dans ce livre, Ruth a déterminé la répartition des types de céramique en fonction de la période depuis le néolithique jusqu’à la destruction du Premier Temple. Elle s’est aussi spécialisée dans l’examen pétrographique des tessons (qui indique la source des poteries) et a publié des nombreux articles sur ce sujet. Sa connaissance de la céramique l’a amenée à planifier une aile du musée de Tel-Aviv selon un plan éducatif cohérent et très compréhensible par le grand public.
Une autre étude importante réalisée par Amiran concerne les relations entre Israël et les régions limitrophes. Elle a ainsi publié de nombreux objets -en céramique, en pierre ou en métal- provenant d’Égypte, de Mésopotamie, de Chypre et d’ailleurs. Ruth a également publié des études sur les systèmes d’approvisionnement en eau, spécialement de l’ancienne Jérusalem.

Connue et réputée dans la communauté archéologique internationale, elle a reçu le prix Percia Schimmel du Musée israélien en archéologie en 1981 et le prix Israël en 1982. Elle s’est éteinte à 91 ans en 2005.

 

❍ ❍ ❍

Paul Émile Botta
(Torino, 6/12/1802- Achères, 29/03/1870)
par Laura Battini

Rien ne prédestinait Paul-Émile Botta à devenir un des premiers archéologues proche-orientaux. Fils d’un médecin militaire de l’armée de Bonaparte, devenu ensuite enseignant en médecine à Rouen, Paul-Émile nait à Turin peu après que cette partie de l’Italie ne soit pas devenue française. Il étudie la médecine à Rouen puis à Paris. En avril 1826, il embarque au Havre à bord du Héros comme naturaliste et médecin de bord, bien qu’il n’ait pas encore son diplôme. Il commence ainsi un long périple qui le ramène au Havre en juillet 1829. Six mois après, le 5 janvier 1830, il passe sa thèse de doctorat.

Se destinant d’abord à une carrière diplomatique, son premier poste le conduit à Alexandrie. En 1837 ou 1835 le Muséum d’histoire naturelle de Paris le charge de collecter les produits naturels des côte d’Arabie et du Yemen. Il publie ses notes à Paris en 1841. L’année suivante, il est nommé consul à Mossul, poste créé pour lui par le roi Louis-Philippe.

Comme tous les gens de cette époque, il avait une bonne connaissance des textes de la Bible et des classiques. De nature très curieuse, passionné de civilisations anciennes, il se mit à chercher l’ancienne Ninive, qui est l’une des rares villes de Mésopotamie dont le souvenir ait été conservé. Le secrétaire de la Société asiatique, l’encouragea dans son intérêt pour les anciennes civilisations. Les pionniers de l’archéologie avaient en effet pour guides principaux les auteurs classiques et la Bible. C’est pourquoi, dans un premier temps, tous étaient à la recherche de cette ville et l’identifièrent par erreur à Khorsabad ou encore Nimrud. Recherchant Ninive sur le tell de Kuyunjik (qui est réellement Ninive mais Paul-Émile l’ignorait), et déçu des résultats, Botta se reporta sur Khorsabad en 1843 sans savoir que la capitale qui allait découvrir était l’ancienne Dur Sharrukin, la « forteresse de Sargon »2.

Là, il tombe directement sur l’angle du palais de Sargon II. 300 ouvriers sous sa responsabilité dégagèrent 14 salles et trois cours. Disons, la présence d’orthostates3 en pierre l’aida beaucoup à ne pas percer les murs en briques crues, comme était arrivé à d’autres pionniers de son époque qui n’avaient aucune connaissance de la méthodologie de fouilles4. Les reliefs les mieux conservés furent chargés sur des radeaux sur le Tigre jusqu’à Bassorah, puis de là au Havre en bateau. Arrivés à Paris, ils créèrent l’un des premiers musées mésopotamiens d’Europe, inauguré en 1847 au Louvre.

En l’absence de photographie, le relevé des fouilles étaient souvent l’œuvre du peintres. Ici à Khorsabad, ce fut le peintre Eugène Flandin qui aida Paul-Émile Botta avec le relevé des reliefs et des monuments trouvés. Paul-Émile fit aussi copier les inscriptions de Khorsabad de manière assez exhaustive. Ensemble, l’archéologue et
le peintre publièrent leurs découvertes en 1849 sous le titre de Les Monuments de Ninive, publiés en 2 tomes par l’imprimerie nationale.5.

Les années suivantes furent marquées par l’amertume et les échecs. Nommé consul à Jérusalem (Palestine)6 en 1848, il continua à s’intéresser à l’archéologie, mais échoue à pouvoir fouiller à Saïda et à Sour, respectivement les anciennes Sidon et Tyr. En plus, la publication de ses manuscrits de fouilles de Khorsabad traînait, un abus de confiance lui fit perdre ses rentes, et envoyé en 1854 à Constantinople pour demander le transfert des Grecs orthodoxes aux Latins de la garde du Saint-Sépulcre, il échoua aussi dans cette négociation face à l’influence russe. Subissant « l’hostilité des uns et l’ingratitude des autres », il est affecté en juin 1855 à Tripoli de Barbarie (aujourd’hui capitale de la Libye) où en 1868, il reçoit l’ordre du commandeur de la Légion d’honneur. Il s’éteint en Yvelines, dans la banlieue de Paris insatisfait. Voici le portrait que Gustave Flaubert fera de lui : « Dîner chez Botta. Homme en ruines, homme de ruines. Nie tout et m’a l’air de tout haïr. [] Il apprend maintenant le piano et avoue qu’il n’est pas un creuseur. Fatigué de tentatives (sa vie en est un tissu : médecin, naturaliste, archéologue, consul), il essaye de celle-là ».

 

❍ ❍ ❍

André Parrot
(Desandans, 15/02/1901- Paris, 24/08/1980)
par Laura Battini

De culture polyédrique, enseignant des langues et d’archéologie, chercheur, archéologue, directeur des trois fouilles archéologiques françaises majeures au Proche Orient (Tello, Larsa et Mari), conservateur des musées et premier directeur du Louvre, André Parrot est une figure majeure de l’archéologie proche-orientale du XXe siècle.

Né à Desandans, dans le Doubs, en 1901, il est fils d’un pasteur luthérien, lui même étudiant la théologie à la Sorbonne et à la Faculté de théologie protestante de Paris. Devenu pasteur à son tour, il suit aussi des cours l’histoire de l’art à l’Ecole du Louvre. Ainsi, en 1926-1927, il devient membre de l’École biblique et archéologique de Jérusalem, où il rencontre ses maîtres, René Dussaud et Edouard Dhorme. Ce sont eux qui lui confient ses premières missions de terrain d’abord au Levant nord (Neirab 1926-7, Byblos en 1928 et Baalbek en 1927-8), puis en Irak (Tello, 1930- 1933) et enfin en Syrie (Mari, 1933-1974). La découverte casuelle d’une statue provenant du site de Tell Hariri sollicitent la curiosité de Paris, sous l’administration de laquelle se trouvait la Syrie alors (mandat français). Ainsi, André Parrot est envoyé pour diriger les recherches sur le site. Jusqu’à ce moment là, rien n’est connu du moyen Euphrate, ni de cette région entre Syrie et Irak. On imagine peu le séisme intellectuel provoqué par la découverte de Mari. De cette ville, on ne connaissait jusqu’alors que les récits de sources anciennes qui en faisaient un des sièges de la royauté après le Déluge et qui la savaient détruite par Sargon et Naram-Sim d’Akkad.

Arrivée sur le tell connu sous le nom de Tell Hariri en décembre 1933, mais basée à Abu Kémal et bénéficiant de l’aide de l’armée française du Levant, la mission met au jour dès janvier 1934 trois statuettes royales – ’Ebih-II, Ishqi-Mari et Iddi-narum – dont les inscriptions permettent l’identification du site (Mari) et du bâtiment les abritant (temple d’Ishtar). André Parrot découvrit successivement le Palais royal puis les édifices du centre religieux de la ville, notamment la haute terrasse. Sous sa direction furent également mis au jour des milliers de tablettes inscrites en écriture cunéiforme mais de langue sémitique. Les recherches, interrompues seulement pendant la deuxième guerre mondiale, reprennent sans pratiquement interruption jusqu’en 1974. Au cours de ces 21 campagnes de recherche, André Parrot et ses co-équipiers arrivèrent à des énormes résultats, tant pour les découvertes architecturales et artistiques quant pour la qualité et quantité de la documentation: dessins, relevés surtout photographies des fouilles particulièrement abondantes. D’ailleurs, l’un de ces photographes, Jean-Claude Margueron, était destiné à reprendre la direction des fouilles dès 1979. Outre ses recherches et ses très nombreuses publications, André Parrot a été chargé de cours de langue et littérature hébraïques (1937-1949) et d’histoire des religions (1950-1955) à la Faculté de théologie protestante de Paris, il a été professeur d’Archéologie orientale et Histoire générale de l’art à l’Ecole du Louvre (à partir de 1937).
Avec André Malraux, il cofonde la collection « L’univers des formes » (Gallimard) pour laquelle il écrit deux volumes : Assur et Sumer. Il fut également conservateur-adjoint en 1937 et à peine 9 ans après conservateur en chef (en 1946). Entre 1968 et 1972 il fut le premier directeur du musée du Louvre et entre 1959 et 1973 Secrétaire général de la Commission des fouilles. Ces activités variés et multiples et la richesse de ses découvertes et le nombre impressionnant des publications (près de 500 titres) expliquent le nombre incroyable d’honores qu’il a reçu : André Parrot était Commandeur de la Légion d’honneur, officier des Arts et Lettres, croix de Guerre 1939-1945, docteur Honoris Causa de l’université d’Utrecht (1961). Il était membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, associé ordinaire de l’Institutum archeologicum germanicum (Francfort-sur-le-Main) (1953) et membre de l’Académie britannique (1962). ☝︎

❍ ❍ ❍

Karsten Niebuhr
(Lüdingsworth, 17/03/1733- Meldorf, 26/04/1815)
par Laura Battini

La vie de Carsten Niebuhr est certes assez typique des ‘aventuriers’ du XVIIIe siècle, des hommes passionnés de voyages, de nouveaux horizons et de nouvelles cultures. Fils d’un fermier, il s’intéressa vite aux mathématiques et suivit des cours pour devenir géomètre-expert. En 1760, l’un de ses maîtres lui proposa de se joindre à l’équipe d’exploration scientifique que le roi Frédéric V de Danemark était en train de constituer pour visiter l’Égypte, l’Arabie et l’Inde. Ainsi, redoublant d’efforts, il passa les 18 mois avant le départ à étudier les mathématiques, la cartographie et l’astronomie avec Tobias Mayer (1723-1762), l’un des plus grands astronomes du XVIIIe siècle7, ce qui permit à Carsten de faire des observations astronomiques très intéressantes durant l’expédition en Arabie.

Parti le 4 janvier 1761 avec 4 autres scientifiques, il arriva en Égypte 9 mois et demi après et resta un an sur place. Arrivés au Yemen à l’automne 1762, les 5 scientifiques continuèrent à visiter le pays à dos de dromadaire. Mais pas habitués aux conditions climatiques, alimentaires, vestimentaires et de transport, deux membres de l’expédition moururent quelques mois plus tard par épuisement et maladie: d’abord le philologue orientaliste et théologien danois Frederik Christian von Haven (1728-1763), puis le naturaliste suédois Pehr Forsskål (1732-1763). Un autre membre de l’expédition, le dessinateur allemand Georg Wilhelm Baurenfeind (1728-1763), mourut pendant le voyage en mer du Yemen à Bombay et le dernier compagnon de voyage de Carsten, le médecin Christian Carl Cramer ( ?-1764) mourut peu après à Bombay. La résistance de Carsten est certes en partie due, comme il le reconnaissait aisément, à l’adoption des habitudes vestimentaires et alimentaires locales: “Moi-même, voulant du temps de mes compagnons, vivre comme eux, à la manière d’Europe, j’essuyai plusieurs grandes maladies ; mais ensuite, comme je n’étais environné que d’Orientaux et j’appris comment on devait s’y conduire, je voyageai en Perse et depuis de Basra par terre jusques à Copenhague en bonne santé, et sans rencontrer beaucoup de difficultés de la part des habitants de ces pays”. (Carsten Niebuhr, Description de l’Arabie, p. VIII-IX).

Resté le seul survivant de l’expédition, il demeura 14 mois à Bombay, pour rentrer ensuite au Danemark , ce qui lui prit env. 3 ans, il arriva à Copenhague en 1767. En effet, il passa par l’Iran, l’Oman, l’Irak, la Syrie, Chypre, la Palestine et Constantinople. Il séjourna plusieurs jours à Persépolis et comme ses prédécesseurs, s’intéressa tout particulièrement aux inscriptions. Là il recopie beaucoup d’inscriptions jusqu’à s’aveugler car sans lunettes et avec une lumière très forte sur la pierre blanche un matin il se réveilla sans vue, mais ce n’était que temporaire. Il ne se contenta pas de recopier de nombreux textes, qui vinrent s’ajouter au corpus déjà disponible en Europe, mais fut le premier à reconnaître l’existence de plusieurs écritures cunéiformes. Il remarqua en effet que certaines inscriptions de Persépolis juxtaposaient trois systèmes graphiques différents et utilisaient un nombre très variable de signes. Il comprit également que le plus simple d’entre eux, qui ne comportait qu’une quarantaine de caractères, devait être au moins en partie de nature alphabétique. La disposition des textes laissait d’autre part supposer qu’il s’agissait de trilingues, mais dont les trois versions restaient énigmatiques, toutes écrites en langues inconnues.

Dans son périple de retour, il passa aussi par Mossul, et pût donc visiter Ninive. Là, ayant compris que la ville se composait de deux tells (=collines artificielles) il en traça le premier le plan. De retour au pays, il obtint des postes dans l’administration mais il pris le temps de publier son récit de voyage intitulé Voyage en Arabie traduit en français et édité en 1774, ainsi que le premier volume de sa Description de l’Arabie traduite et publiée en 1772. Il entreprit aussi de publier les travaux de son ami le naturaliste suédois Pehr Forsskål, sous le titre Descriptiones animalium, Flora Aegyptiaco-Arabica et Icones rerum naturalium (Copenhague, 1775-1776). Il est élu membre étranger de l’Académie royale des sciences de Suède en 1776 et associé étranger de l’Académie des inscriptions et belles lettres en 1802. Il morut à 82 ans et en 1837, 22 ans après sa mort, sa fille publia le quatrième et dernier volume de sa Description de l’Arabie. Son fils Barthold, qui fut un éminent historien de la Roma antique, publia à Kiel en 1817 un court récit de la vie de son père, qui fut publié en anglais en 1838.

Ses œuvres, empreintes d’une acuité d’observation remarquable et d’une rigoureuse conscience, ont longtemps été des classiques de la géographie, de l’ethnologie et de l’archéologie des pays visités. Cela explique en partie le succès de ses œuvres: des traductions de ses récits furent publiées plusieurs fois pendant sa vie, et en 1792 à Edimbourg fut publiée un résumée en anglais des trois premiers volumes de ses œuvres. ☝︎

❍ ❍ ❍

Maurice Chéhab
(Homs, 27/12/1904-Beyrouth, 24/12/1994)
par Laura Battini

La longue vie de Maurice Chéhab est marquée par l’histoire de son pays, le Liban, et par ses activités d’archéologue, historien et haut fonctionnaire libanais. Issu de l’une des plus importantes famille du Liban, il naît en 1904 sous l’empire ottoman à Homs (Syrie), où son père exerce le métier de docteur. Il arrive au Liban avec sa famille en 1920, au moment donc où le pays est reconnu comme état indépendant même si placé sous protectorat française. Élève du collège jésuite de Beyrouth, obtenu son baccalauréat française en 1924, il poursuit ses études à Paris : Sorbonne, École Pratique des Hautes Études, Louvre, et Institut Catholique. Rentré au pays, il est tout de suite nommé Conservateur du Musée National, et devient en 1942 Directeur du Service des Antiquités du Liban, poste qui gardera jusqu’à l’âge de 78 ans (1982).

Son activité se concentre ainsi en trois secteurs importants : 1) susciter des vocations et une bonne formation locale théorique (universitaire) et pratique afin de garantir une nouvelle génération d’archéologues. Lui même enseigna à l’Université; 2) doter le pays de toute la structure administrative nécessaire à une bonne direction des antiquités. Cette structure se basait sur un service central installé au Musée national d’où dépendaient des circonscriptions régionales dirigées par des inspecteurs nommés; 3) développer les fouilles locales en travaillant avec des équipes internationales et faire connaître l’histoire de son pays partout.
Il confie la direction des nouvelles fouilles de Sidon à M. Dunand, qui dirigeait déjà depuis le mandat français les fouilles de Byblos; de Tell Arqa à l’antenne locale de l’IFAPO (Institut Français d’Archéologie du Proche Orient), puis dirigée par Jean-Paul Thalmann (Université de Paris I); de Kamid el Loz à une mission allemande de Saarbücken. Et lui même dirige la grande fouille de Tyr, à laquelle il dédiera aussi des publications importantes, secondé par sa femme, qui, précieuse collaboratrice, l’aida particulièrement dans l’abondant matériel archéologique et dans la préparation des publications.

Mais Maurice voulait découvrir toute l’histoire de son pays: à côté du dégagement et de la restauration du grand sanctuaire de Baalbek (l’ancienne Héliopolis des romains, qui avait été précédée par une ville phénicienne et encore avant par une ville de l’âge du bronze), il s’engagea dans la découverte des temples et sanctuaires du mont Liban d’époque romaine, dont les plus connus sont ceux de Niha et de Sfiré. Il dégagea et restaura aussi la ville omeyyade d’Anjar, ainsi que le palais des émirs du Liban à Beit ed-din, aménagé en résidence d’été des présidents de la République. Et ce ne sont que les quelques actions d’une longue liste d’interventions diverses, fouilles et restaurations, réparties sur l’ensemble du pays.

Pendant quarante ans, Maurice Chéhab a su diriger l’exploration archéologique du Liban d’une manière très efficace, très intelligente et avec une grande aisance des manières, ce qui lui ont valu une réputation internationale et des les honneurs variés, dont aussi des décorations et des nominations dans des institutions savantes à l’étranger. Puis, la guerre intestine du Liban à partir de 1975 affecta aussi le Service des Antiquités. Au péril de sa vie, pas plus très jeune, Maurice n’abandonna pas son poste, prit des mesures de sauvegarde pour les collections du musée et dans des locaux situés sur la ligne de front, et réussit à protéger ce patrimoine national et à le laisser à des successeurs préparés. Son oeuvre a pu continuer après lui et cela est peut-être la plus belle réussite de toute une vie. ☝︎

❍ ❍ ❍

Victor Scheil, le “Champollion lorrain”
(Kœnigsmacker, Moselle, 10 juin 1858;
Paris XIVe arr., 21 septembre 1940)
par Laura Battini

Né dans une famille aisée de la Lorraine annexée (il demande la nationalité française en 1875), Jean Scheil suit l’exemple de son grand frère Nicolas (devenu Sébastien dans les ordres dominicales): après des études classiques au collège de Sierck, il continue au petit séminaire de Montigny et au grand séminaire de Metz, pour être admis chez les dominicains en 1881. Ayant accompli son noviciat à l’étranger, il est ordonné en 1886 en Corse, puis l’année d’après devient lecteur en théologie. Il s’inscrit à l’École pratique des hautes études (EPHE) pour suivre les cours d’égyptologie de Gaston Maspero et d’assyriologie d’Arthur Amiaud mais il fréquente aussi les cours de Jules Oppert au Collège de France.

Le Père Scheil dans les années de jeunesse (Archives dominicaines de la Province de France)
Le Père Scheil dans les années de jeunesse (Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne)

Remarqué par ses professeurs pour ses dons, il commence vite à publier des textes, et des nombreux articles, d’abord en égyptologie puisque il est envoyé au Caire en 1890 comme membre de l’Institut français d’archéologie orientale. C’est là qu’il commence sa carrière archéologique, avec la participation aux fouilles de Thèbes. En 1892, il s’établit à Constantinople appelé par le conservateur du musée impérial, Hamdy Bey, pour établir le catalogue des collections orientales, dont huit cents inscriptions cunéiformes non encore étudiées. Après une participation aux fouilles d’Ernest Chantre à Boghazköy (1893), à la demande du gouvernement ottoman, le Père Vincent Scheil  est chargé en 1894 de la direction des fouilles à Abou Habba (ancienne Sippar). Chargé de cours d’assyriologie à l’EPHE (1895), il est choisi par Jacques de Morgan, directeur des fouilles archéologiques en Perse à Suse, comme épigraphiste (1898). Le nombre de textes découverts en sumérien, en babylonien, en élamite lui permet de publications serrées, année après année, jusqu’à la fin de sa vie, avec un travail obstiné et reconnu par ses contemporains. C’est à lui qu’on doit la première publication du Code d’Hammurabi, fraîchement découvert à Suse, emporté par un raid élamite de Sippar à Suse et publié trois mois après sa découverte. C’est grâce à lui que la civilisation de l’Elam commence à être connue. Son travail sur les documents en langue élamite a fait avancer la compréhension de cette langue et culture au point que jusqu’au début des années 1970, sa restitution sur l’histoire élamite et le rôle joué par la ville de Suse est restée en usage; et que toute analyse nouvelle de l’histoire élamite reste tributaire des travaux de Vincent Scheil et de son déchiffrement de la langue élamite, -ce que lui avait appelé « anzanite » du nom géographique Anzan (Anshan). C’est à lui aussi qu’on doit l’identification du « proto-élamite », nom qui reste encore aujourd’hui pour indiquer un stade archaïque de la langue élamite et qui n’est toujours pas déchiffré. C’est pour toutes ces raisons que il a été surnommé le « Champollion lorrain ».

Sa notoriété internationale lui valent de faire partie des premiers membres de la Commission pontificale pour les affaires bibliques fondée en 1902 et de recevoir le titre de Maître en théologie par on ordre en 1914.

Vincent Scheil dans son bureau à la Sorbonne. (Archives dominicaines de la Province de France)
Vincent Scheil dans son bureau à la Sorbonne. (Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule éds, Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne)

Après avoir raté de peu une chaire au Collège de France, Vincent est élu à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres en 1909, et il devient officier de la Légion d’honneur (1923) après avoir été élu Chevalier de la Légion d’honneur (1900). Les dernières années de sa vie sont partagées entre ses cours à l’EPHE, l’Académie, les nombreuses publications (16 volumes des MDP8 et des nombreux articles) et la direction de la Revue d’assyriologie (avec François Thureau-Dangin). Il s’éteint à 81 ans et est enterré auprès de son frère, le père Sébastien, disparu en 1931.☝︎

❍ ❍ ❍

Yigael Yadin
(Jérusalem, 21/03/1917 – Hadera, 28/06/1984 )
par Laura Battini

Yigal Yadin
Yigal Yadin

La figure de Yigael Yadin, père de l’archéologie d’Israël, est l’une de plus fascinantes et polyédriques de la génération des “inventeurs” de l’archéologie proche-orientale. Raconter sa vie est aussi retracer l’histoire de la formation de l’État d’Israël.
Né Yigael Sukenik ,  d’un père archéologue et d’une mère institutrice et militante des droits des femmes, dans un pays encore dépendant de l’empire ottoman (en 1917) – comme à la même époque la Jordanie, la Syrie, le Liban, l’Irak – Yigael, frère de l’acteur Yossi Yadin, s’engage à 15 ans dans l’organisation Haganah qui lui donne son nom de code Yadin de la racine du verbe “juger”. Il s’agit d’une organisation paramilitaire sioniste créée en 1920 pour défendre les Juifs d’éventuelles attaques par les Arabes9. Lors de la guerre civile de 1948 en Israël, cette association affronte violemment les Arabes et est responsable en grande partie de leur exode. En 1948 elle devient partie intégrante de Tsahal, l’armée israélienne, avec d’autres organisations militaires, mais Yigael s’en était détaché depuis deux ans et a repris les cours à l’Université, en obtenant à 28 ans (en 1945) la maîtrise. Rappelé peu après par David Ben-Gourion, il devient chef des opérations pendant la guerre d’indépendance d’Israël (1947-8) qui était à l’époque encore sous mandat anglais. Pendant la Révolution des généraux, Yigael accuse Ben Gourion de vouloir transformer l’armée en armée d’un seul parti politique et menace de démissionner. Élu chef des Forces Israéliennes de défense (chef d’État Major) en 1949, il y reste jusqu’en 1952, démissionnant pour problèmes d’entente avec le Premier ministre Ben Gourion qui voulait réduire le budget de l’armée. Yigael avait continué ses études à l’Université où il obtient son doctorat en 1955. Avec le doctorat en poche, il commence à fouiller d’abord à Hazor (1955–58; 1968), la première grande fouille du nouveau État d’Israël, puis dans les grottes de la Mer Morte (Bar Kokhba, 1960–61),  à Masada (1963–65) et enfin à Megiddo (1966-1967) et dans d’autres sites encore, tous chantiers devenus “mythiques”. Après avoir reçu le prix d’Israël en 1956, qui récompensa sa thèse, une traduction des manuscrits de la Mer Morte, il devient professeur d’archéologie à l’Université hébraïque de Jérusalem (1959) et reçoit aussi quelques années plus tard (1964) le prix Rothschild pour les sciences humaines. En 1968, il fut nommé rédacteur en chef du journal archéologique “Kadmoniot”. Très apprécié comme professeur, il enseigne d’une manière dynamique et attrayante pendant les cours théoriques et très scientifique et rigoureuse pendant les fouilles. Et comme tout bon professeur, il incite et encouragea les jeunes générations d’archéologues.

Mais Yigael resta toujours engagé : pendant la guerre des 6 Jours (juin 1967), il devint expert militaire du Premier Ministre Levi Eshkol, et pendant la Guerre du Kippour (1973) il fit partie de la commission créée pour analyser les actions menant à la guerre.
En 1976, avec de nombreuses autres personnalités publiques Yigael créée Dash, le Mouvement démocratique pour le changement, contre la corruption et comme réponse au sentiment croissant de frustration et de désespoir au lendemain de la guerre de 1973 et aux développements sociaux et politiques qui ont suivi. De nombreuses personnes considéraient Yadin, guerrier et érudit, comme le prototype par excellence de l’idéal israélien, non corrompu, qui pourrait conduire le pays sur une nouvelle voie.
Devenu vice-Premier ministre (1977) et député de la Knesset (Parlement monocaméral d’Israël), Yigael joue un rôle central dans de nombreux événements, surtout dans les contacts avec l’Égypte, qui ont conduit à la signature des accords de Camp David et au traité de paix entre Israël et son voisin.

Yigal Yadin à la Knesset
Yigal Yadin à la Knesset

Néanmoins, le parti Dash fut un échec : il s’est divisé en plusieurs factions dissidentes ; Yadin a fini par siéger comme député indépendant pour le reste de son mandat et par prendre sa retraite politique en 1981. Trois ans plus tard un infarctus l’achève, laissant derrière lui son épouse Carmela (née Ruppin), qui travaillait avec lui en éditant et traduisant ses livres, et deux filles, Orly , devenue productrice et réalisatrice, aujourd’hui résidant à Londres et Littal, architecte et urbaniste, résidant à Jérusalem.

Avec William F. Albright, Yigael fut l’un des principaux représentants des débuts de l’archéologie biblique. Au cours de ses fouilles, Yadin a travaillé avec des milliers de volontaires israéliens et étrangers et a formé une nouvelle génération de jeunes archéologues en Israël. C’est lui qui a créée le Département du Livre au sein du Musée de Jérusalem pour le stockage, la conservation et la présentation publique des manuscrits de la mer Morte. C’est lui qu’en tant que conférencier renommé, a contribué à diffuser les connaissances archéologiques auprès du grand public. Il a acquis une renommée internationale grâce à ses traductions des manuscrits de la mer Morte et grâce aux fouilles du site spectaculaire de Massada. Même si certaines des ses idées sont en partie remises en question, surtout sa foi en le fait que l’archéologie “prouve” la Bible, il avait une vision “expérimentale” et pragmatique qui lui permettait de comprendre plus en profondeur les restes archéologiques, comme démontre son livre sur la guerre The Art of Warfare in Biblical Lands in the Light of Archaeological Discovery, 2 vol. (1963). On peut citer d’autres livres très connus écrits dans une vie si mouvementée, au moins The Message of the Scrolls (1957), Hazor, 3 vol. (1958–62), et Masada: Herod’s Fortress and the Zealots’ Last Stand (1966).
Il est certes difficile de se faire une idée d’une personne par ses actions et ses engagements : il paraît pourtant un personnage qui a voulu vivre sa vie intensément, qui a eu foi en des idéaux pour lesquels il a le courage de combattre et de lutter, un homme intègre vivant dans des moments politiques troubles , cherchant à agir pour changer la société, peut-être un peu utopiste, mais tout de même un passionné, quelqu’un qui ne se laisse pas vivre et qui sent l’engagement pour les autres jusqu’au fond.☝︎

❍ ❍ ❍

Léon Alexandre Heuzey
(Rouen, 1/12/1831-Paris, 08/02/1922)
par Laura Battini

Esprit multiforme et avide de connaissances, Léon est un archéologue qui va s’intéresser à la Grèce, à l’Orient et à l’art ibérique. Né à Rouen d’une riche famille, il commence les études dans sa ville natale avant de s’inscrire au lycée Charlemagne de Paris. Après avoir fréquenté l’École normale supérieure, et avoir passé l’agrégation d’histoire, il devint membre de l’École d’Athènes en 1855, tout comme G. Perrot, son ami des temps du lycée, et N. Fustel de Coulanges. L’école d’Athènes commençait alors à s’ouvrir à la recherche archéologique et c’est dans cette voie que Léon, ainsi que G. Perrot, s’engagent. Entre 1855 et1856, Léon conduit une première expédition au mont Olympe puis en Acarnanie et il fait deux découvertes importantes: le tombeau peint de Pydna et la résidence royale de Palatitza. Retourné en France avec un poste de professeur dans un lycée de Lyon, il obtient un congé pendant lequel il entre en contact avec Mme Cornu, proche de Napoléon III.
Ce dernier est en train d’écrire une Histoire de Jules César et d’organiser des missions topographiques et historiques sur les lieux des grandes batailles de César. Ainsi en 1858, Léon se retrouve à la tête d’une mission archéologique en Macédoine (1858) pour le compte de Napoléon III, engage afin d’identifier le champ de bataille de Philippes. Les rapports de fouilles de cette mission, publiés en 1876, connaissent un très grand succès. Nommé en 1863 (et jusqu’en 1908) Professeur d’histoire et d’archéologie à l’École nationale des Beaux-Arts, les honneurs se succèdent : Chevalier de la Légion d’honneur en 1865, conservateur adjoint au Département des antiquités grecques et romaines du Louvre en 1870, puis conservateur dans le même département en 1875 et enfin directeur du Département des antiquités orientales et de la céramique antique au musée du Louvre en 1881, Officier de la Légion d’honneur en 1889, puis Commandeur en 1896 et Grand officier en 1903 pour finir à avoir un an avant sa mort la plus haute reconnaissance française, la Grande Croix de la Légion d’honneur en 1921.

En 1874, il est élu aussi membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, position qui lui permet de prêter main forte au développement de l’archéologie française en Orient: il contribue à subventionner les travaux que le vice-consul de France à Bassora, E. de Sarzec, a entrepris à Tello et à créer le Département des antiquités orientales, enrichi grâce aux découvertes dégagées à Tello, notamment les statue en diorite de Gudea. Et c’est en Gudea d’ailleurs que l’éminent savant se fait représenter !

Léon Heuzey en Gudea au Louvre, 1886
Léon Heuzey en Gudea au Louvre, 1886

Si depuis l’écriture du catalogue des figurines grecques en terre cuite du Louvre (Catalogue des figurines antiques de terre cuite du musée du Louvre, 1882), dont il est le premier à saisir l’importance, Léon a commencé à croire à l’existence d’une influence réciproque de la Grèce et de l’Orient, avec les nouvelles découvertes orientales on peut dire que Léon d’«helléniste» devient « oriental ». Il consacre ainsi plusieurs livres à cette nouvelle discipline, en essayant de retracer l’évolution des styles des œuvres d’art (Catalogue des antiquités chaldéennes,1902; Découvertes en Chaldée, 1906, avec G. de Sarzec) et en fixant le cadre d’une science nouvelle (Découvertes en Chaldée par Ernest de Sarzec, deux vol., 1884-1912;  Nouvelles Fouilles de Tel/o par le commandant G. Cros, 1910-1914, avec F. Thureau-Dangin; Histoire du costume antique d’après des études sur le modèle vivant, Paris, 1922). C’est lui d’ailleurs qui avec une avance très surprenante par rapport à son temps publiera Les Origines orientales de l’art, 1891- 1915 !

Un autre tournant dans la vie de Léon est l’intérêt pour l’art ibérique : à partir de 1890 une série d’articles lui seront consacrés, ainsi qu’un voyage pour identifier des objets dont l’authenticité est controversée. Il les authentifie en y reconnaissant des influences grecques et phéniciennes, ce qui est confirmé par l’achat et l’étude de la célèbre dame d’Elche. Les dernières années seront studieuses, toutes dédiées à la publication de nombreux ouvrages. Malgré les épitaphes et nécrologies variés qui en soulignent la rigueur des analyses, la profondeur des connaissances et l’originalité des idées, Léon reste tout de même un homme qui a su prendre goût à la vie sans se prendre trop au sérieux, comme montre cet image de lui en Gudea à l’âge de 55 ans !☝︎

❍ ❍ ❍

Adnan ibn Rafîq al-Bounni, عدنان إبن رفيق البني,
(Homs, 8/06/1926-Damas, 21/10/2008),
une vie pour l’archéologie syrienne
par Laura Battini

Adnan Bounni fut l’un des pionniers de l’archéologie syrienne. Né à Homs en 1926, il fit des études d’histoire à l’Université de Damas. A moins de 30 ans il se retrouve à la tête de la DGAM syrienne, position qui gardera pour une cinquantaine d’années. Malgré le travail énorme que cette position demandait, il a toujours fait de l’archéologie de terrain, aidé par un grand architecte et archéologue, Nessib Saliby. D’abord il s’est intéressé à la Citadelle de Damas, puis à ‘Amrith, Homs (fouilles de sauvetage dans les catacombes), Oumm Hawran (nécropole romaine), Tell Kazel et Palmyre. Pendant ces différentes fouilles il est entré en contact avec des archéologues et historiens de différentes nationalités et intérêts, ce qui a contribué à rendre ses recherches toujours pertinents et très intéressantes. A ‘Amrith, il a étudié la civilisation phénicienne en étroite collaboration avec Maurice Dunand et Nessib Saliby. A Palmyre il a collaboré avec Sélim Abdulhak, Henri Seyrig, Daniel Schlumberger, Jean Starky, Ernest Will, Paul Collard et Christiane Dunant.
Ces contacts lui ont permis de maîtriser parfaitement l’archéologie palmyrénienne, structurant un solide programme de fouilles qui lui a fait entreprendre des dégagements spectaculaires, comme le Temple de Nabu, l’annexe de l’Agora, les thermes et certains éléments architecturaux des rues. Il a lancé aussi un grand projet de sauvetage des tombeaux et nécropoles de Palmyre ainsi que dans la fouille et la restauration des principaux édifices situés le long de la rue principale, de l’Arc monumental au Tétrapyle. Et pour faciliter la continuité du projet, il a formé une équipe de chercheurs et de techniciens composée principalement de Nessib Saliby, Oubeid el-Taha, Nazmi Kheir, Zaki el-Amir, Moustafa Mamlouk et Khaled Assad10. En publiant sous sa direction les rapports de fouilles définitifs, les équipes allemande, française, suisse et polonaise qui ont fouillé sur le site ces deux derniers siècles ont reconnu l’importance de l’engagement d’Adnan Bounni. Cette publication a fait date parmi les publications scientifiques de l’archéologie syrienne.

Le projet de la création du barrage de Tabqa sur le moyen Euphrate syrien a occupé Adnan entre la fin des années ’60 et les années ’70. Ce barrage, en effet, pensé pour les besoins énergétiques et hydrauliques de la région du moyen Euphrate, a créé un lac artificiel (lac d’Assad) de 640 km2 sur une longueur de 80 km qui a supprimé de la carte archéologique syrienne des nombreux sites. Pour relever ce défi majeur, Adnan a mis en place une campagne internationale de fouilles soutenue par l’UNESCO à laquelle ont participé des équipes de tous pays, du Japon à l’Europe, à l’Amérique. Les fouilles de sauvetage, commencé avec la construction de la digue (1968) ont dû cesser à différents moments suivant le remplissage du lac et se sont définitivement arrêtées en 1976. Adnan n’a pourtant pas oublié de pousser les différentes équipes à publier les rapports définitifs de fouille. Lui même a donné une synthèse des résultats obtenus, grâce au soutien de l’American School of Oriental Research, et a organisé à Alep une exposition des principaux objets découverts et enfin a présidé un colloque organisé par Jean- Claude Margueron à Strasbourg sur le moyen Euphrate.

Après la fin de cette colossale entreprise scientifique, Adnan a organisé le IXe Congrès International d’Archéologie Classique,
tenu à Damas en octobre 1969 (350 participants représentant une centaine d’institutions scientifiques) et a débuté un nouvel programme sur la côte, en revenant ainsi à l’une de préoccupations de ses débuts. Tout en s’occupant de la publication colossale du Congrès d’archéologie classique (publié dans un volume spécial des Annales Archéologiques Arabes Syriennes) dont déjà en 1969 avait donné un premier compte-rendu en français et en arabe, il co-dirige avec Jacques Lagarce. la fouille de Ras Ibn Hani, fondamentale pour mieux cerner la civilisation ougaritique mais aussi pour la compréhension des premières installations des Peuples de la mer et pour les époques plus tardives (hellénistique et byzantine). Il a aussi ouvert des chantiers de fouilles dans la région côtière à Tell Sianu, a favorisé des prospections archéologiques dans la région de Jablé (sites de Mseitbé à Jablé, Tell Toueini et Tell Iris).

Avant sa retraite en 2000, il a organisé un dernier colloque en 1992 sur Palmyre (‘Palmyra and the Silk Road’) dont il a édité les actes dans un numéro spécial des Annales Archéologiques Arabes Syriennes. Il a par ailleurs publié de nombreux ouvrages spécialistes et techniques dont les propos sont relatifs à l‘archéologie et à l’histoire de la Syrie ancienne. Et il a créé toute l’archéologie syrienne, il est véritablement le père de l’archéologie syrienne, ses programmes, ses orientations et sa philosophie de la coopération scientifique ont profondément marqué l’archéologie syrienne, ses étudiants sont devenus à leur tour des personnalités importantes et aussi estimées que lui. Ce pionnier de l’archéologie syrienne a atteint une notoriété internationale, et il a été toujours disponible pour ses élèves ainsi que pour les collègues qui venaient travailler en Syrie. Sa foi dans les échanges scientifiques et dans les collaborations internationales en a fait une force d’une exceptionnelle importance pour faire avancer la compréhension du passé extraordinaire de la Syrie. ☝︎

❍ ❍ ❍

Halet Çambel
(Berlin, 27/08/1916-Istanbul, 12/01/2014)
par Laura Battini

Halet Çambel est une figure parmi les plus riches de la génération des pionniers de l’archéologie proche-orientale, et l’une des rares femmes. Par exemple, elle participe aux Jeux Olympiques de 1936 (escrime), devenant, avec sa collègue Suat Fetgeri Aşeni, la première athlète olympique féminine turque et musulmane.

Elle a la chance de naître dans une riche famille turque, qui comptait des grands vizirs parmi ses aïeuls. Son père avait participé à la guerre de libération, était un proche collaborateur de Mustafa Kemal, il avait travaillé à ambassade turque, il avait beaucoup vécu en Europe.
C’est en effet à Berlin, où son père était attaché militaire auprès de l’ambassade de Turquie, que naît Halet. Elle fait ses études à Istanbul (lycée américain pour filles d’Arnavutköy, Université) et à Paris (Sorbonne, École Pratique des Hautes Études et École du Louvre ; entre 1934 et 1939) avant de revenir au pays comme assistante du professeur Helmuth Theodor Bossert (Université d’Istanbul). C’est ici qu’elle soutiendra sa thèse de doctorat en 1944 et deviendra l’équivalent de maître de conférences en 1947. En 1960 elle devient professeure, après un séjour de deux ans comme professeur invité en Allemagne (Université de Sarre) et fonde l’Institut de Préhistoire. Ce laboratoire attire des nombreux chercheurs locaux et internationaux, grâce à ses collections de référence d’Anatolie, du Proche Orient et des Balkans, et devient ainsi un lieu de rencontre privilégié pour les étudiants et spécialistes du monde entier. En 1976 Halet contribue à la fondation d’une unité d’archéométrie au sein du Centre de Recherches Scientifiques de Turquie (TÜBİTAK). En 1984 le titre de professeur émérite lui est attribué.

A partir de 1946 elle dirige les fouilles de Karatepé, en Cilicie, d’abord avec son professeur et puis dès 1952 seule. Elle continuera à y travailler pendant plus de 60 ans, elle continua à y aller chaque été même après la retraite, à plus de 90 ans. Elle a mis ainsi au jour un complexe palatial fortifié, des inscriptions bilingues en phénicien et en louvite, de nombreux bas-reliefs et sculptures dans celle qui se révèle être l’ancienne cité néo-hittite d’Azatiwataya (VIIIe s. av. J.-C.). Les inscriptions bilingues permettront une avancée décisive dans le déchiffrement des hiéroglyphes hittites. Les sculptures et les bas-reliefs formeront le premier musée à ciel ouvert de Turquie, après des longues discussions entre Halet qui veut les laisser sur place et les autorités qui veulent les transporter au musée.

Un autre site cher à Halet est Caayönü dans le sud-est anatolien (Diyarbakır), où elle fouille à partir de 1964 en collaboration avec Robert J. Braidwood (université de Chicago: voir la biographie ci-dessous). C’est un site important pour comprendre le processus de néolithisation de la société, notamment le passage à la production de céramique, à la domestication des animaux et à l’apparition de l’agriculture. Les fouilles de Çayönü sont encore aujourd’hui un exemple pour l’interdisciplinarité des travaux archéologiques: Çambel et Braidwood firent appel outre aux archéologues à des architectes, topographes, paléobotanistes, paléozoologues et paléoanthropologues.

Halet a participé à des fouilles et des prospections archéologiques dans d’autres sites et régions: à Yazılıkaya/Midas Şehri (1948-49) en collaboration avec l’Institut Français d’Archéologie de Stamboul (aujourd’hui IFEA), à la nécropole de Birlis et de Söğüt Tarlası (Urfa-Bozova, 1964), à Girikihacıyan (Diyarbakır, 1968-70). Elle a aussi contribué à l’organisation de la prospection archéologique systématique de la région inondable du barrage de Keban en 1966. Toute cette intense activité de terrain ne l’empêche pas pour autant de continuer à enseigner et à rédiger des nombreuses publications. Mais il y a un trait de Halet qui mérite d’être souligné car il est rare chez les archéologues, son intérêt pour les gens des villages où elle travaillait.
Elle allait à la rencontre des paysans pour leur apprendre à mieux utiliser les ressources naturelles et le savoir-faire ancestral dont ils disposent. Sur ses conseils, les paysannes se remettent à utiliser des colorants naturels délaissés depuis longtemps pour les kilims qui sont vendus par le biais d’une coopérative fondée dans ce but. Elle combat aussi pour augmenter le taux de scolarisation des jeunes filles, très faible à l’époque. Alors, elle devient un personnage très connu et apprécié parmi les villageois, une conseillère et une protectrice, la grande sœur (abla en turc) de tous les villageois. Toutes les femmes en difficulté venaient la voir et toute personne en difficulté s’adressait volontiers à elle pour résoudre ses problèmes.

« En archéologie, on observe toujours ce qui est sous la terre. Mais il y a aussi le dessus. En général les archéologues ne font pas cas de cela. Halet a appris et aimé ce qui est sur terre autant qu’un être humain pouvait le faire. Elle a aussi appris à ceux qui voulaient l’apprendre, comment comprendre, aimer le monde »  (Yaşar Kemal, 2011).☝︎

❍ ❍ ❍

Kurt Bittel
(Heidenheim, 5/07/1907- Heidenheim, 30/01/1991)
par Laura Battini

Né à Heidenheim dans le Sud de l’Allemagne, il commence très tôt à s’intéresser à l’archéologie : à peine adolescent, il fouillait dans le castellum près de sa maison et dans beaucoup de petits tertres funéraires à proximité de sa ville natale. Avant d’entrer à l’Université, il continua à fouiller un peu partout en Allemagne, en découvrant de nombreux sites préhis­toriques: parmi d’autres, il participa aux fouilles du tumulus funéraire hallstattien entre Oggenhausen et Nattheim et aux campagnes de fouille de la Württemberg Anthropologischen Verein. Après des études en pré- et protohistoire à Heidelberg, Berlin, Vienne et Marbourg, il obtient son doctorat à l’âge de 22 ans avec une dissertation sur “Latène en Wurtemberg”, sous la direction du Prof. Gero von Merhart (Marburg). Cette dissertation, qui a été publiée en 1934 sous le titre “Les Celtes de Wurtemberg”, comprenait, en plus du traitement du matériel archéologique, les traditions ancestrales écrites et orales locales de lieux et de cours d’eau, qui sont connus pour changer le moins pendant les siècles. Pris comme assistant en 1929 pour la préparation du centenaire de l’Institut allemand d’archéologie à Berlin, l’année d’après il est affecté à la Römisch-germanische Kommission à Francfort comme collaborateur scientifique. En 1931 il reçoit une bourse de voyage (Reisestipendium) du DAI (= Deutsches Archaeologisches Institut, l’Institut archéologique allemand), qui le mène en Égypte et, sous conseil du grand historien antique Eduard Meyer, en Turquie. En Egypte il participe aux fouilles de Ma’adi et Merimde et son intérêt pour ce pays ne l’a jamais abandonné: en 1985-87 il effectuait encore des excursions en Egypte à près de 80 ans. Arrivé en Turquie, d’abord il collabore aux fouilles américaines d’Alisar sous la direction de Hans Henning. Peu de temps après, il se voit confier la direction des fouilles que le DAI rouvre à Bogazköy, l’ancienne Hattusa, capitale du royaume hittite: il prend ainsi la suite de l’allemand H. Winckler et du turc T. Macridy Bey. Appliquant une méthode scientifique de fouilles, il comprend la stratigraphie du site, découvre des archives de tablettes très importantes et des bâtiments officiels. Dans sa compréhension des vestiges archéologiques une part importante ont eu aussi ses collaborateurs, tous d’un grand calibre, comme les épigraphistes Hans Gustav Güterbock et Heinrich Otten ou comme l’architecte R. Naumann, qui en 1937 le rejoint sur le site pour l’assister. Pendant la IIe Guerre Mondiale, resté à Istanbul comme professeur invité de l’Université d’Istanbul, il exerça une profonde influence sur les futurs archéologues turcs.
Au dire de ses élèves, son enseignement était aussi stimulant que sa recherche. Malgré une adhésion au parti national-socialiste, il ne manquait pas de courage : il a continué à publier les livres de Hans Gustav Güterbock, juif et expatrié, acte terrible sous le IIIe Reich. Et comme tous les allemands de sa génération, il a été profondément marqué par l’histoire de l’Allemagne, et à la fin de sa vie la paix et la compréhension internationales étaient devenues un souhait constant que lui même avait appliqué, ayant souvent vécu à l’étranger. Investi de la présidence du DAI à Berlin en 1944, Bittel laisse la direction de Bogazköy à R. Neumann. Revenu en Turquie comme directeur de l’Institut allemand en 1952, il reprend les fouilles à Bogazköy, fouille aussi le sanctuaire rupestre de Yazilikaya, et d’autres sites comme Alaca Hüyük, lmamkulu, Hanyeri, Sirkely, Demirci Hüyük et Troie. Il continue toujours à fouiller Hattusa, avant de passer progressivement le relais à un de ses élèves, Peter Neve, qui prend la direction effective des fouilles en 1978.

Nommé professeur à l’Institut de préhistoire de l’Université de Tübingen, il renoue avec l’archéologie nationale particulièrement du Sud de l’Allemagne. Elu président du DAI à Berlin en 1960, il oeuvre avec acharnement pour l’archéologie nationale et pour le développement des fouilles allemandes à l’étranger. Ainsi, il installe l’Institut de Rome dans un nouveau bâtiment, il fonde Institut archéologique allemand à Téhéran et il confie à H. von der Osten et R. Neumann la direction du site sassanide à Takht­ i-Suleiman (Iran). Même après la retraite il a continue à publier et à développer ses recherches sur Bogazköy, sur la préhistoire de la région d’Heidenheim et du Würtemberg et sur ses souvenirs (il avait commencé un livre sur son ami et collègue R. Naumann).
Les nombreuses distinctions reçues récompensent son travail de terrain double- en Orient et en Allemagne- et son investissement dans l’organisation de la recherche allemande à l’étranger. Parmi ces distinctions, il faut citer au moins la Grande Croix du Mérite de la République Fédérale d’Allemagne (1955), la Décoration Autrichienne pour les Sciences et l’Art (1978), l’Ordre du Mérite du Baden-Württemberg (1982), la Grande Croix étoilée du Mérite de la République Fédérale d’Allemagne (1984). Il a reçu aussi le doctorat honoris causa de l’Université d’Istanbul (1969) et de l’Université d’Eskişehir (1990). Enfin, il a été élevé au rang de citadin d’honneur de sa ville natale. Son ouvrage sur les Hittites, traduit en 7 langues, montre combien Bittel a su transmettre la civilisation hittite grâce à une connaissance profonde et prolongée. De lui Edith Porada, une autre archéologue exceptionnelle, du groupe des fondateurs ‘mythiques’ de la discipline, a dit qu’il avait une connaissance encyclopédique de l’Asie Mineure, unie à un travail acharné et une vision constante de l’héritage culturel. L’importance de la tradition, le fort attachement à la mémoire du passé, le respect des générations d’archéologues et d’historiens qui l’avaient précédé sont des qualités de Bittel que ses disciples et collaborateurs ont souvent rappelé. Alors il est vrai que avec lui a disparu « einer der ganz großen Archäologen dieses Jahrhunderts (…), einer, bei dem Beruf und Berufung in höchstem Maße zusammenfielen » (=l’un des plus grands archéologues de ce siècle, pour lequel travail et passion coïncidaient).  ☝︎

❍ ❍ ❍

Sabatino Moscati
(Rome, 24/11/1922-Rome, 8/09/1997)
par Laura Battini

Né à Rome dans une famille juive, à cause des lois fascistes de Mussolini il ne put fréquenter l’Université et il se forma à l’Institut Biblique Pontifical en hébreu, arabe et akkadien, sous la direction d’éminents chercheurs comme le Père jésuite allemand Pohl. Après la guerre Moscati obtint un second diplôme à l’Université de Rome et collabora à plusieurs encyclopédies. En 1948, pour purger les pages écrites du Fascisme, il écrivit des articles sur l’antisémitisme et les Juives, sur l’histoire de l’Holocauste, et tout particulièrement sur les déportations et les camps de concentration des Juifs du ghetto de Rome.
Il enseigna à l’Université de Florence et à l’Istituto Universitario Orientale de Naples, avant d’obtenir en 1954 un poste de philologie sémitique à Rome, et puis une chaire d’hébreu et de langues sémitiques comparées. A partir des années ’80 il cumula deux postes universitaires, un à La Sapienza, l’autre à Tor Vergata (Roma 3). C’est à l’Université de Rome que il a fondé l’Institut du Proche-Orient ancien et en 1969 l’Istituto della Civilizzazione Fenicio-Punica au sein du CNR (=CNRS italien) qui continue encore aujourd’hui. Il a été vice-président de l’Institut pour l’Orient, président de l’ISMEO (=Institut pour le Moyen et Extrême Orient) et de l’Académie Nationale dei Lincei, et directeur de l’Enciclopedia Archeologica au sein de l’Institut Italien de l’Encyclopédie.

Malgré sa formation linguistique, Sabatino fut toujours attiré par l’archéologie et fasciné par la civilisation phénicienne-punique. C’est ainsi que pendant une visite en Israël en 1957 il obtint le permis de fouille pour le site de Ramat Rahel, non loin de Jérusalem. Puis il fut à l’origine des fouilles de Tell Mardikh/Ebla (Syrie), de Mozia (Sicile), de Monte Sirai (Sardaigne) et de Capo Bon (Tunisie). C’est dans ces missions qui se sont formés les étudiants de Sabatino devenus par la suite des fameux orientalistes, comme Mario Liverani, Paolo Matthiae, Enrico Acquaro, Antonia Ciasca. Ces fouilles lui donnèrent aussi une renommée internationale, qui facilita l’obtention de nombreux prix et reconnaissances depuis 1964. Parmi les prix il faut au moins rappeler le Prix Lamarmora pour les recherches sur la Sardeigne, le Prix Selinon pour les recherches sur la Sicile, le Prix Sybaris Magna Grecia pour les recherches en Italie du Sud et le Prix ‘I cavalli d’oro di San Marco’ pour ses recherches orientales. Parmi les récompenses on compte l’élection à l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres comme associé étranger, l’ordre du mérite Italien à la culture et aux lettres, et l’ordre de chevalier de la grande Croix de la République Italienne.

Sabatino Moscati a eu ce rôle extraordinaire d’initiateur de la discipline en Italie: il a eu l’intelligence et la force de vouloir ouvrir à tous les connaissances sur l’Orient, de manière à que l’Orient devienne le 3e pôle de référence pour l’antiquité au même titre que la Grèce et Rome.
Ainsi, au même moment où il fondait à travers ses écrits, son enseignement et ses conférences un centre stable de recherches sur le Proche-Orient en Italie et oeuvrait pour obtenir de nouveaux enseignements (et donc postes universitaires), il multipliait aussi les interventions en milieu non spécialiste: il a écrit des livres grand public et accessibles à tous, il a fondé une revue (Archeo) similaire aux français Dossiers d’Archéologie, il a participé longtemps au programme télévisé l’ «Almanacco del giorno dopo» dans lequel il présentait la rubrique «Les pierres racontent». Et il a participé à plusieurs expositions, dont la plus fameuse fut celle sur les Phéniciens tenue à Venise (Palazzo Grassi) en 1988 qui permise de communiquer à un très large nombre de non-spécialistes les données les plus récentes de la recherche archéologique sur les Phéniciens. C’est peut-être pour cela que l’on l’appela ‘l’inventore dei Fenici’ (=l’inventeur des Phéniciens)’.   ☝︎

❍ ❍ ❍

Tahsin Ozgüç
(12 mars 1916, Kardjali – 28 Octobre 2005, Ankara)
par Laura Battini

Tahsin Ozgüç est l’un des pères (et mères, comme Halet Çambel, dont on va parler fin Août) fondateurs de l’archéologie turque. Né vers 1916 à une époque où la précision chronologique des naissances n’était qu’anecdotique, dans une région qui passait de la Turquie à la Bulgarie (dont aujourd’hui fait partie), il fut vite intéressé par l ‘archéologie. Faisant partie de la première vague d’étudiants fréquentant l’Université d’Ankara, il y obtint ses diplômes jusqu’au doctorat, soutenu en 1942 sur les coutumes funéraires de l’Anatolie préhistorique. C’est à l’Université qu’il connut sa femme, Nimet, elle aussi archéologue devenue ensuite Professeur. Dès 1945, Tahsin commença sa carrière universitaire arrivant au poste de professeur en 1954.
Parallèlement, il continuait l’activité de terrain : en 1946, le tumuli Phrygien à proximité de la tombe d’Ataturk, en 1947, une survey de la plaine d’Elbistan, en 1948 Kültepe, qui deviendra la fouille de Tahsin pour presque 60 ans. Ce site, un des majeurs de la recherche archéologique au Proche-Orient, allait révéler la ville ancienne appelée Kanesh au début du IIe mill. et puis Nesha au milieu du IIe mill BCE. C’était une ville prolifique qui prospérait grâce aux emporia commerciaux (karum en akkadien) installés par les assyriens en Anatolie vers 1900-1700 BCE. Des nombreuses tablettes furent ainsi découvertes : on en compte 27.000 mais les découvertes continuent! Plus de 22.000 viennent des fouilles régulières, à peu près 5000 tablettes des fouilles clandestines pratiquées avant les fouilles officielles de Tahsin. Les tablettes sont écrites en cunéiforme et rédigés en paléo-assyrien, qui est le dialecte akkadien du Nord Mésopotamie au début du IIe mill. BCE. Constituées pour la majeure partie des lettres privées, elles contiennent aussi des textes juridiques (contrats, actes de vente, de prêts, créances, procès-verbaux, verdicts judiciaires), des textes de comptabilité, des exercices scolaires, des incantations, et des textes littéraires. Elles ont permis de comprendre non seulement la « grande histoire » (colonisation commerciale d’une cité-état sur un territoire lointain) mais aussi la vie des gens communs qui ont participé à cette aventure commerciale (marchands assyriens laissant femme et enfants à Assur et se remariant à Kültepe, fonctionnement des entreprises familiales, vie locale –familiale et politique-en Anatolie, relations entre locaux et assyriens….)

Tashin a laissé ce site qui continue à être fouillé tous les ans à sa disciple, Kutlu Emre, elle aussi grande archéologue turque, qui a succédé à son professeur aussi à l’Université, devenant Professeure d’archéologie.
Tashin avait fouillé aussi à Altintepe (1956-64), forteresse urartéenne la plus occidentale, à Masat Höyük (1973-84), ville provinciale de l’empire hittite où il trouva un important archive administratif, ainsi qu’à Horoztepe, Kazankaya, Terga, Ferzant, Kululu et d’autres sites encore… Il a formé toute la nouvelle génération d’archéologues et de directeurs des musées provinciaux. On l’appellait affectueusement « Hocam » « Mon Professeur » ou Bey « Chef». Il a été Doyen de la Faculté de Lettre dans les années agitées des protestes juveniles (1968-69), puis Recteur de l’Université (1969-1980) et enfin vice-président du Conseil de l’enseignement supérieur (YOK), instance créée après le coup d’état de 1980 et la participation à laquelle a valu des reproches à Tahsin. Sa retraite de ce conseil en 1988 a dans tous les cas marqué son retrait de la politique active. Tahsin a été souvent invité à l’étranger, surtout en Europe et aux USA mais aussi au Japon. Pour son engagement, sa passion et ses découvertes archéologiques, il a reçu beaucoup de décorations, prix, et doctorats honorifiques: Grande Croix de l’Ordre du Mérite de la République Fédérale Allemande (1978), l’Ordre du Soleil levant (1990), l’Ordre de la Couronne belge (1991), Doctorat Honoris Causa de la Libre Université de Berlin, de l’Université de Ghent et de l’Université de München. Il a été membre de nombreuses académies: Institute Historique Turc, Institute Archéologique Allemand, British Academy, American Archaeological Institute, Académie bavaroise des Sciences et Lettres, City of London Archaeological Society and Institute of Archaeology in Turkey…Le livre de mélanges qui lui a été dédié est par la richesse et variété des participants un témoignage de la profonde influence de son œuvre.   ☝︎

❍ ❍ ❍

Quelles sont les premières figures de l’archéologie et du Département des Antiquités irakiennes? Lisez la suite….

NAJI   AL-ASIL
(Baghdad 1897- Baghdad, 16/02/1963) par Laura Battini

Né à Bagdad en 1897, après y avoir étudié dans les écoles de Rushdiya et de Nelhamiya, il poursuit ses études à Istanbul et au Medical College de l’Université américaine de Beyrouth, où il obtient son diplôme de médecin à l’âge de vingt ans. Après avoir exercé deux ans seulement, en 1921 le roi Hussein l’envoie à Londres comme porte-parole plénipotentiaire des intérêts irakiens à la Conférence de Lausanne.

Dr. Al-Aseel receives King Faisal II in General Directorate of Antiquities in 1957Rentré en 1925, il poursuit une vie aventureuse exerçant plusieurs fonctions: il fonde avec d’autres l’Université de al-Bayt où il enseigne quelque temps l’histoire ancienne et la philosophie islamique avant d’être nommé au ministère des Affaires étrangères (1932). Forcé à une retraite anticipée à l’âge de 40, il revient sur la scène politique avec sa nomination comme directeur général des Antiquités (1944). Il s’efforce alors de créer et développer une bibliothèque spécialisée, de créer une revue nationale dédiée aux fouilles archéologiques: Sumer, fonctionnant encore aujourd’hui  et publiant en arabe, français, anglais et allemand.
En 1951 il cofonde l’Académie d’Irak à Bagdad, dont il devient président en 1954 et de nouveau en 1961. Sans oublier des missions diplomatiques à l’étranger (Conférence de l’UNESCO en 1946; conférence sur le «problème palestinien» en 1948) et même en Irak (congrès de Bagdad en 1952 avec exposition, tournée des sites archéologiques, publication d’un guide de l’histoire de l’Irak et d’un compte rendu des travaux archéologiques), Naji al-Aîl s’engage dans les fouilles archéologiques. Sans choisir les sites ni en fonction de leur taille ni de leur époque, il a voulu fouiller tous les aspects et périodes irakiennes. C’est lui qui avec son charisme et son énergie enthousiaste pousse les membres de son département à entreprendre des fouilles, parmi lesquelles les plus importantes furent celles d’Eridu, de Tell Harmal, d’al Kufa et de Hatra. Il s’était engagé aussi dans les fouilles de sauvetage liées à la construction du barrage de Dokan ainsi que dans les  les fouilles préventives en milieu urbain (cf. Nebi Yunus ; cf. Baghdad) à une époque encore où elles étaient rares aussi en Europe.
Pour obtenir les fonds nécessaires à toutes ces opérations archéologiques, il se montrait très persuasif, il savait gagner la confiance des hommes politiques et industriels irakiens et même étrangers, grâce au carnet d’adresse de l’époque où il travaillait au Ministère des Affaires Étrangères. C’est aussi grâce aux fonds ainsi trouvés qu’il pût réaliser le projet de modernisation du musée de Baghdad. Et qu’il a pu réaliser un autre projet qui lui tenait à cœur : conservation des sites irakiens, spécialement les plus importants, comme Hatra et Ur.
Support technique et aide scientifique des fouilles étrangères, le Département des Antiquités d’Irak suivait une vieille loi qui concédait à ces missions une demi part d’objets en double après que les pièces uniques aient été mises de côté pour le musée irakien.
Lorsqu’il laissa le département d’Irak à cause de sa santé , il l’avait profondément transformé et modernisé, en le rendant ainsi prêt aux nouveaux défis archéologiques.

Figure intelligente et polyédrique, active dans le développement d’Irak aux débuts de son histoire politique comme état indépendant, Naji était un homme passionné, avait le don de galvaniser les autres avec son énergie et son enthousiasme, il est décrit souvent comme ‘homme de charme naturel’, ‘homme de manières urbaines et courtoises’, causeur facile,  auditeur attentif, et  bon ami. Au-delà des frontières naturelles ou idéologiques, il a su instaurer un dialogues entre savants de toute provenance qui est encore la base de tout progrès scientifique.   ☝︎

❍ ❍ ❍

Walter Andrae
(Leipzig, 18 février 1875- Berlin, 28 juillet 1956) par Laura Battini

La personnalité de Walter Andrae, un mythe pour tout jeune étudiant d’archéologie proche-orientale, assume des caractères intrinsèquement plus humains quand on lit les nécrologies de ses collègues de tous les pays.
Ces dernières soulignent la personnalité exceptionnelle de Walter Andrae, ses qualités humaines, en plus de ses dons artistiques. Il suffit de lire ces lignes de collègues allemandes, espagnols, français, choisis parmi de nombreuses autres:
« Avec lui disparaît l’une des figures les plus illustres des musées nationaux », « Nous tous avons une dette de reconnaissance et nous lui devons notre estime car il fut l’une des figures les plus humaines et fascinantes de la génération légendaire des anciens maîtres », il « savait rendre accessible à tous le Proche-Orient ancien par la manière d’écrire et d’expliquer », « un homme complètement absorbé dans son travail », « Avec Walter Andrae nous avons perdu l’une des plus grandes ressources de notre science, un homme bienveillant et un ami. Sa mémoire ne sera pas perdue tant qu’il y aura une connaissance du Proche-Orient ancien. »

Né à Leipzig, après avoir fréquenté l’Université de cette ville et la Technische Hochschule à Dresde, Walter, fasciné par son professeur Cornelius Gurlitt pour l’architecture, le suit à Babylone en 1899, devenant ainsi assistant de Robert Koldewey, directeur des fouilles de la Deutsche Orient Gesellschaft (DOG, Société orientale allemande) et qui devient son mentor. Là il apprend les nouvelles méthodes de fouille et poursuit sa formation en matière de dessin, analyse et restitution des bâtiments anciens.

Babylone, aquarelle par Walter Andrae
Babylone, aquarelle par Walter Andrae

Quatre ans plus tard, il obtient la direction des fouilles allemandes à Qala’at Shergat, l’antique Assur qu’il gardera jusqu’en 1914 lorsque l’éclatement de la Première Guerre Mondiale arrête toutes les fouilles en Orient. Il fait aussi des sondages à Hatra et Kar-Tukulti-Ninurta, villes proches d’Assur, ainsi qu’il les avait faits à Farah, l’ancienne Shuruppak et à Abu Hatab, l’ancienne Kisurra, quand il travaillait à Babylone.

Aquarelle de W. Andrae
Aquarelle de W. Andrae

A Assur il applique les nouvelles méthodes archéologiques apprises de Koldewey mais perfectionnées par sa formation architecturale.

Depuis lui, la méthode allemande est la plus avancée dans le champ de l’archéologie orientale, notamment dans le dégagement et l’identification des restes architecturaux des monuments, dans la précision des dessins et dans la méthode de classification des niveaux archéologiques. Ses travaux ont été qualifiés de « prototypes de toutes les fouilles stratigraphiques » (Lloyd, Foundations in the Dust, 1947: 202). Andrae et Koldewey arrivèrent à développer des méthodes de fouille permettant de dégager les murs en briques crues. Indubitablement, Andrae reste un modèle pour des entières générations d’archéologues.

Aquarelle de W. Andrae
Aquarelle de W. Andrae

Après la Première Guerre mondiale, à laquelle il participa sur le front d’Orient, Walter Andrae s’installa à Berlin, devenant Professeur d’architecture à la Technische Hochschule et commençant aussi à travailler à la publication des résultats des fouilles. En 1926, il réussit l’exploit de faire arriver en Allemagne les caisses remplies d’objets provenant des fouilles de Babylone et d’Assur qui avaient
été arrêtées au Portugal depuis le début de la Première Guerre Mondiale. Nommé en 1928 au poste de directeur du Département Oriental de ce qui deviendra le Vorderasiatisches Museum à la place de Robert Koldewey, il participa au déménagement du musée du sous-sol du Kaiser Friedrich Museum au nouveau bâtiment de Museuminsel. Avec un vrai zèle et une énergie impressionnante, Andrae a transformé complètement la présentation des œuvres avec un succès complet. C’est lui qui a l’idée de remonter la porte d’Ishtar de Babylone, dont les briques avaient été apportées en Allemagne après les fouilles, ainsi qu’une partie de la Voie Processionnelle. C’est lui qui a reconstruit la cour devant le palais parthe d’Assur, la porte de Zincirli et les colonnes en « mosaïque » d’Uruk, toujours en grandeur naturelle, avec un ajout intelligent et VISIBLE des parties reconstruites.
Malgré les nombreuses responsabilités qui lui ont été imposées par la direction de musée, Andrae trouva le temps d’achever la publication des fouilles d’Assur, synthétisée en 1938 dans le populaire Das wiedererstandene Assur, de produire aussi des ouvrages plus généraux ainsi qu’un nombre important d’articles, très originaux. Tous ses écrits sont enrichis par la reproduction de ses nombreux dessins et aquarelles d’une grande qualité artistique. Mais son nom restera toujours plus étroitement lié à Assur, dont il a réussi à assurer la publication de toutes les fouilles.

Pendant sa retraite, il a été nommé sénateur honoraire de la Technische Hochschule et a reçu la Grande Croix du Mérite de la République fédérale allemande. Il s’était aussi engagé dans la direction de la recherche allemande, étant directeur du Deutsches Archäologisches Institut et de la Deutsche Orient-Gesellschaft. Pour son maître adoré, il a co-fondé en 1926 et dirigé longtemps la Koldewey-
Gesellschaft
(Association pour la recherche architecturale), encore active aujourd’hui (http://www.koldewey-gesellschaft.de/de/start.html).

Selon la voix de l’un de ses amis: « Nous perdons en lui un collègue adorable, universellement vénéré, qui a toujours parfaitement compris les besoins des autres, une personne généreuse qui était très soucieuse de son personnel, et qui s’est toujours efforcée de conseiller et d’aider tous »   ☝︎

❍ ❍ ❍

Gertrude Margaret Lowthian Bell
(Durham, 14/07/1868–Bagdad, 12/07/1926) par Laura Battini

«Je ne me lasse pas du Levant, jamais il ne m’est étranger, c’est une seconde patrie»
Gertrude Bell fut à la fois aventurière, femme de lettres, espionne, archéologue, alpiniste et femme politique très influente. Personnalité étonnante et très originale, elle est souvent considérée comme le pendant féminin de «Lawrence d’Arabie ». Pourtant, de 20 ans son ainée, son influence sur le Moyen Orient a été bien plus importante que celle de Lawrence, rendu célèbre par son autobiographie et plus tard par un film hollywoodien.

Gertrude, 8 ans, avec son petit frère Maurice.

Née en 1868 dans une famille de grands industriels anglais, Gertrude Bell fait ses études au Queens’ College de Londres et après au College Lady Margaret Hall d’Oxford où elle se passionne pour l’histoire et obtient en deux ans le diplôme. Elle part en Perse, puis en Syrie, Palestine, et Arabie. De ces voyages on peut lire le récit dans ses livres (par ex. Syria, the desert and the sown ; Persian Pictures). En été, elle pratique l’alpinisme jusqu’à escalader des sommets très difficiles, comme celui qui porte son nom, Gertrudspitze (2632m) dans les Alpes bernoises. Une fois, elle resta bloquée trois jours dans la tempête avec ses guides….

À la déclaration de guerre, Gertrude Bell demande à être envoyée au Moyen-Orient, ce qui lui est refusé. Elle se porte alors volontaire de la Croix Rouge française. Envoyée au Caire, elle y trouve Lawrence d’Arabie et lui révèle l’état d’esprit des tribus arabes qui pouvaient s’allier aux Britanniques contre l’Empire ottoman. Lawrence utilisera ces informations durant les négociations avec les Arabes. Envoyée en 1916 à Bassorah par l’armée britannique comme conseillère politique, elle devient ainsi la seule femme officier chargé d’affaires politiques de l’armée britannique. C’est la seule personne occidentale à connaître tout le Moyen Orient aussi bien et aussi profondément. C’est elle qui dessine des cartes qui aident l’armée britannique à atteindre Bagdad en sécurité. C’est elle qui enseigne aux plus hauts gradés militaires les subtilités des tractations secrètes. Et c’est elle qui à la chute de l’Empire ottoman, est chargée d’un rapport sur l’Irak. Considéré comme un chef-d’œuvre – dix mois de rédaction -, ce rapport est très largement en faveur des populations locales, ce qui lui cause des ennuis.

De gauche à droite: Winston Churchill, Gertrude Bell, Lawrence d’Arabie

Cependant, elle est invitée par Winston Churchill, en même temps que Lawrence, à participer à la Conférence du Caire de 1921, destinée à tracer les nouvelles frontières du Proche-Orient. Pendant la conférence, elle œuvre pour un Irak gouverné par les Sunnites, qui sont pourtant une minorité par rapport aux Chiites, puisque-selon ses mots: « Je ne doute pas un instant que le pouvoir doive revenir aux Sunnites, malgré leur infériorité numérique […] car sinon, vous aurez un État théocratique, qui pourra être très dangereux. » Et elle fait tout pour que la Transjordanie soit dirigée par Abdallah (connu comme Abdallah Ier de Jordanie), fils de Hussein ben Ali, roi d’Arabie, et que l’Irak revienne à son frère, Fayçal (connu comme Fayçal Ier d’Irak), qui venait d’être déposé comme roi de Syrie. Une fois couronné roi d’Irak, Gertrude en devient la conseillère politique, surtout pour les problèmes avec les chefs tribaux. Pour cette influence sur le nouveau roi, Gertrude Bell est surnommée la « Reine ».

Autre grande réalisation de cette femme énergique et infatigable, la création du Musée archéologique de Bagdad (1926), dont la collection fut tout d’abord abritée dans les salles du palais royal. C’est elle aussi qui fait fuir les archéologues occidentaux en étant à la base de l’interdiction du partage des biens trouvés pendant les fouilles entre l’Irak et le pays d’origine du directeur de la mission (loi de 1933). Sa mort, volontaire ou pas, est étroitement liée aux soucis financiers, familiaux et affectifs de Gertrude. Elle repose au cimetière britannique de Bagdad, après avoir eu droit à des funérailles très imposantes, en présence du roi d’Irak et d’un grand nombre de personnes. Son testament permettra la création de l’École britannique d’archéologie d’Irak.   ☝︎

❍ ❍ ❍

Claude Frédéric-Armand Schaeffer
(6/03/1898-25/08/1982) par Laura Battini

Ne le 6 mars 1898 a Strasbourg (Bas-Rhin), fils d’industriel, Claude Schaeffer fit ses études dans sa ville natale dans le prestigieux lycée Kleber et a l’université, puis à Oxford. Élève de Robert Forrer, il en épouse la fille et ajoute son nom à son patronyme. En archéologie, il commence par la protohistoire régionale et publie des nombreuses contributions sur l’archéologie alsacienne. Mais l’essentiel de son activité est consacré à l’étude exhaustive de la riche collection Nessel provenant de l’exploration de très nombreux tumulus disséminés dans la foret de Haguenau dont il publie en 1926 et 1930 deux volumes (Les Tertres funéraires préhistoriques) qui le distinguent parmi les meilleurs et les plus actifs des archéologues de sa génération.

Assistant au Musée préhistorique et gallo-romain de Strasbourg et conservateur du cabinet numismatique de la bibliothèque universitaire (1924), ayant pris part à une dispute de savants, il est soutenu par René Dussaud, conservateur des Antiquités orientales au Louvre. C’est René Dussaud qui lui confie l’étude des antiquités de l’âge du bronze de ses collections (1928) puis la direction de l’exploration de la tombe en pierre découverte en 1928 par un paysan à Minet el-Beida, au nord de Lattaquié. Commencé en 1929 avec George Chenet dans la nécropole de Minet el-Beida, les fouilles s’étendirent rapidement au grand tell voisin de Ras Shamra. Les résultats de cette première campagne furent tellement importants (archives textuelles dans une langue sémitique inconnue) que quatre campagnes sont alors organisées. En 1931, les déchiffrement des textes (par Charles Virolleaud, Édouard Dhorme et Hans Bauer) permet l’identification du site avec l’ancienne Ougarit. Claude Schaeffer continuera à y travailler 32 ans encore, interrompues seulement à cause de la 2e Guerre Mondiale, entre 1940 et 1947. Nommé Conservateur adjoint du Musée des antiquités nationales de St. Germain en Layé (1933), il commence des fouilles aussi à Chypre, d’abord dans la nécropole de Vounous (1932), puis à Enkomi (1934). C’est Schaeffer qui le premier a justement interprété ce site comme la capitale de Chypre à l’époque du bronze récent, tandis que ses contemporains se limitaient à en explorer juste la nécropole. De 1939 à 1941 il se consacra aux recherches cryptographiques militaires en Grande-Bretagne. Apres l’appel du général de Gaulle, il décida en 1940, de s’engager dans la Marine française libre. Dès 1942, l’université d’Oxford le reçut docteur honoris causa, le collège de St. John l’ayant élu parmi ses fellows. Oxford devint pour lui le havre tranquille où il pouvait se replonger dans les études archéologiques dans la tempête de la guerre. C’est probablement pendant ces années –privé de missions de terrain- qu’il écrivit la majeure partie de son livre publié à Oxford sous le titre de Stratigraphie comparée et chronologie de l’Asie occidentale. En 1944 le général de Gaulle lui confie la tâche d’organiser le Service de protection et de sauvegarde du patrimoine architectural et artistique français. Rentré en France au lendemain de la victoire, il est nommé Directeur de recherche au CNRS en 1945, un an après il est choisi comme Secrétaire général de la Commission des fouilles du MAE (Ministère des Affaires étrangères), ce qui lui permet de coordonner la recherche archéologique de 1946 à 1959. Il est appelé aussi à enseigner à l’École du Louvre en succédant à Raymond Lantier à la chaire de préhistoire européenne et archéologie nationale. La consécration définitive vient en 1953 avec l’élection à l’Académie des inscriptions et belles-lettres et la nomination au Collège de France, qui crée pour lui la chaire d’archéologie de l’Asie occidentale. Il y enseignera pendant quinze ans (1954-1969), tout en continuant à assumer la direction des fouilles d’Ougarit et des fouilles d’Enkomi et Alasia (1946-1971). Ici il eut la chance de faire des découvertes exceptionnelles, parmi lesquelles d’importants sanctuaires et divers documents épigraphiques chypro-minoens. Durant ses dernières années, Claude Schaeffer s’était consacré au Corpus des cylindres-sceaux de Ras Shamra-Ugarit et d’Enkomi-Alasia, qu’il a juste vu publier avant sa mort, fin août 1982.

Tête de Schaeffer
Tête de Schaeffer

A Ougarit Claude Schaeffer et son équipe ont mis au jour et accumulé une documentation archéologique et épigraphique de plusieurs milliers d’objets dont l’exploitation scientifique, déjà considérable du vivant de l’archéologue, continue encore aujourd’hui à s’amplifier. Considéré comme un archéologue sérieux, malgré quelques erreurs d’interprétation (voir par ex. la théorie des porteurs de torques), et exceptionnellement heureux dans ses découvertes, il a donné un tableau chronologique exhaustif d’Ougarit, du Néolithique céramique au Bronze récent. La découvertes des archives en ougaritique a permis le déchiffrement d’une autre langue, inconnue jusqu’à ses découvertes. En 1939, il découvre le palais royal d’Ougarit qu’il finira de fouiller en 1956. La richesse du matériel porté à la lumière tant par les textes que par les objets est étudié encore aujourd’hui et a montré la spécificité de cette ville syrienne côtière, ouverte aux trafics maritimes et terrestres et donc à la circulation d’idées, de thèmes iconographiques élaborés localement et de motifs littéraires.   ☝︎

❍ ❍ ❍

Robert John Braidwood
(29 juillet 1907-15 janvier 2003) par Laura Battini

Robert John Braidwood a profondément marqué la recherche archéologique du dernier siècle. Né à Detroit d’immigrants écossais le 29 juillet 1907, Robert a toujours voulu se former dans de nombreux domaines. Dans ses premières années, il a aidé dans la pharmacie de son père après l’école. Il a même appris la menuiserie durant l’été avant de commencer le collège, puis il a occupé des emplois à temps partiel. Inscrit à l’Université du Michigan, il obtient en 1929 le diplôme d’architecte et pratique quelques années avant de reprendre les études et obtenir une spécialisation en histoire et anthropologie. Invité par son professeur d’histoire, Leroy Waterman, à servir comme arpenteur architecte pour l’expédition archéologique de l’Université du Michigan à Séleucie du Tigre, au sud de Bagdad, Robert s’intéresse à l’archéologie. Il passe un été sur un site amérindien dans l’Illinois et travaille comme surintendant sur le terrain pour une fouille précoce du site d’un village dans les hautes terres du Nouveau-Mexique. Mais sa passion et ses intérêts étaient au Proche-Orient préhistorique. Ainsi, pendant cinq ans il se joint à la mission organisée par l’Oriental Institute de l’Université de Chicago en Syrie, dans l’Amouq, en tant qu’assistant de terrain.

Robert John Braidwood
Robert John Braidwood

À son retour de Syrie, en 1936, Robert rencontra sur le paquebot une jeune femme, Linda Schreiber, qu’il avait connue dans ses études de premier cycle à l’Université du Michigan et il ne la laisse plus. Mariés en janvier de l’année suivante, Linda et Robert ont continué à voyager, fouiller, prospecter et publier ensemble pendant 66 ans. De leur union naitront deux enfants, un fils et une fille. Ils s’inscrivent ensemble à l’Université pour se perfectionner et en 1945, après la Seconde Guerre mondiale, Robert, qui a obtenu son doctorat en 1942, obtient un poste à l’Université de Chicago, enseignant au Département d’archéologie et au Département d’anthropologie. Robert et Linda ont passé leur retraite en Indiana, jusqu’à une pneumonie contractée en 2003, qui en quelques jours tue Robert à l’âge de 95 ans. Linda décède le même jour, quelques heures après seulement, à l’âge de 93 ans.

Pendant ses recherches dans l’Amouq et surtout dans sa thèse de doctorat, Robert s’aperçoit d’un écart important entre les témoignages des derniers chasseurs-cueilleurs paléolithiques connus et les premiers peuplements agricoles découverts, tels que ceux trouvés sur le site d’Amouq. Cette lacune dans le temps est devenue le sujet de la première expédition de l’Institut oriental effectuée par Robert et Linda Braidwood après la Seconde Guerre mondiale. Elle a ouvert la voie au travail sur le terrain tout au long de leur carrière. Ils espéraient retourner en Syrie pour leur première expédition, mais à cause de la tension politique, ils ont été invités à commencer leur travail de terrain en 1948 dans le nord de l’Irak, à Matarrah et Qalaat Jarmo au Kurdistan irakien. Là, Robert a inventé la première équipe pluridisciplinaire en faisant venir un géologue, Herbert Wright, un paléoethnobotaniste, Has Helbaek, un zoologiste, Charles Reed, et un expert en radiocarbone, Fred Matson, pour assister son équipe d’archéologues. Il était en effet très intéressé par les restes fauniques et botaniques, ainsi que l’analyse de l’environnement préhistorique et du climat. L’équipe de Braidwood l’aidera à mieux comprendre et identifier correctement les restes de plantes sauvages et domestiques tels que le blé et l’orge, ainsi que les restes d’animaux. Bien qu’une autre campagne de fouille était prévue à Jarmo, la révolution nationaliste en Irak à l’été 1958 a stoppé le projet et l’expédition a été relocalisée en Iran en 1959-1960. La saison a débuté par la prospection de la vallée de Kermanshah, et des fouilles ont été effectuées sur plusieurs sites. Après une seule saison en Iran, le groupe a de nouveau déménagé en Turquie, à la demande du professeur Halet Çambel de l’Université d’Istanbul. Dans le sud-est du pays, l’objet principal fut le site de Çayönü, un village de centaines d’années plus ancien que Jarmo, et toujours fouillé selon une approche internationale (restes végétaux, ossements d’animaux, roches surtout l’obsidienne, ainsi que la microfaune). La dernière saison sur le terrain a eu lieu en 1989.

L'équipe de Jarmo, 1954-1955
L’équipe de Jarmo, 1954-1955

Au cours de ses nombreuses années de travail, Robert Braidwood s’est révélé être un pionnier des méthodes modernes d’archéologie. Son travail a changé la compréhension de la transition des chasseurs-cueilleurs aux villages et aux sociétés agricoles. Et il a aussi changé la manière de fouiller en transformant l’archéologie en une étude interdisciplinaire et en mettant l’accent sur la relation entre l’homme et la nature. Grâce à son travail, Robert Braidwood a pu combler la lacune chronologique entre les chasseurs-cueilleurs et les agriculteurs. Ses découvertes les plus célèbres ont eu lieu à Çayönü, dans le sud-est de la Turquie. Parmi de nombreux articles basés sur ses études d’archéologie préhistorique, Robert a également publié un livre, Prehistoric Men, un point culminant d’une grande partie de son travail archéologique. Braidwood a reçu de nombreux honneurs tout au long de sa carrière, y compris une médaille pour l’excellence en archéologie en 1971 de l’Archaeological Institute of America.   ☝︎

❍ ❍ ❍

Kathleen Mary Kenyon
(5 janvier 1906 – 24 août 1978) par Laura Battini

Kathleen Mary Kenyon, (5 janvier 1906 – 24 août 1978), est l’un des principaux archéologues britanniques du 20ème siècle.

Née à Londres, en Angleterre, en 1906, elle était la fille aînée de Sir Frederic Kenyon, érudit biblique et plus tard directeur du British Museum, la petite-fille de John Robert Kenyon, avocat et membre du All Souls College et l’arrière-arrière-petite-fille de Lloyd Kenyon, premier Baron Kenyon, homme politique et avocat connu. Elle a grandi à Bloomsbury, Londres, dans une maison rattachée au British Museum, et plus tard, elle reconnut que la position de son père au British Museum était particulièrement utile pour son éducation. Son père voulut donner à ses deux filles une excellente éducation et les encouragea toujours à lire de tout et à réfléchir…

Obstinée et tenace, Kathleen fut une excellente étudiante, remporta des prix à l’école et excella particulièrement dans l’histoire. Elle est devenue la première femme présidente de l’Oxford University Archaeological Society. Diplômée en 1929, elle travaille en 1929 comme photographe au côté de l’archéologue britannique Gertrude Caton-Thompson sur les ruines de Zimbabwe en Rhodésie du Sud (aujourd’hui au Zimbabwe). À son retour, elle travailla avec Mortimer Wheeler au site roman de Verulamium (St. Albans), au nord de Londres. Ainsi, elle put étudier la technique stratigraphique de Wheeler qui a jeté les bases de ce qui était probablement sa plus grande contribution dans le domaine de l’archéologie. Pendant les années 1930 et la plupart des années 40, Kathleen acquit une grande expérience non seulement dans les fouilles en cours en Angleterre, mais aussi sur le site de la ville biblique de Samarie avec John et Grace Crowfoot et, en 1948-1949 et en 1951, à Sabratha en Libye. Elle donnait souvent des conférences à l’Institut d’Archéologie de l’Université de Londres, récemment créé, et elle attira l’attention du public sur les ruines préhistoriques présentes en Grande-Bretagne, publiant régulièrement le résultat de ses recherches. Pendant la deuxième guerre mondiale, Kathleen fut chef de division de la Croix-Rouge à Hammersmith, Londres. Associée à l’institut d’archéologie de l’université de Londres de 1935 à 1962, elle est Directrice de l’école britannique d’Archéologie de Jérusalem de 1951 à 1966.

En 1949, sur l’invitation de John Garstang, qui fouillait Jéricho, elle revoit le travail de cet archéologue et déduisit la nécessité d’une autre fouille pour compléter le travail déjà accompli. Ainsi, en 1951, Kathleen commence à fouiller à Jéricho. C’est pendant cette fouille qu’elle affine la méthode stratigraphique de Wheeler désormais appelée la méthode Wheeler-Kenyon. Contrairement à la méthode Wheeler qui perdait une dimension importante, le temps, la nouvelle méthode impliquait de fouiller une série de carrés en laissant entre eux 1 m de terre non fouillé (appelée berme), qui reste comme témoin des différents couches ayant successivement formé le site. Ces bermes permettent ainsi aux archéologues de suivre le temps qui s’est déroulé entre les différentes couches et de vérifier la stratigraphie qu’ils ont découverte dans les carrés. Lors des fouilles de Kenyon à Jéricho, cette technique a permis de discerner l’histoire professionnelle longue et compliquée du site. Si elle vise en premier lieu à déterminer la date du peuplement initial du site (VIIIe millénaire av. J.-C.) et de sa destruction par les tribus israélites de Josué (vers 1425 av. J.-C.), elle va en réalité bien plus loin. Elle estime que l’agriculture y apparaît vers l’an 7000 av. J.-C., période de laquelle datent également une enceinte et une grande tour de pierre, et découvre une architecture domestique élaborée remontant au VIIe millénaire. La mise au jour de sculptures de plâtre extraordinaires datant du VIIe millénaire, modelées sur des crânes humains, témoigne par ailleurs du soin méticuleux avec lequel les excavations sont réalisées. De 1961 à 1967, Kathleen Kenyon tourne son attention vers Jérusalem, où ses fouilles –qui seront les dernières- sont arrêtées par la guerre des Six-Jours. Elle décrit nombre de ses chantiers de fouille dans les ouvrages Digging up Jericho (1957), Excavations at Jericho (vol. I, 1960 ; vol. II, 1965), Amorites and Canaanites (1966), Royal Cities of the Old Testament (1971) et Digging up Jerusalem (1974).

Entre 1962 et 1973 elle dirige le Saint Hugh’s College d’Oxford. Elevée en 1973 au rang de « Dame Commander », la deuxième plus importante reconnaissance (correspondant à chevalier) de l’Empire britannique, Kathleen meurt en 1978 à Wrexham, au pays de Galles. Ses archives sont conservées au Musée de Manchester

La British School of Archaeology in Jerusalem, qui en 1998 a fusionné avec le Council for British Research in the Levant (CBRL), a été officiellement rebaptisée Institut Kenyon le 10 juillet 2003 en l’honneur de Kathleen Kenyon.   ☝︎

❍ ❍ ❍

Leonard Woolley
(17 Avril 1880 – 20 Février 1960) par L. Battini

Leonard Woolley est le troisième fils d’un pasteur anglican, né dans les faubourgs de Londres le 17 Avril 1880. Après des études à Oxford, il devient assistant à l’Ashmolean Museum d’Oxford dirigé à cette époque par Arthur Evans, découvreur de Cnossos (Crète). Il participe aux fouilles du site romain de Corbridge, pas loin du mur d’Hadrien, sans aucune formation théorique comme il le dira plus tard : « I had never studied archaeological methods even from books … and I had not any idea how to make a survey or a ground-plan » (Woolley 1953). Après des fouilles en Nubie et au Soudan, il hérite en 1911 de la direction des fouilles du British Museum à Carchemish (à la frontière entre Turquie et Syrie), après le départ de D. G. Hogarth. Son assistant est T. E. Lawrence, qui quelques années plus tard sera connu comme « Lawrence d’Arabie ». Tous les deux donnaient des informations au Service d’espionnage anglais, dans le difficile contexte international de la Ière Guerre Mondiale. Entre 1916 et 1918, Woolley est fait prisonnier et retenu dans un camp ottoman, ce qui lui vaudra l’attribution de la Croix de guerre par la France.

La mission anglo-américaine d'Ur en 1928-29, de gauche à droite deux ouvriers, Max Mallowan, Hamoudi chef des ouvriers, Leonard Woolley, Katharine Woolley, Père E. Burrows, quatre ouvriers.
La mission anglo-américaine d’Ur en 1928-29, de gauche à droite deux ouvriers, Max Mallowan, Hamoudi chef des ouvriers, Leonard Woolley, Katharine Woolley, Père E. Burrows, quatre ouvriers.

Entre 1922 et 1934 il dirige une mission conjointe de l’Université de Pennsylvanie et du British Museum sur le site d’Ur. Ces treize campagnes de fouilles permettront de comprendre l’évolution de la ville du Ve mill. au IVe siècle av. J.-C. et mettront au jour des découvertes exceptionnelles, parmi lesquelles le « Cimetière Royal ». En découvrant les habitations, les tombes, les palais, les temples, les textes, et les objets de la vie quotidienne comme de luxe, c’était toute l’histoire de la Mésopotamie qui pouvait être récrite. Woolley, d’ailleurs, aimait bien communiquer ses découvertes et entre interviews radiophoniques et publications de livres grand public il a fortement contribué à la popularité d’Ur.

Katharine Elizabeth Woolley avec Sheikh Hamoudi Ibn Ibrahim, le chef des ouvriers très lié à Leonard
Katharine Elizabeth Woolley avec Sheikh Hamoudi Ibn Ibrahim, le chef des ouvriers très lié à Leonard

En 1924 Katharine Elizabeth Menke, veuve Keeling, est invitée à se joindre à la mission comme dessinatrice. Elle a 36 ans, lui 44. Suite aux pressions dues au scandale de la présence d’une seule femme sur le site, Leonard et Katharine se marièrent. L’union resta probablement de convenance, jamais le mariage ne fut consommé, ce qui conduisit Leonard au désespoir. Dans ses lettres, il envisage même de demander le divorce mais c’est la mort de Katharine qui mettra fin à leur union en 1949.

En 1935 Leonard reçoit le titre de « knight » (chevalier), quelques années plus tard le titre de « sir » (baronnet), récompenses bien méritées pour ses découvertes et certes pour sa fidélité à la mère patrie (il continue pendant la IIème Guerre Mondiale à informer les Services secrets britanniques). Il s’éteint à presque 80 ans ayant presque accompli toute la publication des fouilles d’Ur, en dix volumes, œuvre remarquable, aucun des archéologues avant lui n’ayant accompli tout seul une telle tâche. Son exemple devrait servir de modèle encore aujourd’hui.

Woolley appartenait à la première générations des archéologues « scientifiques » : ses fouilles ont été assez bien conduites, il a tout consigné dans des carnets, il a tout publié, et ce qui le distingue est sûrement la masse d’informations qu’il nous a laissées. Il avait aussi une sensibilité à l’architecture qui à l’époque n’était le fait que des archéologues allemands. Et cela se traduisait dans la nécessité de restituer en 3D les bâtiments qu’il avait trouvés. Voici l’épitaphe que ses collègues lui dédieront :

« Woolley will always be remembered as one of the most successful diggers ever engaged in field archaeology.

He had an extraordinary flair not only for choosing a potentially rich site but also for attacking those parts of it which concealed the most important remains. (…) Gifted with an unusually fluent style, an enchanting lecturer, no one has better described the sequence of his discoveries, and many of his popular books have enthralled a very wide public. (…) His industry was prodigious.While on the dig he slept little, rising with the sun and often still at work in his study or in the catalogue room until two or three o’clock in the morning. He could not have published so much had he not been exceptionally quick in composition, and he used to say that writing was an enjoyment to him.(…) He was very good company, a delightful raconteur, and had a good understanding of his workmen in the Orient. Dead Towns and Living Men (1920) contains many reminiscences which well illustrate his sense of humour, ingenuity, and an unaffected joie de vivre which was one of the most charming facets of his character.» (nécrologie écrite par M. Mallowan in The Times ).   ☝︎

  1. l’archéologie marine étudie non seulement les bateaux échoués, les ‘épaves’, mais aussi les ports, les bords de mer, les villages lacustres et les sites submergés []
  2. il s’agit de Sargon II d’Assyrie régnant entre 721 et 705. Ce rois néo-assyrien avait repris le nom d’un très grand roi de la fin du IIIe mill. av ; J-C, devenu une figure légendaire dont le souvenir ne s’était jamais effacé : Sargon d’Akkad []
  3. =reliefs en pierre sculptés []
  4. il faut attendre les fouilles allemandes à Babylone et Assur, respectivement extrême fin du XIXe siècle et début du XXe s. pour avoir des fouilles bien conduites []
  5. il continuait à penser d’avoir trouvé Ninive… []
  6. Une rue de Jérusalem ouest porte son nom depuis le 29 octobre 1948, à l’occasion du centenaire de la prise de poste de Botta comme consul []
  7. Il trouva la méthode de détermination de la longitude par la distance à la lune []
  8. Mémoires de la Délégation en Perse []
  9. L’idée d’une autodéfense juive vient probablement des événements de la fin du XIX-début XXe siècle, quand plusieurs pogroms anti-juifs avaient eu lieu, spécialement en Russie []
  10. ce dernier brutalement assassiné par Daesh en août 2015 []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Histoire et archéologie des sociétés antiques, ISSN 2606-7587