Tous les articles par pvillard

L’éducation littéraire des princesses mésopotamiennes

Nouvelle biographie: Knut Leonard Tallqvist,
un orientaliste aux pays scandinaves

 

L’éducation des filles mésopotamiennes est, faute d’une documentation abondante, un sujet largement méconnu. On peut seulement supposer que pour beaucoup d’entre elles, cette éducation, était principalement axée sur l’apprentissage de tâches pratiques variées, les préparant à leur rôle de procréatrices et aussi à tenir leur place dans la maisonnée de leur futur époux. Tout cela se faisant dans un cadre familial plus ou moins élargi, nous échappe de ce fait largement.

Continuer la lecture de L’éducation littéraire des princesses mésopotamiennes

Du technicien au conseiller royal : à propos de l’évolution sémantique du terme ummânu

Parmi les listes royales mésopotamiennes, certaines présentent la particularité d’associer aux noms de quelques souverains fameux ceux de leurs ummânu. Une liste synchronique provenant de la ville d’Aššur (Weidner 1926), est ainsi résumée dans sa rubrique finale : « 82 rois d’Assyrie, depuis Erišu, fils d’Ilušumma, jusqu’à Assurbanipal, fils d’Assarhaddon ; 98 rois du pays d’Akkad depuis Sumu-la-El jusqu’à Kandalānu. » Alors que la colonne i ne comprend que des noms royaux, la colonne iv donne les noms des ummânu des derniers rois néo-assyriens : Nabû-apla-iddina, puis Bēl-upahhir et Kalbu pour Sennachérib, Nabû-zēru-lēšir et Ištar-šumu-ēreš pour Assarhaddon, Ištar-šumu-ēreš pour Assurbanipal. Les colonnes ii et iii sont bien plus mal conservées : E. Weidner estimait cependant que des noms d’ummânu, quoique illisibles, apparaissaient dès le règne de Tukulti-Ninurta I.

Continuer la lecture de Du technicien au conseiller royal : à propos de l’évolution sémantique du terme ummânu