Une façade mamelouke (XVe siècle) dans le vieux Damas: le cas de la maison al-ʻAǧlānī

 

Située à l’est de la Mosquée des Omeyyades, la demeure al-ʻAǧlānī n’a fait l’objet d’aucune étude détaillée si l’on en excepte celle de l’architecte R. al-Ḥāğğ en 2014 lors de son projet de restauration de la maison (al-Ḥāğğ 2014 : 11-12). En 2011, frappé par sa façade extérieure nord, qui donne sur la rue et qui possède un grand portail (Figure 1), j’ai procédé à des relevés de la partie la plus ancienne.

Figure 1: La maison al-ʻAǧlānī : plan cadastral localisant la maison et plan du rez-de-chaussée. © I. Fayyad.

Figure 1: La maison al-ʻAǧlānī : plan cadastral localisant la maison et plan du rez-de-chaussée. © I. Fayyad.

Cette demeure s’élève actuellement sur trois niveaux, mais dans cet article il ne sera question que du rez-de-chaussée et que de la partie la plus ancienne de la maison qui se situe dans l’une (la n°162) des trois parcelles qui composent la maison1

La façade nord utilise des assises antérieures, probablement romaines, en les combinant avec des moellons irréguliers de 0,70 m environ, assez semblables à ceux de la maison al-‘Aqqād2. Ces assises se poursuivent pour 1,6m env. par des rangées irrégulières d’environ 0,27 m de pierres de taille basaltique et calcaire3. Le reste de la façade a été remodelé en époque plus récente (XVIIIe -XIXe siècle). Mais ce qui est le plus intéressant de cette façade est la présence d’un un porche terminé par un arc trilobé (Figure 2 et 3).

 Figure 2: La maison al-ʻAǧlānī : élévation de la façade nord extérieure. © I. Fayyad.

Figure 2: La maison al-ʻAǧlānī : élévation de la façade nord extérieure. © I. Fayyad.

À l’intérieur du porche et en retrait de 0,30 m, un grand portail en arc légèrement brisé enserre une petite porte (ḫūḫa) comme dans la maison al-Saqqā ’Amīnī (Figure 4)4. Cette ouverture qui double le portail permettait peut-être de faire entrer les invités en préservant l’intimité de la vie familiale.

 

 Figure 3: La maison al-ʻAǧlānī : détail du portail principal. © I. Fayyad.

Figure 3: La maison al-ʻAǧlānī : détail du portail principal. © I. Fayyad.

Au-dessus du portail, le mur de la maison présente des rangées d’ablaq (=technique de composition des façades en pierres de couleurs différentes) correspondant à l’époque mamelouke selon Boqvist (2005a : 277-278 ; Boqvist 2005b : 135). C’est ce qui se vérifie aussi dans la façade nord de la maison al-‘Aqqād. Le portail se termine par un panneau carré décoré d’étoiles géométriques noires et blanches surmonté d’un demi-cercle orné de rayons noirs et blancs et rattaché par une boucle décorative à l’encadrement du porche. Cette façade se termine à l’est par une ouverture en arc surbaissé donnant sur la cour et présentant en réemploi des pierres ablaq parfois décorées de rosaces géométriques.

La maison al-ʻAǧlānī, malgré ses réemplois de structures probablement romaines, est datable à l’époque mamelouke et plus précisemment au XVe s. Cela est prouvé par la hauteur des assises de pierre calcaire et de basalte noir (environ 0,27 à 0,30 m) des façades nord et sud, qui sont semblables à la façade nord de la demeure al-‘Aqqād, qui remonte elle aussi au XVe s. De même, à l’intérieur de la maison des éléments architecturaux confirment une datation au XVe s. Selon Vigouroux en effet (Vigouroux 2013 : 205-206), un autre élément de datation au XVe siècle est donné par la ressemblance entre la façade de la qāʻa sud (=la qāʻa est la pièce de réception) et les salles de réceptions des qāʻa égyptiennes datant du règne d’al-Ašraf Qāytbāy (1468-1496).

 

 Figure 4: Deux exemples de portails avec ḫūḫa. © I. Fayyad

Figure 4: Deux exemples de portails avec ḫūḫa. © I. Fayyad.

Le caractère le plus frappant de cette façade est autant la qualité de la construction originelle que la richesse des matériaux. La pierre est parfaitement appareillée, les joints horizontaux des assises sont fins. La polychromie, fondée sur le calcaire blanc et le basalte noir, ennoblit la façade extérieure donnant sur la rue. Sans oublier les éléments décoratifs incrustés : moulures, frises, motifs géométriques floraux et rinceaux en bas-relief, sont cantonnés dans des endroits précis, souvent au-dessus des ouvertures, surtout au-dessus des portes et des fenêtres de la façade est donnant sur la cour. Cette façade permet donc de faire remonter au XVe s. le premier état de construction de la maison. Et ses riches décors permettent de penser qu’on a ici une demeure damascène typique d’une famille aisée de la fin de l’époque mamelouke.

 

 

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Imane Fayyad, “Une façade mamelouke (XVe siècle) dans le vieux Damas: le cas de la maison al-ʻAǧlānī”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 22/01/2022, https://ane.hypotheses.org/9721. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Imane Fayyad, “Une façade mamelouke (XVe siècle) dans le vieux Damas: le cas de la maison al-ʻAǧlānī,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 22/01/2022, https://ane.hypotheses.org/9721.

 

Pour aller plus loin
al-Ḥāğğ, R. 2014. Mašarūʻ Dār al-ʻAǧlānī, Mémoire de Master 1, faculté d’architecture de Damas, Syrie.
Boqvist, M. 2005a. Architecture et développement urbain à Damas de la conquête ottomane (922h./1516-17) à la fondation du waqf de Murad Pacha (1017h. 1607-1608), Université Paris IV-Sorbonne, Paris-France.
Boqvist, M. 2005b. « Building Materials and Construction Techniques », dans Proceedings of the Danish Institute in Damascus, IV, Bayt al-ʻAqqad. The History and Restoration of a House in old Damascus, Aarhus University Press, p. 129-140.
Fayyad I., sous presse. “Endangered domestic vestiges of the Mamluk period in the old city of Damascus: The case of the house al-Aglani and al-Taw il”, dans dans International Onlin Conference à Agya.
Fayyad I., à paraître juin 2022. L’architecture domestique traditionelle de Homs et de Damas à l’époque mamelouke (XIIIe-XVIe siècles). Oxford: Archaeopress.
Vigouroux, E. 2013. Les Banū manğak à Damas Capital social, enracinement local et gestion patrimoniale d’une famille d’awlād al-nās à l’époque mamelouke, AnIsI 47, Ifao, le Caire, p. 197-220.

  1. Pour en savoir plus sur cette maison, consultez mon article en anglais sous presse, qui est la publication de ma communication au colloque de Berlin, les 14-15 octobre 2020  (Fayyad sous presse). Cette étude détaillée de l’histoire de la maison et de ses éléments architecturaux et décoratifs les plus importants sera publiée en 2022 (Fayyad 2022). []
  2. Située dans la circonscription d’al-Šāġūr al-Ğawwāniyya, la maison al-ʻAqqād occupe la parcelle n° 976. Elle s’étend sur une superficie de 700 m² environ, s’élève actuellement sur trois niveaux remaniés et comporte un grand nombre de pièces. Autour d’une grande cour rectangulaire deux éléments architecturaux se font face: au nord une pièce de réception (qāʻa) dont la façade, donnant sur la cour, est revêtue d’un immense panneau décoratif mamelouk (XVe siècle) et au sud, un īwān de grande dimension. Les côtés est et ouest sont de facture récente (XVIIIe -XIXe siècle). Pour l’étude détaillée voir Fayyad 2022 []
  3. Dans plusieurs bâtiments de Damas construits au XVe siècle et au début du XVIe siècle, les assises sont d’environ 0,30 m. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, la hauteur des assises n’atteint plus généralement que 0,22 m avec très peu d’exceptions ; la plupart des monuments damascènes ayant un module inférieur à 0,30 m datent de cette époque (Boqvist 2005a : 277-278 ; Boqvist 2005b : 135). []
  4. Cette maison a conservé des éléments de son état primitif. La cour dispose actuellement de deux façades remarquables au sud et au nord. Les murs de ces façades sont décorés de panneaux géométriques datant probablement de la période mamelouke du XIVe et XVe siècle. Pour en avoir plus sur cette maison voir Fayyad 2022 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.