Repas quotidiens et repas de fêtes en Mésopotamie (2)

UNE NOUVELLE BIOGRAPHIE
EST DISPONIBLE DANS LE VOLET
CORRESPONDANT: ELIZABETH DOUGLAS VAN BUREN

PRÉPARATION DES ALIMENTS
Pour préparer les divers aliments, il fallait un système de cuisson et un minimum d’ustensiles. Les bédouins utilisaient un matériel portable, de même que les soldats en campagne comme le montre un bas-relief assyrien représentant la préparation du repas sous la tente [Figure 1].

Figure 1: Préparation du repas par des soldats en campagne, règne d'Assurbanipal

Figure 1: Préparation du repas par des soldats en campagne, règne d’Assurbanipal

Lieux de préparation
Chez les sédentaires, un coin de l’habitation était consacré au stockage

Figure 2: Pièce de stockage dans une maison de Nuzi (deuxième moitié du IIe mill. av J.-C.)

Figure 2: Pièce de stockage dans une maison de Nuzi (deuxième moitié du IIe mill. av J.-C.)

de la nourriture, en général dans de grandes jarres [Figure 2] et à sa préparation.

Les fouilles des maisons ont permis de mettre au jour ces espaces, souvent répartis entre la cour centrale et une ou plusieurs pièces attenantes. Ils se signalent par la présence d’un système de cuisson, parfois un simple foyer, et par des restes de céramique domestique et d’ustensiles [Figure 3].

Figure 3: Cuisine dans une maison de Terqa, première moitié du IIe mill. av. J.-C.

Figure 3: Cuisine dans une maison de Terqa, première moitié du IIe mill. av. J.-C.

Dans les textes akkadiens, cette partie de la maison, organisée autour des foyers, est parfois appelée bīt nuhatimmi, c’est-à-dire la « pièce du cuisinier ». Dans certains cas, on pouvait y trouver des systèmes de cuisson plus élaborés, comme les four-tinūru, servant en particulier à cuire le pain et les gâteaux. Le mot est conservé dans plusieurs langues du Proche-Orient actuel sous la forme tannūr.

Les ustensiles
Les fouilles des lieux consacrés à la cuisine ont également livré toutes sortes d’ustensiles témoignant d’opérations culinaires :
meules, mortiers et pilons pour la mouture et le broyage, louches et piquoir ainsi que toute une gamme d’objets relevant de la céramique domestique [Figure 4].

Certains de ces objets, en forme de marmite ou de bouilloire, étaient utilisés pour exposer des aliments au feu, d’autres servaient à la présentation des plats. La documentation textuelle mentionne aussi des ustensiles en bronze ou en cuivre, parmi lesquels des « marmites » (diqāru), des « chaudrons » (ruqqu) ou des couvercles (naktam(t)u). Ils figurent notamment dans certains inventaires de dots.

Modes de préparation les plus courants
Il est d’autre part difficile de faire un tableau détaillé des modes de préparation des aliments. Le traité culinaire paléo-babylonien ainsi que les listes des mets servis aux dieux ou lors des banquets royaux renseignent surtout sur les repas des élites, mais permettent au moins de dégager quelques grands principes, que l’on peut confronter avec les ustensiles et équipements retrouvés dans les maisons.

Figure 5: Fours dans le palais de Mari, début du IIe mill. av. J.-C.

Figure 5: Fours dans le palais de Mari, début du IIe mill. av. J.-C.

Les fours du type tannūr [Figure 5] permettaient une cuisson par rayonnement, convenant bien pour la nourriture panifiée, recevant l’appellation générique de « pain » (akalu), mais aussi utilisable pour d’autres aliments. Parmi les autres modes de cuisson, certaines viandes étaient rôties, mais l’utilisation de matière grasse n’est pas clairement attestée. La plupart des plats chauds impliquaient une cuisson dans un bouillon, en utilisant des contenants en céramique ou en métal. D’après les éléments dont on dispose, il est probable que la nourriture commune se composait essentiellement de pains, de bouillies et de sortes de ragoûts ou soupes épaisses.

 

LES REPAS

Rythme des repas
Ces diverses préparations semblent avoir été servies au cours de deux repas quotidiens. Le repas du matin comprenait surtout divers types de bouillies, le repas principal se faisant le soir. Cela est d’ailleurs reflété dans la façon dont les offrandes de nourriture étaient présentées aux statues divines.

Usages de table
Pour ce qui est des usages de table, les plus démunis se contentaient de puiser avec la main dans un plat profond placé au milieu des convives.

Figure 6: Repas de prisoniers (guerres élamites d'Assurbanipal)

Figure 6: Repas de prisoniers (guerres élamites d’Assurbanipal)

C’est ce qu’illustre par exemple un bas-relief néo-assyrien représentant le repas de prisonniers de guerre élamites [Figure 6]. Néanmoins, textes et trouvailles archéologiques montrent que ceux qui étaient un peu plus aisés disposaient de plateaux, de cuillères de diverses formes, de couteaux et de « piquoirs » à une, deux ou trois pointes.

Lorsque de la bière était servie, des seaux sumériens, ainsi que des plaquettes d’argile paléo-babyloniennes montrent que les convives buvaient au moyen de chalumeaux filtrant plongés dans un récipient contenant une préparation fermentée assez épaisse [Figure 7].

Figure 7: Consmmation de la bière au chalumeau

Figure 7: Consmmation de la bière au chalumeau

Enfin, sur le rituel accompagnant le repas, nous avons le témoignage d’un texte littéraire intitulé Ludlul bēl nēmeqi, « Je chanterai le seigneur de sagesse ». Le locuteur se dit en proie à des troubles comme quelqu’un qui « aurait consommé de la nourriture sans mentionner son dieu et négligé sa déesse en ne lui offrant pas de farine-mashatu. » Il est vrai que ce locuteur est présenté comme un homme de cour. Mais le passage suggère qu’une partie au moins de la population faisait une offrande symbolique à ses divinités personnelles avant le repas et qu’il prononçait une prière de bénédiction, ce que l’on retrouve par exemple dans le benedicite des chrétiens.

Variété des habitudes alimentaires
Une autre question liée au repas est celle des interdits alimentaires. Il n’y avait pas d’interdits généralisés, mais certains rituels de guérison proscrivaient la consommation de certains aliments pendant une durée déterminée. De plus, une catégorie de textes hémérologiques, les almanachs, donnaient des listes d’aliments interdits certains jours de chaque mois : porc, bœuf, poisson, dattes [Figure 8], etc. Reste à savoir dans quelle mesure ces interdits étaient connus et respectés par les gens du peuple.

Figure 8: Palmier dattier (Phoenix dactylifera) en Irak

Figure 8: Palmier dattier (Phoenix dactylifera) en Irak

Les habitudes alimentaires variaient en outre selon les lieux. Les citadins mangeaient probablement de façon différente que les ruraux. Et les villageois sédentaires d’une autre façon que les bédouins, dont le régime devait faire une place importante aux produits lactés. Plusieurs textes littéraires, dont Gilgameš, opposent d’ailleurs la cuisine développée des villes et celle plus frustre des bédouins de la steppe.
À cela, il faut ajouter les différences régionales. Les dattes constituaient une partie importante de l’alimentation des habitants de la basse Mésopotamie, alors que le palmier-dattier ne pouvant supporter le gel, ne jouait pas de rôle en haute Mésopotamie. Et les villageois des marais du sud de la plaine disposaient d’une ressource en poissons bien plus importante que dans d’autres écosystèmes.

 

NOURRITURE DIVINE ET REPAS DE FÊTES

Figure 9: Table couverte de nourritures "d'exception" (pains et morceaux variés de viande) (depuis Joannès fig 8)

Figure 9: Table couverte de nourritures “d’exception” (pains et morceaux variés de viande) (depuis Joannès fig 8)

On peut deviner, même en l’absence de documentation précise sur ce point, que les fêtes, familiales ou religieuses,
étaient l’occasion de faire des plats les plus élaborés, cela dans la plupart des couches de la société. Mais pour les populations urbaines, qui regroupaient en général des gens plus aisés que la moyenne, il y avait en outre des occasions de manger des « restes » de la table divine ou de participer à de grands banquets offerts par le roi.

 

Les « restes » divins
Dans les grands sanctuaires, des nourritures de qualité étaient offertes chaque jour aux nombreuses statues divines [Figure 9]. Les dieux consommaient ces mets en

Figure 9: Offrandes aux dieux (Vase d'Uruk, fin IVe mill. av. J.-C.)

Figure 9: Offrandes aux dieux (Vase d’Uruk, fin IVe mill. av. J.-C.)

en respirant l’odeur et les plats devenaient ensuite des « restes » (rēhtu) que les humains pouvaient consommer.
Une partie était distribuée à divers ayant-droit, en majorité des membres du personnel des temples, une autre partie était commercialisée. Par exemple, un petit dossier d’archives provenant de la ville d’Aššur, révèle que certains habitants d’Aššur avaient des droits sur les offrandes présentées dans les sanctuaires de diverses villes, entre autres choses des parts d’une préparation appelée aṣudu, une sorte de porridge, offerte à la déesse Ištar d’Arbèles. Ces « restes » étaient commercialisés sur place par des marchands, qui en reversaient ensuite la valeur aux ayant-droits. Il était donc possible par ce moyen d’acheter des aliments ayant été servis à la table divine. Si l’on ajoute que de nombreuses personnes consommaient directement les « restes » auxquels elles avaient droit, on peut dire que dans une certaine mesure, les cuisines du temple fonctionnaient comme un service de traiteur.

Les banquets publics
En certaines occasions festives, les banquets publics offerts par le

Figure 10: Moules à cake, palais de Mari, début du IIe mill. av. J.-C.

Figure 10: Moules à cake, palais de Mari, début du IIe mill. av. J.-C.

souverain permettaient également aux convives de manger des mets plus abondants et moins couramment consommés.
La présentation aussi devait être plus soignée que lors des repas ordinaires. On connaissait plusieurs moyens de rendre la nourriture plus appétissante. Par exemple, pour les pains spéciaux et les gâteaux, on pouvait utiliser des moules à motifs, tels qu’on en a retrouvés dans le palais de Mari [Figure 10].
Quelques bas-reliefs néo-assyriens représentant des banquets donnés au palais, montrent que l’on recherchait la présentation la plus esthétique pour disposer les mets sur les plateaux apportés aux participants [Figure 11].

Figure 11: Porteurs de fruits, bas-relief d'Assurbanipal

Figure 11: Porteurs de fruits, bas-relief d’Assurbanipal

Le nombre de personnes impliquées variait cependant beaucoup. La documentation de Mari, remontant au XVIIIème siècle av. n.è., comme celle de l’empire néo-assyrien des VIIIème et VIIème siècles, montrent que le roi mangeait régulièrement avec de hauts dignitaires et des militaires. C’était là pour les souverains une manière de renforcer les liens avec ceux qui combattaient à leur côté, mais on restait dans l’entourage royal, au sens large. D’autres banquets, en revanche, impliquaient des groupes plus nombreux et comprenant de simples particuliers, dans le sens de personnes n’appartenant pas à l’administration ou à l’armée. Sur ce point, la documentation provient principalement des inscriptions des rois néo-assyriens. Ces banquets avaient parfois une portée diplomatique, pour susciter l’adhésion de populations. Par exemple, Salmanazar III (859-623), lors d’une descente militaire vers le royaume de Babylone, offrit des banquets aux habitants de Babylone et Borsippa, en leur offrant de surcroît présents et habits. Une autre occasion de festivités était l’inauguration de bâtiments officiels, à la suite de grands travaux. Le document le plus célèbre à ce sujet est une

Figure 12: Stèle du banquet d'Assurnasirpal (IXe s.av. J.-C.)

Figure 12: Stèle du banquet d’Assurnasirpal (IXe s.av. J.-C.)

 stèle du roi Aššurnaṣirpal II (884-859) [Figure 12], dans laquelle il relate les grands travaux qu’il fit effectuer dans Kalhu, sa nouvelle capitale, ainsi que la fête qui suivit, vers 864 av. n.è. Selon l’inscription, 69.574 personnes furent invitées, parmi lesquelles 47.074 hommes et femmes du pays et 16.000 habitants de Kalhu, le reste étant des gens du palais et des délégués de pays vassaux. À ces invités humains, s’ajoutèrent le dieu Aššur et les grands dieux du pays entier, ce qui doit signifier que leurs statues furent déplacées et que des mets leur furent servis. Le texte comprend aussi la liste des denrées variées, incluant le vin et la bière fine, qui furent consommées durant les dix jours de réjouissances.

 

Les récits de ces grandes fêtes mentionnent presque toujours la participation des statues divines. En dehors des inaugurations, les grandes fêtes du calendrier religieux étaient aussi l’occasion de festins. Et de fait, la présence divine était le point commun de tous les moments festifs, durant lesquels la consommation d’une nourriture plus abondante et variée allait de pair avec une rupture des routines et des tâches quotidiennes.

 

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Pierre Villard, “Repas quotidiens et repas de fêtes en Mésopotamie (2)”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 25/02/2022, https://ane.hypotheses.org/9860. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Pierre Villard, “Repas quotidiens et repas de fêtes en Mésopotamie (2),” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 25/02/2022, https://ane.hypotheses.org/9860.

 

Pour aller plus loin
Battini Laura, « Les moules à cake mésopotamiens », dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien 20/12/2020, https://ane.hypotheses.org/9276.
Bottéro Jean, entrée « Küche », dans E. Ebeling & B. Meissner (éds.), Reallexikon der Assyriologie 6, Berlin – New-York 1980-1983, p. 277-298 (article en français).
Bottéro Jean, Textes culinaires Mésopotamiens, Eisenbrauns, Winona Lake, Indiana, 1995.
Bottéro Jean, La plus vieille cuisine au monde, Louis Audibert, Paris, 2002.
Joannès Francis, « La table des dieux babyloniens », dans Cahier des thèmes transversaux ArScAn vol. IX (2007 – 2008), p.453-461.
Michel Cécile, « L’alimentation au Proche-Orient ancien : les sources et leur exploitation », Dialogues d’histoire ancienne, Supplément N° 7, 2012, p. 17-45.
Nemet-Nejat Karen Rhea, Daily Life in Ancient Mesopotamia, Hendrickson Publishers, Peabody, Massachusetts, 2002.

Pierre Villard

Professeur d'histoire ancienne. Université Clermont Auvergne. Spécialiste de l'empire néo-assyrien.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.