Un nouveau type humain?

Des nouveaux textes sont disponibles
dans le volet correspondant, bonne lecture!

Des chercheurs travaillant en Israël près de la ville de Ramla ont trouvé les restes d’une partie du crâne et de la mâchoire d’un individu qui a vécu il y a 140 000 ans BPE. Ils pensent pouvoir identifier ces restes avec un nouveau type d’humain inconnu jusqu’à maintenant1.

 

Restes de Homo Nesher Ramla (d'après https://www.bbc.com/news/science-environment-57586315)
Restes de Homo Nesher Ramla (d’après https://www.bbc.com/news/science-environment-57586315)

Ce nouvel hominidé aurait donné naissance aux Néandertaliens en Europe et à leurs équivalents en Asie. Les scientifiques l’ont nommé « Homo Nesher Ramla ». D’après l’étude des d’outils en pierre, de la faune et d’autres données comportementales et environnementales associées à ces fossiles, les chercheurs pensent que ces hominidés étaient des chasseurs efficaces du gros et petit gibier, utilisaient du bois comme combustible, ce qui signifie qu’ils étaient capables de cuire la viande. Cette découverte montre l’existence d’interactions culturelles entre différentes espèces humaines au cours du Paléolithique moyen (350 000-45 000 BPE), mais aussi bien avant, c’est-à-dire au Pléistocène moyen (781 000 −126 000 BPE)

L’interprétation des modèles de comportement humain au cours du Paléolithique moyen au Levant est cruciale pour mieux comprendre les dispersions et l’évolution d’Homo sapiens et ses interactions avec d’autres groupes d’hominidés. Pourtant, notre compréhension de l’origine, de la distribution et de l’évolution des premiers humains bien qu’affinée ces dernières années, reste toujours problématique. Par exemple, Homo heidelbergensis, considéré comme l’ancêtre probable de Homo neanderthalensis et de Homo denisovensis (ou homme de Denisova), était-elle une espèce différente de Homo rhodesiensis2? Il n’y a pas de consensus dans la communauté scientifique après plus de 100 ans de la découverte de Homo heidelbergensis. Également, les fossiles attribués à une espèce, sont parfois réattribués à une autre espèce. Ainsi, avant d’accepter les déductions de cette nouvelle découverte, surtout pour ce qui concerne sa diffusion en Europe et en Asie, il faudra attendre des nouvelles découvertes et des nouvelles recherches. Par ailleurs, vouloir retrouver un centre unique de la diffusion humaine est un présupposé qui permettrait de justifier des situations politiques bien actuelles.

 

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Un nouveau type humain?”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 27/06/2021, https://ane.hypotheses.org/9656. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Un nouveau type humain?,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 27/06/2021, https://ane.hypotheses.org/9656.

 

Pour aller plus loin
I. Hershkovitz, H. May, R. Sarig, A. Pokhojaev et D. Grimaud-Hervé, A Middle Pleistocene Homo from Nesher Ramla, Israel, Science Vol. 372, Issue 6549 (25 June 2021) : 1424-1428.
J.-J. Hublin et B. Seytre, Quand d’autres hommes peuplaient la terre : nouveaux regards sur nos origines, Paris, Flammarion, 2008.

  1. Hershkovitz et alii 2021: 1424-1428 []
  2. je reviendrai sur ces questions dans un prochain article. Voir aussi les cours du Prof. Jean-Jacques Hublin, au Collège de France []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.